Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Dreiden Peak [PV Nemeroff]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

avatar

Nashoba DreidenMessages : 329
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Lun 20 Mar - 20:41

  • Nemeroff Dreiden
  • Nashoba Dreiden
Dreiden Peak
- T’es pas sérieux hein ? On ne va pas rester ici hein ?

Le nez dans mes affaires, je ne réponds pas de suite. J'entends bien au ton de sa voix que ça ne lui plait pas de rester ici une matinée de plus mais au moins on n'est pas forcé à rester une nuit de plus ; on attend sagement dans la chambre ensemble loin d'Edith et quand Alan revient on mange tous les quatre et basta on s'en va ! Ce n'est pas la peine de faire tout un plat parce qu'on est obligé de rester une matinée de plus. Me relevant, je ne lui ai toujours pas répondu ; de toute façon il est trop tard pour refuser.

- Tain on aurait pu en parler avant ! Je ne veux pas rester ici ! T’as été égoïste et irréfléchi sur ce coup-là ! Je te dis qu’il y a un truc pas net ici et il faut sortir ! Elle nous dit qu’on ne peut pas sortir mais Alan est dehors ça te parais pas étrange ? … tain

Je soupire longuement. J'ai bien remarqué qu'il y avait un truc pas net dans ce manoir, ce n'est pas la peine de me rappeler ! Mais on serait sûrement morts de froid ou à cause des cailloux dans la crâne si ils n'avaient pas acceptés de nous héberger cette nuit. Alors aussi dingue que la situation puisse paraître, on leur doit quand même une fière chandelle pour nous avoir accepté cette nuit !

- T’as encore cédé car elle t’a pris par les sentiments Nahsoba !

Trop c'est trop. Laissant tomber violemment sac par terre qui retentit dans un bruit sourd, je regarde mon frère les yeux chargés de colère ; faut pas me prendre pour un con trop longtemps non plus.

- Moi je suis égoïste ? Tu déconnes j'espère. Sans eux, nous serions sûrement morts dans cette tempête ! Alors oui, peut-être que ce manoir est flippant, peut-être qu'ils ne sont pas rassurants et que l'hygiène est à revoir mais on était bien contents d'avoir un toit pour dormir cette nuit ! Et la moindre des choses pour les remercier serait de partager un dernier repas avec eux.

Simplement pour les remercier. On part après de toute façon alors une matinée de plus ou de moins qu'est-ce que ça change de toute façon ? Devoir rester encore plus longtemps avec moi, son grand frère avec qui il est en froid depuis plusieurs semaines à cause de raisons connues de la part de nous deux.

- On reste juste cette matinée et on part après. Mais si tu as envie de te barrer, vas-y je ne retiens pas ! Comme ça tu ne verras plus tes soit-disant fantômes et tu pourras continuer de te foutre dans la merde comme tu sais bien le faire !

Bon d'accord, je ne suis pas fier de cette réplique mais j'en ai marre qu'on me reproche tout. Je trouve tout simplement que ça ne se fait pas de partir comme des sauvages après nous avoir hébergé pour la nuit mais si lui il veut partir, qu'il s'en aille ! Je resterai jusqu'à midi et je partirais juste après pour rentrer dans mon appartement au calme ; maintenant si Nemeroff préfère se perdre dans la forêt et se retrouver face à des loups, c'est son problème, plus le mien.

- Tu veux que je te dise tant que t'es encore là, tu me saoul Neme'. Tu fais toujours des choix merdiques qui blessent tout le monde ! Et je ne te parle pas seulement de moi et de mon œil au beurre noir mais Lyana à Noël ou Haizea et le nombre de fois ou vous vous êtes retrouvés dans des situations dangereuses hein ? C'est bien, tu joues les chevaliers servants avec ces demoiselles mais t'es obligé de te mettre en danger à chaque fois ? Tu ne réfléchis jamais ! Tu fonces tête baissée dans les combats et après tu te retrouves à l'hôpital pendant des mois.

Crever l'abcès que mes amis disaient. Ouais, voilà des semaines que nous ne nous sommes pas parlés et voilà ce que ça donne aujourd'hui ; à se gueuler l'un sur l'autre et se lancer les reproches sans réelle logique et continuité mais simplement pour vider son sac. De toute façon, on ne se reverra pas avant le prochain repas de famille où il faudra sourire pour faire plaisir à Maman et Papa et qu'ils ne se doutent rien !

- Alors si tu veux partir, va-t-en. De toute façon tu n'as jamais été capable de voir quand on faisait quelque chose pour toi.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Lun 20 Mar - 21:43

Dreiden Peak
F. Mon frère
J'écris en Firebrick

Jour1: Being evil has a price

Mon frère semble ne pas apprécier mes dernières remarques et ce n’est pas son soupire qui m’est inaudible qui me l’indique mais le fait qu’il arrête ce qu’il fait et se tourne vers moi me fixant dans les yeux. Je n’ai pas peur de ce regard et d’affronter mon frère, quoi que je suis un peu mal à l’aise la dernière fois ça c’est finit très mal pour nous deux, mais je ne vais pas me rabaisser je sais qu’il y a une chose qui ne va pas et ne colle pas ici. Et chaque moment passé en plus est un risque majeur pour nous, bien qu’on soit en froid, je tiens quand même à mon seul frère. Mais monsieur veut partager un dernier repas alors qu’on sait qu’il est infect et le thé aussi, j’aurais plus de chance de survie en léchant une barre de fer rouillé que reprendre un repas ici, ce n’est pas possible de vivre comme ça et dans ses conditions c’est scientifique, donc tu ne vas pas me faire croire que c’est leur véritable style de vie merde.

Ouai leurs fameux repas … Je suis sûr que leur bouffe et le thé même avec du poison ça serait encore meilleure …

Je le fixe, han le bon style de mon frère toujours poli et redevable, parfois faut savoir trancher les bonnes mœurs pour avancer et survivre, se salir les mains pour continuer. Mais si moi j’en fais trop de côté-ci, mon frère lui, n’en fait pas assez. C’est peut-être pour ça que rien ne va plus entre nous maintenant. Et cela va de nouveau se confirmer car on se retrouve dans un règlement de compte comme la dernière fois, mais dans le sens inverse cette fois, c’était à Nashoba de vider son sac et ce n’était pas pour mon plus grand plaisir. Nous y voilà, ses fameux fantômes que je vois … Il ne me croyait donc pas et il ajouta le fait que je me foutais toujours dans la merde. Mon regard s’assombrit assez violemment, mais je n’ai rien à répondre à cela car je ne pouvais pas prouver ce que j’avais vu et que j’étais souvent dans la merde c’est vrai.

