Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Habitant
avatar

Ethan BradberryHabitantMessages : 58
Date d'inscription : 01/05/2016


MessageSujet: Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]   Mer 1 Fév - 17:51

Rien ne sert de courir ; il faut guérir à point
Ft. Wilson

La plupart des fans d’animaux possèdent plutôt des chiens ou des chats, et quelque uns ont aussi des rongeurs. Ethan voyait souvent des hamsters ou des lapins, mais certaines personnes avaient des goûts encore plus exotiques. En tant que vétérinaire, il fallait s’adapter aux nombreux patients très différents les uns des autres. Un perroquet mérite tout autant d’attention qu’un chihuahua, après tout.

Quand Ethan avait su qu’il avait une tortue à son agenda, il avait tourné et retourné ses livres de médecine vétérinaire chez lui. N’ayant pas eu de patient reptilien depuis un long moment, sa mémoire sur le sujet était légèrement rouillé. Surtout, il ne savait pas ce qu’elle pouvait bien avoir, cette pauvre tortue, ni de quelle espèce elle était. Il ne le saurait pas avant de l’avoir vu en tout cas, et il avait de plus en plus hâte. Ethan adorait chat, chien, hamster et lapin, mais une tortue de temps à autre, pourquoi pas? Elle ne peut pas ramener un bâton, et sans doute y-a-t-il plus agréable à caresser qu’une carapace et des écailles, n’empêche, la tortue est une créature fascinante, qui peut vivre beaucoup plus longtemps que certains humains. Surtout à Quederla.

Le jour de la rencontre arriva finalement et le vétérinaire était fin prêt à recevoir la tortue et son propriétaire. En effet, Ethan était d’autant plus curieux de voir le reptile que celui qui l’avait pour compagnon. Quelqu’un de paisible, sans doute, imaginait-il. Et un peu excentrique, certainement. Ce n’est pas tout le monde qui aime les reptiles, en particulier quand ils marchent très très lentement, et reposent passivement au fond d’un vivarium.

Après le énième chiot de la journée, ce fut enfin le tour de la tortue. Ethan, un sourire rayonnant de curiosité, sortit de son bureau toutes voiles dehors et se dirigea vers la salle d’attente pour appeler son prochain client.  

-Monsieur Higgsbury?

Se leva un homme, dans la trentaine, aux cheveux noirs, portant une tortue avec lui. Il ne put s’empêcher d’y jeter un œil rien qu’une seconde. Ethan n’en laissa rien paraitre, mais il fut soulagé que ce ne soit pas une de ces immenses tortues de mer. Ça aurait été assez ardue de la transporter jusqu’ici! Il tendit ensuite la main à l’homme.

-Bonjour, je suis le docteur Ethan Bradberry. C’est moi qui s’occuperai de votre petite tortue aujourd’hui. Suivez le guide! Lança-t-il en lui faisait signe de la main.

Difficile de louper à quel point le vétérinaire était enthousiasmé par cette visite d’exception. Il ne put jamais perdre son sourire tout le long du couloir menant jusqu’à son bureau d’examen. Il laissa entrer Higgsbury dans la pièce et referma la porte, puis invita le propriétaire de la tortue à s’asseoir avant de faire de même.

-Alooors, dites-moi ce que je peux faire pour vous, où votre tortue plutôt. D’ailleurs, est-ce qu’elle a un nom? Demanda-t-il en se saisissant d’un crayon mine. 

© 2981 12289 0


Je vous plante en #66CC00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouvernement
avatar

Wilson P. HiggsburyGouvernementMessages : 130
Date d'inscription : 12/08/2015


MessageSujet: Re: Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]   Jeu 2 Fév - 23:15


Rien ne sert de courir, il faut guérir à point



« Oh mon dieu... j'ai tué Isaac Newton !! »

Serait-ce là le motif de sa pendaison prochaine, son crime odieux honteusement étalé sur la place publique avant de se balancer à un mètre au-dessus du sol ? Comment espérer seulement pouvoir expier un jour une faute pareille : dans un mélange explosif de confusion et de gestes brusques, le petit Higgsbury avait involontairement précipité le sort de sa malheureuse petite tortue, dont le terrarium avait été poussé de la surface du bureau sans ménagement avant de rencontrer le sol du laboratoire en une multitude de fragments, au milieu desquels gisait la créature sur le dos, immobile.

