Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Setsuna AokiMessages : 136
Date d'inscription : 25/06/2016


MessageSujet: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Lun 6 Fév - 10:44

Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde.
F. Gaara
J'écris en #0066ff

Les yeux cernés, je n’ai plus vraiment l’habitude depuis quelques mois de ne pas dormir. Setsuna m’a forcé à passer la nuit à tester cette nouvelle tenue. Après l’incident de cet été et le combat avec Gaara, les médecins ont diagnostiquer que mon bras était en mauvais état. Le prochain choc ou blessure importante signera la perte définitive de mon bras. Moi je n’ai pas peur, pendant un combat on peut perdre bien plus qu’un bras, mais Set c’était différent, il y tenait à son bras quand même, quoi qu’il le sacrifierait sans problème pour ses proches, mais si on pouvait éviter. Il avait donc demandé à ce qu’on lui fasse une tenue particulière, dans un métal léger et solide, avec une légère couleur bleue. Le même métal que les armes qu’il a offertes à Gaara, la tenue est donc un mixte de métal et tissu, plutôt agréable et légère tout de même. Mais elle n’était qu’un prototype et avait des défauts, on a passé la nuit à régler les problèmes pour au moins survivre au plan : Il faut sauver cet enfoiré de soldat Ishikawa.

On attendait dans l’ombre, il faut être patient, le gouvernement installé fièrement l’échafaud. Ils étaient tous joyeux de prendre la vie d’un homme. Je peux les comprendre, c’est toujours plaisant d’avoir le plaisir de tuer plus faible que soit, je le ressens à chaque instant cet envie d’en finir avec les faibles. Oui Gaara était totalement faible, renoncer à la vie car monsieur à le cœur brisé, se laisser retirer ses pouvoirs aussi pitoyablement, il ne montait pas dans mon estime, il était même descendu depuis notre dernier combat. Mais Setsuna s’en fichait, il le voyait comme son frère et il ne pouvait pas le laisser quitter ce monde des mains du gouvernement. Si quelqu’un devait le tuer ça serait moi ou sa femme. Oui, je me garde le droit de le tuer. Osez me faire la morale pour faire la connerie quelque mois est une raison de mort. Enfin en même temps, me regarder dans les yeux est une raison de mort pour le grand Fallen. Je ne comprends vraiment pas ce que Set peut trouver chez lui. Il a trahi l’ordre, il a trahi Set avec son abandon de la vie et il a trahit sa famille. Une chose dont Set à pourtant horreur son enfant est sacré dans sa tête, alors comment il peut encore vouloir aider un déchet comme lui.

Décidément, nous ne nous comprendrons jamais avec mon hôte. Mais nous n’avons pas besoin de nous comprendre, nous avons chacun notre utilité mais aussi nos faiblesses. Cela fait plusieurs heures que je patiente sur le toit de l’église. Dans le fond c’est un peu une mission suicide, il y aura une grosse partie de l’armée pour sécuriser la cible mais aussi veiller à ce qu’il se fasse bien hacher menu. Cela ne m’étonnerait pas de voir des Domaes pour être sûr que le terrible Démon de Quederla soit enterré. Ça va être … Amusant ? Enfin un peu d’action depuis tout ce temps. Dommage que je ne puisse pas déclarer que ça soit pour l’ordre et que le terrible Fallen va encore frapper, je n’ajouterai pas officiellement ce foutage de merde dans mon palmarès … J’ai vraiment rien à y gagner c’est la merde c’te mission.

La foule commence à se rassembler autour de l’échafaud, je commence à sourire et me dire que je pourrais simplement observer aussi et laisser le gouvernement faire. Mais soudainement un terrible son retentit dans ma tête :

- Putain Set tu fous quoi bordel ?!

« Désolé … Je pensai t’avoir entendu penser une connerie. Je voulais être sûr que tu étais bien réveillé ». Je tchip rapidement, c’était son nouveau truc à ce blaireau de Setsuna, il arrivait à faire ce son horrible et désagréable. Y a de quoi me taper la tête sur les murs quand même. Pour peu je m’étranglerais tout seul afin de le faire taire ce con. Une voix retentit sur l’échafaud et je dirige mon attention sur cette dernière :

- Ladies and Gentleman ! Nous voici réunit pour un superbe évènement ! Une peine capitale pour le démon de Quederla, Gaara Ishikawa ! Veuillez patienter encore quelques instants avant le début de ce merveilleux spectacle.

En vrai … Je ne vois pas ce qu’il y a de merveilleux à tuer une personne qui ne peut rien faire, un faible c’est marrant à tuer quand il fuit et on peut lire la peur sur son visage. Connaissant un peu Gaara, il ne montrera rien. Enfin je crois. En tout cas l’heure fatidique approche et je dois avouer que je suis impatient de voir comment le rouquin va être emmené et sans surprise … Il arrive attaché de partout, sous camisole et tire à l’arrière de chevaux. Eh bah … Ils n’y ont pas été de main morte, il fin horrible jusqu’au bout, qui se finira à coup de …Bourreau ? Bloodyne ne m’avait pas parlé de pendaison ? Maintenant que j’y pense, ce n’est clairement pas un système de pendaison qui a été mis en place, mais plutôt une décapitation. Je siffle légèrement, le grand spectacle et une fin horrible, vous ne voulez pas qu’on lui offre sérieusement ? Car si on le sauve, il devra vraiment se cacher maintenant. Au passage du rouquin, la foule hurle et lui jette de tout et n’importe quoi. Un spectacle désolant mais assez marrant de mon point de vue, même en 4 ans personnes n’a oublié ce démon et maintenant qu’il va être punit pour ses crimes, tout le monde se souvient de lui.