Alors que je pensai qu’il avait terminé, il revient à la charge déchargeant totalement ce qu’il avait au fond du cœur … Me disant tous ce que je ressentais depuis ses derniers moi et que j’avais enfin commencer à oublier et avancer, même pour Lyana il était au courant. Pas difficile de savoir qui en avait parlé ça me paraissait logique que c’était la personne concernée et présente. Je serre mes poings continuant de le regarder, c’est vraiment moi emmenait les autres dans la merde c’est ce qu’il pensait, je vois. Oui je ne cache pas que je suis partagé entre la colère, la tristesse et l’envie de lui en recoller une bonne dans la gueule. Mais dans le fond il n’avait vraiment pas tords. Je relâche mon poing rouvrant ma main et la dernière goutte qu’il ajouté suffit à me démolir entièrement, démolir cette confiance et ce chemin que je pensai mettre reconstruit avec la lumière, chemin que je mettais fais en essayant de me remettre en question et avec le sacrifice de Mavis. Je n’ai jamais rien vu ce qu’on faisait pour moi … On ne peut pas dire qu’il est été là même quand j’étais « mort ». Mais je ne peux pas lui reprocher car ça aussi c’est ma faute. Je prends mon sac en silence et le met sur mon dos :

T’as raison, je vais rentrer ça vaut mieux. T’auras moins d’emmerde comme ça. Surtout ne t’étouffes pas avec le repas.

Voilà ça s’est dit, je prends les devants ne l’attendant pas pour descendre, de toute façon nos chemins se séparent ici et définitivement, j’ai essayé comme Haiz me l’a dit mais il semble que ce qui a été fait est irrémédiable et qu’il va falloir avec. Je marche dans le couloir silencieusement sans rien dire. Il semble que la complicité entre nous ait été totalement broyé comme je le pensai, donc ça ne sert plus à rien de faire le gamin à espérer, maintenant j’en ai la certitude. Avançant dans le couloir on arrive près des escaliers et je longe les rembarres. Peut-être car je suis plus atteint par les paroles de mon frère que je ne veux le montrer, je ne vois pas le tapis mal mis et trébuche dessus tombant au sol. Je lâche un très grand soupire. Je redresse la tête et vois la main de mon frère, je le regarde, ça y est-il a pitié, ou il s’en veut d’avoir enfin lâché son sac, c’est trop tard et tout a été dit entre nous, je viens doucement balayer sa main :

Je suis assez grand pour me relever de mes emmerdes.

Ouai, j’espère qu’il comprend bien le message je me relève doucement venant tapoter mon bas pour enlever la poussière :

Putain de manoir…

Ouai, il commence à vraiment me courir sur le système que ce soit le bâtiment, les personnes dedans ou les choses dedans. Trop c’est trop je me casse moi, pas grave je me ferais bouffer par les loups au moins je ne ferais plus chier personne comme l’a souligné le grand Nashoba, le frère irréprochable. Alors que s’apprête à descendre les escaliers pour enfin se séparer, je glisse légèrement à cause de la flotte qui passait à travers le plafond … PUTAIN DE TOITURE AUSSI ! Puis je me dis que bon … autant glisser me venger un peu et je me laisse légèrement glisser et pousse un peu Nash, manquant de le faire tomber dans les escaliers par accident :

Désolé …

Bon il était à moitié sincère, je vie très bien le fait d’avoir poussé mon frère et ça me soulage même un petit peu de mon énervement. C’est ce que je pensai jusqu’à ce que je vois Nashoba énervé et qu’il vienne me pousser assez fortement, me faisant reculer, mon regard se faisait assez sombre …

Quoi ?! Tu veux que je t’en …

Je n’ai pas le temps de finir ma phrase que je sens un craquement assez violent et fort dans mon dos et me sens tomber en arrière et vois passer la rembarde du coin de l’œil, rembarde qui avait cédé sous le choc et le poids. Mon cœur se serre et je ne me sens pas vraiment bien pour le coup, alors que je chute je vois soudainement Edo, c’était le nom que j’avais donné à cette chose qui vivait dans mon ombre, sortir du peu d’ombre qui restait sur l’étage pour essayer de m’attraper, malheureusement même en tendant me bras il n’y arrive pas et je chute de l’étage, par réflexe je viens enrouler ma tête dans mes bras pour la protéger et essaye de me redresser pour tomber plat, plutôt que sur la tête, ce qui ne manque pas car je chute dans la marre d’eau de l’entrée. J’émets un long gémissement. Retirant mes mains de ma tête, je me retrouve sur le côté, j’ai l’impression de ne plus pouvoir respirer que mes côtés sont brisé en morceau, pourtant elles sont toujours bien là. Je me retourne pour me retrouver sur le dos, les cheveux dans la flotte. L’ensemble de mon corps me fait mal et mes yeux se sentent lourd … A tel point qu’il décidé de se fermer me laissant inconscient.




Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nashoba DreidenMessages : 329
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Mar 21 Mar - 0:08

  • Nemeroff Dreiden
  • Nashoba Dreiden
Dreiden Peak
Et bah voilà tout est dit désormais et on peut complètement oublier la réconciliation à partir de maintenant. Désolé Maman mais il faudra oublier les prochains repas de famille. Dire qu'il y a même pas un an, c'était presque impossible d'élever la voix entre nous et aujourd'hui nous voilà en train de nous lancer des reproches dès que l'on s'adresse la parole. Eh bien qu'il s'en aille alors ! Comme je l'ai dis, je ne vais pas chercher à le retenir non plus !

Je lui emboîte le pas avec mon sac sur le dos pour pouvoir le laisser à l'entrée et partir une fois le repas terminé. J'arrive facilement à le rattraper près des escaliers où je le vois se casser la gueule en se prenant les pieds dans le tapis ; je m'approche de lui en lui tendant la main pour l'aider à se relever mais Monsieur décide de me repoussant en disant qu'il pouvait très bien se relever tout seul de ses emmerdes. Mais il le le fait exprès ou son but principal est de me faire chier tout le temps ? Se relevant en retirant la poussière de ses vêtements, je l'entends pester dans sa barbe mais reprends la parole quand il relève la tête vers moi.

- T'es vraiment qu'un gamin quand tu t'y mets.

Tournant le dos à Nemeroff, je m'apprête à descendre les escaliers dans lesquelles je manque de tomber poussé par ce dernier. J'ai le temps de m'accrocher la rambarde pour éviter le drame et je laisse échapper un soupire ; alors il veut jouer à ça ? Son but est de me tuer ou quoi ? Énervé par ces gamineries, je me permets de le pousser à mon tour assez fortement contre la rambarde. Mais à ce moment-là tout se passe extrêmement vite. Alors qu'il commence à me dire une phrase, j'entends le bois craqueler derrière lui.

Comprenant qu'il est sur le point de tomber, je tente de m'approcher pour essayer de le rattraper mais j'avoue avoir fait un pas en arrière en voyant l'ombre se matérialiser face à moi qui tente de le rattraper à son tour. Qu'est-ce que cette chose ?! Je comprends maintenant de quoi me parlait Maman et sa peur pour cette chose. Le boum retient toute mon attention et je remarque Nemeroff inconscient par terre. Laissant mon sac à l'étage, je descends rapidement les escaliers au moment où Edith vient nous rejoindre à l'entrée en me demandant ce qui a pu se passer.

- On... Nous étions en train de nous disputer et... Oh tout est de ma faute !

- Calme-toi Nashoba. Ton frère respire encore, il a dû se cogner la tête...

- Que s'est-il passé ?

- Nemeroff est tombé de l'étage. Transporte-le jusque dans sa chambre, je m'occupe de Nashoba. Nous te rejoignons.

