Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Le début de la fin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Aston S. HammermanMessages : 144
Date d'inscription : 05/09/2015


MessageSujet: Le début de la fin...   Mer 21 Juin - 16:26

Par-delà les barrières physiques se trouvent la vérité de l'homme, qu'elle soit bonne au mauvaise.

Please, let me pass...

Journée paisible dans un sens, Aston n’avait pas se trouver sur les lieux de la fissure et n’avait pas d’interrogatoire ou autres intervention sur des scène de crimes ou arrestations. Non aujourd’hui il n’avait que quelques dossiers à analyser. Il gérait les différents rapports qu’on lui faisait sur la situation de la fissure, mais il avait aussi toute une procédure à élaborer pour traquer deux mafia distincte et ce grâce à la participation de Law. Il avait révélé que son quartier principal, celui d’une mafia, se trouvait dans le quartier Lyctis. Il n’avait pas préciser où, mais cela suffisait amplement à Aston pour lancer des recherches dans ce quartier. Il fallait être discret, alors il n’envoya pas trop de renforts dans ce quartier, mais il mobilisa des hommes qu’il savait droits dans leurs bottes. Maintenant l’activité de la police dans ce secteur était plus importante et doucement, mais sûrement, il trouverait et arrêterait le chef de cette mafia et ses sbires.

Ce qui tracassait un peu plus le Commissaire, c’était l’autre information qu’il avait donné. Plusieurs grosses pointures de la mafia frauderaient sur les impôts. D’après Law, cela durerait depuis des années, des années qu’ils ne payent pas les impôts prévus. La somme dépasserais plusieurs millions de Derla. Avec l’aveu de Law il aurait de quoi faire arrêter tout ces hommes, surtout si en plus il place des juges non corrompu à la tête du procès. Parcourant les dossiers, un profil sortit du lot, une  personne experte dans le blanchissement d’argent et dans les fraudes fiscales, mais surtout qui est plus qu’une grosse pointure de la mafia puisqu’il en est le chef. Enfin, un chef d’une mafia parmi tant d’autres, mais une mafia quand même.

« Vilmos Desgoffe und Taxis. Pourquoi il faut que ça tombe sur toi. Désolé Kira, mais avec toutes ces preuves, je ne peux qu’agir. Bien, vu ses capacités physique il me faut beaucoup d’hommes, tous équipés en conséquence. Les troupes lourdes de l’armée devrait faire l’affaire pour sécurisé les alentours de la demeure. Je le rencontrerais en tête à tête avec quatre de mes meilleurs inspecteurs. Bon, envoyons un courrier à mes supérieurs pour la demande de renforts. Pour les autres, je laisse mes hommes se charger d’enquêter. »

En début d’après-midi il avait reçu l’autorisation de réquisitionner un contingent de troupe lourde de la police. Ils attendaient tous devant l'hôtel de ville. Sortant sous ce soleil étincelant, il s’adressa à ses hommes pour cette mission.

- Messieurs, on ne pars pas arrêter quelqu’un, enfin ce n’est pas votre mission principale. Vous allez sécuriser le secteur tout autour de la demeure des Desgoffe Und Taxis. C’est juste une précaution au cas où il serait en effet coupable, je parle de Vilmos Desgoffe Und Taxis. Mettons nous en route.

Les troupes encerclèrent la maison, sans pour autant pénétrer le domaine, tandis qu’Aston et quatre de ses hommes avancèrent jusqu’à l’entrée de la maison.

« Je n’aime pas du tout ça, devoir enquêter sur Vilmos avec autant de preuves. Ce n’est qu’une enquête, mais s’il s’avère qu’il est coupable je devrais l'arrêter sur le champ. »

Toquant à la porte, Aston et ses hommes attendirent patiemment. A leur surprise, ce n’est pas Vilmos, mais sa femme qui leur ouvrit. La surprise des inspecteur fût la même pour la femme qui ne s’attendait surement pas à les voir. Le blondinet redouter cette idée de l’affronter elle avant son mari, il la respecte beaucoup et aurait voulu ne pas avoir à lui parler avant son enquête. Mais maintenant qu’ils en étaient là.

- Madame Desgoffe Und Taxis, nous devons parler à votre mari. Kira… Est-il là ?

Aston essayait de rester le plus professionnel possible, mais malgré tout il se sentait moins formel avec elle de par leur relation. Il aurait aimé ne jamais en arriver là.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 2764
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Mer 21 Juin - 17:15



Le début de la fin...



C
ette fissure inquiétait tout le monde et après avoir demandé à quelques Domae de se renseigner dessus, personne n'avait été capable de lui apporter des informations très concluantes. Certains voulaient descendre pour en apprendre plus mais la Rose refusait de mettre en danger les autres membres, il y avait déjà trop de victimes pour autoriser des descentes. Kira se tenait au courant par les journaux, le Gouvernement voulait lancer des équipes de sauvetage et même si elle n'avait pas confiance en eux, peut-être qu'ils étaient pour l'instant les mieux placés pour l'opération.

Histoire de se changer un peu les idées, la demoiselle aux cheveux roses avait invité Laelyss à la maison. De son côté, la rouquine avait eu plus de chance que Vilmos puisque la pâtisserie avait été épargnée par le tremblement mais elle avait appris la disparition d'une des employées via le journal. Elle se demandait aussi si Angel était tombée dans la fissure ou si elle était bloquée sous des décombres ; tellement de personnes étaient tombées que la Rose ne savait plus où donner de la tête. Cependant, la rouquine était en train de lui expliquer que sa maison nécessité des réparations et qu'ils logeaient actuellement à l'hôtel.

- Tu penses que ce serait une bonne idée de descendre ?

- Bien sûr, dis-moi tu veux que je vienne te voir à l’hôpital ? Si c'est le cas, je te prends quelle boîte de chocolats, ceux à la noisette ou ceux aux caramels ?


Un simple doigt d'honneur fut la seule réponse que Laelyss obtenue, donc si elle comprenait bien personne ne voudrait descendre avec elle. Vilmos ne voulait déjà entendre parler de ça et maintenant c'était sa meilleure amie qui s'y mettait... La demoiselle aux cheveux roses se relava pour ramener deux verres de grenadines. Non pas que la chaleur était étouffante mais l'été commençait à arriver, ça se sentait et un peu d'eau ne ferra de mal à personne.

Kira allait poser une nouvelle question à Laelyss mais quelqu'un toqua à la porte. Elle n'attendait personne mais peut-être que des Domae voulaient la mettre au parfum concernant cette fissure ; elle demanda à son amie de l'attendre et alla en direction de la porte d'entrée. Jetant un coup d’œil par le judas de la porte, l'odeur lui avait déjà donné une indication sur la personne qui se tenait derrière celle-ci. Soupirant, elle l'ouvrit non contente de voir Aston dans cette situation ; Kira croisa les bras et lui demanda la raison de sa présence.

- Madame Desgoffe Und Taxis, nous devons parler à votre mari. Kira… Est-il là ?

- Non. Et crois-moi que même si il était-là, je ne te le dirais pas.