On commence à l’installer à genoux sur l’échafaud. A genoux devant le gouvernement. Cette exécution était vraiment significative mais aussi… Un magnifique exemple que le gouvernement essayé de se payer. Je me demande ce qui se passe dans la tête du roux … Rage ? Colère ? Honte ? … Peur ? Difficile de dire. Set devrait savoir vu qu’ils se comprennent mutuellement, mais il ne veut pas parler. Je reste encore un peu discret pour le moment, voir la tournure des évènements, l’homme sur l’estrade fait son discours, les pêchés de cet homme blablalba, purgé la ville de ses démons … Blablabla. Son discours me fait rire, il ne faut pas purger cette ville mais la démolir par le chaos. Place au deuxième acteur tant attendu, le bourreau traînant sa hache massive derrière lui. Provoquant un son strident désagréable même à ma hauteur. Il semble se mettre en place à côté du roux et prendre le manche de sa hache pendant que le présentateur de l’évènement dit clairement :

- QUE LA VILLE SOIT PURGER !

Le bourreau soulève la hache et s’apprête à l’abattre violemment. C’est à ce moment que me lève et tend la main, une décharge ainsi qu’une pression dans l’air se faire ressentir, quand le public se met à hurler … Bonheur ou terreur ? La réponse me semble le 2ème choix. Le bourreau vient se faire fendre le crâne par sa propre hache. Ne perdant pas plus de temps, je saute du toit façon Assassun Creed et atterrit sur l’échafaud sans grande difficulté, qu’il est bon de maîtrisé l’électromagnétisme quand on a une demi armure.

- Bonjour, bonjour, vous avez commandé un sauvetage express ?


Je suis légèrement penché devant le roux pour qu’ils comprennent que c’est moi, enfin le corps de Setsuna, je ne sais pas s’il captera que c’est fallen. Je me retourne ensuite face au public qui peut découvrir mon apparence déguisée

Les soldats ne semblent pas vraiment contents et se rue vers nous pour nous maîtriser. Manque de chance, ils portent des armures. Faisant un large mouvement de la main, j’envoie une onde qui les repousses tous, les faisant voler dans le public … Eh les innocents blesser ? BALEC. Je m’approche ensuite de Gaara lui fouttant 2 - 3 tapes dans la gueule voir s’il était bien réveillé ou conscient, constatent aussi que le gouvernement n’avait pas été tendre :

- T’as une belle gueule tu sais. Enfin la camisole ça ne te vas pas trop par contre.

Je sors le katana qui était accroché à ma ceinture et lui arrache les attaches et libère ses bras avant de planter l’arme devant lui et laisser tomber 2 3 Kunais :

- Tu te démerdes avec les moyens de la maison et essaye de survivre … Ca serait cool.

Je regarde vers les membres du gouvernement qui essaye déjà de revenir.




La fameuse tenue:
 






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 789
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Mer 8 Fév - 20:13

Comme deux frères...


Le Gouvernement a l'art et la manière de faire des exécutions. Il ne sait si toutes les exécutions se passent de la même manière ou si il a le droit à ce traitement de faveur, mais Gaara sent qu'ils ont tout mit en œuvre pour l'humilier et le montrer faible aux yeux de tous. Les personnes présentent sur la place publique sont là d'après des rumeurs et certains sont venus les vérifier, les approuver mais peu doivent être contre son exécution. En effet, parmi les personnes présentent il reconnaît bien des visages... Elementis, Domae, Ancien Confrère, Ordre. Tous sont là mais les motivations sont différentes, personne ne viendra l'aider aujourd'hui et il accepte son sort malgré tout ce qui a pu se passer la veille.

L'humiliation et les liens ne sont pas ce qui le dérange le plus. Il est plutôt rassuré de ne pas trouver Bloodyne parmi les personnes ni même son fils, son meilleur ami n'est pas là non plus... Est-il seulement au courant de ce qu'il se trame ? Gaara est partagé. Doit-il être soulagé de la mort prochaine qui cessera tous les problèmes qu'il a causé ou doit-il être anxieux à l'idée de ne plus revoir sa famille, son fils ? Partagé entre ces deux sentiments, il ne sait lequel choisir. Son visage neutre ne permet de voir ce qu'il pense au fond de lui ; Il ne veut pas donner le plaisir au Gouvernement. Jusque dans les derniers instants il restera fier.

- Ladies et Gentleman ! Nous voici réunis pour un superbe événement ! Une peine capitale pour le démon de Quederla : Gaara Ishikawa ! Veuillez patienter encore quelques instants avant le début de ce merveilleux spectacle.

Avançant dans la foule au milieu de ces gens qui le jugent, il remarque que son exécution se fera par décapitation. Ont-ils changé à la dernière minute la méthode ? Gaara n'en connait pas la raison mais la finalité reste la même : la mort. Tandis que le discours continue, l'Homme de Sable se met à genoux, plaçant son cou à l'endroit prévu pour ; La tête au-dessus d'un panier. Alors c'est de cette manière que cela va se terminer ? Prenant une dernière grande inspiration, il entend que le bourreau lève la hache, prêt à l'abattre violemment pour mettre fin à toutes traces d'existence de Gaara Ishikawa.

Pourtant, une décharge et des cris se font entendre. Relevant la tête, il remarque que le bourreau a le crâne fendu par la hache ; Pour une fois, il n'y est pour rien. Se relevant et s'éloignant, Gaara a déjà une idée de qui est derrière cette décharge et ses soupçons se confirment lorsqu'une personne atterrit devant lui sans grande difficulté. La commande du sauvetage express n'a pas été formulée par lui mais il ne niera pas qu'il est rassuré de savoir qu'il ne mourra pas aujourd'hui, du moins pas de cette manière ; Si ce n'est lui, qui est le commanditaire ? Très certainement Bloodyne.