Alan se penche pour prendre mon frère dans ses bras et le transporter dans sa chambre tandis qu'Edith me tire de force dans la cuisine où elle me sert une tasse de thé ; mais n'ayant pas la tête à boire, je préfère refuser et lui expliquer que je me sentirais mieux auprès de Nemeroff. Elle tente de me remonter le moral en disant que ce n'est pas de ma faute ce qui est arrivé mais je ne suis pas en état de la croire ; je sais que je suis le seul responsable, elle n'arrivera pas à me faire avaler le contraire. Lorsque Alan nous rejoint dans la cuisine, je me dépêche de remonter dans la chambre.

Je suis resté toute la journée dans la chambre sans jamais la quitter. Alan et Edith se sont passés de moi pour le repas même si cette dernière a insisté pour monter le plateau dans la chambre ; j'ai simplement bu une tasse de thé pour pouvoir boire quelque chose de chaud mais je n'ai rien mangé de la journée. Simplement bu du thé pour me tenir éveillé et réchauffé. Nemeroff respire encore mais il ne s'est toujours réveillé ; je ne sais pas même pas si il est plongé dans un genre de coma ou simplement endormi.

Le soir tombé et ne voyant toujours pas Nemeroff réveillé, Edith a compris que nous devions rester ici pour une nuit de plus et que si demain il ne s'est toujours pas réveillé, je me dépêcherai d'aller chercher un médecin. J'ai pris une dernière tasse de thé et ai tenté de rester éveillé le plus longtemps possible mais avec une première nuit blanche et une journée difficile j'ai eu du mal à rester éveillé bien longtemps. Pourtant dormir n'était pas mieux, je me suis réveillé au milieu de la nuit avec un mal de ventre en ayant extrêmement chaud.

Posant ma main sur mon front, je remarque que celui-ci est brûlant. Nemeroff n'est toujours pas réveillé mais respire toujours, je me permets donc de sortir de la pièce pour me diriger dans la salle de bain au bout de couloir et me passer de l'eau sur le visage ; je ne pense pas que ça fera tomber la fièvre mais ça me fait du bien. Pris d'une certaine quinte de toux qui ne s'arrête pas, j'écarquille les yeux en voyant dans le lavabo du sang et le goût qui s'accompagne dans ma bouche me fait comprendre que c'est moi. Qu'est-ce qu'il se passe ?

Regardant mon reflet dans le miroir brisé, mes mains tremblent légèrement. Peur ou fièvre ? Je ne saurais le dire ? Puis, je remarque une drôle de chose dans le miroir. Je me retourne doucement et manque un battement lorsque je vois un cadavre entièrement rouge avec un hachoir dans la tête ; ça n'y était pas ça quand je suis arrivé ! Reculant de quelque pas, son opacité me fait comprendre qu'il n'est pas physiquement là. Je dois être en plein délire à cause de la fièvre. Je dois absolument retourner me coucher ou partir d'ici avec Nemeroff...

Je me tourne pour ouvrir la porte mais des gémissements retiennent mon attention. Je n'ose me retourner, me doutant que si ce n'est pas moi qui ait fait ce bruit, il ne peut y avoir qu'une seule chose... Je tourne la tête et laisse échapper un hurlement lorsque je vois le fantôme rouge debout dans la baignoire et avancer vers moi à la manière d'un pantin désarticulé ; ouvrant la porte à la volée, je me dépêche de sortir de la salle de bain où je cours dans les couloirs pour échapper à cette chose. Non ce n'est pas possible, c'est la fièvre qui me fait délirer !

M'arrêtant dans un couloir sans savoir si il est loin de ma chambre, l'esprit rouge refait son apparition dans le sol et rampe jusqu'à moi dans des cris d'agonie. Paniqué d'une telle vision d'horreur, j'utilise mon élément pour provoquer des ondes et faire fuir cette chose tout en reculant pour l'empêcher de m'atteindre ; la première onde n'est sûrement pas assez forte, le stress et la peur m'empêchant de me concentrer. La deuxième est déjà plus forte et me projette au sol faisant disparaître la chose... Plus aucun bruit dans les couloirs, plus rien. Le calme est revenu.

Mes jambes tremblantes, j'arrive à me remettre debout et réagis au quart de tour lorsque j'entends un bruit derrière moi. Me retournant d'un seul coup en envoyant une nouvelle onde, celle-ci n'atteint pourtant jamais sa cible qui était Alan et Edith. Tous deux me regardent d'une drôle de manière et j'avoue être presque rassuré de les voir, c'est leur manoir ! Ils sont sûrement au courant de ce qu'il se passe ici ! M'approchant d'eux, je tente de leur expliquer le plus calmement possible ce que j'ai vu mais c'est très dur de garder son calme dans un tel moment.

- Des fantômes ? Allons donc... Les fantômes n'existent pas.


- Si je vous assure ! J'en ai vu dans la salle de bain ! Il avait un hachoir dans la tête et il se tenait juste là et je me suis défendu et j'ai...

Me stoppant dans ce que j'allais dire. Je viens seulement de me remémorer une chose étrange... Quand ils sont arrivés, j'ai envoyé une décharge de son contre eux, pensant que c'était un fantôme ; logiquement ils auraient dû être atteint et tomber au sol. Pourquoi ce n'est pas le cas ? Me retournant vers eux, je recule légèrement. Le seul moyen de stopper d'un élément c'est avec le...

- Oh je vois que tu as compris.

- Je croyais que vous n'aimiez pas les Familles et la guerre ? Que vous viviez loin de la ville pour éviter les conflits.

- Nous n'avions pas le choix. Pour mener à bien notre projet, nous devions nous-même avoir des éléments... Il n'y a que comme ça qu'il pourra apparaître.

- Qui ça ? Demandais-je tout en continuant de reculer.

- Et tu es la dernière personne qui nous manquait... Un Elementis de son.

Écarquillant les yeux, je lance une nouvelle attaque qui me permet au moins de fuir un peu. Tant pis pour Nemeroff, je le réveillerai de force ou le porterais moi-même mais on ne peut pas rester ici ! Pourtant la course un peu partout dans le manoir me fatigue grandement et je tousse une nouvelle fois crachant du sang encore ; on ne pourra jamais sortir d'ici... C'est de ma faute. J'aurais dû écouter Neme' et refuser ce foutu repas ! Ma vision se trouble légèrement et j'ai quelques difficultés à respirer, je continue d'avancer de quelques pas avant de sombrer dans l'inconscience.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Mar 21 Mar - 11:35

Dreiden Peak
F. Mon frère
J'écris en Firebrick

Jour1: Being evil has a price

La chute avait été assez violente et j’avais beau me protéger la tête avec mes bras, le choc était quand même la et ce qui devait arriver arrive je suis de nouveau tomber dans l’inconscience. Pour le coup j’avais été surpris par la réaction de mon frère et c’était encore partie vraiment loin entre nous comme la dernière fois, sauf que cette fois les rôles étaient totalement inversés et j’étais la victime. Je ne sentais plus rien ne remarquant pas qu’Alan me portait jusque dans la chambre, mes bras pendant dans le vide. L’avantage de mon inconscience c’est que ne pouvais pas ressentir cette douleur dans tous mon corps suite à la chute. Une fois déposé dans le lit je ne bouge plus. Je suis inerte, à part mes respiration calme, je n’émettais aucun bruit ou mouvement. Je ne percevais même pas la présence de Nashoba dans la chambre avec moi toute la journée, peut-être du fait que je suis sourd et que dans l’inconscience on ne peut qu’entendre et étant sourd, ma perception ne se fait qu’à la vue et peut être le touché. La journée passe doucement sans que je ne me réveil ou montre de signe que j’allais me réveiller ou que j’allais bien. Je ne sais pas que mon frère n’est plus la et la nuit se passe presque tranquillement pour moi.