Autant être franche. Avec tous les policiers qui étaient derrière lui, ça sentait qu'ils n'étaient pas pour une visite de courtoisie ; Vilmos avait autre chose à faire pour l'instant que de se prendre la tête avec les inspecteurs de police. Posant une main sur la porte, Kira n'avait rien de plus à dire aux policiers, ils connaissaient le lieu de travail de Vilmos ; enfin si il était là-bas. Ce n'est pas parce qu'ils étaient mariés qu'elle connaissait ses moindres faits et gestes.

- Félicitations pour ta promotion Aston mais j'ai autre chose à faire pour l'instant alors bonne journée.

Elle s'apprêtait à lui claquer la porte au nez mais une petite tornade rose passa devant elle sans possibilité de l'empêcher de sortir. Thalia s’agrippa aux jambes d'Aston pour lui dire bonjour, puisque le couple Hammerman était invité de temps en temps à la maison ou inversement, leur fille pouvait souvent voir le policier.

- Oncle Aston ! Maman t'a dit que j'avais eu de bonnes notes ? J'suis la quatrième de ma classe !

Et c'était même à se demander comment elle les avait obtenu. Bien que ses notes étaient bonnes, son comportement était quand même à revoir ; la petite lui appris ensuite qu'elle allait rentrer en CE1 au mois de Septembre et voulu savoir si il avait apporté un cadeau. Eh bien elle ne perdait pas le nord. Sans même attendre la réponse d'Aston, la petite prit la main du policier pour le tirer à l'intérieur mais Kira plaça son bras pour empêcher quiconque de rentrer.

- Ma puce, va chercher un verre d'eau pour Aston et dit à Tata Lae' qu'il est là.

Toute excitée, la petite partie dans la cuisine laissant ainsi la Domae et le policier face à face. Ça allait être compliqué de le renvoyer maintenant que sa tornade rose avait insisté pour le faire entrer mais c'était à une condition.

- Si tu veux rentrer ici, c'est sans tes hommes.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia




Je vous grogne dessus en darkblue.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Aston S. HammermanMessages : 144
Date d'inscription : 05/09/2015


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Mer 21 Juin - 19:48

Par-delà les barrières physiques se trouvent la vérité de l'homme, qu'elle soit bonne au mauvaise.

All monster are human.

Derrière la porte le blondinet pouvait entendre son amie parler avec une autre personne, il ne savait pas qui, mais manifestement ils allaient déranger pendant un moment de détente de la femme à la chevelure si particulière. Comme il s’y attendait, lui et ses hommes avait une très mauvaise réputation si bien que le simple regard de la belle mettait mal à l’aise le plus jeune des inspecteurs présents.

- Non. Et crois-moi que même si il était-là, je ne te le dirais pas.

« Le message est clair au moins. Je savais que son accueil ne serait pas des plus chaleureux, surtout accompagné de la sorte, mais je sais pas si elle est au courant mais son mari peut me briser la nuque juste en serrant la main. Donc dans le doute, je préfère avoir des hommes pour l’occuper une petite seconde s’il refusait de coopérer. Enfin, là n’est plus la question. »

Regardant le plus ancien et le plus compétent des inspecteur à ses côtés il lui fit signe d’aller trouver Vilmos sur son lieu de travail que tout le monde connaissait pour un entretien avec l’allemand. Il s’en alla et à sa suite la moitié du contingent le suivis.

- Félicitations pour ta promotion Aston mais j’ai autre chose à faire pour l’instant alors bonne journée.

Il l’avait vu mette la main sur la porte et il voyait déjà la porte se claquer sous son nez, il s’y attendait, mais une petite tête rose fonça droit sur lui, s’agrippant aux jambes de l’inspecteur sous le regard surpris de ses hommes.

- Oncle Aston ! Maman t’a dit que j’avais eu de bonnes notes ? J’suis la quatrième de ma classe !

Aston souriait devant tant d’innocence, mais il ne quittait pas cette légère tristesse dans ses yeux. La séparer de son père serait assez triste pour elle, un évènement assez traumatisant pour une fille de son âge qui a besoin de ses deux parents. Elle ne s'arrêtait plus de parler, elle parlait de sa rentrée en CE1 au moi de Septembre et demanda si, par le plus grand des hasard, il n’avait pas apporter un cadeau pour elle. Sans qu’il n’eut le temps de répondre, la petite fille lui attrapa la main pour l’entrainer à l’intérieur. C’était sans compter sur sa mère qui s’y opposa formellement, plaçant son bras pour faire barrière.

- Ma puce, va chercher un verre d’eau pour Aston et dit à Tata Lae’ qu’il est là.

Toute énergique, elle s’en alla laissant les deux adultes entre eux. La situation avait changer du tout au tout avec son intervention.

« Cette petite est adorable. Grâce, ou a cause, d’elle je vais pouvoir entré même si… »

- Si tu veux rentrer ici, c’est sans tes hommes.

- Bien sûr. Messieurs, rejoignez le reste des hommes.

Le policier suivis son hôte bien que son comportement à son égard montrait bien qu’elle faisait tout cela seulement pour faire plaisir à sa fille. Il l’a suivis dans le salon où se trouvait Laelyss, il la salua comme il se doit avant de s’asseoir.

- Laelyss, ravi de te voir.

« Même si le plaisir doit pas être partagé. L’ambiance va être super. »

La petite fille arriva avec son verre d’eau, le donnant au blondinet. La remerciant, Aston s’excusa de n’avoir rien apporter, mais que la prochaine fois il lui rapporterais un petit quelque chose. Sous le regard de Kira, Aston se devait maintenant de s’expliquer.

- Merci de me laisser entrer. Tu sait, ça ne me fait pas plus plaisir qu’a toi de venir ici pour cette raison.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 2764
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Mer 21 Juin - 22:07



Le début de la fin...



P
as d'hommes du Gouvernement à la maison. Déjà qu'elle ne voulait pas d'Aston chez elle, mais sa fille avait insisté pour le faire entrer et la Rose ne voulait pas inventer de mensonge le concernant. Aston accepta la condition et demanda à ses hommes d'aller rejoindre les autres, discrètement, Kira invoqua son loup qui devait prévenir Vilmos d'un problème... Mais ça, il finir par le découvrir tôt ou tard. La demoiselle se décala sur le côté et ferma la porte avant de l'escorter jusqu'au salon.

- Laelyss, ravi de te voir.

- Chalut.


Sûrement trop occupée à vider le pot de glace à la vanille, Laelyss n'avait pas l'air être au courant de ce qu'il se passait ici. Thalia revint quelques secondes plus tard, un verre d'eau dans les mains qu'elle donna à Aston, toute souriante ; ce dernier d'ailleurs lui avoua qu'il n'avait pas cadeau pour elle mais que la prochaine fois il y pensera. Ah, parce qu'il espérait avoir une prochaine fois ? A cette allure-là, il pouvait toujours courir pour revenir tranquillement à la maison comme si de rien n'était.

- Merci de me laisser entrer. Tu sait, ça ne me fait pas plus plaisir qu’a toi de venir ici pour cette raison.

- Thalia, si tu allais jouer un peu avec ton frère. On doit discuter d'affaires de grands avec Aston.