La terreur de son négligent propriétaire s'était à peine estompée en constatant que ses petites pattes s'étaient mises à remuer de nouveau, tandis qu'il s'empressait de la ramasser en vue de vérifier les dégâts d'une telle chute. L'apparition d'une fissure sur la carapace n'avait pas manqué de le secouer de plus belle, au point d'abandonner là le cobaye encore attaché à sa chaise pour se précipiter à l'extérieur de l'hôtel de ville avec sa blessée à écailles, en direction de l'hôpital vétérinaire. Une chance qu'il se soit justement trouvé dans le quartier, toutefois le fait d'être somme toute la seule structure de cette taille dans les parages en faisait un lieu particulièrement fréquenté -dans une ville où la faune est plus diversifiée qu'ailleurs dans le monde, c'était plutôt à prévoir-, si bien que le chimiste ne put obtenir de consultation avant le lendemain, et ce même avec la priorité accordée à son cas. L'assistante ne put lui donner qu'une poignée de recommandations afin de préserver la tortue jusqu'à son rendez-vous, ce qui passait notamment par le rachat et l'aménagement d'un nouveau terrarium, puisque celui-ci avait fini en miettes quelques minutes plus tôt.

Ayant donc agit au mieux pour préparer sa bestiole d'ici là, tout en négligeant ses propres recherches au passage, Wilson s'était ensuite dépêché de l'amener à la clinique après ses heures de travail, et patientait désormais dans la salle d'attente au milieu des chats et des chiens, son propre compagnon couché quant à lui sur un chiffon à l'intérieur d'un panier, à défaut de disposer de moyens de transport plus adaptés. Le pouce logé entre ses lèvres, il se rongeait allègrement l'ongle tout en gigotant sur sa chaise, comme incapable de tenir en place sous l'effet du stress, à moins que ce ne soit pour échapper au molosse à côté de lui qui avait l'air de trouver sa jambe fort à son goût. L'appel de son nom mit heureusement fin à ce flirt non conventionnel, abandonnant son prétendant canin derrière lui pour aller saluer le docteur et emboîter son pas vers la salle de consultation. Contrairement à son agité patient, le praticien semblait presque enjoué de le recevoir, un contraste appuyé qui perdura ainsi jusqu'à ce qu'ils aient tous deux pris place au bureau de ce dernier. Invité à expliciter le cas de sa tortue, Wilson se décida enfin à rompre son silence.



« New.. Newton. C'est une femelle. Elle a... une fissure sur la carapace. »

Il aurait certainement réfléchi à un nom plus féminin s'il n'avait pas déjà pris l'habitude de la nommer ainsi, jusqu'au jour où la personne qui la lui avait offerte le corrigea sur ce point ; néanmoins, se disant que l'animal n'allait probablement pas s'en plaindre de toute manière, il s'était tout simplement dispensé d'en faire le changement. Pour accompagner ses paroles, il prit la petite bête avec précaution dans le creux de sa main afin de la donner à voir au professionnel en face de lui. La carapace était effectivement fendue de l'un des côtés jusqu'à son centre, quoi qu'un sparadrap avait été collé en travers pour tenter de la dissimuler et de la protéger un peu. Ce ne devait pas être le genre de secours à porter ses fruits, mais le chimiste n'avait trouvé que des pansements parmi ses affaires pour tenir la route en attendant des soins appropriés. Comme pour une plaie humaine, il s'était dit qu'il valait mieux la couvrir que de la laisser à l'air libre. C'est donc avec une moue ennuyée qu'il ajouta quelques détails supplémentaires, l'air coupable :

« Tout est de ma faute, je l'ai fait tomber de mon bureau hier matin, p-par accident ! On dirait qu'elle a également perdu l'appétit depuis... Pensez-vous qu'elle s'en remettra ? »


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
avatar

Ethan BradberryHabitantMessages : 58
Date d'inscription : 01/05/2016


MessageSujet: Re: Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]   Mar 7 Fév - 18:22

Rien ne sert de courir ; il faut guérir à point
Ft. Wilson

Contrairement à son nerveux propriétaire, la tortue semblait plutôt amorphe dans ses mains. Être amorphe était peut-être le propre d’une tortue, alors difficile de savoir si c’était le symptôme d’autre chose. Les reptiles n’étaient malheureusement pas très expressifs de nature.

