Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021

Partagez
 

 Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyLun 17 Nov - 18:33



- Je ne regrette aucun de mes gestes avant mon entrée dans la Confrérie mais hier soir c'était différent... Je n'étais pas moi-même. Et j'en ai honte.

Il s'était attendu à la réaction de la demoiselle, à le prendre par le col pour le ramener violemment vers elle ; Mais il ne fit rien, il ne broncha pas, il ne se débattit pas. De toute façon, c'était ça ou la claque et quitte à choisir il préfère quand même ce qu'il subissait en ce moment même ; Les yeux de la Confrère étaient remplis de colère... Il aurait pu en avoir peur si il était bien faible qu'elle mais bon, elle ne lui ferait rien, il en était sûr. Et puis, il avait toujours son élément pour se défendre.

- C’est qui cette garce ?

Il haussa un sourcil, qu'est-ce que ça pouvait lui faire de savoir son nom ? Elle ira la voir pour la réduire en bouillit ? Hum non, après tout le discours qu'elle venait de faire sur le meurtre, ce serait ironique de sa part de faire ça.

- Certes Aoki t’as demandé d’arrêter de… Mais je suis sure qu’il y a autre chose. Il ne peut pas y avoir que le bon vouloir d’Aoki qui t’a décidé.

Non c'est vrai il n'y avait pas qu'Aoki, il y avait d'autres personnes. Takeshi par exemple qui avait été le premier à le battre, Bloodyne qui avait été la première à l'aimer et l'accepter comme il était ; Toutes ces personnes l'avaient aidée à changer... Et il a fallu qu'il rencontre cette garce du Gouvernement qui l'a fait replongé en un rien de temps ; Triste vie...

- Pourquoi avoir rejoint la Confrérie ? « Je veux arrêter cette guerre » C’est bien ce que tu m’as dit ? Mais p*tain de pourquoi tu veux arrêter cette guerre à la con ? Où t’en tires ton compte ?


Gaara la regardait, c'était bien la première fois que quelqu'un lui demandait pourquoi il était rentré dans la Confrérie et ce qu'il allait tirer de ça. Rien. Aoki ne lui avait promit que la reconnaissance, des remerciements, le droit d'être appréciés de tous en faisant de bonnes actions ; Voilà ce qu'il lui avait promit. Et tout ceci vaux bien mieux que tous les trésors du monde mais ce n'était pas tout le monde qui allait comprendre.

- Rien du tout ; Il voulait que je casse mon image, celle que je traîne depuis que je suis rentré dans les Elementis. Il voulait que j'aide les autres, que la paix revienne à Quederla comme avant que les deux frères se disputent...

Et si ces deux abrutis n'avaient pas été jumeaux, tout ceci ne serait jamais arrivé ; Si ces deux abrutis avaient respecté leur engagement du débat, la guerre n'aurait pas éclaté. Ils sont une génération qui paye les fautes des générations précédentes et c'est maintenant trop tard pour arrêter ce qui a été lancé. Mais Aoki pensait le contraire, il voyait un avenir pour les mioches et il le voulait cet avenir.

- Aoki voyait toujours le bon côté chez les autres, il ne m'a pas vu comme un tueur. Je ne sais pas si tu te souviens de la grande bataille du mois d'Août ; Ma mission était d'arrêter le Chef de la Confrérie pour le tuer et pourtant, j'ai plus cherché à le protéger plutôt que de le tuer. Lui et Takeshi ont quelque chose en plus, ils ne voyaient pas le monstre en moi mais simplement celui qui prenait tout le monde de haut et ils m'ont tous les deux remis à ma place.

Et sa place était désormais dans la Confrérie, peut-être qu'il avait eu tort de faire ça la veille, peut-être qu'il devrait regretter tous ses meurtres mais le passé était fait et on ne peut pas le modifier... Il suffit de se changer pour que nos actions n'aient pas un grand impact sur le futur et c'est ce qu'il faisait maintenant ; Quederla méritait d'être enfin en paix.

- Et toi alors ? Pourquoi tu es rentrée dans la Confrérie alors que tu détestes les Domae et les Elementis ? Tu savais pourtant que tu allais les aider mais pourtant je n'avais pas l'impression que faire équipe avec moi t'avait enchantée. Pourquoi ne pas avoir rejoint le Gouvernement où il n'y pas de membres de Famille ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyJeu 20 Nov - 21:17

« Rien du tout ; Il voulait que je casse mon image, celle que je traîne depuis que je suis rentré chez Elementis. Il voulait que j’aide les autres, que la paix revienne à Quederla comme avant que les deux frères de disputent… »

Ah ceux-là… Si Wyn pouvait les avoir en face d’elle…

« Aoki voyait toujours le bon côté chez les autres, il ne m’a pas vu comme un tueur. Je ne sais pas si tu te souviens de la grande bataille du mois d’Août ; Ma mission était d’arrêter le Chef de la confrérie pour le tuer et pourtant, j’ai plus cherché à le protéger plutôt que de le tuer. Lui et Takeshi ont quelque chose en plus, ils ne voyaient pas le monstre en moi mais simplement celui qui prenait tout le monde de haut et ils m’ont tous les deux remis à ma place. »

Elle esquissa un petit sourire moqueur.

« Ça peut pas te faire de mal. »

Il n’était pas aussi horrible qu’il voulait le faire croire. S’il voulait simplement se prendre un peu en main.

« Et toi alors ? Pourquoi es-tu rentrée dans la Confrérie alors que tu détestes les Domae et les Elementis ? Tu savais pourtant que tu allais les aider mais pourant je n’avais pas l’impression que faire équipe avec moi t’avait enchanté. Pourquoi ne pas avoir rejoint le Gouvernement où il n’y a pas de membres de Famille ? »

Wyn détestait ce genre de question. Elle se retourna, fit quelques pas devant elle, avec lenteur, fixant le mur, ne sachant que dire. Si la jeune femme haïssait au plus au point ce genre de questions, ce n’était pas parce qu’elle avait peur de se retrouver à repenser à son passé ou quoique ce soit, simplement qu’elle ne savait jamais comment répondre. Personne ne lui posait ces questions. Elle resta de longues secondes à regarder le vide devant elle.

« Il est vrai que je hais véritablement les Familles. »

Elle se tourna vers lui.

« Mais que le Gouvernement aille se faire foutre. Je suis Quederlienne, je suis née ici, je mourrai ici, j’aime cette ville, et j’en suis concernée. Au même titre que tous les habitants.
Alors faire partie de pauvres idiots qui débarquent ici au bout de 500 ans de Guerre en proclamant la justice, désolée, mais non. »


Elle inspira un grand coup.