- Mais moi aussi j'suis une grande fille.

- Oui mais pas encore assez grande pour ce qu'on va dire.


Tapant du pied avec sa petite mine boudeuse, Thalia monta à contre cœur les escaliers et la Rose prit le temps d'attendre qu'elle soit bien dans sa chambre ; elle ne voulait pas que sa fille entende ce genre de choses. Une fois la porte claquée, la demoiselle ferma celle du salon et concentra son attention sur Aston, les bras croisés et les lèvres pincées à cause de la colère.

- La seule raison qui m'empêche de jeter dehors avec un coup de pied au cul est le fait que mes enfants sont à l'étage et qu'ils pourraient descendre d'une minute à l'autre.

Et ce n'était pas la vision qu'elle voulait leur offrir. Tentons de régler ça de manière courtois, calmement et adulte... Sinon ça sera à coup de glace à la vanille dans la tête, tant pis pour Laelyss ce serait pour la bonne cause de sacrifier une si bonne glace.

- Et d'ailleurs tu n'as pas d'autres choses à faire ? Je te rappelle qu'il y a une immense fissure qui traverse une partie de la ville, des gens sont tombés alors peut-être qu'au lieu de venir nous emmerder, tu devrais te concentrer sur le sauvetage de ces personnes, tu ne crois pas ?

Actuellement, c'était peut-être le plus important. Des personnes au fond de la fissure depuis plusieurs jours qui devaient mourir de faim et de soif et voilà où les hommes du gouvernement allait. Les bras croisés, Kira ravala sa fierté quelques minutes pour lui demander le plus important.

- J'ai vu que Angel faisait partie des disparus, est-ce que tu as des nouvelles d'elle ?
Crédit: Neko-chan in Never Utopia




Je vous grogne dessus en darkblue.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Aston S. HammermanMessages : 144
Date d'inscription : 05/09/2015


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Jeu 22 Juin - 0:24

Par-delà les barrières physiques se trouvent la vérité de l'homme, qu'elle soit bonne au mauvaise.

All monster are human.

- Thalia, si tu allais jouer un peu avec ton frère. On doit discuter d’affaires de grands avec Aston.

Ce à quoi la petite fille riposta qu’elle aussi était grande, mais sa mère eut le dernier mot et finalement elle partie avec la petite mine boudeuse qui attendrit légèrement le commissaire. Alors qu’il la regardait montée à l’étage Kira, elle attendit qu’elle soit bien en haut pour fermer la porte du salon, ramenant Aston dans cette réalité bien dure. Son regard froid et sévère se reporta sur le blondinet qui baissait la tête se sentant assez mal dans cette situation.

- La seule raison qui m’empêche de jeter dehors avec un coup de pied au cul est le fait que mes enfants sont à l’étage et qu’ils pourraient descendre d’une minute à l’autre.

« Et c’est repartis, pourquoi c’est toujours nous, le Gouvernement, qui se prenons tout sur la gueule ? Je sais pas, on fait chaque jours de notre mieux pour assurer la sécurité en ville, soignés les blessés, reconstruire la ville, mais pourquoi on nous reproche tout le temps quelque chose ? J’y peux quelque chose si ton mari est un criminel de haut rang ? »

- Et d’ailleurs tu n’as pas d’autres choses à faire ? Je te rappelle qu’il y a une immense fissure qui traverse une partie de la ville, des gens sont tombés alors peut-être qu’au lieu de venir nous emmerder, tu devrais te concentrer sur le sauvetage de ces personnes, tu ne crois pas ?

« Attend, quoi ? Je crois qu’elle saisie pas tout ce que je fais dehors. Pourquoi elle n’écoute que ce qu’elle veut, croire ce qui l’arrange. Je te croyais plus intelligente et je croyais que tu me comprenais, ne serait-ce qu’un peu. Angel elle… Elle me comprend. »

La colère montait doucement dans le coeur du commissaire, sa main serrant de plus en plus fort le verre d’eau si gentiment apporter par la fille de son « amie ». Elle s’était tue pendant quelques minutes, surement pour ce calmer, mais si elle croyais qu’elle pouvait le traiter comme un moins que rien sans subir ton coup de gueule, elle pouvait se mettre le doigt dans l’oeil. Aston avait du respect pour cette femme, il la considère comme son amie, mais après tant de mots si… Blessant, pourquoi devrait-il faire de nouveau des efforts ?

- J’ai vu que Angel faisait partie des disparus, est-ce que tu as des nouvelles d’elle ?

- T’en fait po, y vont l’retrouver, y’aura un beau mec pour la prendre dans ché bras. T’sais un beau mec qu’est pas du gouv’ toussa toussa.

Lae, la cuillère de glace à la bouche n'arrangeai pas la situation. Peut-être disait-elle ça en rigolant, mais Aston avait du mal à le prendre ainsi. Ces paroles lui rappelèrent son incapacité à retrouver la femme qu’il aimait. Les équipes de recherches n’était pas encore formé que les troupes fouillant les débris rapportaient déjà des rapport et ce à chaque fois sans le nom de sa dulcinée. Sa rage par rapport à sa faiblesse et les reproche qu’on venait de lui faire le firent casser le verre à force de serrer de sa main.

- Merci Lae, heureux de voir que tu est aussi inquiet que moi. Je ne sais absolument rien. Je cherche jours et nuits, je ne dort quasiment plus, les rapports ne mentionnent jamais son nom. Les équipes de recherche ne sont pas encore faites alors je doit encore attendre, attendre avant de pouvoir descendre moi-même aller la chercher dans cette maudite fissure. Tu pense que je me tourne les pouces ? Tu pense que je travail pas assez sur ce qui se passe dehors ? Tu lit les journaux ? Tu ne te tient pas au courant que tu me reproche tant que chose ? Depuis le jour où cette fissure est apparue je suis sur l’affaire. Je coordonne la sécurité et les transports des blessés. Les deux autres coordinateur croulent sous leur travail. Le professeur Kobayakawa ne dort quasiment plus avec le flux de blessés qu’on lui apporte. Et l’ingénieur civil en charge de la partie recherche est quasiment chaque jours sur le terrain à fouiller avec ses hommes les décombres. On établit chaque jours des plans pour descendre, mais la situation instable de la surface nous empêche d’agir. Si je ne règle pas les problèmes de la ville aux plus vite, les équipes ne pourrons pas descendre. On a enfin reçu l’ordre d’établir des points de descente, les équipes descendrons d’ici quelques jours et moi avec. Alors ne me dit pas sur quoi je devrais me concentrer !

Il l’a regardait droit dans les yeux, ses sourcils froncés, il a rarement été dans une telle situation de colère. Il secoua d’une traite sa main pour se débarrassé des bout de verres sur sa main. Puis sans attendre une quelconque réponse de la demoiselle, Aston reprit de plus belle.

- Je ne fais que mon travail. Je cherche sans repos ma femme, je coordonne les secours et la sécurité de la fissure, je traque la mafia pour les horreurs qu’ils ont fait. Alors arrête de nous rabaisser, nous et nos efforts. Je sais que tu n’a confiance ni en moi, ni au Gouvernment, mais moi je te pensais plus compréhensive. Je te respecte, je te considère comme une amie...