Ce n’est qu’au petit matin que je suis pris d’une quinte de toux assez forte et qui me fait enfin bouger sur le côté, avec un goût étrange dans la bouche. Je reste cependant endormit légèrement une petite heure encore avant d’enfin ouvrir les yeux et ressentir en moi une énorme douleur dans mon dos et mes côtes m’arrachant un gémissement quand j’essaye de me redresser, me clouant au lit un petit moment. Je remarque enfin une tâche étrange sur mon oreiller, une trace qui semblait être du sang, je la regarde un moment sans capter que c’était le mien avant de retousser une seconde fois et en remettre une petite couche sur le drap blanc. J’écarquille un peu les yeux et me redresse enfin un peu plus conscient, grinçant un peu des dents et viens essuyer ma bouche avec le dos de ma main, puis les évènements d’hier repassent dans ma tête surtout le moment de la chute et mon regard devient sombre. Bien que mon dos me fasse vraiment mal je me lève quand même et viens prendre mes affaires remarquant que celle de Nash n’était plus là. Je ne dis rien et marche doucement et m’appuyant contre le mur pour rejoindre l’entrée, la douleur dans mes jambes et mon dos toujours présente.

Je ne dis rien et mets un certain temps à descendre les escaliers, mes jambes ayant du mal à supporter mon poids pour le moment et c’est une fois arrivé en bas que je marque dans la flaque d’eau de l’entrée que je lève le regard et vois-la rembarre brisée. Je ne dis rien et avance vers la porte d’entrée quand je vois Edith arrivé sur le côté :

- Oh tu es réveillé Nemeroff ? Tu te sens comment ?

Mon regard se pose sur elle et je reste silencieux un moment, la question me parait totalement stupide pour le coup, comment peut-on se sentir après ce genre d’accident ? Forcément pas bien, mais je préfère souffrir un peu et rentrer chez moi que de rester ici, je n’ai toujours pas pu ma position.

- Bien … Ou est mon frère ?

Je fixe la femme en silence. Elle semble répondre un peu trop vite à mon goût :

- Oh il est déjà rentré hier midi après notre repas. Tu ne devrais pas partir tu n’es pas en forme et après une telle chute.

Je vois mon frère est donc rentré, enfoiré, je regrette pour le coup de ne pas t’avoir éclaté la gueule un peu plus fort contre le mur ce jour-là, enfin la pour le coup c’est pas prêt d’aller mieux entre nous. Mais je ne peux pas me plaindre ce n’est que le retour du bâton après tout.

- Non ça ira … Je vais rentrer. Je vous remercie de votre gentillesse mais depuis que je suis ici j’ai que des emmerdes sans vouloir être méchant.

Elle semble un peu paniquée et cherche quelques choses à dire, sûrement pour me faire rester mais je suis déjà resté trop longtemps ici. Je me dirige vers la porte en silence et quand je l’ouvre une énorme douleur viens me prendre à l’estomac et je baisse le regard pour voir le poing d’Alan en plein dans mon estomac avant de cracher du sang et voir sur ses lèvres :

- Je t’ai dit qu’il fallait le garder aussi… C’est lui qu’on attendait, il est en lui …

Je n’avoue ne pas comprendre de quoi il parle et je sens me yeux encore alourdis et la seule chose que je peux encore dire c’est :

- Putain … Pas encore …

Avant de m’évanouir de nouveau en tombant sur Alan. J’en ai ras-le-cul de tomber dans les vapes tous les 2 Jours. De nouveau inconscient je ne me réveil que le soir ou en essayant de changer de position pour être plus confortable car j’avais mal au dos je sens une chose me retenir et j’ouvre enfin les yeux émergeant regardant autour de moi voyant des grilles et de petites lueurs …. J’étais attaché à une table et mes bras et jambes attachés par des chaînes. Il y avait pleins de bougies autour de la table et c’était flippant :

- Mais c’est quoi CE PUTAIN DE BORDEL ?!

Je tire un peu comme un sauvage sur mes bras espérant que ça casse mais je me fais juste mal, non mais c’est bon quand est-ce que j’aurais enfin la paix une fois dans ma vie moi ….


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nashoba DreidenMessages : 329
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Mar 21 Mar - 21:26

  • Nemeroff Dreiden
  • Nashoba Dreiden
Dreiden Peak
- Eh les gars, vous croyez qu'il est mort ?

- Mais non, il respire encore !

- Qu'est-ce qu'il fou là ? C'est un Elementis vous croyez ?

- Eh mais ce n'est pas le rejeton de Kylian ?

- Si t'as raison, c'est lui !

- Il est là pour nous libérer tu crois ?

- Si c'est le cas, on n'est pas sorti de l'auberge... Il est déjà à moitié mort.

- Eh mon gars, réveille-toi.

Je me sens légèrement secoué tout en entendant la conversation autour de moi pourtant je suis incapable d'avoir un quelconque avis dessus, encore bien trop dans les vapes. J'arrive finalement à ouvrir doucement les yeux où trois gars sont penchés au-dessus de moi, le visage légèrement inquiet ; où est-ce que je suis ? Et qu'est-ce qu'il se passe ? L'avantage maintenant est que j'ai retrouvé les disparus, l'inconvénient est que je ne sais pas du tout où je suis et que je sens à peine les membres de mon corps. Je commence à bouger légèrement et deux des gars m'aident à m'asseoir en me demandant comment je vais.

Je n'ai pas le temps de répondre à leur question que je suis pris d'une nouvelle quinte de toux dont le goût de sang dans ma bouche n'arrange en rien la situation ; je passe une main sur mes lèvres pour retirer le filet de sang sans pour autant pouvoir me débarrasser du goût de ferraille dans ma bouche. Je regarde la pièce dans laquelle nous sommes. Cela ressemble à une prison. Faite entièrement de pierres, je pense que nous sommes sous le manoir et la seule porte en bois paraît tout de même assez solide... Dans quel bordel on s'est encore mit ?

- T'es le fils Dreiden hein ? Nemeroff, c'est ça ?

- Nashoba, dis-je simplement. Nemeroff est mon petit frère.

Je ne sais pas si ils ont l'air déçu ou non mais j'ai l'impression qu'ils auraient préféré que ce soit Neme' à ma place plutôt que moi. Ils devront malheureusement faire avec. L'un d'eux me demande ce que je fou ici et si je suis venu seul et c'est là que je leur explique que l'As nous a confié une mission, à mon frère et moi, pour retrouver le groupe d'Elementis porté disparu depuis plusieurs jours. Ils ont l'air bien dépité et en mauvaise forme, je doute qu'il ait eu de vrais repas depuis plusieurs jours.