-New.. Newton. C'est une femelle. Elle a... une fissure sur la carapace.

Drôle de nom pour une femelle, se dit-il en remplissant ses papiers, mais on n’est pas ici pour juger. S’il avait envie de faire honneur au scientifique en nommant sa tortue en son nom, pourquoi pas? Femelle ou mâle, ce n’est pas important lorsqu’on a une fissure dans sa carapace.  Ethan saisit délicatement l’animal que lui tendait l’homme aux cheveux noirs. En examinant la carapace de plus près, on remarquait très bien qu’elle était craquelée, même sous la couche de plastique posé là pour protégé la tortue d’éventuelles infections. Le vétérinaire retira le sopalin de la tortue mal en point et remarqua que le haut de la carapace avait déjà commencé à se fusionner.

-Tout est de ma faute, je l'ai fait tomber de mon bureau hier matin, p-par accident ! On dirait qu'elle a également perdu l'appétit depuis... Pensez-vous qu'elle s'en remettra ?

Cet homme s’inquiétait réellement pour sa tortue, et c’était touchant à voir. Ethan ne pouvait s’empêcher de ressentir un certain embarras en entendant que la blessure datait d’hier matin. À moins d’une situation de vie ou de mort, tous les vétérinaires devaient s’en tenir à l’horaire prévu et il était évident que Newton n’avait pas semblé être une priorité, malgré sa blessure assez inquiétante. Ce malheureux laxisme de la part de l’administration redonna à Ethan tout l’aplomb nécessaire à sauver la vie de la pauvre tortue.

-Je vous l’assure, monsieur. Dans quelques jours, elle ne se souviendra plus de rien… Mais vous avez bien fait de l’amener ici aussi tôt que possible, et d’avoir mis du sopalin sur sa carapace. Je crois surtout que le problème vient d’ici, dit-il en désignant le haut de la fissure. Voyez-vous? La carapace se fusionne déjà, mais pas de façon régulière. Elle est toute déformée, car les bords de la fissure ne s’alignent pas. Je crois que c’est pour ça que Newton ne mange pas : elle a mal.

Car la carapace est, après tout, un os. C’est un peu comme si un enfant se cassait le bras et grandissait avec un os fracturé. Éventuellement, l’os se ressouderait, mais de travers, et on obtiendrait quelqu’un avec un bras difforme. Ce qui peut être très douloureux… Particulièrement pour une tortue, qui compte particulièrement sur cet os pour vivre.

Ethan reposa la tortue dans les mains de son maître un instant et se leva de sa chaise. Il retira ensuite son sarrau.

-Le mieux serait de l’amener en salle d’op. Un environnement stérilisé ne lui donnera pas d’infection. Je vais sciez la fusion en deux et faire en sorte que la fissure s’aligne parfaitement, et qu’elle ne bouge pas. Ne soyez pas inquiet! Vous pouvez venir assister, si vous voulez.