Cependant, la personne qui est venue le sauver n'est pas réellement Setsuna puisqu'il reconnaît les remarques et la voix de Fallen. Est-il là par plaisir ? Il en doute sincèrement. Non content de voir le criminel leur échapper entre les mains, les soldats tentent de se ruer en direction des deux hommes mais une autre onde les clous au sol, blessant au passage les personnes présentes dans le public. Aussitôt, c'est quelques coups qu'il se prend dans la figure, est-ce pour vérifier si il est toujours vivant, conscient ou c'est simplement pour déverser sa colère ?

- T’as une belle gueule tu sais. Enfin la camisole ça ne te vas pas trop par contre.

Préférant ne pas répondre à sa provocation, il tend ses bras attachés par les liens pour qu'il utilise le katana ; Coupant les autres liens au passage, Gaara se sent enfin libre de ses mouvements. Malheureusement, ce n'est pas avec son élément qu'il pourra être se battre puisqu'il n'a toujours pas la possibilité de l'utiliser. Gaara remarque quelques kunaïs tomber au sol à ses pieds puis voit le katana planté devant lui ; Voilà donc avec quoi il va devoir se débrouiller.

- Tu te démerdes avec les moyens de la maison et essaye de survivre … Ca serait cool.

- Je te retourne le commentaire.

Ne serait-ce pas idiot de mourir ici et maintenant alors que si il n'était pas venu, cela ne se serait pas produit. Récupérant les armes tombées au sol, il les mets à sa ceinture et prend plutôt le katana avec lequel il serait plus à l'aise pour combattre contre le nombre de soldats qui s'approchent ; Ceux qui n'ont pas été envoyés trop loin par l'onde de choc grimpent les escaliers pour abattre leur épée sur l'Homme de Sable qui bloque leur attaque à l'aide de son katana. Gaara n'a pas l'habitude du corps à corps, préférant largement le combat à distance mais il n'a actuellement pas le choix et ne peut rester les bras croisés en laissant Setsuna se battre.

Repoussant d'un coup de pied l'un des soldats, il fait une rotation sur lui-même pour éviter un coup d'épée avant donner un coup de coude au niveau de la tête d'un autre. Malgré les coups donnés, Gaara a l'impression qu'ils ne servent strictement à rien puisque les soldats reviennent aussitôt au galop par dizaine ; Rien n'a l'air de pouvoir les arrêter et c'est à se demander si ils pourront sortir d'ici vivants.

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Setsuna AokiMessages : 136
Date d'inscription : 25/06/2016


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Mer 8 Fév - 21:07

Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde.
F. Gaara
J'écris en #0066ff

Bon le rouquin ne semble pas avoir abandonné la vie aussi facilement, je me dis que sa pouffe d’ex a du exagéré la situation. Pourquoi je viens en aide à c’te blonde et ce roux … C’est elle qui m’a empalé le bras mode Dracula avec son bout de bois. On devrait être content de la voir en pleur et au bout de sa vie quand même. Enfin pas le temps de débattre, il faut survivre. Les soldats montent sur l’estrade déterminé de nous abattre tout de suite, on est plus dans le mode spectacle ? Dommage, j’adore montré du spectaculaire aux gens. Je viens attraper le visage d’un soldat dans ma main et vient le cuir à coup de foudre. Je vois ses yeux éclatés à cause du choc et peut être la chaleur, je ne sais pas trop, j’ai jamais aimé la physique chimie. Je jette son corps sur un autre garde.

Le roux se débrouille comme il peut, bien que j’aie dit qu’il devait se démerder, je dois bien garder un œil sur lui en réalité. Je n’ai plus d’arme pour le coup et j’utilise la foudre de différente façon, surtout dans le fait d’augmenter mes réflexes et la gestion de mon cerveau. En effet, le cerveau à plusieurs fonctions suivant les ordres qu’ils donnent, pour le regard il peut très bien décidé de ne plus voir les couleurs et ce concentré sur l’analysé pur de la situation visuel, j’écope du d’une vision monochrome mais … Je peux au moins suivre les différents soldats et leurs mouvements.

- J’espère que t’es pas trop claqué ça va être long …

Les soldats avaient la hargne. On voulait vraiment le voir moi, je suis étonné quand même, je l’ai toujours vu comme un rouquin qui pouvait mordre un petit peu quand même. Il me volerait presque la place de grand méchant … Je continue de me défendre contre l’assaut des soldats du gouvernement qui sont vraiment naze quand même, enfin je dis ça mais Gaara semble avoir un peu de mal. Je le tire doucement en arrière pour lui faire éviter un coup qui arrive sur son flanc, puis je viens donner un violent high kick dans l’auteur de l’attaque, le faisant tomber de la scène. Je viens poser ma main sur la hanche de Gaara et lui prend un Kunaï :

- Je me sers désolé

Je prends ce dernier et le lance dans la tête d’un assaillant pour récupère la lance de ce dernier pour me débrouiller avec. Ce n’est pas forcément une arme que je maîtrise, mais je n’ai pas vraiment le confort et le luxe de choisir. Continuant de repousser l’invasion gouvernementale, je me colle au dos de Gaara. Bon peut être que j’aurai du prévoir comment le sauver, j’y ai peut-être été un peu trop décontrac. Je vois des soldats se positionner avec des arbalètes un peu partout et regarde rouquin :

- Repousse ce qui s’approche de nous, je m’occupes des flèches.