« Si j’ai rejoint la Confrérie c’est uniquement pour arrêter cette Guerre qui n’a que trop duré. Je te l’ai dit, trop d’innocents sont déjà morts pour rien. Il est temps d’enterrer la hache de guerre. »

Elle soupira. Elle ne faisait pas allusion à ses parents là, uniquement à tous les Habitants, qui ne demandaient rien de plus que de vivre simplement. Les Familles faisaient déjà assez de dégâts, si en plus le Gouvernement s’en mêlait… De plus, il devait forcément y avoir des membres des Familles au Gouvernement aussi. C’était forcé. Elle détestait leur doctrine autant que leurs membres, certes, mais peut-être qu’il y avait certains, dans le lot, qui n’étaient pas si pourris ? Ils avaient tous une vie…
Il y en avait bien qui méritait de mourir, mais pas tous.

« Et si Aoki n’a pas vu en toi le tueur, c’est parce que tu ne l’es pas. Suffit seulement que tu… réfléchisses. T’as forcément des gens qui t’aiment, change pour eux. Pense à eux. T’étais pas toi avec cette saloperie de membre du Gouvernement parce que tu pensais que t’étais seul, et tu ne dois plus penser ça. T’as réussi, tu peux le refaire. » poursuivit la jeune femme d’un ton qui se rapprochait à s’y méprendre, à de la compassion.

Penser à des gens qu’il aimait. Là était toujours la solution. Si on ne change pas pour soi-même, c’est pour les autres. Réconforter les gens, elle y arrivait plutôt bien, sauf quand il s’agissait d’elle-même. Mais même s’il avait commis d’horribles erreurs, il pouvait se racheter. Tout n’était peut-être pas encore perdu. Peut-être.
Quelque chose qui lui faisait parfois défaut, c’est que quand elle croyait en quelqu’un, c’était jusqu’au bout. Elle se posa la question si elle avait raison de faire confiance à Gaara.
Sauf, qu’il avait réussi à changer. A redevenir celui qu’il avait toujours été, il suffisait parfois d’un rien. Comme pour replonger…
De prime abord, il se faisait passer pour une ordure –l’était-il ?— mais finalement, il était quelqu’un comme tout le monde qui n’avait pas eu de chance. Ah la famille… Si on en avait eu une pourrie, pourquoi décider d’en rejoindre une autre ? En ce qui concernait Wyn, pour rien au monde elle n’aurait accepté de prendre part dans l’une d’elle. Sa mère était Elementis, son père Domae, quelle connerie… Elle ne savait pas pourquoi, mais discuter avec lui, parler de ces choses là la mettait hors d’elle, dans tous ses états. Elle peinait grandement à se contrôler et se demandait comment il faisait pour rester aussi calme. Peut-être parce qu’il s’en fichait.
Elle commença à faire lentement les cents pas. Alors qu’elle allait poursuivre, elle aperçut un sac noir sur lequel elle manqua de trébucher. Fronçant les sourcils, elle se demanda à qui il pouvait bien appartenir et ce qu’il pouvait contenir.

« Tiens… Qu’est ce que ça fout là ? » murmura-t-elle.

Sans jeter un regard à Gaara, elle se pencha, attrapa une des lanières et le souleva, prête à l’ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyVen 21 Nov - 23:05



- Et toi alors ? Pourquoi tu es rentrée dans la Confrérie alors que tu détestes les Domae et les Elementis ? Tu savais pourtant que tu allais les aider mais pourtant je n'avais pas l'impression que faire équipe avec moi t'avait enchantée. Pourquoi ne pas avoir rejoint le Gouvernement où il n'y pas de membres de Famille ?

Bien sûr qu'il se doutait de la réponse mais il voulait l'entendre de sa propre bouche ; Pourquoi collaborer avec des gens que l'on hait et qui on détruit notre vie ? C'était bien quelque chose que l'homme de sable ne pouvait pas comprendre. La Confrère se retourna et avança de quelques pas, il avait vu juste ; C'était bien la question à éviter ça. Il n'était quand même pas le premier à poser cette question si ? Elwyn regardait dans le vide, comme dans ses pensées...

- Il est vrai que je hais véritablement les Familles.


Bien. Mais ça il l'avait comprit depuis un petit moment ; Sûrement même depuis qu'elle avait ouvert la bouche la première fois en réunion. Mais il ne dit rien, Gaara la laissa continuer tandis qu'elle se retourna vers lui.

- Mais que le Gouvernement aille se faire foutre. Je suis Quederlienne, je suis née ici, je mourrai ici, j’aime cette ville, et j’en suis concernée. Au même titre que tous les habitants.
Alors faire partie de pauvres idiots qui débarquent ici au bout de 500 ans de Guerre en proclamant la justice, désolée, mais non.


C'est vrai que c'était un peu une blague cette histoire ; Des gens, venus de nul part qui arrivent et qui se proclament être la Justice... Mouais, on a déjà vu mieux dans l'histoire de Quederla. Alors d'un côté il pouvait le comprendre, chaque personne devait se sentir concernée par cette histoire non ? Sauf les extrémistes qui souhaitaient l'arrêt total de la guerre mais ils devaient n'être qu'en toute petite quantité.

- Si j’ai rejoint la Confrérie c’est uniquement pour arrêter cette Guerre qui n’a que trop duré. Je te l’ai dit, trop d’innocents sont déjà morts pour rien. Il est temps d’enterrer la hache de guerre.


C'est plus facile à dire qu'à faire... Mais c'est vrai que 500 ans ça faisait beaucoup pour une guerre... Mais est-ce qu'ils étaient vraiment à enterrer la hache de guerre ? Est-ce les Domae et les Elementis ne vont pas regretter leur précieuse guerre ? Et d'autres voudront peut-être le pouvoir des Familles... Ah... Tout ceci était bien trop compliqué. L'Homme est décidément l'être le plus pourrit de l'univers.

- Et si Aoki n’a pas vu en toi le tueur, c’est parce que tu ne l’es pas. Suffit seulement que tu… réfléchisses. T’as forcément des gens qui t’aiment, change pour eux. Pense à eux. T’étais pas toi avec cette saloperie de membre du Gouvernement parce que tu pensais que t’étais seul, et tu ne dois plus penser ça. T’as réussi, tu peux le refaire.

Le jeune homme se racla la gorge, ça aussi c'était plus facile à dire qu'à faire... Bloodyne n'allait pas le suivre toute sa vie pour le faire revenir à la raison ; Et puis, il ne voulait pas rencontrer cette membre du Gouvernement, c'est tout à fait par hasard qu'il l'avait croisé... Et il regrette bien cette rencontre. Mais ça pouvait être une méthode comme une autre ; Penser aux gens qu'il aime et qui l'aime.

De toute façon, l'homme de sable ne compte plus sortir d'ici pendant un long moment ; Peut-être pour aller voir Bloodyne pour éviter qu'elle ne s'inquiète et encore... Elle serait capable de découvrir ce qu'il a fait. Non, c'était bien trop risqué de sortir pour le moment, avec tous les membres du Gouvernement qui le recherchent, la garce qui tentera sûrement de le retrouver. Être isolé de tous n'était pas si mal finalement.