© 2981 12289 0


Je vous plante en #66CC00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouvernement
avatar

Wilson P. HiggsburyGouvernementMessages : 130
Date d'inscription : 12/08/2015


MessageSujet: Re: Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]   Lun 27 Fév - 18:52


Rien ne sert de courir, il faut guérir à point

Si, par son affligeante maladresse, les jours de la petite tortue étaient désormais comptés, le chimiste s'en accablerait à vie. Mal s'occuper de soi était une chose, qui ne regardait que lui de surcroît, mais nuire à un animal sans défenses et placé sous son entière responsabilité, alors que celui-ci ne réclamait guère plus que des légumes savoureux, un peu d'eau et un vivarium avec le minimum d'entretien ? Il y avait de quoi se maudire d'être aussi peu capable. Néanmoins, le fait d'être le seul à se charger ainsi de reproches demeurait un bon signe que le praticien confirma tout en manipulant Newton, dont les quelques soins apportés préalablement au rendez-vous furent applaudis. Au moins une chose de bien faite, dira-t-on. Le petit scientifique se pencha en avant pour venir constater les observations médicales, ainsi que le formidable travail de l'animal à son bon rétablissement, quoi qu'appelant à une certaine rectification extérieure malgré tout. Ce processus n'étant pas anodin pour autant, il se frotta la nuque d'un air désolé en apprenant l'état de sa tortue.



« Oh, je vois. La pauvre... »

Quelque part, il était soulagé d'apprendre qu'aucun problème interne, écopé des suites de sa mauvaise chute, n'avait été à l'origine de ce récent trouble alimentaire : toute une opération chirurgicale à réaliser sur des organes aussi miniatures aurait sans doute été extrêmement délicate. Cela ne l'empêchait pas de regretter qu'elle soit souffrante, d'autant plus qu'elle ne pouvait réellement exprimer ses maux de la même manière qu'un être humain ou encore d'un animal un tant soit peu expressif sur ses émotions. Conscience de ses afflictions, le petit Higgsbury redoubla d'attention au moment de la reprendre dans ses mains, veillant particulièrement à ne pas trop toucher la carapace blessée, tandis qu'il se levait à son tour. Le vétérinaire l'informa du déroulement de son intervention, de même que la possibilité d'y assister s'il le souhaitait, compte tenu du caractère bénin de cette opération.



   « D'ac... d'accord, je vous suis. »

Ce n'est pas comme s'il était encore attendu sur son lieu de travail pour des heures supplémentaires, et ses colocataires avaient également été mis au courant la veille de son programme d'aujourd'hui. Aussi, plutôt que de retourner en salle d'attente pour renouer l'idylle si brusquement interrompue entre sa jambe et le chien de sa voisine de chaise, Wilson préféra suivre le médecin hors de la petite pièce de soins et dans les couloirs de la clinique, en direction de la salle d'opération. D'aussi loin que remontent ses souvenirs, ce devait être la première fois depuis qu'il était enfant qu'il avait à se rendre chez un vétérinaire, n'ayant eu d'autres animaux jusqu'à l'obtention de Newton il y a quelques années de cela. Pour le coup, il trouvait que la structure avait bien plus l'allure d'un hôpital, blanc et aseptisé, que ce à quoi les cabinets de l'époque pouvaient ressembler. En voyant deux ou trois chats et chiens dans d'autres pièces au fil de leurs pas, le scientifique interrogea son guide histoire de se sortir un peu du cas préoccupant de sa tortue :

« Ce ne doit pas être de tout repos, de travailler en tant que vétérinaire dans cette ville. J'imagine que l'on vous amène toutes sortes d'animaux... variés, pour ainsi dire ? »

Les espèces de compagnie les plus communes devaient encore être légion, toutefois la population Domae avait certainement de quoi apporter une certaine diversité dans la liste des patients animaliers. À moins que ces membres ne passent par d'autres alternatives que les cabinets publics pour rafistoler leur familier après un combat ? Il ne connaissait pas vraiment leurs méthodes, ni même si les animaux des Domae avaient seulement besoin d'autant de soins que leurs congénères bien normaux. Il faut dire aussi que les seuls représentants qu'il côtoyait ne s'épanchaient pas plus que nécessaire sur les péripéties quotidiennes ou passées en liaison avec leur clan. La porte répondant au nom de sa fonction apparût finalement devant eux, et Wilson voulut naturellement prendre connaissance des restrictions de ce milieu avant de songer à rentrer. À force d'être dérangé en plein travail, qui méritait pourtant que l'on veille à un minimum de sécurité, il en venait à prendre gare selon la profession d'autrui.