- Mais il y a un truc que je ne comprends pas... Vous maîtrisez chacun un élément, le magma, le bois et la glace... Pourquoi est-ce que vous ne vous êtes pas enfui avant ?

- Ah ! On a bien essayé ! Mais l'hôte du manoir possède le néant et il a entouré la porte de son élément pour nous empêcher d'utiliser les nôtres.

- Et les fantômes ? Vous aussi, vous avez vu des fantômes ?

- Ouais... Moi j'ai vu les fantômes, Clark dit avoir vu des milliers d'araignées et Max prétend avoir vu des licornes. Puis voyant mon regard étonné, il se penche vers moi pour me glisser une dernière phrase en aparté, Mais entre nous je pense qu'il est juste cinglé... Et puis le thé ne doit pas aider. Sa dégénérée de sœur doit utiliser la lumière pour nous rendre dingue !

- Le thé ? Il y avait quoi dans ce thé ?

- J'crois qu'ils ont mis du poison. Clark a mal au bide et c'est le seul a en avoir bu. Tu n'en as pas pris j'espère ?

Je baisse les yeux, pris d'une légère panique en entendant qu'il y avait du poison... "Il est meilleur votre thé" ah ! Tu m'étonnes. C'est sûrement pour cette raison que j'ai ce goût de sang dans la bouche et que j'ai de la fièvre, mes mains tremblent légèrement mais je ne pourrais dire si c'est pas peur ou à cause de la fièvre. Comprenant que j'ai dû en boire plus d'une tasse, le gars face à moi ne dit plus rien et se contente d'avoir un d'air désolé sur son visage ; alors c'est ainsi que je vais mourir ? A petit feu par le poison qu'ils ont versé dans le thé ? Je comptais demander si ils n'avaient pas vu Nemeroff mais la porte s'ouvre à la volée sur Alan.

- Ah tu es enfin réveillé Nashoba. La cérémonie va bientôt pouvoir commencer.

Nous nous regardons tous les quatre et manque un battement lorsque je le vois sortir une petite dague. Il s'approche de l'Elementis de glace et le soulève avec une certaine facilité malgré sa résistance, avec le manque de nourriture il doit puiser dans ses dernières forces. Nous essayons de le retenir mais un coup de foudre nous force à reculer, sûrement provoqué par l'un des gardes qui l'accompagnait. La porte se referme dans un lourd fracas et je me laisse tomber à genoux dans une nouvelle quinte de toux.

- Eh beh mon gars, t'as dû en boire des tasses de thé !

- S'il vous plait fermez-là avec ça... Qu'est-ce que c'est cette cérémonie ? Pourquoi est-ce qu'on est prisonnier ?

- Ils ont besoin d'un Elementis de chaque élément pour pouvoir invoquer un être tout puissant ou une connerie du genre... Je t'avoue qu'on n'a pas très bien compris leur délire.

- Donc ils vont venir nous chercher un par un pour nous sacrifier ? Et nous on va attendre là que notre tour arrive ?!

- On t'écoute ! Si t'as une bonne idée, fais-la partager !

A vrai dire, je n'ai pas de bonne idée. Au contraire, j'en ai même aucune qui me traverse l'esprit mais je me vois mal rester enfermé dans cette pièce à attendre qu'Alan vienne nous chercher ; pourtant c'est ce qu'il va se passer et je vais me retrouver seul comme un idiot dans la cellule. Heureusement, Laelyss m'a apprit à cacher des armes et j'ai toujours mes aiguilles dans la chambre mais je doute de leur utilisation actuellement.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Mar 21 Mar - 22:12

Dreiden Peak
F. Mon frère
J'écris en Firebrick

Jour1: Being evil has a price

J’étais attaché à la table, la position me faisait mal d’une et j’avais l’impression d’avoir du mal à respirer et je regarde le fait que je suis torse-nue … Et des inscriptions étranges dessus, putain Nash je suis sûr que c’’est toi. Tu te venges c’est ça ? T’as fait ami ami avec les foldingues car je n’ai pas voulu être poli ? Je suis sûr que c’est ça ! La salle est vraiment flippante en plus et les bougies on dirait une veille cérémonie dans les livres dark fantaisie …. Il manque plus que les mecs en robe de chambre et on a la … Oh moment où je pense cela, je vois une porte s’ouvrir doucement et des mecs dans des robes à capuche entré … Et bah ma zette … Si ce n’est pas le destin qui me fait un bon gros doigt ça …

Bon c’est bon Nahs je m’excuse ! Ce n’est vraiment pas drôle !

Je regarde les mecs qui prennent place en me disant qu’il y avait bien Nash parmi eux, mais c’est Edith qui enlève sa capuche en me souriant qui me dit sans pression :

- Ne t’en fais pas Nemeroff, vous êtes enfin en sécurité ? Et votre frère ne va pas tarder à venir ici.

DONC c’est bien lui, putain ça y est c’est la guerre, je vais lui éclater la gueule pour de bon là. En plus d’avoir fait un saut à l’élastique sans ce dernier, il me fait ce genre de plan foireux ? Y a des limites, je veux bien être coupable de pleins de chose et je l’accepte, mais la ça va un peu loin quand même, encore j’aurai pu passer sur le saut de l’étage car je suis conscient que c’est un accident et qu’il en voulait que ça aille jusqu’à la … Quoi que … mais la …

- Vous allez enfin être libéré !

Ah bah pas trop tôt, je demande que ça moi d’être libéré et rentrer chez moi, depuis hier matin en fait. Attends, pourquoi elle me vouvoie maintenant ? C’est nouveau ça ? Je suis presque sûr que depuis le début j’avais des tu et pas des-vous … Je redresse ma tête et regarde la femme :

- Euh c’est nouveau les-vous ?

Elle semble me regarder en souriant avant de remettre sa capuche quand une nouvelle personne rentre qui était Alan avec un …Eh mais c’est un des mecs qui a disparu ça. Putain c’était eux depuis le début … Mais alors Nash n’y est pour rien dans tout cela ? Et pourquoi il nous rejoindrait alors ? Je commence à perdre dans mes pensées quand il installe l’élémentis au-dessus de moi, je ne comprends pas trop le délire et le mec a mauvaise haleine et je tourne un peu la tête, puis je vois l’ensemble des personnes à capuche autour de la table commencer à chanter ? Ou incanter je sais pas trop ce qu’ils disent je comprends rien sur leurs lèvres mais je ne le sens pas. Alors que je regarde autour de moi ce qu’il va se produire, je ne vois pas le fait qu’Alan c’était approché et vint planter une dague violemment dans l’abdomen de l’élémentis, qui le fit pisser le sang, sang qui tombe sur moi à flot au départ puis goutte à goutte, j’écarquillais les yeux restant un moment …Bugué ? Nemeroff ne réponds plus …. Avant de venir vomir à cause de l’odeur sur le coin de la table ….

Mais ça ne va pas ?! …

L’odeur était infecte et la vue encore plus, je pouvais voir tous ce sang sur moi et je ne comprenais pas ce qu’il faisait tous ce que je savais c’est que l’homme au-dessus de moi était mort … Puis ils retirent le cadavre pour le jeter dans un coin et le même schéma se reproduit quand ils vont chercher un second élémentis qu’on devait chercher, cette fois je savais que ça allait recommencer :

Vous croyez que je vais vous laissez faire ?