Elwyn fit les cent pas dans la pièce, qu'est-ce qu'il y avait encore ? Le plus souvent, les personnes qui font les cent pas ont un problème ; C'est quoi cette fois ? Elle manque de trébucher sur le sac de l'homme de Sable qui ne bouge pas ; La Confrère demande ce que ce sac fou là. Elle s'apprête à l'ouvrir mais il ne bouge pas... Qu'est-ce qu'il y a dans ce sac ? Bof quelques petites conneries, deux bouteilles d'eau, des petits gâteau et l'ourson en peluche de son frère... Est-ce qu'il perdrait toute crédibilité ? Peut-être. Mais il n'avait pas honte de son frère.

- Il est à moi.

Qu'elle pense ce qu'elle veut de se qu'elle trouvera, ce n'est pas le problème de Gaara ; Il s'éloigne et va contre la fenêtre pour regarder la mer... Le Chef de la Confrérie voyait aussi la côte de Quederla ; Non, il ne pouvait pas revenir là-bas, c'était désormais trop dangereux. Et pourtant, cette ville lui manquait un peu ; Il était comme un lion en cage, incapable de faire ce qu'il voulait, incapable de sortir quand bon lui semblait. Voilà donc le prix à payer pour avoir tuer autant de gens... Ne plus avoir de liberté.

- Et comme je sens ta question arriver, je vis désormais ici. Je sens que ces foutus gars du Gouvernement vont débarquer un jour chez moi et je ne suis pas sûr que leur méthode d'interrogatoire soit très... Délicates.

Surtout si il s'agit de l'autre garce.

- De plus, si je reste ici, je ne risque pas de la recroiser. Comme ça, c'est sûr que je ne ferais de mal à personne.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyDim 23 Nov - 1:09

« Il est à moi. »

Un ours en peluche ? Gaara n’était pas du genre à avoir ce genre de trucs, avait-il une valeur insoupçonnée ?

« Et comme je sens ta question arriver, je vis désormais ici. Je sens que ces foutus gars du Gouvernement vont débarquer un jour chez moi et je ne suis pas sûr que leur méthode d'interrogatoire soit très... Délicate. De plus, si je reste ici, je ne risque pas de la recroiser. Comme ça, c'est sûr que je ne ferais de mal à personne. »

Il restait ici parce qu’il ne voulait plus la revoir, et surtout pour ne plus croiser personne de peur de perdre à nouveau les pédales et de s’en prendre à quelqu’un ? Pourtant, Wyn était là, elle. S’il repensait à son entrevue avec la membre du Gouvernement, il aurait très bien pu replonger. Sauf qu’il n’avait rien fait. Et ce détail suffit à la jeune femme pour se persuader de l’inoffensivité de Gaara.  
Il se dirigea vers la fenêtre. Elle le regarda sans rien dire.
Rester ici en refusant d’affronter l’extérieur. Elle le croyait plus acharné que cela. Si elle était dans son cas, elle se moquerait bien de savoir si elle la recroiserait. Même si elle pouvait être dangereuse, elle s’arrangerait pour continuer de suivre son chemin sans pour autant s’exiler. Evidemment, elle ne savait pas ce que c’était, mais elle estimait qu’il se devait de se reprendre. Wyn, elle, tenterait de reprendre une vie « normale » (si elle peut dire) en se concentrant sur les choses importantes. Certes il disait ne vouloir « faire de mal à personne », mais tout ce qu’il faisait là, c’était de…

« La laisser gagner. »

Voilà c’était ça. C’était sorti tout seul. Mais elle le pensait plus que tout.

« Tout ce que tu fais en restant ici… C’est de la laisser gagner. De lui donner raison. »


Wyn se rapprocha de Gaara et l’obligea à se retourner pour le regarder dans les yeux.

« Tu donnes à une enfoirée de membre du Gouvernement un sentiment de satisfaction ? »

Là elle voyait rouge. Non pire. Sa colère repassa et envahit à nouveau son regard. Des yeux si clairs qui pourtant supportaient un regard noir digne des enfers. Comment pouvait-il se laisser faire ? S’il y a bien une chose que Wyn avait apprit dans toutes ses années difficiles, c’est qu’il ne fallait jamais abandonner. Or, n’était ce pas ce qu’il faisait ? Le plus agaçant dans tout ça, c’est qu’elle savait pertinemment qu’il était capable de faire face à tout ça, sauf qu’il se le refusait obstinément.

« Tu t’empêches de vivre normalement tout ça pour une garce ? » reprit-elle, toujours plus énervée. « Dans ce cas c’est toi le plus con des deux. »

Vu ce qu’il y avait dans son sac et le « je vis ici maintenant », cela devait faire un certain temps. Quel abruti ! Ce qui la mettait encore plus en rogne, c’est qu’il s’isole dans ce phare. Il avait déjà eu une enfance difficile, et il gâchait en plus une autre partie de sa vie ? Il voulait vraiment s’accompagner d’une déchéance ? Continue comme ça mec !
Au final, ses paroles étaient offensantes, vexantes, même provocatrices, mais il s’agissait de compassion dissimulée, diluée dans toute cette colère. Parce que oui, elle le provoquait, mais uniquement pour qu’il prenne conscience de ce qu’il faisait.
Wyn s’étonnait elle-même qu’elle puisse sortir ce genre de chose. Elle n’aurait jamais pensé conseiller, aidé un Elementis. Ou ex-Elementis. Membre de la Confrérie. Enfin peu importe ce qu’il était. Il y avait déjà assez de mal dans cette ville, comme elle répétait sans arrêt, si absolument tout le monde s’y mettait, elle ne donnait pas cher de l’avenir de cette ville. Sa chère ville. Sa chère Quederla. Tout ce qu’Elwyn voulait, c’était la paix. Etait-ce trop demander ? Juste la paix. Pouvoir se réveiller le matin et se dire « La Guerre est finie. » Définitivement. Enfin. Mais, ce n’était pas gagné, et certainement pas pour tout de suite. Combien de temps faudrait-il attendre ? Des mois ? Des années ? Des siècles encore ? Des siècles encore durant lesquels tout serait pire ? Ou où tout s’améliorerait ? Qui pouvait savoir ? Qui pouvait prétendre savoir ? Celui qui prédisait un événement le voyait s’annuler le jour suivant. Tout changeait si vite. Trop vite. Ou pas assez. Les avis se transformaient pour devenir l’opposé en l’espace de quelques secondes.
Rien n’était décidable. Rien envisageable. Rien de prévisible. Rien de sur.

