Neigeux
-6°

La ville est en Février 2021

Partagez
 

 Câlinosophie Chapter I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous

InvitéInvité

Câlinosophie Chapter I Empty
MessageSujet: Câlinosophie Chapter I   Câlinosophie Chapter I EmptyDim 31 Aoû - 3:26








Câlinosophie Chapter I



Au ciel s’étendait un océan de nuages gros et noir, tel une muraille de ténèbres et de désespoir. Le soleil dans le lointain n’était du même coup pas visible, son levé gâché par ses sinistres amas d'eau transhumant dans le firmament. Ils étaient entonnement gros, et presque plus proche que d'habitude, d'une certaine manière. En tous cas, on en voyait mieux les contours et cela était probablement du à leur énorme taille. Ne restait plus qu’à espérer qu'ils ne se déversent pas plus que la pluie fine qui en tombait de manière assez désagréable. Celle-ci n'était néanmoins pas mal venue, suivant la rosée matinale et achevant d’arroser les plantes qui venaient de subir quelques longues journées de lourdes chaleurs. La vie reprenait en celles-ci. Les flétries se gorgeant de se liquide bienfaiteur. Mettant a l’abri aussi du passage car peu de gens sortent lorsqu'il pleut. Et cela semblait partit pour durer tant la vague de nuage semblait ne plus finir dans le lointain horizon. Du même coup, l'air extérieur déjà frais en début de matinée n'en étais que moins chaud encore. Les rares rayons solaire passant au travers des nuages les plus fins, si tenté qu'il y en ait eu. Ne parvenant qu'à faire comprendre que le matin se levait.

Dans le parc, l'ambiance était à la désolation. Les employés funèbres travaillaient à ramasser les cadavres de la nuit. Comme bien souvent il y avait eu quelques affrontement et le sang semblait tacher presque chacun des chemins de terre parcourant ce vaste endroit. N'ajoutant qu'à l'idée un peu triste que pouvait insuffler se genre d'ambiance. Les banc habituellement hôte de petits couples étaient bien vide. Cela n'avais rien d'anormal a cette heure, et encore moins avec ce temps. Mais bon, c’était quand même à noter. L'un d'eux accueillait même l’énorme carcasse d'un mec tatoué d'un animal chelou avec un long coup. M'enfin bref. Dans cette petite scène ; se trouvait donc Chikara. Pas fou l'animal, sa tenue n'était pas aussi dévêtue qu'à l'accoutumée. Un haut à capuche et manches longues, un bas un peu large et descendant jusque des chaussures de cuir souple : L'heure du footing. Car oui, notre jeune homme ne le rate que rarement, qu'il pleuve, neige, vente ou, pire encore, qu'il face gros soleil. Pas forcément donc aux premières heures mais bon, là, pas possible de dormir. Un voisin beurré avais chanté jusque trois heure et demi, en allant le voir, il c’était mis a chanter avec. Pfeuh.. Connerie. Vers cinq heur,e une fois rentré, c'était mis a faire un peu d'orage. Et l'orage il aime 'ça' alors, impossible de ne pas regarder ! Finalement, l'heure du levé de soleil. Bien que caché. Plus la peine de dormir.

Bah ouai, aujourd’hui aussi, pour changer, Chikara revêtait de jolies cernes, tout juste remarquable, certes. Mais bien présente ce qui n’étais clairement pas coutume pour lui. D'une foulée tranquille, quoi que probablement rapide d’un point de vus amateur, il parcourais donc les allées depuis un bon moment lors qu’enfin, suivant la pluie, il décida de s'arrêter. Les mains sur les hanches, l’endroit c'était déjà un peu rempli, en fait... Quelques dealers. Dans un quartier aussi miteux, que voulais-vous trouver d'autres de matin comme de nuit. Puis surtout dans un parc, aussi beau soit-il ! Quelques malfrats et petites frappes. Toujours aussi sombre, moins d'une minute après, la pluie reprenait. Regardant vers le ciel, soupirant intérieurement, le jeune homme se demandait s'il serait possible de s’amuser et sourire avec un temps pareil. Ce fut probablement pour ça triste mine qu'on l’interpella. Intrigué, intéresse aussi par le fait des nouvelles rencontres, le voilà qui discutait déjà avec cette personne qui en fait avais essayé de lui vendre une espèce de farine blanche dont les effets étaient fantastiques. Pas très gâteau, il avais bien entendu refusé et réussi a porter le sujet sur ce qui pourrait être drôle. En était venu alors plein de suggestion du revendeur de farine :