Alors que celui qui semblait être à la tête du peloton d’archer lève la main pour donner le signal de tire, je me prépare à contrer cette belle salve qui nous est destiné. Je viens instaurer un champ magnétique quand l’ordre de tirer est donné. Les flèches foncent vers nous avant d’être soudainement stoppé, puis redirigé vers le public et le peloton de tire. Comme je disais, je n’en ai rien à faire des victimes publiques. Je reprends mon armé pour dégagé les soldats devant moi. Je ne suis pas vraiment pas du genre à mourir en me laissant faire, donc envoyé moi tout ce que vous avez bande de con. Enfin peut être pas, car le pote de Set ne semble pas vraiment en forme en fait.

- Tu peux tenir longtemps tu penses ? Car on en a pas fini à vue de nez

Vu son état, je dirais qu’il n’a pas été traité comme un prince par le gouvernement et il ne semble pas avoir dormit plus que ça, donc conclusion, il ne peut pas être au milieu de sa forme. Je tchip un peu … Je dois faire le ménage sur l’extrade y’en a vraiment trop … Alors que je prends une position étrange, le temps me semble vraiment lent, non plutôt le contraire, je suis plus rapide que les soldats, je viens frapper ses derniers assez violemment avec la lance pour les mettre KO et les jeter de nouveau de l’estrade pour finir par me recoller au dos de Gaara un peu essoufflé :

- Va falloir changer de stratégie ou d’endroit, car la petite estrade au milieu du public c’est pas jojo quand même.


Alors que je m’apprête à affronter un soldat avec un espadon vraiment costaud, j’entends une femme crier dans la foule :

- ALLEZ ATTAQUE CHIPS !

Je vois soudainement venir vers nous, un animal non identifié qui atterrit sur la scène en roulé boulé et qui se redresse en mode ninja, tenant des noyaux entre ses pattes et se mettant à cracher des pépins sur le visage des soldats ennemis … Je reste un moment blazé par ce spectacle … Le grand Fallen et le Démon de Quederla qui se font aider …. Par un rat ? Non un raton ? On est tombé bien bas quand même, je viens percuter la lance contre le soldat à l’espadon le faisant tomber à genoux, mais brisant mon arme.

T’as des amis animaux ? Je pensai que j’étais le seul

Enfin que Set était le seul, mais je peux pas gueuler mon nom devant les autres.


Spoiler:
 






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 789
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Mer 8 Fév - 23:16

Comme deux frères...


- J’espère que t’es pas trop claqué ça va être long …

En effet. Les soldats n'ont pas l'air de vouloir laisser tomber le combat et il est sûrement hors de question de laisser s'échapper l'Homme de Sable ; Utilisant son katana pour parer les attaques avant de les repousser, il regrette déjà son élément dont l'absence le rend totalement impuissant. Sauvé de justesse par Fallen qui a eu la bonne idée de le tirer en arrière, il remercie intérieurement son coéquipier qui se permet de donner un high kick à l'auteur de l'attaque pour le faire tomber de scène avant de le débarrasser d'un poids à la ceinture qui n'est d'autre qu'un kunaï.

- Je me sers désolé

Comment lui en vouloir ? Ils sont obligés de faire avec les moyens du bord et puisque seuls trois kunaïs et un katana sont à leur disposition, ils sont bien obligés de se débrouiller comme ils peuvent. Dos à dos, ils doivent sûrement se faire la même réflexion, se demandant comment ils vont faire pour sortir de là avec tous les soldats qui s'attroupent et le peu d'espace disponible pour un combat ; A-t-il seulement prévu une sortie de secours au cas où ? Pour l'instant, Gaara n'en a pas réellement l'impression et il en vient à se demander si ce combat aura un jour une fin.

- Repousse ce qui s’approche de nous, je m’occupes des flèches.


Fallen ayant sûrement une idée derrière la tête, c'est à Gaara de repousser tous les soldats qui tentent de s'approcher afin de lui laisser le champ libre. S'occupant donc du Gouvernement, il remarque du coup de l’œil toutes les flèches se dirigeant vers eux avant de faire demi-tour dans le public ; Donnant un coup de pied pour faire tomber un soldat, il remarque le massacre sans pouvoir dire ou faire quoi que ce soit. Tuer des innocents n'est pas ce qu'il veut mais il est dans l'incapacité de leur venir en aide, il doit déjà venir en aide à lui-même. Ces personnes devraient avoir l'intelligence de fuir plutôt que de rester ici.

La question de si il pourra tenir longtemps ou non ne peut obtenir de réponses maintenant puisque le non assure la fin du combat et donc leur mort ; Gaara n'a pas d'autres choix que de rester motivé pour pouvoir le gagner. Malgré les mauvais traitement, le peu de sommeil et la faim, il fait en sorte de pouvoir tenir le plus longtemps possible ; Il se reposera seulement une fois en sécurité. D'un seul coup, il a cet impression de temps ralenti qui lui permet de pouvoir frapper plusieurs soldats rapidement avant d'être dos à dos à son partenaire, prenant le temps de souffler quelques secondes.

- Va falloir changer de stratégie ou d’endroit, car la petite estrade au milieu du public c’est pas jojo quand même.

- En effet. Mais comme tu peux le voir, ils ne nous laissent pas vraiment l'occasion de bouger.

- ALLEZ ATTAQUE CHIPS !

Tournant la tête vers la femme qui a lancé ce cri, tout le monde se stoppe dans ses mouvements lorsqu'un drôle d'animal, un raton laveur, arrive en boule sur scène avant de se redresser pour jeter des noix sur les soldats. Un allier de dernière minute ? Ça en à tout l'air puis l'animal ne cesse de balancer ses projectiles sur les ennemis ; Il ne se souvient cependant pas d'avoir un tel allier dans ses contacts. Est-ce la seule personne qui a accepté d'aider Fallen dans sa libération ?