Il soupira d’un aire dédaignant, lui qui avait fait beaucoup de choses pour eux, voilà comment on le traitait ? En fait sans Angel, jamais elle ne lui aurait montrer autant « d’amitié ». Finalement son statut lui sera toujours défavorable pour les relations humaines.

- De sources sûres, je sais que des grosses pointures de la mafia font de la fraude fiscale depuis des années et ton mari remplis tout les critères. Jusque-là je faisais abstraction de son statut comme du tient, mais la somme dépasse de loin ce que je peux cautionner. Je te parle de plusieurs millions de Derlas. Tu pense que les travaux de reconstruction sont gratuit ? Que le matériel médical se paye tout seul ? Que le matériel pour descendre sauver toutes ces personnes c’est du bénévolat ? Tout ça c’est payer par les impôts. Ok une partie revient à la police pour l’équipée, qu’il t’en déplaise. Ces millions serviraient bien mieux à la reconstruction de la ville ou pour du matériel médical. Je dit pas que Vilmos est responsable de toute cette merde, car on se démerde avec les moyens du bord. Je dit juste que les millions qu’il ne donne pas aux impôts ne servent à rien. Je sais pas ce qu’il en fait de son fric, mais si c’est juste pour vivre sereinement, sans blanchir et faire des fraudes fiscale il peut très bien y arriver avec son job. Alors j’enquête car figure toi que cette affaire ralentie les secours plus que tu ne le croit et ton mari est en premier sur la liste des suspects.

A ce niveau, Aston se foutait complètement de ce que ferait Kira, elle avait allumé la mèche, le commissaire ne ferait rien pour arrêter la bombe qu’était ses sentiments. Il se leva, frustré avant de déposer un mouchoir en tissu sur l’eau étalée au sol. Il fit face à son « amie » et se calma. Il soupira avant de reprendre la parole.

- Ecoute… A ce niveau j’ai que deux options : soit il avoue et je m’arrange pour qu’il paye juste ce qu’il doit, soit je devrais le trainer devant un juge avec des preuves, si possible qu’il n’a pas corrompu. C’est tout ce que je peux faire pour toi et ta famille tout en respectant mes devoirs.

Il se pinça le haut du nez pour se calmer. Maintenant qu’il passait pour le grand méchant de l’histoire, il était prêt à assumer ses paroles et repartir avec un coup de pied au cul comme elle l’a si bien dit.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 2764
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Jeu 22 Juin - 9:04



Le début de la fin...



K
ira n'avait pas eu le temps d'aller voir Aston ou de passer chez eux pour prendre des nouvelles d'Angel. Malgré la querelle entre le policier et la Domae, cette dernière tenait à sa meilleure amie plus que tout et ne voulait pas qu'il lui arrive malheur. Cependant, après tout ce qu'elle venait de dire, elle avait la sensation pour qu'elle pouvait toujours courir pour obtenir une réponse potable ; surtout avec la réflexion de Laelyss.

- T’en fait po, y vont l’retrouver, y’aura un beau mec pour la prendre dans ché bras. T’sais un beau mec qu’est pas du gouv’ toussa toussa.

Kira esquissa un sourire mais elle savait que ce n'était pas la chose à dire. La demoiselle avait déjà beaucoup mise en garde l'Elementis de glace et peut-être que Laelyss avait dit la même chose de son côté ; en tout cas, quoi qu'il arrive, ce n'était vraiment ce qui fallait dire pour calmer Aston.

- Merci Lae, heureux de voir que tu est aussi inquiet que moi. Je ne sais absolument rien. Je cherche jours et nuits, je ne dort quasiment plus, les rapports ne mentionnent jamais son nom. Les équipes de recherche ne sont pas encore faites alors je doit encore attendre, attendre avant de pouvoir descendre moi-même aller la chercher dans cette maudite fissure. Tu pense que je me tourne les pouces ? Tu pense que je travail pas assez sur ce qui se passe dehors ? Tu lit les journaux ? Tu ne te tient pas au courant que tu me reproche tant que chose ? Depuis le jour où cette fissure est apparue je suis sur l’affaire. Je coordonne la sécurité et les transports des blessés. Les deux autres coordinateur croulent sous leur travail. Le professeur Kobayakawa ne dort quasiment plus avec le flux de blessés qu’on lui apporte. Et l’ingénieur civil en charge de la partie recherche est quasiment chaque jours sur le terrain à fouiller avec ses hommes les décombres. On établit chaque jours des plans pour descendre, mais la situation instable de la surface nous empêche d’agir. Si je ne règle pas les problèmes de la ville aux plus vite, les équipes ne pourrons pas descendre. On a enfin reçu l’ordre d’établir des points de descente, les équipes descendrons d’ici quelques jours et moi avec. Alors ne me dit pas sur quoi je devrais me concentrer !

Quant aux verres cassés, c'était sûrement les débris qu'il allait se recevoir dans la tronche si il continuait ainsi de saloper son salon. Parce que vu la tournure de la conversation, il n'allait certainement pas avoir la patience de rester là pour passer un petit coup de lingette... Ce qui entre nous, ce serait la moindre des choses après avoir répandu eau et sang par terre.

- Je ne fais que mon travail. Je cherche sans repos ma femme, je coordonne les secours et la sécurité de la fissure, je traque la mafia pour les horreurs qu’ils ont fait. Alors arrête de nous rabaisser, nous et nos efforts. Je sais que tu n’a confiance ni en moi, ni au Gouvernment, mais moi je te pensais plus compréhensive. Je te respecte, je te considère comme une amie...

- Une amie ? Laisse-moi rire... Je n'ai pas souvenir que dans la définition de l'amitié, il y a le passage où notre soit-disant "ami" débarque avec sa troupe de policiers pour arrêter le mari de son "amie".


Finalement non, ce n'était pas ça la définition de l'amitié pour elle. Alors parce que Laelyss était une Elementis d'eau, Kira devait la détester et tenter de la tuer ? Est-ce qu'elle devait aussi faire subir le même sort à Angel ? Tourner le dos à ses vrais amis simplement parce que son statut l'y obligeait ? Elle avait su passer outre les pouvoirs et si il était un vrai ami, Aston aurait été capable de faire de même de son côté.

- De sources sûres, je sais que des grosses pointures de la mafia font de la fraude fiscale depuis des années et ton mari remplis tout les critères. Jusque-là je faisais abstraction de son statut comme du tient, mais la somme dépasse de loin ce que je peux cautionner. Je te parle de plusieurs millions de Derlas. Tu pense que les travaux de reconstruction sont gratuit ? Que le matériel médical se paye tout seul ? Que le matériel pour descendre sauver toutes ces personnes c’est du bénévolat ? Tout ça c’est payer par les impôts. Ok une partie revient à la police pour l’équipée, qu’il t’en déplaise. Ces millions serviraient bien mieux à la reconstruction de la ville ou pour du matériel médical. Je dit pas que Vilmos est responsable de toute cette merde, car on se démerde avec les moyens du bord. Je dit juste que les millions qu’il ne donne pas aux impôts ne servent à rien. Je sais pas ce qu’il en fait de son fric, mais si c’est juste pour vivre sereinement, sans blanchir et faire des fraudes fiscale il peut très bien y arriver avec son job. Alors j’enquête car figure toi que cette affaire ralentie les secours plus que tu ne le croit et ton mari est en premier sur la liste des suspects.