La conclusion, Chikara avais pour défi de faire un gros câlin à la première demoiselle qui passerait par ici. D’ailleurs, voilà qu'une silhouette féminine se pressentait. M'enfin, fallait être bien sur, déjà, c'est pas trop dans ses habitudes d'être tactile alors, avec des inconnus, masculin en plus, nan vraiment faut être certain, ouai... Voila, c’était un mec. Lui même et son nouveau collègue retinrent leur rire sur la situation qui aurais pus avoir lieu. Surtout vus la tronche du mec, silhouette de femme mais putain, quel visage de laideron ! Entre le pif tordu, les joues terriblement creuses et le front proéminent pire qu'un troll. Ajouté a cela son teint blafard de mec qui prends jamais le soleil, ce qui n'enjolivait clairement pas le tableau sur une tronche aussi pittoresque. M'enfin, le défi en plus d'être source d’amusement était sources d'argent, une somme ridicule certes mais perdre un paris ne serait pas bienvenu pour son ego. Alors, il scrutait au travers des arbres, arbustes et bosquets du parc, le long des allées visibles et partiellement non obstruées, avançant, suivis d'un peu plus loin de l'autre. Car ils en étaient venus a la conclusion qu'il faisait froid, que de rester a attendre sans bouger.


© Texte de moi, Code de NU

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Câlinosophie Chapter I Empty
MessageSujet: Re: Câlinosophie Chapter I   Câlinosophie Chapter I EmptyDim 31 Aoû - 11:19

Câlinosophie Chapter I....

La pluie ne cessait de tomber. Depuis le milieu de la nuit déjà, les gouttes n'avaient de fendre le ciel avant de venir s'écraser sur la Terre qui en avait grand besoin. La chaleur avait été forte ces derniers jours et la Nature appréciait à sa juste valeur ce cadeau. Les hommes, eux, se cachaient, restant barricader pour la plupart derrière leurs portes de bois et de pierre pour ne pas subir les affres du temps alors qu'au contraire, la défunte d'azur profitait de ce moment pour parcourir la ville dans les restes du silence nocturne.

Une fois de plus, la guerre avait fait rage. avec le levé du jour, venait le temps de compter les cadavres. Et aujourd'hui, pas une personne à laquelle elle put venir en aide, pas une âme dont elle l'ancienne Elementis put apaiser les souffrances. Non, des morts, du sang, des armes brisées. A l'image des vies qui regagnaient le ciel. Est-ce que certaines d'entre elles reviendraient comme elle errer sur la Terre sous forme d'esprit? Elle en doutait, jamais elle n'avait rencontré de fantôme guerrier. Mais cela ne voulait pas dire pour autant que c'était impossible.

Ses pas la menèrent au Parc de la cité. Même ici, les stigmates des batailles étaient bien présentes. Il y avait peu de monde à cette heure, encore moins en raison du crachin qui ne voulait prendre fin. Mais cela ne gênait nullement la jeune esprit. Sous son apparence humaine, tangible et visible de tous, elle se contentait de flâner au milieu des allées désertes et des bancs vides. Quelques personnes apparaissaient de temps à autre, plus ou moins patibulaire, beaucoup n'étant pas là pour une simple balade matinale mais ce n'était guère un souci pour elle. Chacun était libre de faire ce qu'il voulait. Elle refusa par deux reprises des avances diverses, nullement intéressée par ces gens. La Flore qui revivait aux alentours étaient le seul spectacle qui lui plaisait vraiment.