« Dois-je prendre des précautions particulières avant de rentrer ? »


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitant
avatar

Ethan BradberryHabitantMessages : 58
Date d'inscription : 01/05/2016


MessageSujet: Re: Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]   Ven 24 Mar - 14:50

Rien ne sert de courir ; il faut guérir à point
Ft. Wilson

-Vous verrez, ce n’est vraiment qu’une toute petite opération, mais ça ferait beaucoup de bien à Newton, assura-t-il, persuadé que la tortue se sentirait vite mieux dans quelques jours et retrouverait son appétit.

Sortant de son bureau, suivit de la tortue et de son propriétaire, ce dernier s’intéressa à ce que pouvait ressembler le quotidien des vétérinaires d’une ville comme Quederla, qui comptait entre ses murs plusieurs variété d’animaux différents grâce aux Domae. Ancien Élémentis, Ethan avait une opinion très arrêtée sur le sujet et il en fit part à l’homme, alors qu’ils longeaient le couloir menant à la salle d’opération.

-Oui, on voit vraiment des animaux de tous les genres et de toutes les espèces ici. C’est beaucoup plus intéressant que de ne rencontrer que des chats et des chiens, mais je crois que je préférerais un travail routinier à une guerre civile sans fin.

Il était conscient que les animaux Domae étaient, en quelque sorte, nés pour défendre ou aider leur maître jusqu’à la mort. Mais lorsque celle-ci arrivait, il ne pouvait s’empêcher de trouver que c’était une bien triste façon de mener une vie.

Une fois en salle d’opération, Ethan enfila son tablier de chirurgie, couvrit sa bouche et son nez avec un masque et enduisit ses mains d’alcool avant de mettre des gants. C’était peut-être un peu excessif, mais il préférait être prudent. Il tendit un nouveau masque à son client et récupéra délicatement la tortue entre ses mains gantées.

-Mettez ça, et ne touchez à rien, lui demanda-t-il avant de poser Newton sur la très grande table au finit métallique au centre de la pièce. La tortue avait l’air d’autant plus minuscule sur celle-ci. Étant donné la taille de certains animaux de cette ville, valait mieux une surface imposante que d’opéré directement les pauvres bêtes sur le plancher!

Concentré, en plein dans son élément, il savait exactement pour où il devait commencer. Avant de reconstruire la carapace, il fallait couper la fusion difforme de celle-ci. C’était l’étape la plus complexe. Le vétérinaire s’arma d’un petit outil qui ressemblait au couteau dentelé utilisé pour couper du steak. Bien sûr, le couteau n’aurait pas cette fonction. Puis Ethan était végétarien.

Il se servit plutôt du couteau pour couper la mauvaise soudure de l’os qui déformait le dos de la pauvre Newton. Pas étonnant qu’elle ne mange plus, elle devait souffrir le martyr, se dit-il en constatant les dégâts. D’ailleurs, la tortue ne semblait pas comprendre ce qui lui arrivait, sa tête et ses pattes complètement repliées dans sa carapace. Le vétérinaire venu cependant à bout de cet os récalcitrant et poussa un soupir de soulagement.

-Ouf! Quelle solidité cette carapace, j’en ai presque mal au bras, dit-il pour plaisanter, avant de saisir une roulette de petits câbles de fer, spécialement conçus pour maintenir les os en places lors d’une opération, et un tube de résine collante. Tout en continuant l’opération, le vétérinaire expliqua ce qu’il faisait au propriétaire de la tortue. Regardez, les deux morceaux de carapaces s’alignent déjà presque parfaitement! Il leur fallait juste un petit coup de pouce! Ces câbles tiendront la carapace le temps qu’elle se ressoude, ce qui ne devrait pas être très long, vu à la vitesse à laquelle l’os avait commencé à fusionner.

Simple mais efficace. Le même principe que ce que font les dentistes avec les broches quoi. Le vétérinaire termina finalement la procédure, laissant Newton reprendre ses esprits en compagnie de son maître.