Plutôt que frapper et le foutre à la porte, Kira préféra laisser échapper un petit rire... Il était marrant avec ses preuves et ses suppositions à deux balles de flic. Si cette enquête ralentie tant les secours, pourquoi rester ici ? Le plus important serait sûrement de s'occuper des blessés, de voir les choses à reconstruire plutôt que de s'intéresser à des choses aussi futiles que la mafia. Que ce soit du côté de Vilmos ou de Salazar, ils ont sûrement eu très mal tous les deux alors ils sont plus occupés à faire des réparations que de blanchir de l'argent ou penser à payer ses impôts.

- Ecoute… A ce niveau j’ai que deux options : soit il avoue et je m’arrange pour qu’il paye juste ce qu’il doit, soit je devrais le trainer devant un juge avec des preuves, si possible qu’il n’a pas corrompu. C’est tout ce que je peux faire pour toi et ta famille tout en respectant mes devoirs.

- Oh parce que tu crois qu'il va simplement avoir quelques années de prison ? Te fou pas de ma gueule Aston, t'as vu sa prime ? T'as vu ses crimes ? Ce serait un miracle qu'il ait un procès en bonnes et dues formes.

Quelqu'un comme Vilmos ou comme Kira ne pouvait pas espérer avoir quelque chose de juste. Ils allaient être emmenés sur l'échafaud tout simplement et ce n'était pas un petit Commissaire comme Aston qui allait pouvoir changer quelque chose.

- Et t'as cru que Vilmos en faisait quoi de cet argent ? Qu'on va aux Bahamas avec tous les week-end ? Qu'on se paye des restaurants de luxe tous les soirs ? Qu'on utilise cet argent pour faire chauffer le barbecue auxquels on t'invite ? Je suis suffisamment bien placée dans la Famille pour savoir ce que fait Vilmos de cet argent et il ne fait pas ça pour lui. J'ai longtemps détesté ses affaires, crois-moi, on était tout le temps en conflit par rapport à ça avant qu'on se marie mais faut avouer qu'il en a aidé plus d'un. Tu as cru que les maisons se reconstruisaient toute seule ? Qu'un enterrement se payait facilement ? Qu'une boutique était réparée en un claquement de doigt ?

Alors oui, peut-être qu'ils pourraient attendre l'aide du Gouvernement... Mais entre nous, les Domae ou même les Elementis passeraient en dernier sur leur liste. Ce serait chiant quand même d'aider l'ennemi à se reconstruire après des dommages matériels et humains. Sauf qu'il y avait des gens comme Vilmos qui acceptaient de mettre leur arguent aux profits des membres Domae qui en avaient besoin. Et même si cette histoire de blanchiment n'avait jamais fait plaisir à Kira, elle avait fini par les fermer les yeux. Car il n'utilisait pas ça pour lui.

- Tu sais Aston. Je ne pense pas qu'on soit amis, tu fais cet effort pour Angel sinon tu m'aurais arrêtée depuis bien longtemps. Ce n'est qu'une façade pour faire plaisir à ta femme car dès qu'elle a le dos tourné comme maintenant, nous rentrons en conflit systématiquement. Alors non, je ne pense pas que nous ayons déjà été amis et si c'est de cette manière que tu traites tous tes amis, je comprends que tu sois aussi seul.

C'était peut-être des mots très durs mais elle les pensait tous. Il ne fallait pas continuer de se voiler la face, ils n'auraient jamais été amis si Angel n'avait pas été dans l'équation. Lui un policier qui fait tout pour faire régner la justice et Kira qui est la parfaite criminelle à arrêter ; ils se tournent autour à attendre le meilleur moment pour se taper dessus sans qu'Angel ne souffre. Ce n'était pas ça une vraie amitié alors qu'il n'utilise pas cet argument contre Kira.

- Et une dernière chose, et là c'est la Domae qui te parle. J'aurais très bien pu tenter d'assassiner Angel ou Laelyss en apprenant qu'elles étaient Elementis et je pourrais très bien tenter quelque chose contre ma sœur qui est soldat dans le Gouvernement. Mais tu vois, je tiens à toutes ces personnes et je sais que je peux compter sur elles quoi qu'il arrive ; toi, à qui tu confierais ta vie sans la moindre crainte ? A tes policiers ? Ils sont simplement là pour exécuter tes ordres. Un vrai ami, c'est là aussi pour couvrir tes arrières... Et j'aurais bien aimée être cette amie-là pour toi, si seulement tu avais su faire la part des choses.

Non, elle n'allait pas lui demander de mettre son métier en péril pour eux mais rien que de rester loin des affaires de Vilmos aurait été un bon début. Refiler le dossier à quelqu'un d'autre peut-être ?
Crédit: Neko-chan in Never Utopia




Je vous grogne dessus en darkblue.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Aston S. HammermanMessages : 144
Date d'inscription : 05/09/2015


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Jeu 22 Juin - 16:12

Par-delà les barrières physiques se trouvent la vérité de l'homme, qu'elle soit bonne au mauvaise.

All monster are human.

Kira répliqua tout de suite quand Aston employa le mot « ami », faisait remarquer qu’un ami ne se ramène pas pour arrêter le marie de son amie. Le monde est bien cruel, mais il en était ainsi, il n’avait pas le choix. Elle ne le comprendrais peut-être jamais, mais le commissaire, à ce niveau là de la conversation, ne pouvait plus rien pour la raisonner. Quand il eut finis de parler, la parole revint à la demoiselle qui n’allait certainement pas se laisser faire.

« Tu rigole à mes paroles, sans vraiment m’écouter, tu ne comprend pas ma situation comme celle qui se passe dehors. Si je pouvais donner ce dossier a quelqu’un d’autre, si je pouvais retarder cette enquête à son maximum je le ferais, mais… Trop de facteurs entre en jeu en co moment pour que je laisse cette enquête trainer. Surtout que je ne viens pas l’arrêter ! J’ai pris des hommes pour justement ne pas mourir si ton mari décidait que j’étais une trop grande gêne. Je veux juste lui parler, peut-être que lui est plus ouvert niveau discussion. Quoique, c’est ton mari après tout… »

- Oh parce que tu crois qu’il va simplement avoir quelques années de prison ? Tu fou pas de ma gueule Aston, t’as vu sa prime ? T’as vu ses crimes ? Ce serait un miracle qu’il ait un procès en bonnes et dues formes.