Ouai, je suis pas une poubelle d’hôpital pour le sang et on est pas des sacrifices, balec des conséquences mais je peux pas aller faire, il ne me faut pas chercher ma motivation plus longtemps car mon ombre s’étend très rapidement dans la salle me laissant afficher un grand sourire pendant que les yeux s’ouvrent dans cette étendue noir, les mecs à capuche semble assez déboussolé au départ et paniqué mais tous disparaissent d’un coup et Alan s’approche avec la dague pour dire :

- C’est bon je maitrise la situation … continuez à chanter.

Je regarde ne comprenant pas ce qu’il venait de se passer, j’étais pourtant sûr que mon ombre c’était déclenché mais plus rien, je regarde Alan ne comprenant pas ce qu’il voulait dire par charger de la situation, mais ce que je sais c’est qu’il recommence et sacrifie l’élémentis versant encore son sang, mais cette fois, il était derrière moi et je vois le sang couleur autour de la table, dans des épaisses de faussé creuser tout autour de la table. Le coup de dague a tellement été mal effectué qu’un jet de sang m’arrose me faisant fermer les yeux … Le cycle recommence encore une fois avec un autre élémentis et cette fois des larmes coulent le long de mes joues, je ne sais pas pourquoi je ne me sens pas bien peut être car je suis plein de sang, l’odeur est horrible et je commence à flipper un peu qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça putain. Puis arrive un quatrième qui était mon frère, ce dernier est attaché au mur à ma droite, qui était la dernière position encore non faite. Je le regarde entre le dégoût de ma situation et la colère :

Tu veux toujours rester manger ? Abruti !

Ouai y avait mieux comme derniers mots entre nous mais je dois dire qu’entre la panique etc … c’est la seule chose que j’avais à lui dire :

- Taisez-vous mon seigneur on va enfin vous libérer !

Seigneur ? Mais de quoi ils parlent à la fin …


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nashoba DreidenMessages : 329
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Mer 22 Mar - 0:43

  • Nemeroff Dreiden
  • Nashoba Dreiden
Dreiden Peak
Une idée, vite une idée ! Trouver quelque chose pour sortir d'ici sans avoir à utiliser les éléments. Les aiguilles cachées dans mes chaussures vont m'être utiles mais pas pour crocheter une telle serrure ; utilisant mon élément pour capter ce qu'il se passe de l'autre côté, j'entends de drôles de choses surtout la voix de Nemeroff. Mais qu'est-ce qu'il fait ici ? Lui aussi va être sacrifié ? Je dois absolument sortir d'ici.

Des pas se rapprochent de nouveau de nous et je coupe mon élément me baisse rapidement pour prendre mes aiguilles dans mes mains et fermer les poings avant qu'Alan entre de nouveau. Les deux autres passent avant moi dans le plus grand calme et c'est le moment où il vient me rechercher me disant que je ferais mieux de rester tranquille si je ne veux pas avoir plus de problèmes ; dans tous les cas, je vais mourir... Que ce soit dans la cérémonie ou par le poison. Je pense simplement qu'ils doivent me tuer d'une manière et que ça ne les arrangera pas si c'est autrement.

Alan m'attache les poignets par les menottes qui pendaient au mur et je me retrouve presque chanceux... Ce type de menottes ont de petites serrures alors avec un peu de chance et de patience, je pourrais me libérer et aller les autres. J'essaye de me calmer en voyant les sacrifices sous mes yeux mais l'odeur du sang me donne envie de vomir et je n'imagine pas ce que mon frère est en train de ressentir à ce moment-même. Mes mains tremblantes et moites m'empêchent de faire exactement ce que je veux et je m'arrête en entendant Nemeroff s'adresser à moi.

- Tu veux toujours rester manger ? Abruti !

- "Votre thé est délicieux". Crétin va ! Il était empoisonné !

Autant régler ses comptes avant de mourir ! Edith lui dit de se calmer mais ce n'était vraiment pas la chose à nous dire actuellement ; nous n'avons pas envie de nous calmer mais de rentrer chez nous et oublier ce qu'il se passe ici ! Voyant le troisième se fait assassiner, je comprends rapidement que je suis le prochain à passer. Je me dépêche donc de crocheter la première serrure et entends qu'ils veulent déjà m'empêcher de m'enfuir ; un des partisans s'approchent de moi et j'utilise le poids de mon corps et la main encore attachée pour le repousser d'un coup de pied.

Vite, vite, vite. Les mouvements sont saccadés et brusques mais ça me permet de me libérer plus rapidement que la première fois ; Alan hurle qu'il faut me rattraper rapidement et surtout ne pas me laisser m'enfuir. Parce qu'il croit que je vais partir sans mon crétin de frère ? Je me débarrasse des aiguilles en les lançant sur ceux qui tentent de s'approcher de moi mais ça ne fait pas franchement de dégâts... Bah oui, dès qu'on retire les clochettes, elles ne servent plus vraiment à grand chose. Et puisque mes autres armes sont dans mon sac, je suis obligé de me débrouiller autrement !

Contournant chaque personne, j'utilise un peu tout et n'importe quoi pour leur balance au visage mais l'un d'eux fini par s'approcher et me mettre un coup de poing dans le ventre. Le souffle coupé, la personne m'ayant infligé le coup n'en ressort pas indemne puisque des ondes sortent de mon corps le renversant violemment au sol ainsi que les personnes trop proche de nous ; ce côté de ce pouvoir est très utile mais je ne tiens pas à me faire frapper à chaque fois pour envoyer des ondes. Je me relève difficilement après le coup.

D'un seul coup, je me sens bizarre. Face à moi, les cadavres fantomatiques refont leur apparition tels des zombies sortant du sol pour venir ramper vers moi et vers mon frère ; tout mon corps est figé et le seul mouvement que je peux faire est de reculer pour les empêcher d'arriver moi. Pourtant, je vois du coin de l’œil mon frère en train de s'affoler... L'ombre ne va pas tarder à apparaître. Je dois me contrôler pour l'aider. Je ferme les yeux et prends une grande inspiration... Ce n'est qu'une illusion. Ce n'est qu'une illusion. Ce n'est qu'une illusion.

Ré-ouvrant les yeux, je ne perds pas de temps à courir vers les tambours en oubliant les fantômes qui se dirigent vers moi gardant l'idée en tête que tout ceci n'est qu'une illusion. Et le seul moyen de sortir d'une illusion est d'en faire une plus puissante. Je me concentre en faisant avec les moyens du bord et commence à jouer un air avec le tambours essayant de le rendre assez agréable et pas seulement taper comme un bourrin pour produire du son ; les fantômes disparaissent petit à petit et je remarque qu'Alan et Edith sont comme paralysés.