Wyn finit cependant par revenir les pieds sur terre, ses ayant reflétant son voyage entre la perte dans ses pensées et son retour présent. Une nouvelle fois, elle se laissait trop facilement embarqué par ses pensées, qui l’amenaient toujours à rêver. Parfois quelques minutes, jusqu’à durer des heures, elle ne s’en rendait pas toujours compte, il était temps qu’elle change cela.
Toujours avec sa capacité d’enchainer un état sur l’autre, elle s’adressa de nouveau à Gaara.

« Je sais à quoi tu penses. Ne la tue pas, tu n’auras qu’encore plus de problèmes. Ne gâche pas une partie de ta vie de plus pour quelqu’un comme ça. »

Elle n’en valait pas la peine. Que devaient penser les personnes qu’il côtoyait ?
Elles devaient s’inquiéter, et lui, il se renfermait seul dans son coin dans un phare.

Alors qu’elle allait répliquer, Wyn fut prise d’une quinte de toux incontrôlable. Elle s’éloigna prestement du jeune homme. Etait-elle malade ? Ah non, il ne fallait pas, non. Quand elle réussit enfin à se calmer, elle se cala contre le mur et respira calmement. Et merde. Elle n’avait jamais vraiment été malade. D’ailleurs elle n’avait pas les moyens de se payer des soins. Elle frissonna. Pourquoi avait-elle si froid d’un coup ? Elle ne pouvait pas être malade, elle n’en avait pas le temps. Merde.
Jurant à voix basse, elle se laissa glisser une fois de plus le long du mur jusqu’à atteindre le sol.
Elle se rappela alors de la présence du jeune homme. Et elle s’en voulait de se montrer comme ça, potentiellement malade et faible. Surtout après la démonstration d’énervement qu’elle venait de lui faire. Se raclant la gorge, elle poursuivit.

« Pourquoi un ours en peluche ? Ça représente quoi ? Au fait… Pourquoi c’est à moi que tu as proposé de faire cette mission ? »


Ils ne se connaissaient pas, ils ne s’étaient jamais parlé, et semblaient complètement différents. Cherchant elle-même une raison, Wyn se mit machinalement à triturer le pendentif de sa mère qu’elle avait autour du cou. Le seul truc qu’il lui restait. Tic récurrent chez la jeune femme, elle faisait ça à chaque fois qu’elle réfléchissait. Elle scrutait à présent à nouveau le vide, toujours en attente de ses fameuses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyDim 23 Nov - 17:24



- La laisser gagner.

Et alors ? Au moins il ne ferait de mal à personne comme ça ; Et qui avait-il dehors ? Gaara n'arrivait pas à faire ami-ami avec les autres, il n'était pas doué pour les conversations et à part Bloodyne il n'avait personne. Et alors ? L'homme de sable n'allait pas non plus habituer chez elle pour passer plus de temps ensemble, elle avait besoin de liberté... Il pouvait pas s'imposer comme ça chez les gens. C'était hors de question et le phare était bien le seul endroit qui voudrait bien l'accueillir.

- Tout ce que tu fais en restant ici… C’est de la laisser gagner. De lui donner raison.

- Et ? C'est mieux que de sortir dehors pour tuer tout le monde.

Pour le moment c'était mieux de rester ici, il allait trouver un moyen de tuer la partie en lui, il trouverait un moyen de l'éloigner de lui, de se contrôler... Gaara devait tuer cette membre du Gouvernement pour ne plus avoir de problème mais c'était plutôt compliqué à cause de son élément ; Si il avait été plus expérimenté, l'homme de Sable aurait créer facilement un para-tonnerre sans problème. C'est comme avec l'eau, Gaara a toujours le moyen de contrer les autres élément grâce au sien mais seulement si il était plus expérimenté.

- Tu donnes à une enfoirée de membre du Gouvernement un sentiment de satisfaction ?

Elwyn venait de le retourner pour le regarder dans les yeux... En quoi était-ce son problème d'abord ? Ce n'était pas elle qui allait rester enfermée dans ce phare jusqu'à ce qu'elle se calme donc pourquoi s'occuper du sort du Chef de la Confrérie ? Elle était en colère, cela se voyait dans son regard et l'homme de Sable osait la regarder dans les yeux sans les baisser, il n'était pas en colère lui.

- Tu t’empêches de vivre normalement tout ça pour une garce ? Dans ce cas c’est toi le plus con des deux.

C'est ça, c'est lui le plus con des deux. Il le savait très bien pour le moment et ça lui allait parfaitement. Enfin, pour l'instant. Il n'était pas fait pour rester enfermé dans un endroit, Gaara finira bien par sortir de sa cachette quand il en aura marre d'être enfermé comme un lion en cage sans pouvoir respirer l'air frais. Mais pour l'instant, il avait besoin de réfléchir sans voir personne ; Besoin de réfléchir à un plan pour tout stopper là.

- Je sais à quoi tu penses. Ne la tue pas, tu n’auras qu’encore plus de problèmes. Ne gâche pas une partie de ta vie de plus pour quelqu’un comme ça.

Mais elle lit dans les pensées celle-là ou quoi ? Et puis pourquoi ne pas la tuer ? Le Gouvernement n'a pas besoin de gens comme elle, beaucoup de ses meurtres vont retomber sur les Familles et des personnes seront arrêtées par sa faute. Elle n'a rien à faire dans le Gouvernement, il faut la faire dégager d'ici ou bien montrer son vrai visage à tous... Et si elle se faisait virer ? Que deviendrait-elle ? Et si Gaara pouvait montrer à tous qu'elle était une Elementis, que ferait le Gouvernement ?

Un plan commençait à se mettre en place dans sa tête, il n'était pas obligé de la tuer ni de lui faire du mal... Il pouvait simplement montrer son vrai visage aux membres du Gouvernement et là, elle aura tout le monde contre elle... Pas mal... La toux violente de la jeune femme le ramena à la réalité, quoi elle était malade ? Il la regarda s'éloigner tandis qu'elle s'affalait contre le mur pour reprendre son souffle ; Elle se racla la gorge, apparemment il n'était pas le seul à vouloir se montrer fort aux yeux de tous.

-  Pourquoi un ours en peluche ? Ça représente quoi ? Au fait… Pourquoi c’est à moi que tu as proposé de faire cette mission ?

Grand silence. Il n'avait pas vraiment de réponses, il avait trouvé qu'elle avait un caractère bien trempé et il n'aime pas faire équipe avec les mauviettes. Ils ne s'étaient jamais parlés, jamais réellement vus à part pour les réunions et pourtant Gaara avait insisté pour faire équipe avec elle.

- Je trouve que tu as un certain caractère et je n'aime pas forcément les personnes qui paniquent lors d'une mission alors j'ai insisté pour que tu sois ma partenaire.

C'était aussi simple que ça... Quant à la première question, c'était plis compliqué.