- T’as des amis animaux ? Je pensai que j’étais le seul

- C'est étrange, j'allais te retourner la question.


Si ce n'est ni un allier de Setsuna ni de Gaara, qui peut bien être cette jeune femme qui accepte de venir les aider ? Et surtout, pour quelle raison ? Puisqu'il ne faut jamais refuser une aide, l'Homme de Sable en profite pour avancer vers les marches pour empêcher les soldats de monter tandis que le raton laveur occupe les gardes ou les retarde légèrement ; Mais dans un combat, tout gain de temps est une occasion en or pour avoir une victoire. Évitant l'attaque d'un des gardes, il plante son katana dans le torse de ce dernier avant de sentir le frôlement d'une flèche ; En relevant la tête, l'Elementis remarque une jeune femme, rousse se battant avec un archer pour tenter de lui prendre son arc.

Il ne sait qui est cette jeune femme et pourquoi elle décide de l'aider mais avoir un allier qui les couvre contre les attaques des archers ne peut être qu'une bonne chose, il n'a pas l'impression de la connaître alors pourquoi est-elle là ? Finalement, sans avoir réellement besoin de parler ; Les deux hommes eurent une idée quelques peu dangereuses mais utile. Fallen envoie de la foudre sur Gaara qui, grâce à son arme, la redirige vers le groupe de soldat qui comptait grimper les marches. Où trouvent-ils tous ces soldats ? D'ailleurs, comment se fait-il qu'ils ont encore la force et l'envie de retourner au combat ? C'est du suicide.

Au final, c'est une drôle de sensation qu'il ressent. Comme la sensation d'avoir récupérer quelque chose, et comme la première fois qu'il a ressenti ça c'est une onde violente de sable qui envoie valser la plupart des personnes proches lui ; Il ne peut rêver mieux pour retrouver son élément. La surprise et la peur sur le visage des gens lui donnent l'occasion de revenir près de Fallen pour le tenir au courant des dernières bonnes nouvelles, même si il a déjà dû capter ce qu'il vient de se passer.

- Si tu as un plan, c'est le moment où jamais de l'exposer.

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Setsuna AokiMessages : 136
Date d'inscription : 25/06/2016


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Jeu 9 Fév - 1:35

Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde.
F. Gaara
J'écris en #0066ff

Je vois ce n’est donc pas un de ses alliés. Je ne dirais rien car ça peut toujours être utile vu la situation. J’ai encore du mal à utiliser mon bras correctement, j’ai beau critiqué Setsuna et sa peur de l’utiliser, je la partage aussi apparemment. Les soldats affluent et pullulent comme une armée de mort vivant prêt à tout pour arracher cette fichue tête du rouquin. Si je vous l’offre vous me laissez partir ? Je ricane un peu à cette pensée et viens donner un uppercut à un soldat un peu trop con pour maintenir sa garde à l’épée. Tu m’étonnes que le gouvernement arrive à rien, avec de tel cloporte tu veux faire quoi, on les dérouille à 2 merde quoi. Alors que j’ouvre ma grande gueule une fois de plus, je vois qu’une armée de singe (Soldats) arrivent par les escaliers, un petit regard avec Gaara et il semble capter mon idée et on fait un léger hochement de tête pour se dire « Roger reçu sur 5 ». Ramassant une épée, je viens arracher la tête d’un autre chien du gouvernement qui semblait nous prendre pour des débutants. J’ai horreur d’être sous-estimé, c’est moi qui sous-estime.

Je me retourne vers Gaara et viens faire tomber la foudre sur sa lame faisant sortir l’éclair à la pointe pour frapper dans un axe horizontal et faire tomber les soldats dans l’escalier.

- Strike, je ne sais pas si je peux faire mieux que ça

Je lance cela avec une touche d’humour à Gaara. Oui Fallen fait de l’humour, faut croire que la fin n’est pas loin. Continuant de me battre de toute mes forces contre ce qui arrivait encore contre nous, j’avais l’impression d’être contre des vagues sans fin. Soudainement une vague de sable arrive vers moi, je suis surpris et saute en arrière pour esquiver sortant de la zone de plateforme :

- Eh merde !

Je me rattrape de justesse au rebord remontant sur la plateforme en soupirant un peu … Au moins ça avait fait le ménage, il ne restait que nous 2 sur l’estrade. Je me relève et vois Gaara contre moi. Ce dernier me demande mon plan et je me trouve un peu con, je pensais qu’il enverrait tout ça pour un roux qui voulait mourir moi. JAMAIS ne faire confiance aux informations données par une femme voilà ce que je vais retenir.

- Je t’avouerai que passe un peu …. J’ai bien une idée, mais j’espère que tu ne voulais pas te faire oublier … C’est un peu dans l’idée de cet été.

J’espère qu’il comprendra le message. On va prendre le public en otage. Après tout, ils prenaient du plaisir à voir le rouquin humilié, donc il faut qu’ils soient autant punis que le gouvernement qui se fait humilier. Je regarde du coin de l’œil Gaara, il n’aura qu’à me faire signe quand il sera prêt à mettre tout en place. Pour le moment je me contente de regarder les soldats tenter de remonter. Je viens faire tomber la foudre de nouveau dessus pour briser l’escalier totalement. J’aimerai bien avoir la paix quand on planifie un plan. Je souris un peu, mais je commençais presque à m’entendre avec Gaara dans le fond ça me fait peur. Alors que les armes des soldats sont au sol, je viens faire un champ magnétique pour les faire tourner autour de nous puis les expulser les incrustant dans les murs autour de nous.

- Voilà au moins ils ne pourront pas les récupérer.