Ses doigts vinrent jouer avec le médaillon à son cou alors qu'un sourire tendre et léger flottait sur ses lèvres. Au loin, une silhouette se dessinant sur l'horizon la fit s'arrêter quelques instants. On dirait... Non, ce n'était pas possible. Elle savait qu'il était mort, elle avait même assistée à ses funérailles. Pourtant, cette allure, cette démarche, tout dans cette apparition lui semblait une image ressurgie du passé. ses lèvres frémirent tandis que dans un souffle tenu, un prénom lui échappa.

"- Alasthiel ?..."

Ses doigts s'étaient resserrés autour du pendentif à son cou alors qu'elle avait accéléré le pas. Et si c'était lui? S'il était revenu d'entre les morts, tout comme elle? Il fallait qu'elle sache, elle devait s'en assurer. Si c'était sa seule chance de le revoir, elle se devait de la saisir. Et s'il disparaissait avant qu'elle ne le rejoigne? S'il ne voulait plus la voir?

Et si, voilà la seule interrogation qui se répercutait en échos dans sa tête alors qu'elle ne cessait de presser le pas vers cette silhouette de plus en plus précise mais toujours autant entourée de mystères. Deux mots tout bête guidant entièrement son être.

Et si.....
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Câlinosophie Chapter I Empty
MessageSujet: Re: Câlinosophie Chapter I   Câlinosophie Chapter I EmptyLun 1 Sep - 0:11








Câlinosophie Chapter I



La pluie c'était alors soudain accentuée. Sans communes mesures, le vent était lui aussi devenu plus fort ; un vacarme voulant imiter celui provoquer par la grêle, sans en être pour autant. Le temps soudainement dégradé n'avais qu'empirer la visibilité. Il était aussi du même coup difficile d'entendre autre chose que cette pluie tombant avec effroi sur la ville. Son collègue avais alors soudain décidé de rentrer mais, bien sur, notre jeune homme ne l'avais pas entendu. Sinon il n'y aurait ici plus de défi. L'autre avais par ailleurs probablement un peu mal pris le désintérêt bien volontaire de Chikara. Pas possible d’entendre et puis, surtout, un instant avant que la pluie ne tombe, ou plus exactement quelques dizaines de secondes avant était apparus une bien belle silhouette. Pas de chance néanmoins, car le soudain déclenchement de saucée ne lui avais pas permis de déterminer si cette fois-ci c'était bien une femme. Et pas un truc bizarre comme un peu avant. Du même coup, le voilà concentré à essayer de se rassurer. En plus, la silhouette avançait vers lui à vive allure.

C'était donc l'heure des choix : Fuir, ou bien tenir son pari jusqu'au bout quitte à faire un hug à un mec. En plus il pourrais prétexter un rentre dedans, vus qu'elle se dirigeait vers lui visiblement sans le voir, étant donné son allure et probablement l'envie de rentrer chez-elle se mettre a l’abri... Bon bon, une profonde inspiration, un peu d'eau dans la bouche, qu'elle idée de l’ouvrir en plein déluge. Trempé et limite frigorifié, mais ragaillardi par sa décision, le voilà qui avançait lui aussi d'un pas déterminer vers cette inconnue, ou... cet inconnu. Au moins, ca srait drôle, probablement plus qu'avec une femme. Du coup, l’idée le fit sourire, légèrement... Un genre de sourire en coin bien caché. Comme-ci on le regardait assez attentivement pour ca et s’imaginer des conneries. Son image en aurait pris un coup, son ego aussi et surtout. Personne n’a envie qu'on s’imagine des choses stupides à son sujet, sauf quand c’est drôle, mais là clairement, ça ne l'aurait pas été.