- L'ours en peluche était à mon frère qui est mort, c'est la seule chose qui me reste de lui ; Comme ma maison a brûlé, je n'ai pas pu récupérer grand chose.

Et même la peluche était cramée mais au moins, c'était à son frère, c'est tout ce qu'il retenait. Il regarda Elwyn qui était en train de jouer avec une sorte de médaillon...

- Et toi pourquoi ce pendentif ? Ça représente quoi pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyMer 26 Nov - 14:53

« Je trouve que tu as un certain caractère et je n'aime pas forcément les personnes qui paniquent lors d'une mission alors j'ai insisté pour que tu sois ma partenaire. »

Wyn sourit à cette remarque. Un certain caractère ? T’as même pas idée.
C’était le cas de le dire. Combien de fois avait-elle entendu cette phrase ? Sa famille avant qu’elle ne disparaisse, ses amis, son patron… elle y avait droit partout, elle et son caractère de merde. D’ailleurs, parfois elle se demandait bien comment faisait les autres pour la supporter.

« L'ours en peluche était à mon frère qui est mort, c'est la seule chose qui me reste de lui ; Comme ma maison a brûlé, je n'ai pas pu récupérer grand-chose. »

Le seul souvenir de son frère ? Le pauvre. Pour être honnête, elle ne savait pas si garder un souvenir était une bonne chose ou pas. Sauf qu’elle était très mal placée pour dire ça.

« Et toi pourquoi ce pendentif ? Ça représente quoi pour toi ? »

Cette question la surprit. C’était bien la première fois qu’on lui demandait ce que ce petit pendentif insignifiant représentait. Elle arrêta aussitôt de jouer avec et referma sa main sur la chaîne. Une chaîne toute bête grise au bout de laquelle était accrochée une petite clé de sol dont on voyait clairement toutes les années qu’elle avait passées. C’était un truc tout ce qu’il y a de plus simple, peut-être idiot même de le garder depuis toutes ces années.

« C’était à ma mère. »
dit-elle simplement, n’ayant aucune envie de s’étaler sur sa vie passée.

Cela avait déjà été un calvaire à vivre, si en plus elle devait passer son temps à le ressasser. Parfois, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Mais elle s’efforçait d’oublier le plus souvent. Elle espérait que le jeune homme ne reviendrait pas là-dessus, mais il devait certainement être curieux. Évidemment.
C’était peut-être bête de le garder, mais c’était pour elle aussi, une des seules choses qui lui restaient, qui avait appartenu à sa mère. Elwyn ne l’avait pas connue, mais, avoir quelque chose qui était à sa mère toujours avec elle, lui avait donné l’illusion quand elle était petite, que sa mère était encore là. Vaine pensée.
La lueur de son regard avait changé. Etant passé de la colère à la compassion, et à présent à la tristesse qu’elle s’efforçait toujours de cacher. Bravo, elle qui voulait éviter de passer pour une désespérée c’était réussi. Elle se détestait parfois, elle et ses réactions trop spontanées. Wyn avait tendance à se laisser un peu trop souvent emportée par ses émotions. Surtout lorsqu’il s’agissait de la colère. Une vraie furie.
Lâchant le pendentif, elle le glissa sous son T-shirt, et releva ses yeux vers Gaara. Change de sujet ma vieille. Il valait mieux.

« ‘‘C'est mieux que de sortir dehors pour tuer tout le monde.’’ C’est bien ça que tu as dit ? Pourtant t’es ici, je suis avec toi et t’as toujours rien fait. »

En quelques sortes, elle essayait de lui faire comprendre qu’il ne risquait pas de s’en prendre à tous les gens qu’il croisait. Il avait prouvé qu’il pouvait changer, pourquoi ne se faisait-il pas confiance ?
Elle refuserait toujours obstinément de l’admettre, mais elle savait pertinemment qu’avec sa force et son élément, il parviendrait à ses fins. En combat, il devait vraiment être un adversaire redoutable. Et quand il se laissait emporter par ses envies meurtrières, se retrouver contre lui, doit être la chose à éviter à tout prix. Mais même si elle trouvait qu’il n’avait pas le droit de décider comme ça, s’il pouvait tuer ou pas, elle était convaincue qu’au fond, il n’était pas si mauvais que ça.

Nouvelle quinte de toux. Mais qu’est ce qui lui arrivait bon sang ? Pas malade, par pitié, pas malade. Déjà assez d’emmerdes comme ça. Voilà, elle passait pour une folle à liée qui s’énerve et réagit au quart de tour pour rien, mourante et désespérée. Génial la réputation, merci. Sans compter ses sautes d’humeur à s’arracher les cheveux.

« Arrête de croire que tu es foncièrement mauvais et que tu vas sauter sur tout le monde. Tu sais te maîtriser, faut juste que tu penses aux choses essentielles. »

Et ça y est, maintenant, elle était redevenue gentille. Le pauvre Gaara ne devait sûrement rien comprendre à ce qui se passait dans la tête d’Elwyn. Tout le monde était dans le même cas. Un jour tout allait bien, la seconde d’après, tout allait de travers. C’était comme ça. Et c’était déstabilisant.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyMer 26 Nov - 22:34



- Et toi pourquoi ce pendentif ? Ça représente quoi pour toi ?

Elle arrêta de le triturer, alors il avait visé juste ; Ce pendentif représentait beaucoup pour elle mais elle ne voulait pas en parler vu qu'elle referma la main dessus. Sûrement un passé douloureux qu'elle ne voulait pas aborder et pourtant l'homme de Sable était plutôt curieux comme garçon... Mais si elle ne souhaitait pas en parler, soit il respectait son choix. Gaara tourna la tête pour regarder l'océan quand la voix de la Confrère le ramena à la réalité.

- C’était à ma mère.

Il aurait bien voulu lui demander ce qui lui était arrivé mais elle risquerait de se braquer une nouvelle fois et changerait de sujet aussitôt alors à quoi bon lancer un sujet si ce n'est que pour se faire envoyer sur les roses ou l'éviter ? Gaara n'était pas là pour la faire souffrir et aborder ce sujet serait le cas alors autant éviter. Il tourna de nouveau la tête pour regarder l'océan et jeter un coup d’œil au port ; D'ici là, il pouvait voir les soldats du Gouvernement... Dans combien de temps l'idée de faire un petit tour au phare leur viendra à l'esprit ?

Elle rangea son pendentif sous son t-shirt d'un geste rapide et sec... Ce sujet était vraiment à éviter apparemment mais soit, il respecterait son choix ; Surtout qu'elle n'avait vraiment pas l'air d'humeur à parler. Elwyn devait sûrement trouver une nouveau sujet de conversation à lancer, pourtant ils avaient fait le tour non ?

- ‘‘C'est mieux que de sortir dehors pour tuer tout le monde.’’ C’est bien ça que tu as dit ? Pourtant t’es ici, je suis avec toi et t’as toujours rien fait.