Je commence à être essoufflé, temps et foudre c’est pas le meilleur combo pour préserver son énergie il faut le dire. Je prendrais un bon bain et un bon repos en rentrant je crois … Ah non je vais sûrement avoir le droit aux engueulades entre rouquin et blondasse … Pourquoi Set l’a laissé dormir au manoir ? trop gentil ce garçon, je ne l’aurais même pas laissé entrer. On ne serait même pas dans cette situation comme ça :

- Tu te penses capable de gérer les sorties de la rue ou encore trop tôt ?

Je le regarde en silence.








 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 789
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Sam 11 Fév - 17:33

Comme deux frères...


- Si tu as un plan, c'est le moment où jamais de l'exposer.

- Je t’avouerai que passe un peu …. J’ai bien une idée, mais j’espère que tu ne voulais pas te faire oublier … C’est un peu dans l’idée de cet été.

Une prise d'otage donc. Pour l'oubli, il peut en effet repasser plus tard ; La prime sur sa tête ne cessera donc jamais d'augmenter ? La foudre brisant les escaliers donne un peu de répit aux combattants qui peuvent se concerter rapidement du regard pour se mettre d'accord sur la suite du plan ; Son élément n'est pas au mieux de sa forme puisqu'il vient tout juste de le récupérer et sa fatigue commence à se faire ressentir. Est-ce que les soldats vont accepter de les relâcher contre la vie d'innocents ?

Tandis que Fallen utilise la foudre pour récupérer les armes des soldats, Gaara fait en sorte de réapprendre à contrôler son sable pour mieux réussir son coup ; Heureusement, cela ne fait même pas vingt-quatre heures qu'il l'a perdu. Une nouvelle flèche passe près de lui mais elle ne lui était pas destinée puisqu'elle a touché un soldat qui avait réussi à escalader ; Levant sa tête, il remarque la rouquine de tout à l'heure perchée en haut d'un arbre, arc et flèches à la main comme prête à couvrir leurs arrières en cas de pépin.

- Tu te penses capable de gérer les sorties de la rue ou encore trop tôt ?

- J'ai besoin de toute ma concentration pour réussir, je te laisse imposer nos conditions de sortie.

Ce n'est pas la première fois qu'il est capable d'une telle chose mais dans son état actuel il a besoin d'un minimum de dérangement en plus d'être en contact avec le sol pour pouvoir réussir à condamner les issues ; Peut-être fait-il une confiance aveugle en son inconnue perchée et son raton laveur mais pour l'instant, il n'a pas d'autres choix. Il descend de l'estrade pour mettre ses mains en contact avec le sol et en effet, les soldats qui tentent de s'approcher de Gaara meurent ou sont blessés sous le coup des flèches tandis que l'animal envoie tout ce qu'il a sous la main ou saute sur les gardes pour l'empêcher d'approcher.

Modifier la structure de la terre a toujours été un soucis pour lui et cela pourra s'améliorer en vieillissant mais aujourd'hui, il ne doit passer faiblir alors que son ami compte sur lui et qu'une inconnue prend des risques dans son évasion. La motivation revenue, la terre commence légèrement a trembler jusqu'à ce que des murs de sable de dresse aux sorties des ruelles, empêchant quiconque de s'enfuir ; Il l'avait bien dit qu'il fallait fuir avant. Encore plus de cris, de personnes qui courent vers lui pour l'empêcher de continuer mais en vain.

- Maintenant !

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Setsuna AokiMessages : 136
Date d'inscription : 25/06/2016


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Sam 11 Fév - 19:33

Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde.
F. Gaara
J'écris en #0066ff

Le roux avait besoin de quelques minutes pour vraiment ce concentré. Bien qu’on n’ait pas le choix, quelques minutes est un luxe qu’on va avoir du mal à s’accorder. Je n’ai jamais vu autant de rage pour un roux. Je continue de défendre ce qui arrive à monter bien que l’escalier soit brisé ; Une trousse perché nous aide, on ne va pas refuser l’aide. Je laisse rouquinou ce concentré pour faire ce qu’il a à faire et continue de le défendre, je commence vraiment à fatiguer, n’utiliser que ma main droite est encore plus épuisante, mais la gauche refuse de bouger. Utilisant aussi mes pieds, la fatigue me gagne quand même, utiliser la foudre de façon magnétique et sur une aussi grande zone et si épuisant, après l’utilisation par moment du temps, c’est vraiment la pire chose pour un combat longue durée.

- Tu en as encore pour longtemps ?!

J’étais concentré sur le fait de repousser ceux qui venait à nous, que je n’avais pas remarqué que le peloton avait réarmé une salve de flèche. Je ne pensai pas qu’il en retirerait avec le risque que je les retourne contre le public, mais il faut croire que Gaara doit être absolument mort, en même temps vu comment ils ont traité ce dernier, ça ne m’étonnerait pas qu’il vienne à se venger. Mais pour le moment je dois arrêter cette nouvelle salve, je n’ai pas le temps d’utiliser un champ, je l’ai remarqué bien trop tard, la seule solution qu’il me reste, c’est de ralentir le temps et accélérer le mien. Le tout pour le tout, je commence ç me déplacer, j’avais l’impression que rien en pouvait m’arrêter en réalité, me déplaçant de façon latérale je récupère les flèches qui manque de nous toucher, arrêtant une devant le nez de Gaara, le temps revient à la normal alors que pose un genou à terre totalement essoufflé. Comme la magie, un élément puissant demande une grande contrepartie et mon énergie en est une grosse.