« Non, bien sûr que non, ce n’est pas moi qui aurait pu faire quelque chose. J’avais imaginer, surement bien trop naïvement, qu’il corromprais le juge, payerais ce qu’il doit et partir. Je me suis dit qu’il aurait pût faire ça. Je deviens bien naïf à chercher des solutions pour satisfaire les deux partis. »

- Et t’as cru que Vilmos en faisait quoi de cet argent ? Qu’on va aux Bahamas avec tous les week-end ? Qu’on se paye des restaurants de luxe tous les soirs ? Qu’on utilise cet argent pour faire chauffer le barbecue auxquels on t’invite ? Je suis suffisamment bien placée dans la Famille pour savoir ce que fait Vilmos de cet argent et il ne fait pas ça pour lui. J’ai longtemps détesté ses affaires, crois-moi, on était tout le temps en conflit par rapport à ça avant qu’on se marie mais faut avouer qu’il en a aidé plus d’un. Tu as cru que les maisons se reconstruisaient toutes seule ? Qu’un enterrement se payait facilement ? Qu’une boutique était réparée en un claquement de doigt ?

« Comme je l’ai dit, je ne sais pas ce qu’il en faisait de son argent et je me rend bien compte de ce que tu me dit. Il fait pour ta Famille ce que le Gouvernement fait pour les habitants. Je sais très bien que les bâtiments situer dans les quartiers Est et Ouest ne sont pas la priorité de l'ingénierie civile et c’est bien normal. Personne veut prendre le risque de se faire attaquer dans ces quartiers où résident des personnes hostiles au Gouvernement et malheureusement l’ingénierie civil et composé de civil qui ont peur des famille et qui en plus travail pour le Gouvernement. C’est con, je sais, mais tu ne m’écoute même pas, tu essaye même pas de te mettre à notre place… Alors pourquoi je suis en train de me mettre à la place de ta fille ? Pourquoi je veut qu’elle ait un père avec elle alors que je pourrais très bien faire abstraction d’une enfant ? Pourquoi j’essaye de comprendre ton mari ? C’est con qu’il commette des crimes alors qu’il pourrait très bien montrer des choses plus positives. »

- Tu sais Aston. Je ne pense pas qu’on soit amis, tu fait cet effort pour Angel sinon tu m’aurais arrêtée depuis bien longtemps. Ce n’est qu’une façade pour faire plaisir à ta femme car dès qu’elle a le dos tourné comme maintenant, nous rentrons en conflit systématiquement. Alors non, je ne pense pas que nous ayons déjà été amis et si c’est de cette manière que tu traites tous tes amis, je comprends que tu sois aussi seul.

« L’amitié… Je n’ai jamais été ami avec des criminels, toi et Vilmos étiez les premiers. Certes sous certaines conditions nous l’étions, mais nous l’étions. Et puis mon regard sur vous à changer au fil des années. Cependant, le destin en a voulu autrement. Comment pourrais-je désobéir à un ordre direct… »

- Et une dernière chose, et là c’est la Domae qui te parle. J’aurais très bien pu tenter d’assassiner Angel ou Laelyss en apprenant qu’elles étaient Elementis et je pourrais très bien tenter quelque chose contre ma sœur qui est soldat dans le Gouvernement. Mais tu vois, je tiens à toutes ces personnes et je sais que je peux compter sur elles quoi qu’il arrive ; toi, à qui tu confierais ta viesans la moindre crainte ? A tes policiers ? Ils sont simplement là pour exécuter tes ordres. Un vrai ami, c’est là aussi pour couvrir tes arrières… Et j’aurais bien aimée être cette amie-là pour toi, si seulement tu avais su faire la part des choses.

Ces paroles était dur à entendre pour Aston, lui qui affrontait une dure vérité : son amie était aveuglée par ses convictions. Lui aussi était comme cela avant, mais il avait appris à s’ouvrir, à se mettre à la place des autres car au final la justice, là vraie, ne peut se faire que si on a une vue d’ensemble de la situation. Peut-être y avait-il encore des zones d’ombres sur sa vue de la situation actuelle pour qu’il soit à ce point coincé dans ce sentiment de tristesse. Il serra le poing de colère et de tristesse, pourquoi ses mots était tous perçu comme des armes ? Il s'arrêta de serrer sa main, laissant évacuer sa rage et quelques gouttes de sang qui colorèrent le tissu blanc d’une rouge légèrement dilué par l’eau.

- Comme je te l’ai dit, je ne savais pas ce que faisait Vilmos de cet argent. D’accord, il fait pour les Domae ce que le Gouvernement fait pour les Habitants. Ok, les dégâts matériel dans les quartiers Est et Ouest ne sont pas nos priorités, mais tu sais pourquoi ? Car les ingénieurs civils qui travailles au Gouvernement redoute plus que tout vos quartiers puisqu’une majeur partie de ses résidents sont hostiles au Gouvernement. Ils ont peur, peur de la réaction des gens, de savoir s’il vont pas mourir en essayant de reconstruire ce qui a été détruit. Et l'hôpital, bien que gérer par le Gouvernement, n’est pas regardant sur qui entre. Les médecins sauves des vies, peu importe leur appartenance. D’accord, on ne prend pas en charge les enterrements, mais on fait tout ce que Vilmos fait. Je comprend votre point de vu, aider la Famille c’est une règle d’or, mais si au lieu de commettre des crimes vous étiez moins méfiants, moins hostiles, les civils du Gouvernement n’aurait pas peur de vous venir en aide. Certes on arrête les membres des familles qui ont commis des crimes et en retour vous êtes hostiles contre nous. Certes on devient méfiants faces aux autres membres des familles avec un casier judiciaire vierge, mais tous cela c’est pour se défendre et prévenir la violence dont vous faites preuve. Je me répète, encore une fois, je suis là pour enquêter avant tout. Je ne peux me soustraire à des ordre directs.

Aston soupira un moment avant de reprendre la parole.

- Kira… Ce n’est pas pareil, je ne fait pas parti de ta guerre contre les Elementis. Moi je suis en guerre contre la criminalité. Je viens vers Vilmos car il a un casier judiciaire qui est ressorti sur une grosse affaire. J’ai des supérieurs moi, un ordre direct ça se contourne pas aussi aisément. Tu n’a peut-être pas de supérieurs pour te permettre ce luxe, mais moi je n’ai que peu d’option. J’ai chercher des plans pour éviter le pire, je t’assure. J’ai pensé qu’il aurait pu corrompre le juge pour juste payer sa dette et rayer un crime sur sa liste, j’ai pensé a donner cette affaire à quelqu’un d’autre, mais mes supérieurs se sont adresse à moi seul. Pendant des années je me suis tenus à l’écart des affaires de Vilmos, mais les aveux et les preuves que j’ai le désigne. Alors je n’ai pas d’autres choix que de lui parler.

Son regard se posa de nouveau sur celui de celle qu’il considérait comme son amie.

- Tu a raison… Peut-être n’avons nous jamais été amis à tes yeux, mais au miens si. Certes au début c’était pour Angel, mais j’ai ensuite appris à vous connaître et je pensais que les moments qu’on avait passés faisait de nous des amis malgré nos différents. J’ai été bien naïf. Bien, je crois que ce n’est plus la peine de trouver une solution pour arranger tout le monde. Cependant, pour ta fille et en souvenirs de ces moments, je chercherais une solution jusqu’à la fin car je sais ce que c’est de grandir sans la présence d'un père.