- Pourquoi te tuer ? Je ne vois pas ce que tu as fait de mal.


Tuer pour tuer... Il ne le faisait que très très rarement, il y avait toujours une raison derrière ses meurtres, certes elles avaient beau être débiles, pour lui elles étaient légitimes. Soit ces personnes lui tapaient sur le système et il les avait mit en garde plusieurs fois, soit c'était des gêneurs durant les missions. Des raisons très connes peut-être mais il avait ses raisons ; Là elle n'avait rien faire à part lui répondre. Et il devait le reconnaître, elle avait raison.

Nouvelle quinte de toux, c'était quoi le problème ? Elle voulait trouver un moyen de rentrer chez elle sans dire que Gaara l'emmerde ou alors elle commence à être malade... Oh mais... De l’agacement ; Apparemment elle ne voulait vraiment pas être malade, bah pourquoi ça arrive à tout le monde non ? L'homme de Sable ne réagit pas, qu'est-ce qu'il pouvait faire contre une quinte de toux ? Désolé mais il n'a pas de sirop sous la main.

- Arrête de croire que tu es foncièrement mauvais et que tu vas sauter sur tout le monde. Tu sais te maîtriser, faut juste que tu penses aux choses essentielles.


Hum... Penser aux choses essentielles ? Comme quoi ? Se rappeler que tuer c'est mal parce que des textes de lois les ont écrit ? Pourquoi respecter ça ? Les animaux aussi tuent pour survivre alors pour l'Homme ne pourrait pas faire de même ? Ah mais tout simplement parce que certaines personnes se décrétant avoir la science infuse disent que tuer c'est mal... Pas top pour convaincre le Chef de la Confrérie.

- Très bien, j'arrête de croire que je suis une machine à tuer.

Vrai ? Vraiment ? Comme ça, d'un coup et sans rien en retour ?

- Mais en échange, il faut que tu arrêtes de penser que les gens vont penser de toi que tu es faible dès que tu as certaine réaction.

Oh oui, ça il l'avait vu la fierté de la jeune femme... Qui serait presque à la même hauteur que celle d'une homme ; Toujours à vouloir être la meilleure, que tout le monde la pense forte. Mais au fond, se cache un cœur brisé dont il sera compliqué de réparer les morceaux... Comment le sait-il ? Mais parce qu'il est pareil tout simplement.

- Alors raconte moi ton histoire. Pour que tu te gonfles d'autant de fierté c'est qu'il y a un événement dans ta vie qui t'a traumatisée ou alors simplement ta vie entière ; Tu fais la forte aux yeux de tous mais ce n'est qu'une carapace pour te protéger. Et au fond, tu souffres, tu n'as personne à qui te confier de peur qu'on te juge ; Je ne dis pas que tu es faible loin de là mais je sens que tu as beaucoup de rancœur envers les Familles et j'aimerais savoir pourquoi.

Et il sent venir la prochaine question alors autant la devancer.

- Pas besoin de me demander pourquoi ça m'intéresse, je veux simplement te comprendre. Et tu m'as aider, à mon tour de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyJeu 27 Nov - 21:54

« Très bien, j'arrête de croire que je suis une machine à tuer. »

Merci, pas trop tôt. Attendez là, pause. Pas normal ça, pas normal du tout. Il devait forcément y avoir…

« Mais en échange, il faut que tu arrêtes de penser que les gens vont penser de toi que tu es faible dès que tu as certaine réaction. »

Evidemment. C’était trop beau.

« Alors raconte-moi ton histoire. Pour que tu te gonfles d'autant de fierté c'est qu'il y a un événement dans ta vie qui t'a traumatisée ou alors simplement ta vie entière ; Tu fais la forte aux yeux de tous mais ce n'est qu'une carapace pour te protéger. Et au fond, tu souffres, tu n'as personne à qui te confier de peur qu'on te juge ; Je ne dis pas que tu es faible loin de là mais je sens que tu as beaucoup de rancœur envers les Familles et j'aimerais savoir pourquoi. »

Le « simplement ta vie entière » avait été un désastre. Son histoire ? Et puis quoi encore. La morale qu’elle servait à tout le monde, c’était : « Ton passé est derrière toi, va de l’avant. ». Chose qu’elle s’efforçait d’appliquer à elle-même. Mais parfois le pouvoir des souvenirs est plus fort que tout et la mélancolie s’installe. Si elle faisait son possible pour ne pas y penser, elle n’avait pas l’intention de déballer sa petite vie insignifiante comme ça.
Wyn, fière ? Pfff… Foutaises !
Wyn, détestant les Familles ? Aberration ! Elle leur vouait une haine pire que tout.

« Pas besoin de me demander pourquoi ça m'intéresse, je veux simplement te comprendre. Et tu m'as aidé, à mon tour de le faire. »


La comprendre ? A quoi ça pouvait bien lui servir ? Il se foutait d’elle ou quoi ? Il voulait l’aider ?

« Je n’ai pas besoin d’aide. » dit-elle en se levant.

Manquait plus qu’elle lui fasse sa bio complète en plus ! Non mais ! Elle se dirigea rapidement vers la porte, énervée. Ses paroles l'avaient plus troublée qu'autre chose, c'est ça qui l'embêtait. Elle n'avait pas d'aide à recevoir, elle n'en avait pratiquement jamais eu, pas maintenant que ça allait commencer. Alors qu’elle allait l’ouvrir, elle interrompit son geste. Elle ne voulait pas devenir dépendante voilà la vraie raison. Ne pas être contraint d'écouter les dires de je ne sais qui pour aller mieux. Sinon, elle savait qu'elle finirait pas le regretter, ne serait-ce qu'afficher ce qu'elle ressentait vraiment. Sauf, qu'elle n’allait pas partir. Et elle ne savait pas vraiment pourquoi elle avait décidé de rester. Foncièrement, elle n’en voulait pas à Gaara personnellement, elle en voulait à cette phrase « Raconte moi ton histoire ». Elle ne supportait pas ça. Etaler sa vie, non, non, merci. Surtout si c’était pour qu’après on s’apitoie sur son sort. Plutôt mourir. Elle s’était démerdée seule, ce n’était pas pour entendre des « oh ma pauvre… ».
Comme d’habitude, elle avait réagit comme ça, au quart de tour. Elle se sentait mal en fait, mal parce comme il l’avait si justement dit, il avait détruit sa carapace. Et elle avait horreur de ça, pour la simple et bonne raison qu’elle se mettait à repenser à son enfance. Elle était à découvert.
Elle soupira, et se retourna vers Gaara.

« Y a pas de l’alcool ici ? »
fit-elle, lasse.