Je fais rarement des illusions auditives mais je dois reconnaître qu'elles calment plutôt bien les combats. Je ne m'arrête pas pour autant de jouer, tentant de les maintenir dans l'illusion pour permettre à Nemeroff de se libérer en espérant bien sûr qu'il comprenne que c'est le moment ou jamais. Par contre, comment on va s'en aller ? J'en ai aucune idée ! Mais on verra ça une fois qu'il aura prit le temps de se libérer.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Mer 22 Mar - 1:33

Dreiden Peak
F. Mon frère
J'écris en Firebrick

Jour1: Being evil has a price

Mon cher frère était enfin la, au moins il s’est pas barré comme un voleur cette enflure, on a des comptes à régler ouai ! Pourtant il semble que c’est dans l’autre monde qu’on devra les régler alors qu’ils essayent de me calmer pendant que je gigote mon frère me fait le reproche du thé

Bah quoi ?! J’y peux rien s’il était meilleur avec du poison moi !

Un des disciples vient me gifler pour me dire de me taire et je le fixe doucement avec le regard de la mort … oh putain détachée moi je vais me le faire cet enfoiré, ça y est je suis en mode sans retour, sans échec là. Je vais lui prendre sa tête de con et lui éclater contre sa putain de table, je vais lui en donner du sacrifice moi. Du sang aussi, enfoiré de sataniste, je dis ça mais une violente toux vient me reprendre me faisant cracher su sang enfin au point où j’en suis j’avoue que je ne sais même pas si c’est le mien ou celui des sacrifices. Je repose ma tête calmement sur le table, ma gorge me brûlait et je regarde Nash qui était en train de s’échapper, je suis sur le coup et j’ai un peu du mal à suivre ce qu’il se passe car je suis totalement attaché et difficile de gigoter librement.

Ce dernier semble essayer de s’enfuir, j’espère qu’il va pas me laisser ici, car je promets que je viendrais le hanter de toute mes forces, alors que je tire de nouveau sur les chaînes pour me libérer, je vois ses choses sortir du sang des cadavres et deviens pâle, ses trucs sont autour de moi et me regarde s’approchant je tire violemment sur les chaînes pour me libérer mais rien, je m’esquinte juste les poignets … J’ai peur et je veux rentrer … maman … Nashoba, j’ai même les larmes qui coulent le long de mes joues, pourquoi je vois encore ses choses. Alors qu’elles sont à quelques centimètres de moi, je craque totalement :

CA SUFFIT SORTEZ DE MA TÊTE !

La vision plus l’odeur invivable du sang me font craquer, il semble qu’Alan ne soit plus en état de contrôle mon élément comme il le disait car la zone sombre revient s’étendre dans toutes la pièce assez rapidement, ouvrant ses milliers d’yeux assez rapidement avec un regard mauvais et perçant comme habituellement, les griffes d’ombres ne tardent pas à venir briser les chaînes violemment. Même si les menottes restent à mes membres, mais je suis entièrement libre sortant de la table pieds à terre. Le sang coulait sur moi pour tomber au sol et quand j’avançais en direction des membres de la secte qui reculait en me voyant, j’avais un regard mauvais avec les mêmes questions dans la tête « Pourquoi toujours moi ? ». Un premier essaye de me rattraper mais c’est un énore pic d’ombre qui vient l’accueillir lui transperçant sans hésitation la gorge pour le voir s’écrouler comme une merde au sol, je n’hésite pas à venir lui coller mon pied dans le visage pour m’assurer qu’il ne me touchera plus. Cette voix résonnait encore dans ma tête, la même que lorsque j’ai dû sauver Haizea ou Yona, elle m’appelait à tous détruire, peur, angoisse … Tous ce qui m’entourait devait disparaître. C’était Edo qui me poussait à me laisser aller, que c’est le seul moyen que j’avais d’enfin être tranquille, posant mes mains sur ma tête je commence à hurler ma tête me faisait mal et j’avais du mal à réfléchir avec la peur, la douleur, l’odeur nauséabonde que je dégageais.

Les ombres continuaient de s’étendre et s’en prenait à tous, cadavres, ravisseurs, décors, on pouvait commencer à voir le plafond s’effondrer par le choc des coups, puis il céda faisant tomber nos affaires à côté de nous ainsi que toutes celles prisent aux élémentis. Mon ombre était totalement hors de contrôle, je n’avais jamais atteint un niveau de démence pareille. Le sang commence à couler aux niveaux de mes yeux, preuve que je vais commencer à payer le prix de l’activation de ce terrible élément qu’est le mien, mais alors que le massacre des fous qui nous ont attrapé continue par mes ombres, je sens Nashoba m’attraper et me regarder, je n’arrive pas à comprendre ce qu’il me dit, mais le fait qu’il soit là, ne m’ayant pas abandonné me soulage énormément. Mon cœur se relpache légèrement et je me laisse tomber doucement à genoux, restant dans cette position la tête levée, mon corps me faisait souffrir, c’est comme s’il se déchirait en deux. Les ombres disparaissent soudainement … Mais je suis toujours un peu conscient ayant du mal à respirer ….

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Nashoba DreidenMessages : 329
Date d'inscription : 19/05/2016


MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Mer 22 Mar - 23:51

  • Nemeroff Dreiden
  • Nashoba Dreiden
Dreiden Peak
Ce n'est pas facile de sortir d'une illusion, il faut savoir trouver la faille mais heureusement pour moi, ce n'est pas très compliqué à la trouver, il faut simplement que je me concentre dans l'illusion. J'ai intérêt à faire vite puisque Nemeroff active déjà son ombre qui commence à tout détruire et malgré l'envie d'aller aider mon frère ; je ne peux pas me permettre d'arrêter empêchant ainsi Alan d'utiliser son élément.

L'ombre totalement hors de contrôle, la plupart des personnes tentent de fuir mais se font blesser ou tuer et dans cette bousculade j'ai cru reconnaître un Elementis en particulier ! Assez proche du Conclave, je commence à comprendre pourquoi c'est nous qu'on a envoyé en mission et non d'autres. Je me serais bien lancé à sa poursuite mais voyant une partie du plafond me tomber sur la tête, j'ai dû me dépêcher de me décaler pour ne pas mourir sous les décombres. Roulant un peu plus loin, je vois mon sac parmi d'autres affaires et suis content de pouvoir récupérer mes armes.

Pourtant le plus important maintenant serait d'aider Nemeroff à contrôler son élément avant de me tuer mais aussi de le tuer ! Je mets mon sac sur les épaules et me dépêche de rejoindre mon frère pour le secouer en évitant de me faire blesser par les ombres tout en lui demandant de se calmer. Je ne pense pas pouvoir réussir là où j'avais déjà échoué la première fois mais je me dois d'essayer pour pouvoir s'enfuir d'ici et rentrer à la maison ; il y a un traître parmi les Elementis, des personnes décédées et Alan et Edith sont encore vivants, ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne décident de nous attaquer.

Les ombres finissent par disparaître et j'aide mon frère à marcher en passant une main sous son épaule et le force à avancer ; le plafond continue de s'écrouler et je nous fais monter des escaliers nous faisant arriver dans un couloir jamais vu auparavant... Bordel mais ce manoir est immense ! On ne va jamais pouvoir se retrouver. J'emprunte le premier chemin qui passe en espérant ne pas me gourer mais suis stoppé dans mon élan en voyant un mur apparaître devant nous.

- Putain pas encore...

Nous retournant, je vois Edith et son frère, légèrement blessés tous les deux. Ils n'ont pas l'air de vouloir nous laisser partir et je me demande si ça va servir à quelque chose de nous tuer maintenant que nous avons gâcher la cérémonie ? A moins que ça ne soit seulement que pour se venger de l'avoir gâchée justement. Bien. Je crois que nous n'avons pas le choix de nous battre finalement. Me tournant vers Nemeroff pour qu'il voit mes lèvres, je reprends la parole.