Un pied dans une flaque boueuse ralentit sa progression succinctement, les deux se rapprochaient maintenant et s’il n'y avais eu cette colère nuageuse ; la tache du câlin face a face aurait probablement était plus difficile. Là au moins, vus que la demoiselle regardait probablement le sol ou, avait paumé, ou échanger ses lunettes contre des billes, ou autre denrée merveilleuse, fin, un truc faisait qu'elle allait le percuter. L’aubaine qui tombait à pic. Bien conscient de sa chance unique, son pas repris en vitesse. Un bon câlin tout trempé ca allait le réchauffer. Maintenant son sourire était assez large, c’est vrai qu'un bon câlin, c'est super cool. En plus, cela allait être dans trois, deux, un... La pluie reprit un rythme plus lent, nan mais, comme que de fait express. Ses bras se serrèrent assez vite sur l'inconnue dont il avait à peine vus le visage. Là ou l'ont aurait été en droit de s'attendre a un double pouls, il n'y eu que le sien. Et là ou son espoir était d'être réchauffé, il eu encore plus froid.

Le vent souffla, engendrant une mélodie de branchages et de feuillages alors qu'un rayon de soleil traversait les nuages, éclairant un peu plus le paysage. Plus personne alentours maintenant, au meilleur moment de cette journée. L'instant fatidique ou plus rien n'à d'importance que l'instant présent, le moment ou le cerveau ce centre sur un fait, un acte, pour s'en souvenir plus qu'aucun autre moment. Le câlin. Un petit smile sur ses lèvres, comme réconforter. Sa journée serait bonne maintenant, voilà bien une certitude. Pourtant, pareil, il allait se faire jeter comme une merde mais bon. C’est cool les câlins ! Alors, instinctivement, une seconde à peine après début du câlin et sans avoir fais gaffe à rien d'autres que cela même, un mot sortis de sa bouche : Gagné ! » Bon ben oui, c'était peut-être pas le plus adapté, mais pas le plus inadapté non plus. En tous cas l'unique était sortit du fond du cœur, sans détour et avec la plus grande des franchises. Ce câlin volé resterait dans ses anales cela va sans dire. D’autant que son paris était, comme dis, gagné !


© Texte de moi, Code de NU

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Câlinosophie Chapter I Empty
MessageSujet: Re: Câlinosophie Chapter I   Câlinosophie Chapter I EmptyLun 1 Sep - 17:23

Câlinosophie Chapter I....

La pluie a redoublée de puissance alors que les pas de la défunte ne cesse d'accélérer. Mais la jeune fille d'azur ne continuer sa course sans risquer de tomber, le sol est trop glissant à présent et la visibilité devient de plus en plus incertaine. Mais elle ne rêve pas. Elle en est certaine, elle le voit bien, lui aussi, venir dans sa direction. Dans sa poitrine, elle aurait presque l'impression de sentir son cœur battre bien que cela soit impossible et pourtant, cet espoir de Le revoir la rend plus vivante qu'elle ne l'a jamais été.

La silhouette était plus proche que jamais. Son regard vert ne la quittait pas de peur de la voir disparaitre. Elle trébucha mais ne s'en rendit même pas compte, portée par cet espoir fou de Le retrouver. Et à alors qu'elle se trouvait juste en face de lui, à l'instant où la pluie se calmait comme pour enfin lui permettre de voir ce visage tellement désiré, elle se sentit soudain violemment attiré contre l'homme devant elle.

"- Gagné."

Pour le coup, c'était bien le dernier mot qu'elle s'était attendue à entendre. Et puis, cette voix bien que chaleureuse n'était pas celle qu'elle avait tant souhaité entendre. La déception l'emporta sur tout l'espace d'une seconde avant qu'elle ne réalise l'incongruité de la situation. Elle se trouvait dans les bras d'un homme inconnu qui, vu son ton, semblait plutôt heureux de la situation. Un peu prise de panique en comprenant enfin ce qu'il se passait, elle se recula prestement, sans forcer mais au moins assez pour ne plus être collée à lui.