Et voilà ! Enfin ! Le voilà le retour de notre alcoolique ! Qu’elle soit heureuse, triste, mélancolique, énervée, frustrée, agacée, stressée, mal en point, déçue, songeuse, rêveuse, Elwyn buvait. Merci tonton, grâce à qui elle avait une certaine résistance à ces boissons qu’on dit néfastes. Elwyn, elle, en boit comme si c’était de l’eau. Et l’alcool lui faisait du bien, malgré que tous lui disaient le contraire.
Elle soupira à nouveau. Gaara lui avait raconté sa vie, elle pouvait peut-être faire un effort. En temps normal, elle n’aurait jamais cédé. Mais allez savoir pourquoi ce soir, oui. Peut-être parce qu’elle avait trouvé quelqu’un qui la comprenait.

« Je t’la fais courte, méga-roux. Mes parents sont morts quand j’étais toute petite et j’ai été élevée par mon oncle et ma tante. »

Ces deux là…

« Ma mère était Elementis, et mon père Domae. Si je suis orpheline c’est parce qu’ils sont décédés dans un combat il y a 17 ans. Ma tante est morte quand j’en avais 7, et mon oncle s’est suicidé la veille de mes 15 ans. Autant te dire que pour moi, la définition de la « famille », ne s’apparente à pas grand-chose. »

Le truc qu’elle reprochait à ses parents qu’elle n’avait presque pas connus, c’était leur appartenance à une Famille. Y avait-il pire erreur ? C’est pour ça qu’elle se battait pour la paix à Quederla, pour tous ceux qui se retrouvaient dans le même cas qu’elle, qui perdaient des membres proches à cause de cette saloperie de Guerre. Les Domae et les Elementis sont capable de s’entendre. N’en était-elle pas la preuve ?
Wyn ne pouvait pas admettre qu’elle avait réussi à reprendre entièrement sa vie en main. Mais elle ne pouvait pas dire l’avoir ratée non plus. Elle vivait toujours dans le même appartement depuis sa naissance, donc elle avait un toit. Son rêve de faire de la musique sa vie n’avait toujours pas abouti, mais elle sortait à peine du Lycée, elle avait un emploi depuis quelques années, et elle était alcoolique. Pas si mal, jusque là. Quoique.
Faudra qu'elle réfléchisse vraiment à ça, un de ces jours.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptySam 29 Nov - 1:36



- Pas besoin de me demander pourquoi ça m'intéresse, je veux simplement te comprendre. Et tu m'as aider, à mon tour de le faire.

Oui oui, elle avait bien entendu il voulait l'aider ; En général, il n'est pas vraiment doué pour ce genre de choses, et il a l'habitude de s'en foutre des problèmes des autres... Mais Gaara ne savait pas pourquoi, Elwyn le fascinait. Il voulait simplement la comprendre, comprendre pourquoi elle avait ce caractère, il devait bien y avoir une raison non ? Elle n'était pas autant renfermée comme ça.

- Je n’ai pas besoin d’aide.


Et voilà, toujours à se renfermer sur elle-même et refuser l'aide des autres... Plutôt ironique, c'est la première à faire la leçon comme quoi il a besoin d'aide et lorsque c'est l'inverse, c'est une grande fille qui sait se débrouiller seule. Elwyn se dirigea vers la porte, et la voilà qui s'enfuit devant son destin... Pas de problème, l'homme de Sable ne la retient pas, de toute façon il n'allait pas non plus la torturer pour raconter un passé qui la torture déjà assez. Elle voulu ouvrir la porte mais interrompt son geste ; Qu'est-ce qui la fait changer d'avis tiens ?

Gaara avait touché un point sensible, toujours difficile quand c'est le as mais parfois c'est nécessaire pour comprendre une personne et l'homme de Sable voulait vraiment comprendre la Confrère. Elle semblait mal à l'aise, impuissante face à la situation, apparemment, c'était rare que quelqu'un la pousse aussi loin ou alors c'était la première fois ? Ça expliquerait certaines raisons. Elle se retourna vers Gaara qui attendait patiemment dans son coin.

- Y a pas de l’alcool ici ?

- Non.

De l'alcool dans le QG des Confrères et puis quoi encore ? Ils étaient là en général pour préparer des plans d'attaquer ou stopper certaines éventuelles attaques, ils étaient là pour accueillir ceux qui ne savaient pas où dormir si ils étaient chassés mais en aucun cas ils étaient là pour boire et oublier tous leurs problèmes. Il y a le bar pour ça. Et de toute façon, même si il y avait de l'alcool ici, l'homme de Sable ne lui aurait jamais donné ; Il veut entendre son histoire pendant qu'elle est sobre.

- Je t’la fais courte, méga-roux. Mes parents sont morts quand j’étais toute petite et j’ai été élevée par mon oncle et ma tante.

Qu'elle ne porte pas dans son cœur, ça ce n'est pas compliqué à comprendre. Donc les parents sont morts tués par une des Familles, expliquant ainsi la rancœur qu'elle a contre eux et l'oncle et la tante n'ont pas été très tendre avec elle... Si c'est le cas, pourquoi détester les eux Familles ? Tout le monde est regroupé dans le même panier c'est ça ?

- Ma mère était Elementis, et mon père Domae. Si je suis orpheline c’est parce qu’ils sont décédés dans un combat il y a 17 ans. Ma tante est morte quand j’en avais 7, et mon oncle s’est suicidé la veille de mes 15 ans. Autant te dire que pour moi, la définition de la « famille », ne s’apparente à pas grand-chose.

Effectivement, la définition du mot "famille" ne s'appliquait pas dans ce contexte non plus ; Très bien, ils avaient chacun vécu des situations compliqués. L'un ayant prit pour habitude de se renfermer sur elle-même et porter une carapace tandis que l'autre est devenu simple psychopathe ; Autant dire que c'est la joie de vivre dans cette ville que l'on peut ressentir.

- Ce serait plutôt ironique de ma part de dire ça, mais le passé c'est le passé non ? C'est en gros ce que tu essayes de me faire comprendre depuis tout à l'heure ; Ce qui m'est arrivé, ça a forgé mon caractère, mais je peux toujours refouler cette partie en moi en m'aidant de certaines personnes mais ça vaut aussi pour toi aussi non ?

Si ça va dans un sens, ça va dans l'autre forcément.

- Chacun surmonte les épreuves à sa manière, la mienne a été de détester tout le monde et tous les tuer pour avoir une reconnaissance ; Toi, tu t'es renfermée sur toi-même et tu t'es créée une carapace. Mais tu ne penses pas qu'il serait temps de changer toi aussi ? Ne va pas me dire que tu es toute seule dans ta vie, tu n'as plus de famille ok ? Et alors, de toute façon, tu n'avais pas l'air heureuse avec ta tante et ton oncle ; Maintenant que tu es grande, sors, fais toi des amis... Dans ton boulot, tu dois bien rencontrer certaines personnes, essaye de sympathiser avec eux. Vis ta vie simplement sans penser à ton passé ; De toute façon c'est trop tard, il ne peut pas être modifié.