« Je crois que je ne peux rien faire de plus. Si elle ne me comprend pas, je n’ai plus qu’à m’en aller, un dialogue de sourd ne nous mènera  nul part. Au revoir, Kira. »

Aston regarda une dernière fois Kira et Lae avant de se diriger vers la porte du salon qu’il ouvrit calmement. Cette maison lui manquera et restera un lieu remplis de bon souvenirs, mais maintenant il fallait aller de l’avant et ne plus se voiler la face. Elle ne comprendra jamais sa situation et ils ne trouverons pas de terrain d’entente sur cette affaire.  



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 2764
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Ven 23 Juin - 21:41



Le début de la fin...



L
es bras croisés et le regard baissé, elle n'osait regarder Aston après ce qu'elle venait de dire. Ces mots-là, elle allait sûrement le regretter toute sa vie mais elle se refusait de vivre sans Vilmos, de laisser grandir ses enfants sans père et pourtant, elle comprenait le devoir d'Aston. Comment demander à un policier de ne pas faire son travail ? C'était sûrement impensable pour lui. Pourtant, Kira n'avait pas envie de se ranger de son côté et le laisser emmener Vilmos loin d'elle ; elle avait déjà été arrêtée et elle savait comment ça se passait en prison.

- Comme je te l’ai dit, je ne savais pas ce que faisait Vilmos de cet argent. D’accord, il fait pour les Domae ce que le Gouvernement fait pour les Habitants. Ok, les dégâts matériel dans les quartiers Est et Ouest ne sont pas nos priorités, mais tu sais pourquoi ? Car les ingénieurs civils qui travailles au Gouvernement redoute plus que tout vos quartiers puisqu’une majeur partie de ses résidents sont hostiles au Gouvernement. Ils ont peur, peur de la réaction des gens, de savoir s’il vont pas mourir en essayant de reconstruire ce qui a été détruit. Et l'hôpital, bien que gérer par le Gouvernement, n’est pas regardant sur qui entre. Les médecins sauves des vies, peu importe leur appartenance. D’accord, on ne prend pas en charge les enterrements, mais on fait tout ce que Vilmos fait. Je comprend votre point de vu, aider la Famille c’est une règle d’or, mais si au lieu de commettre des crimes vous étiez moins méfiants, moins hostiles, les civils du Gouvernement n’aurait pas peur de vous venir en aide. Certes on arrête les membres des familles qui ont commis des crimes et en retour vous êtes hostiles contre nous. Certes on devient méfiants faces aux autres membres des familles avec un casier judiciaire vierge, mais tous cela c’est pour se défendre et prévenir la violence dont vous faites preuve. Je me répète, encore une fois, je suis là pour enquêter avant tout. Je ne peux me soustraire à des ordre directs.

- Et peut-être que si vous n'étiez pas arrivés sur vos grands chevaux avec vos pseudos lois, nous n'aurions pas été aussi agressifs envers vous.


D'accord, les Familles n'étaient pas tout rose et elles avaient mal agit en voyant le Gouvernement arriver en ville. Des lois dures, des exécutions sans queue ni tête, des arrestations abusives ; peut-être qu'Aston n'était pas comme eux mais elle était trop remontée contre lui pour reconnaître quoi que ce soit. Les Familles avaient peut-être réagit au quart de tour mais n'est-ce pas la réponse approprié quand un être humain se sentait en danger ? Il était psychologue, il devait forcément le savoir.

- Kira… Ce n’est pas pareil, je ne fait pas parti de ta guerre contre les Elementis. Moi je suis en guerre contre la criminalité. Je viens vers Vilmos car il a un casier judiciaire qui est ressorti sur une grosse affaire. J’ai des supérieurs moi, un ordre direct ça se contourne pas aussi aisément. Tu n’a peut-être pas de supérieurs pour te permettre ce luxe, mais moi je n’ai que peu d’option. J’ai chercher des plans pour éviter le pire, je t’assure. J’ai pensé qu’il aurait pu corrompre le juge pour juste payer sa dette et rayer un crime sur sa liste, j’ai pensé a donner cette affaire à quelqu’un d’autre, mais mes supérieurs se sont adresse à moi seul. Pendant des années je me suis tenus à l’écart des affaires de Vilmos, mais les aveux et les preuves que j’ai le désigne. Alors je n’ai pas d’autres choix que de lui parler.

- Ola détends-toi du slip mon vieux. C'est mauvais pour les rides.

- Tu sais bien que ça ne s'arrêtera pas à la simple discussion...


La Rose ne lui avait pas dit ça sur un ton de reproche ou agressivement mais presque tristement mais Laelyss n'arrangeait en rien les choses. Il fallait qu'il arrête de se voiler la face cinq minutes, peut-être que Vilmos pourrait corrompre les juges mais ils avaient certains à dos comme Mademoiselle Rothschild qui prendrait sûrement l'affaire en main en voyant que c'était Vilmos qui était arrêté. Et malgré la bonne volonté de tous, il ne risquerait pas de s'en sortir ; bien sûr qu'elle pourrait l'aider mais le but n'était pas d'en faire des orphelins.

- Tu a raison… Peut-être n’avons nous jamais été amis à tes yeux, mais au miens si. Certes au début c’était pour Angel, mais j’ai ensuite appris à vous connaître et je pensais que les moments qu’on avait passés faisait de nous des amis malgré nos différents. J’ai été bien naïf. Bien, je crois que ce n’est plus la peine de trouver une solution pour arranger tout le monde. Cependant, pour ta fille et en souvenirs de ces moments, je chercherais une solution jusqu’à la fin car je sais ce que c’est de grandir sans la présence d'un père.

- Si tu le savais vraiment, tu ne serais pas là aujourd'hui... Si il arrive quoi que ce soit à Vilmos, tu iras expliquer en personne à mes enfants pourquoi ils grandiront sans père.


Et cette fois, est-ce qu'il osera assumer devant leur regard triste ? Est-ce qu'il sera capable de leur raconter que pour faire plaisir à ses supérieurs, il a été obligé de les priver de père tandis que ces enfants devront se remettre de la mort de leur père. Kira avait déjà perdu Gaea et Ewan grandissait sans lui, ce n'était pas pour que le schéma soit le même alors qu'elle était désormais mariée et épanouie dans sa vie. N'ayant plus rien à se dire, le policier tourna les talons et se dirigea vers la porte d'entrée sans la demoiselle l'y raccompagne.

- Aston. Même si Law est un Domae, il ne travaillait pas pour mon mari. Il y a une autre mafia influente en ville qui tente de faire de l'ombre à Vilmos, son chef m'a enlevée il y a quelques mois pour faire pression sur lui. Peut-être que tu devrais commencer par t'y intéresser car tous les crimes ne reviennent pas à Vilmos.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia




Je vous grogne dessus en darkblue.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Aston S. HammermanMessages : 144
Date d'inscription : 05/09/2015


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Ven 23 Juin - 22:42

Par-delà les barrières physiques se trouvent la vérité de l'homme, qu'elle soit bonne au mauvaise.

All monster are human.

- Et peut-être que si vous n’étiez pas arrivés sur vos grands chevaux avec vos pseudos lois, nous n’aurions pas été aussi agressifs envers vous.