© 2981 12289 0


Je vous plante en #66CC00
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouvernement
avatar

Wilson P. HiggsburyGouvernementMessages : 130
Date d'inscription : 12/08/2015


MessageSujet: Re: Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]   Ven 31 Mar - 13:37


Rien ne sert de courir, il faut guérir à point

Le petit Higgsbury ne savait pas si les restrictions d'hygiène étaient aussi rigoureuses pour les animaux que pour les humains, aussi attendit-il dans son coin le temps que le vétérinaire se prépare comme il se doit et lui donne ensuite ses directives. Celui-ci ne semblait pas lésiner sur les précautions pré-opératoires, au moins ils seraient sûrs qu'aucune infection ne puisse être en mesure d'atteindre Newton au cours de sa prise en charge. Échangeant cette dernière pour un masque identique à celui du praticien, le scientifique s'exécuta avant d'aller le rejoindre de l'autre côté de la table où la petite tortue trônait, ou sa carapace tout du moins, puisqu'elle avait tôt fait de se cacher à l'intérieur. Évidemment, c'était tout de même un autre environnement que celui de son vivarium ! Pas de terre ni de bonnes feuilles à perte de vue, seulement les surfaces éclatantes de la salle d'opération, et un bien vilain monsieur qui martyrise le dessus de son dos.

Admirant en silence le travail minutieux du Dr Bradberry, Wilson gardait les mains dans son dos, se pinçant les doigts aux bruits grinçants du limage qui devait être une sacrée épreuve pour la pauvre petite bête. L'observation n'en demeurait pas moins fascinante ; et il prêta d'autant plus attention au bleu azur des yeux du vétérinaire lorsqu'il releva la tête vers lui pour commenter les durs efforts de cette intervention. Maintenant que Newton était entre de bonnes mains et bientôt guérie de ses maux, le petit chimiste pouvait retrouver progressivement son aise. Une fois les fameux câbles positionnés pour aider à la consolidation de la fissure, il eût d'ailleurs l'air aussi soulagé que si on lui avait retiré une tumeur de son propre corps :

« C'est formidable, et cela vous a pris bien peu de temps ! Je ne réfléchirai pas une seule seconde pour vous l'amener la prochaine fois qu'il lui arrivera quelque chose... »

Il ne s'était véritablement pas attendu à ce que la procédure se déroule aussi rapidement, sans le moindre accroc, presque sans effort non plus si ce n'était pour la précédente réflexion du praticien qui laissait entendre le contraire. Mais dans son engouement, les mots n'étaient pas exactement sortis dans le bon ordre, pour ainsi dire. Il se rendit alors compte du message qu'il venait de faire passer, et se reprit donc nerveusement pour éviter toute méprise.


« Euh, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire ! Je vais surtout changer l'emplacement de son vivarium pour éviter qu'un autre incident ne se produise... »

Depuis le temps, son bureau n'était plus un endroit sûr pour qui que ce soit, quand bien même il appréciait la présence de Newton au quotidien pour s'occuper l'esprit autrement qu'avec ses multiples tâches à effectuer, il valait sans doute mieux la déplacer pour éviter les passages répétés par la case vétérinaire. Sa chambre disposant enfin d'un peu plus d'espace, du moins tant qu'il s'arrangeait pour ne pas trop l'encombrer inutilement avec ses travaux ramenés du boulot, le petit Higgsbury prépara mentalement le rangement à apporter pour y placer sa nouvelle colocataire, tout en s'affaissant au niveau de la table d'opération et de Newton. Invisible derrière les trous de sa tête et de ses pattes, elle ne semblait pas encore prête à pointer le bout de son nez pour le moment, comme pour le bouder après ce qu'il lui avait fait subir. Si ce n'était que cela, il trouverait bien le moyen de se faire pardonner à un moment donné.

« J'ignore ce qui peut faire office de délicieuse friandise aux yeux d'une tortue, mais elle y aura droit dès qu'on sera rentré. Combien de temps encore devra-t-elle garder ces broches ? »


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rien ne sert de courir, il faut guérir à point [Ft Wilson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-