Leçon qu'il devrait retenir aussi tien. Il verrait pour faire des efforts de son côté, il se rapprocha de la jeune femme pour lui faire face.

- Par contre, c'est toi qui décide de ton futur et si tu restes enfermée dans ton passé tu vas le regretter plus tard. Tu te diras quoi à 80 ans et que tu te rendras compte que tu es passée à côté de belles occasions tout ça parce que tu as voulu rester enfermée dans ta souffrance ?

C'était ça que lui avait dit Aoki ; C'était Gaara qui contrôlait son futur et il pouvait encore le modifier. Lygatt lui avait dit que le passé ne définissait pas forcément le futur et c'est vrai ; Rien ne disait que Gaara serait Chef de la Confrérie voire même chef de quelque chose et pourtant il l'est devenu grâce à des rencontres, tout simplement. Alors il savait quand même de quoi il parlait même si il n'était pas le plus fort dans ce domaine.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 EmptyDim 30 Nov - 16:41

« Ce serait plutôt ironique de ma part de dire ça, mais le passé c'est le passé non ? C'est en gros ce que tu essayes de me faire comprendre depuis tout à l'heure ; Ce qui m'est arrivé, ça a forgé mon caractère, mais je peux toujours refouler cette partie en moi en m'aidant de certaines personnes mais ça vaut aussi pour toi aussi non ? »

T’aventures pas trop sur ce terrain Gaara, sinon tu vas t’attirer les foudres de Wyn pour de bon. Elle détestait profondément qu'on lui fasse la morale. Mais c'était différent aujourd'hui.

« Chacun surmonte les épreuves à sa manière, la mienne a été de détester tout le monde et tous les tuer pour avoir une reconnaissance ; Toi, tu t'es renfermée sur toi-même et tu t'es créée une carapace. Mais tu ne penses pas qu'il serait temps de changer toi aussi ? Ne va pas me dire que tu es toute seule dans ta vie, tu n'as plus de famille ok ? Et alors, de toute façon, tu n'avais pas l'air heureuse avec ta tante et ton oncle ; Maintenant que tu es grande, sors, fais toi des amis... Dans ton boulot, tu dois bien rencontrer certaines personnes, essaye de sympathiser avec eux. Vis ta vie simplement sans penser à ton passé ; De toute façon c'est trop tard, il ne peut pas être modifié. »

C’était étrange… étrange d’entendre Gaara Ishikawa sortir ce genre de choses. Il s’était rapproché d’elle et se rendit compte une fois de plus qu’elle était bien plus petite que lui. M’énerve ça.

« Par contre, c'est toi qui décide de ton futur et si tu restes enfermée dans ton passé tu vas le regretter plus tard. Tu te diras quoi à 80 ans et que tu te rendras compte que tu es passée à côté de belles occasions tout ça parce que tu as voulu rester enfermée dans ta souffrance ? »

Ce fut comme un coup de poignard. Vraiment. Tout ce qu’il disait depuis tout à l’heure, achevé par ce mot si horrible à écouter « souffrance », avait vraiment fait l’effet d’un coup de poignard. Cependant, elle n’en laissa rien paraître.

« Tu le sais, que je pourrais te renvoyer la morale. »


Oui, disait celui qui restait cloîtré dans son phare en attendant d’en avoir marre pour pouvoir sortir. Mais est ce qu'elle avait le droit de le juger ? Au fond, en y réfléchissant bien, ils n'étaient vraiment pas si différent. Peut-être même qu'il pensait la même chose qu'elle ?

« J’ai des amis. J’ai une vie, j’ai un boulot, c’est juste que je ne parle jamais de ça. Je ne passe pas à côté de ma vie, c’est juste je passe sous silence le passé. Justement pour éviter d’y penser, puisque ça ne réussit qu’à m’énerver. »

A l’énerver parce qu’elle savait qu’elle ne devait pas ressasser, mais elle n’y pouvait rien. Malgré elle, son esprit reconstruisait ses souvenirs.
Elle ne restait pas enfermée dans sa souffrance, elle refusait juste tout simplement d’aborder le sujet. Elle détestait les Familles, les autres n’avaient pas besoin de savoir pourquoi. C’était comme ça, point. Pas nécessaire de fournir des explications. Et en règle générale, elle était suffisamment agaçante pour qu’on ne lui pose pas la question.

« J’ai un caractère de merde. Je provoque tout le temps. J’aime dire ce que je pense même si ça vexe. Je ne dis jamais rien sur moi parce que ça m’énerve. Je suis vulgaire. Je suis exaspérante, très facilement irritable et je me mets en colère pour rien. Et depuis tout à l’heure je dois t’ennuyer avec mes questions. Alors dis-moi, comment on peut avoir envie de comprendre ou d’aider quelqu’un comme moi ? »

A peine eut-elle fini cette phrase qu’elle se rendit compte qu’elle n’avait jamais dit autant de choses à propos d’elle en une seule tirade. Pourquoi Gaara cherchait-il à ce point à l’aider ? De toute façon, elle était comme ça, elle ne changerait pas, elle le savait pertinemment.
Et pas d’alcool. Merde. Il a bien dit qu’il vivait ici, et il ne pensait pas à ramener une p’tite bouteille de temps en temps ?
La vérité c’est qu’elle ne savait pas comment réagir face à Gaara. Elle aurait voulu l’envoyer balader, parce qu’il la forçait à se rappeler son enfance, et le fait qu’elle se sentait seule parce qu’elle ne discutait jamais de ça avec personne, qu’elle était seule dans ses souvenirs. Même ses amis les plus proches n’avaient jamais eu l’occasion d’en entendre parler. Elle esquivait toujours la question, changeait de sujet.  
Et puis merde, pourquoi elle lui racontait tout ça ? Qu’est ce que ça pouvait lui faire ? Elwyn n’arrivait pas à croire que les paroles de Gaara lui avaient fait autant d’effet.
Wyn était quelqu’un de très expressif, sauf en ce qui concernait la tristesse, mélancolie, ou encore la peur. Elle reufusait catégoriquement de montrer aux autres que comme tout le monde elle pouvait avoir des faiblesses, mais souvent, elle se laissait submerger par ses émotions, ne parvenant pas toujours à faire abstraction. Par contre la colère, ça, ça y allait. Mais pas cette fois. Parce que cette fois, ses yeux désemparés trahissaient une tristesse prisonnière depuis si longtemps qu’elle se refusait à extérioriser.  Et pour la première fois depuis ce qui semblait une éternité, malgré elle, une unique larme s’échappa de l’œil et roula tranquillement jusqu’en bas de sa joue.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]   Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si on parlait ? [PV Elwyn Johnson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2014-