"- Je... euh... Suis désolée... Avec la pluie... Je croyais que... Je vous ai pris pour quelqu'un d'autre...."

La jeune morte Elementis ne peut s'empêcher de rougir légèrement, le regard baissé au sol. Quelle idiote. Elle savait bien pourtant qu' Alasthiel n'était plus de ce monde, il fallait qu'elle cesse d'espérer en vain. Et maintenant, elle risquait de passer pour la plus parfaite des idiotes devant un inconnu. Fantastique journée. Sans compter la pluie qui bien que plus fine ne cessait pas pour autant.

"- Vous ne devriez pas rester dehors ainsi... Vous êtes trempé, vous risquez d'attraper froid et de tomber malade."

Oui, revenir sur un terrain qu'elle maitrisait mieux. Avoir à nouveau l'impression que tout ne lui échappait pas allait l'aider à retrouver une contenance car pour le moment, elle continuait de se sentir une parfait idiote. Son regard se releva légèrement tandis que ses mains jouaient nerveusement entre elles. Elle n'osait même pas le regarder dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Câlinosophie Chapter I Empty
MessageSujet: Re: Câlinosophie Chapter I   Câlinosophie Chapter I EmptySam 18 Oct - 11:37








Câlinosophie Chapter I



Voilà qui fut bien étrange, n’avait-il sentit aucun cœur battre contre lui le temps de ce fugace câlin ? La froideur de se corps, … Certes il faisait bien froid, certes la pluie tombait comme jamais, mais à ce point. Un sentiment étrange l’avait envahis et lorsque la demoiselle avait eu désirée se retirer, l’envahie l’avait éprit de continuer se câlin. Rien que pour la réchauffer un peu. Bien que ce ne fût pas le meilleur moyen, clairement, il aurait mieux valu trouver un endroit ou s’abriter des colères de monsieur température ! Restant bête un instant. Ce fut donc elle, qui engagea la conversation, appuyant sur le fait que maintenant, Chikara avait totalement zappé son pari stupide. Confondu avec quelqu’un d’autres ? Celui-là avait donc manqué quelque chose, car s’il avait été la bonne personne, il n’y aurait probablement pas eu qu’un câlin. Et quand bien même, un câlin, c’est toujours génial : il devrait plus souvent câliner ses amis ! Cette petite pensée un peu bête se nota dans un coin, bien au chaud à l’inverse des deux protagonistes. Le vent redoubla de force, la pluie qui avais reprit ne semblait déjà plus partisane d’un arrêt. La proximité des deux jeunes gens suffisait cependant à pouvoir se calculer, et là, ce qu’il voyait c’est qu’elle regardait le sol, lui avait les mains sur sa nuque maintenant, histoire de pas rester les bras ballant, ou trop inactif, il les changerait probablement bientôt d’endroit, désireux de répondre a cette première affirmation, ce fut néanmoins la jeune femme qui reprit en première la discutions, moins déstabilisée que lui, mais après tout, même s’il ne le sait pas, ce n’est pas elle qui viens de câliner un mort !!