« Kira, le Gouvernement est né de votre négligence. Des gravas de votre guerre émergèrent des désespérés qui ne supportaient plus de voir des innocents mourir, leur maison détruite et leur enfant pleurer. Je pense sincèrement me battre pour la bonne cause, mais je cherche encore dans les livres qui a vraiment raison. Je voudrais vraiment comprendre pourquoi l’Homme est si belliqueux et plus particulièrement dans cette ville. »

- Ola détends-toi du slip mon vieux. C’est mauvais pour les rides.

- Tu sais bien que ça ne s’arrêtera pas à la simple discussion…

- Si tu le savais vraiment, tu ne serais pas là aujourd’hui… Si il arrive quoi que ce soit à Vilmos, tu ira expliquer en personne à mes enfants pourquoi ils grandiront sans père.

« J’ai torturé des criminels pour obtenir les informations que je voulais, j’ai arrêter sans scrupule des hommes et des femmes parents de jeune enfants, voir de nourrissons. J’ai été ce monstre et, si pour rétablir la paix et la justice je doit le redevenir, je le ferais… C’est pour cela que je veux lui parler Kira, pour ne pas a en arriver là. »

- Aston. Même si Law est un Domae, il ne travaillait pas pour mon mari. Il y a une autre mafia influente en ville qui tente de faire de l’ombre à Vilmos, son chef m’a enlevée il y a quelques mois pour faire pression sur lui. Peut-être que tu devrais commencer par t’y intéresser car tous les crimes ne reviennent pas à Vilmos.

Le commissaire s'arrêta devant la porte d’entrée avant de prendre la parole, lançant un léger regard en coin par-dessus son épaule à l’attention de Kira.

- Cela ne sert à rien de discuter avec toi de ce qui est la cause de tant de souffrance. Il est d’ailleurs vain de parler avec toi de cette affaire. Je suis venus ici pour parler avec une personne impulsive et dangereuse qui tient tellement à sa famille qu’il m’aurait écouter pour chercher une solution avec moi. Une vrai solution. Kira, j’ai déjà torturer des criminels pour obtenir des informations, j’ai arrêter des parents de jeunes enfants et de nourrissons pour moins que ça. J’ai été ce monstre et je voudrais ne pas le redevenir, alors je dois lui parler. Donc oui, si le pire arrive, j’affronterais le regard de tes enfants et je leur expliquerais, mais sache une chose : je n’abandonne jamais un ami à son sort.

« Tu ne peut pas encore comprendre, mais si ce que tu vient de dire est vrai, je peux faire encore quelque chose pour mes amis. »

Sans attendre de réponse, le commissaire s’en alla en fermant la porte derrière lui calmement. Il sorti calmement du domaine et rejoint les trois inspecteurs qui s’étaient approchés pour attendre de nouveaux ordres.

- Deux d’entre vous restent ici au cas où monsieur Desgoffe Und Taxis rentre chez lui. Ne vous présentez pas comme des ennemis, mais comme des messagers. Dites lui que je dois lui parler de toute urgence. Et bien sûr prévenez moi immédiatement s’il est ici. Le reste, avec moi, on part pour le casino.

Il laissa derrière lui souvenirs de bons moments pour faire face à une réalité loin de tout. Déterminer à respecter ses paroles, Aston se dirigeait d’un pas ferme vers le casino, suis de troupes armées si sont jugement sur Vilmos était erroné depuis tant d’années. Serait-il prêt à l’écouter, lui ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 2764
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Le début de la fin...   Dim 25 Juin - 0:05



Le début de la fin...



V
ilmos était loin d'être tout blanc mais il ne fallait pas l'accuser de tous les crimes du monde. Cette autre mafia avec ce Salazar à sa tête avait quelque chose de dangereux ; c'était la loi du plus fort dans ce genre d'endroit mais il fallait être un monstre pour s'en prendre à des enfants.

- Cela ne sert à rien de discuter avec toi de ce qui est la cause de tant de souffrance. Il est d’ailleurs vain de parler avec toi de cette affaire. Je suis venus ici pour parler avec une personne impulsive et dangereuse qui tient tellement à sa famille qu’il m’aurait écouter pour chercher une solution avec moi. Une vrai solution. Kira, j’ai déjà torturer des criminels pour obtenir des informations, j’ai arrêter des parents de jeunes enfants et de nourrissons pour moins que ça. J’ai été ce monstre et je voudrais ne pas le redevenir, alors je dois lui parler. Donc oui, si le pire arrive, j’affronterais le regard de tes enfants et je leur expliquerais, mais sache une chose : je n’abandonne jamais un ami à son sort.

- Je te souhaite bien du courage "oncle Aston".


Elle ne savait pas si il l'avait entendu mais elle connaissait le caractère de sa petite pour savoir qu'elle serait en colère contre Aston. Voire peut-être pire en grandissant et Kira aura beau être la meilleure mère du monde ou la plus présente pour elle, si elle avait une idée en tête rien ne l'empêcherais. Thalia avait déjà le caractère bien trempé de ses parents et elle avait déjà montré à des camarades de classe qu'il ne fallait pas la chercher ; un esprit de vengeance naîtrait sûrement en elle pour rendre justice à son père. Et cette fois, ce serait à Aston de s'en mordre les doigts.

Elle entendit les ordres donnés aux autres policiers et Kira prendrait le temps de les observer pour éviter qu'ils ne soient trop de près de sa porte. Par sa fenêtre, elle observait Aston s'éloigner de la maison ; ce serait sûrement sa dernière conversation avec lui et au fond, elle avait un pincement au cœur. Malgré ce qu'elle avait dit, elle tenait à lui comme un ami et pourtant elle n'arrivait pas à lui pardonner ce coup bas... C'était inévitable, ce genre de situation allait forcément arriver un jour ou l'autre. Espérons qu'il soit suffisamment prudent dorénavant.

- Oncle Aston est parti ?

La Rose fit volte-face pour voir que ses enfants étaient derrière elle, est-ce qu'ils avaient tout entendu ? Est-ce qu'elle pouvait seulement leur expliquer ce qu'il venait de se passer ? Kira leur expliqua qu'il avait beaucoup de travail et qu'il avait besoin de parler avec leur père, Thalia hocha la tête avec une petite boudeuse tandis qu'Ewan sentait qu'il y avait plus que ça. C'était compliqué de mentir à cet enfant qui avait un grand sens de l'observation.

- Est-ce qu'on va le revoir un jour ?

- Seul le temps nous le dira...


Ils partirent tous les deux dans le salon pour rejoindre Laelyss tandis que Kira resta encore quelques minutes à la fenêtre... Est-ce qu'ils seront définitivement ennemis la prochaine fois qu'ils se reverront ? Encore une fois, seul le temps pourra le dire. Chassant les idées noires, elle rejoint ses enfants et sa meilleure amie dans le salon et passa un coup par terre, cette conversation l'affectait plus qu'elle ne voulait l'avouer.
Crédit: Neko-chan in Never Utopia




Je vous grogne dessus en darkblue.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le début de la fin...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le début de la fin...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-