Me relevant, je brise les flèches dans ma main, je n’ai vraiment plus le luxe de nous attarder, je commence vraiment à me sentir lourd, entre la préparation nocturne de ce sauvetage un peu rapide, l’utilisation de 2 grands éléments en même temps, je crois que je vais dormir quelques jours après cela. Reculant quand je vois une hache arriver dans mon champ de vision, je viens sortir un couteau d’une poche sur le côté de ma cuisse et viens sectionner la gorge du soldat, le poussant ensuite dans le public à nouveau qui se met à hurler quand j’aperçois des murs de sable boucher les sorties, je souris quand Rouquin me dit que c’est le moment :

- Peuple de Quederla ! Vous êtes maintenant mes otages ! Si vous ne répondez pas à nos attentes, je vous promets qu’aucun de vous ne sortira vivant de cette exécution ! Qui sera sûrement la vôtre maintenant.

Je peux lire de la terreur chez certains, de la moquerie chez d’autre du genre, il va faire quoi ce gugusse ? Il n’est pas près de s’échapper. C’est pour cela que rien ne vaut l’exemple à la parlote, je fais un geste de la main puis la foudre vient s’abattre dans le foule un peu aléatoirement. Des cris de terreur retentissent … Ouh ce que ça m’avait manqué ce genre de cris, comme cet été, j’en envoie un second dans le tas pour mon plaisir cette fois. Pourquoi après tout on ne sortirait pas comme ça ? Ils étaient prêts à voir un homme se faire tuer, dans ce cas ils sont prêt à être tuer aussi. Pourquoi devrait-il épargné. Tous ses rats devraient crevé en fait, c’est ma raison d’être et celle de l’ordre, pourquoi j’en profiterai pour mettre mon grain de chaos, alors que je continue Gaara met sa main sur mon épaule et me retourne me regardant, je prends conscience que je suis allez un peu loin l’instant :

- C’est bon j’ai compris … C’était juste pour leur faire comprendre qu’on ne rigolait pas.

Je pousse sa main qui me touche de la mienne et me tourne ne direction des pantins du gouvernement. M’approchant du bord de l’estrade. Je n’ai pas peur de leur lance ou flèche. Déployant une nouvelle fois un champ, cette fois je le maintiens ce qui a pour effet de pousser les soldats en armure dans les murs et de les encastrés :

- Dernière avertissement laissez-nous partir ou….

Je lève ma main prête à claquer des doigts pour laisser la colère de dieu s’abattre sur terre, un torrent de foudre qui ne cessera qu’une fois que chaque personne contre nous sera crevé :

- Je vous promets qu’on partira en piétinant vos cadavres bande de déchet…









 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 789
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Dim 12 Fév - 19:53

Comme deux frères...


Dans quelle idée foireuse vient-il de se lancer tête la première ? Il n'en a strictement aucune idée mais peut-être que c'est son seul billet de sortie. Ce n'est pas maintenant qu'il doit faire demi-tour, pas après tous les efforts.

- Peuple de Quederla ! Vous êtes maintenant mes otages ! Si vous ne répondez pas à nos attentes, je vous promets qu’aucun de vous ne sortira vivant de cette exécution ! Qui sera sûrement la vôtre maintenant.

Des cris et des rires, certains ne les pensent pas capable d'une telle chose mais pourquoi pas ? Ils ont déjà résisté à une armée alors qu'est-ce qui les empêche de prendre en otage toutes les personnes ici présentes ? La foudre tombe aussitôt dans le public, montrant ainsi à tous que leurs revendications ne sont pas à prendre à la légère. Pourtant Fallen s'emballe rapidement avec son élément et Gaara ne lui manque pas de lui rappeler que ce n'est pas le moment de s'amuser à faire des victimes inutiles ; La prise d'otage doit être certes convaincante mais pour cela il faut des otages et non des morts.

Les soldats n'ont pas l'air de vouloir vraiment comprendre et même plaqués contre le mur ils continuent à se débattre ; Cependant, à un certain moment, les mots de Fallen ont l'air d'avoir un impact dans le crâne de certains puisqu'ils prennent le temps de réfléchir quelques minutes avant de lâcher les armes à contre-cœur, pas tout le monde cependant. Les combattants étant à bout de force, Gaara décide de passer à l'attaque avant que le Gouvernement ne tente une autre attaque ou qu'il ne change d'avis.

Ne pouvant faire disparaître tout ce sable accumulé, il décide d'en faire un tsunami sur la place et laisser Fallen faire tomber la foudre pour bloquer tout le monde dans du sable cristallisé. Voilà leur bon de sortie, aussi bien pour eux que pour la femme qui les a aidée ; ils ne perdent pas de temps à s'éloigner de la place du marché, prenant les petites ruelles pour éviter de se faire suivre par les autres gardes. Puis voyant qu'ils ne sont pas suivit, ils décident de faire une petite pause pour reprendre leur souffle mais aussi pour se reposer.

- Je te remercie Fallen... Puis-je parler à Setsuna maintenant ?

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Setsuna AokiMessages : 136
Date d'inscription : 25/06/2016


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Dim 12 Fév - 20:18

Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde.
F. Gaara
J'écris en #0066ff

Oui, ils comprennent maintenant qui est le prédateur et qui est la proie, je ne suis pas du genre … A avoir des remords de tuer des gens innocents, ni Setsuna dans le fond. Alors m’épuiser à les tuer pour marcher sur leur cadavre, ça ne me gêne pas du tout. Alors prenez le bon choix avant que je ne le prenne pour vous. Je continue de fixer l’homme devant moi qui semble parler avec des gardes sur ce qu’il devait faire, tenter de maîtriser l’ennemi public et sacrifier les civils ou sauver les civils et passer pour des cons. Finalement, ils préfèrent jeter les armes. Je dois avouer que je suis déçu, j’aurais préféré donner l’exemple, mais je ne suis pas Fallen aujourd’hui, donner l’exemple anonymement de m’apportera rien. Je regarde Gaara faisant un petit mouvement de la tête, quand soudainement une vague de sable recouvre les civils, d’un geste de la main un énorme éclair vient frapper le sable pour le cristalliser. Ne perdant pas de temps je saute dessus avec l’ami de Set pour courir et nous enfuir, plan accomplie, j’ai géré finalement.