- Occupe-toi d'elle. Avec sa lumière, ça sera plus simple pour toi d'utiliser ton élément... Je m'occupe de lui.

J'ai horreur des Elementis néant et je ne remercierai jamais assez Laelyss de m'avoir entraîné avec les armes, c'est le moment ou jamais de mettre ses entraînements en pratique. Laissant mon frère en lui souhaitant bonne chance, je m'approche de mon ennemi qui garde un sourire en coin ; je suis sûrement une cible facile et peut-être qu'il voit déjà le combat comme gagné d'avance. Mais je me suis suffisamment entraîné avec Laelyss et Edéa pour pouvoir tenir plus longtemps, quitte à attendre Nemeroff pour le battre.



~ Je parle en darkviolet et signe en *italique* ~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   Jeu 23 Mar - 12:36

Dreiden Peak
F. Mon frère
J'écris en Firebrick

Jour1: Being evil has a price

J’avais l’impression d’être totalement au bout du rouleau, la bonne nouvelle c’est que je n’avais pas cette sensation désagréable du sang dans ma bouche et sur mon visage … Car ça faisait une bonne heure que je baignais dedans, je crois que j’arrive même plus à distinguer les odeurs. C’est infernal étant resté à genoux un moment, c’est mon frère qui vient me prendre pour me tirer et commencer à partir de cet endroit qui commençait à s’écrouler, il semblait que mon ombre ait bien attaqué les fondations de l’endroit, je reprends un peu mes esprits me mettant sur mes pieds et avançant doucement avec mon frère récupérant mes affaires au passage. Je mets sur mon dos et suis mon frère vers la sortie, alors que je pensai qu’on allait pouvoir sortir tranquillement, c’était sans compter sur la chance extraordinaire des Dreiden. Edith et Alan se retrouve devant nous, je me redresse et leur fait face comme mon frère, il semble qu’ils ne soient pas heureux de ce qu’on a fait, mais j’ai un secret pour vous, j’en ai rien à foutre qu’ils soient contents et ça me conforte dans l’idée qu’ils sont totalement tarés et qu’on aurait dû se barrer de ce putain d’endroit. Mon frère souligne bien le fait qu’on en a marre de leurs gueules de con avec son « putain ».  Enfin, Nash planifie les choses rapidement, moi la femme et lui l’homme. Je ne peux m’empêcher un petit trait d’humour pour tenter de dissiper le fait que je commence à en avoir ras-le-cul des emmerdes :

T’as peur qu’elle te fasse encore les yeux doux ahah ?

Je prends ma hache dans mon dos en silence, la laissant en forme bâton pour le moment et regarde Edith qui semble prendre aussi une arme qui était la dague de cérémonie. Y a tellement de sang dessus que je suis sûr que le coupant est totalement niqué, approchant d’un pas, je viens donner un coup assez ample que la femme esquive, je m’approche au corps à corps pour l’attraper au niveau du poignet et contracter mes muscles pour écraser son poignet et lui faire lâcher la dague, mais étant couvert de sang, il lui suffit de tirer son bras en arrière pour échapper par glissement à mon emprise et venir me donner un coup de dague qui vient légèrement m’entailler le torse, mais que j’esquive avec un bond en arrière. Je regarde rapidement en direction de mon frère voir s’il s’en sort, mais je n’ai pas vraiment le temps car la femme revient à la charge pour tenter de me poignarder cette fois, j’esquive en bloquant avec le manche de ma hache puis vient lui donner un coup de coude dans le visage pour la faire reculer, ce qui marche.

Je la regarde, elle semble s’en remettre malheureusement et décide d’enfin utiliser son élément m’envoyant un grand flash dans les yeux et je percute enfin pour le cavalier, les fantômes et monstres, une utilisatrice de lumière ? Je serre un peu les dents en voyant les choses apparaître, même si maintenant je savais que ce n’était pas réel, mon corps semblait totalement troublé tremblant un peu, pourtant, il n’y a qu’une façon d’en sortir, la tuer. Venant frapper l’une des choses qui s’approche de moi, je vois mon arme seulement passer au travers, je retiens un petit cri quand même quand je m’approche de l’illusion qui est vraiment dégueulasse. Alors que j’arrive à son niveau, Edith me repousse avec un grand coup de pieds me faisant rouler au sol. Une des créatures approches de moi et mon réflexe et de prendre la rapière à ma ceinture et venir l’empaler mais même effet, l’illusion se distord pour esquiver … Je me redresse en saut carper, et esquive Edith qui essaye de me redonner un coup de dague, cette dernière semble essayer de m’aveugler avec son élément, mais ça commence à bien faire :

Arrête de te cacher derrière tes illusions, ça ne prend plus … Et tu ne pourras pas gagner avec ça…

Ouai, à part semer le doute dans mon esprit, elle ne peut pas me blesser avec ses illusions, elle essaye juste de nous faire peur et d’instaurer la terreur pour nous gêner mais que peut-elle faire d’autre rien ? Mais une fois qu’on a compris le truc c’est bien moins efficace.

Je vais te montrer la vraie terreur moi !

Bon risqué, mais bon si je ne gagne pas je meurs …. Du coup autant mourir et emporter cette salope avec moi dans la tombe. Regardant en silence, elle ne semble pas comprendre ou je veux en venir, pourtant elle était là il y a 15 minutes. Alors qu’elle utilise de nouveau sa lumière, j’en profite pour courir et m’approcher d’elle venir lui donner un coup de manche dans le ventre et lui coller mon poing dans la figure alors qu’avec l’intensité de sa lumière mon ombre s’étend de nouveau avant d’ouvrir ses yeux. Je n’ai pas peur de mon élément, je sais ce que je risque mais c’est la seule arme qui peut me permettre de gagner contre sa lumière.

On dit que plus fort est la lumière, plus sombre seront les ténèbres, tu vas pouvoir me le dire …

D’un petit sourire je viens écraser la main qui essaye de m’attraper, et appuie bien le talon dessus en la fixant, tu vas payer connasse, pour tous, m’avoir fait passé pour un fou, le poison et ce que vous m’avez subir bande de taré. Alors qu’elle essaye de venir me poignarder la jambe, un énorme pic sort de l’ombre étendu et lui arrache le bras la faisant hurler, je regarde le spectacle et viens donner un grand coup de pieds dans son visage :

Au fait, il était dégueulasse ton thé !

Rétablissons la vérité maintenant qu’on pouvait oublier la politesse, alors que j’avais réussi à condenser mon ombre légèrement pendant un instant, cette dernière semble de nouveau s’emballer dans la pièce rattaquant les fondations, les cadavres et tous ce qui se trouvait dans la pièce. Je serre un peu les dents en voyant ça, il fallait que je me calme, l’excitation du combat allait me refaire perdre totalement le contrôle et je dois éviter pour ne pas blesser mon frère ou nous faire écrouler le manoir sur la gueule ….


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Dreiden Peak [PV Nemeroff]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dreiden Peak [PV Nemeroff]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-