Souriant néanmoins. Et ce d’autant plus à la remarque, timidité ou énorme gêne, en tous cas, voilà que ses bras reprirent en activité et il se saisit doucement des mains de sa nouvelle connaissance, espérant la rassurer, bien que ne songeant pas qu’il pourrait la mettre encore plus dans un état de gêne prononcer. « Hé ! Dans ce cas, on est deux ! » Il réalisa par ce contact qu’elle était vraiment froide… Pas froide comme lorsqu’on traine dehors, une froideur douce, implacable.. Pas mordante comme celle de l’hiver. Probablement était-elle malade et dans ce cas, c’était clairement elle qui devrait faire le plus attention : « Désoler pour le faux espoir, mais, je vous propose un truc ! » Là était le moment de se faire une amie ! Il fallait donc habilement choisir ses mots pour ne pas passer pour un con, ou un pervers, mais bon, comme la réflexion n’est pas non plus son fort, il ne prit pas le temps à cela. « Allons-nous réchauffer ailleurs, ok ? » Au moins, son sourire était franc, honnête, pas celui d’un débile faisant une proposition salace, fallait-il encore le regarder dans les yeux pour le comprendre, s’il avait réussi à saisir son attention en la saisissant comme il l’avait fait, sinon hé bien… Ca se finirait mal !

Par ailleurs sil ne savait pas vraiment ou aller ; un peu perdu dans le park, comment en sortir ? Et de cette sortie, est, ouest, nord ou sud, quel serait l’endroit le plus à même de réchauffer deux promeneurs perdus, un bar ? La maison d’un inconnu acceptant d’ouvrir sa porte ? Bref, il n’en avait aucune idée, improviser serait donc la meilleure des solutions. Au final, cela n’avait guère d’importance, seule l’opportunité d’une belle rencontre était importante pour Chikara. Et quoi de mieux qu’une amitié découlant d’un pur câlin ? Rien, très certainement !


© Texte de moi, Code de NU

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

InvitéInvité

Câlinosophie Chapter I Empty
MessageSujet: Re: Câlinosophie Chapter I   Câlinosophie Chapter I EmptyDim 19 Oct - 10:33

Câlinosophie Chapter I....

Désoler pour le faux espoir, mais, je vous propose un truc ! »

Bon, au moins, il ne semblait pas mal prendre les choses, c'était toujours ça de gagné. Mais pour le moment, la défunte d'azur ne savait quand même pas trop où se mettre. Heureusement qu'en raison du temps humide et franchement pluvieux, le parc n'était pas aussi plein qu'à son habitude. Pour ne pas dire qu'il était carrément vide. Au moins, personne ne saurait ce qu'il c'était passé. Pas qu'elle en ai honte mais elle ne pouvait s'en vouloir d'avoir ainsi cru à des chimères qu'elle savait pourtant belles et bien révolues. Alors, reportant son attention sur l'étranger face à elle, elle écouta sa proposition.

« Allons-nous réchauffer ailleurs, ok ? »

"- Eh bien, voilà une idée plutôt intéressante. Je vote pour en tout cas."

Ce n'était pas comme si elle craignait le froid ou la pluie. Les intempéries comme le temps n'avaient plus le moindre impact sur elle depuis bien longtemps et quelque part, elle appréciait ces moments privilégiés avec la Nature, lors des caprices du temps qu'elle était un des seules à savoir apprécier. Mais aujourd'hui, après cet espoir déçu, elle avait besoin elle aussi de reprendre ses esprits. De se réchauffer d'une certaine manière. Alors, la proposition de cet inconnu était la bienvenue.

"- Il y a un petit Bar tout près, The Wild Ireland. Ce n'est pas très grand mais l'ambiance y est chaleureuse et le service sympathique. A moins que vous ne préféreriez un autre endroit. "

Au final, elle proposait ça mais elle savait très bien que cela finirait par jouer contre elle. Car les morts ne se nourrissent pas et à un moment où à un autre, on lui poserait des questions. Mais elle aimait ce genre d'endroit, plein de vie et d'énergie. Alors tant pis. De toute façon, elle n'avait pas honte de ce qu'elle était, elle ne l'avait pas choisi de revivre non plus. C'était plus pour les autres qu'elle s'inquiétait.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Câlinosophie Chapter I Empty
MessageSujet: Re: Câlinosophie Chapter I   Câlinosophie Chapter I Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Câlinosophie Chapter I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla [fermé] :: Les Archives ~ :: Les Archives :: Les RPs 2014-