Je regarde derrière nous, il semble qu’on peut enfin être tranquille, arrivant dans une ruelle vide, je soupire doucement, je suis vraiment essoufflé. Je regarde le roux qui demande à parler à Setsuna, ça tombe bien, car Setsuna voulait aussi lui parler. M’avançant vers lui doucement, je commence à défaire la capuche et le tisse qui recouvrait le bas de mon visage puis je fixe Gaara dans les yeux. Sans crier gare, je lui donne un violent coup de poing au visage le faisant tomber :

- Désolé mais celle-là tu la méritais. Rien de méchant, juste pour te remettre les idées bien en place.

Je secoue doucement la main en le fixant, oui j’étais un peu en colère contre lui, abandonner son fils aussi facilement … Pour moi ça rentre dans notre contrat, je dois remettre les places au père du petit pour le bien d’Ace. Et je devais aussi protéger Gaara. 2 en 1, pas la peine de me rendre la monnaie. C’est déjà un remboursement pour cet été.

- Tu te doutes déjà que je suis ici grâce à blood je suppose.


Je sais que c’est de la faute d’Amy et que certes ça a dû être violent sentimentalement mais sa réponse a été vraiment stupide et exagéré. Je le pense fortement en tout cas, je m’approche de lui en soupirant et lui tend la main pour l’aider à se relever.

- Désolé, je ne voulais pas, mais tu la méritais vraiment, t’as réaction a été stupide, vouloir mourir ça sert à quoi ? Tu sais très bien que rien ne s’arrangera, regarde Lana, elle ne connait pas sa mère et en souffre en silence, ça aurait été pareil avec ton Fils, que tu sois le monstre de Quederla ou non, tu restes son père.

Oui, mourir pour tout arrangé, en quoi cela arrangera des choses ? Au final une fois mort tout le monde crachera sur Gaara, tout le monde critiquera Gaara devant Ace car il ne sera plus une menace. Son ex femme qui l’aime toujours était en pleur pour lui, ce qui prouve qu’il a encore des gens qui l’aime. Sa réaction était stupide et gamine. J’espère qu’il s’en rendra compte et qu’il s’excusera à la bonne personne :

- J’ai appris ce qu’il s’est passé du coup. Pour le cas d’Amy je te laisse t’en charger, je t’ai sauvé mais pour ce qui est de la vengeance tu es expert dans ce domaine non ?

Je le fixe dans les yeux.








 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 789
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   Mar 14 Fév - 12:36

Comme deux frères...


Fallen n'était sûrement là que pour libérer Gaara de ce mauvais pas et maintenant que c'est fait, Setsuna doit revenir. Est-ce seulement possible maintenant ? L'Homme de Sable remarque un changement dans le regard tandis que son ami retire les tissus qui lui masquent le visage, il sait désormais qu'il est face à son meilleur ami qui, sans crier gare, lui donne un coup de poing en pleine figure. Sûrement l'a-t-il mérité.

- Désolé mais celle-là tu la méritais. Rien de méchant, juste pour te remettre les idées bien en place.

On peut toujours compter sur les amis quand il s'agit de remettre les idées en place et il sait déjà pourquoi il s'est prit un coup en pleine figure ; Fais ce que je dis, pas ce que je fais. Gaara ne répond pas quand il lui dit que c'est Bloodyne qui est venu le chercher, évidemment qu'il s'en doute ; Comment aurait-il pu être au courant sinon ? Le Gouvernement a prit soin de garder son exécution secrète et même en le montrant à la dernière minute, il a réussit à s'enfuir. Si ce n'est pas un manque de chance de la part du Gouvernement ça.

- Désolé, je ne voulais pas, mais tu la méritais vraiment, t’as réaction a été stupide, vouloir mourir ça sert à quoi ? Tu sais très bien que rien ne s’arrangera, regarde Lana, elle ne connait pas sa mère et en souffre en silence, ça aurait été pareil avec ton Fils, que tu sois le monstre de Quederla ou non, tu restes son père.

- Oh s'il te plait arrêtes avec tes remontrances. Je le sais très bien que ma réaction était stupide !

Mais il ne va pas chercher à se justifier. De toute façon il n'a rien à justifier, il n'a tout simplement réfléchit et baissé les bras trop vite sans penser aux conséquences négatives de son manque ; Il ne veut pas être un fardeau pour les autres et il pensait que sa mort pourrait résoudre tous les problèmes.

- J’ai appris ce qu’il s’est passé du coup. Pour le cas d’Amy je te laisse t’en charger, je t’ai sauvé mais pour ce qui est de la vengeance tu es expert dans ce domaine non ?

- La vengeance viendra plus tard. J'ai besoin de me faire oublier pour l'instant.

A savoir maintenant lequel a le plus envie de coller son poing dans la figure entre Bloodyne et Gaara ; Peut-être une vengeance qu'ils feront à deux. Mais comme dit plus tôt, il a besoin de se faire oublier du Gouvernement... Pas le temps de prévenir sa patronne, il ne peut revenir au travail comme si de rien n'était et reprendre une vie normale ; L'Homme de Sable ira vivre dans l'ancien QG de la Confrérie, ce vieux phare n'attire plus personne donc il y a moyen que personne ne vienne le retrouver.

- Et si on se mettait à l'abri pour soigner nos blessures et se reposer maintenant ?

Ils ne vont pas rester indéfiniment dans cette ruelle.

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme deux frères, je te sauverai même au bout du monde [F. Gaara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-