Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Destination Finale [F.Haizea]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

Nemeroff DreidenMessages : 259
Date d'inscription : 06/07/2016


MessageSujet: Destination Finale [F.Haizea]   Lun 30 Jan - 23:40

Destination Finale
F. Haizea
J'écris en Firebrick

La bête en moi a enfin dévroré mon coeur.

J’étais enfin retourné à l’école depuis quelques jours. Mon corps était toujours dans un état lamentable, le combat avec mon frère avait été celui de trop, mais inévitable. Mais la chose qui était dans un état encore plus horrible, c’était mon mental. J’avais l’impression d’être totalement démoli de l’intérieur, une carapace vide à l’intérieur. J’avais l’impression d’être à la place d’un drogué aussi. Je ne pouvais pas avancer sans le produit de Lenka, un produit si puissant, mais à durée faible, me piquer toutes les heures pour pouvoir marcher sans tomber, c’est vraiment une chose horrible. Je serais même content de vivre le handicape que j’ai maintenant, plutôt qu’un qui nécessite des piqûres régulières. Enfin, je dis ça, mais peut être que ses personnes pensent l’inverse aussi. Le pire, c’était les camarades qui venaient me taper dans le dos amicalement, je me retenais de pas hurler. Mais je n’avais pas envie de dire « Ouai je suis blessé, j’ai cru que je pouvais encaisser des flèches sans rien avoir. Puis je me suis fritté avec mon frère pour un livre de merde ». Non, je ne pouvais pas, même pour à Haiz je ne lui ai pas dit pour ma petite visite à Nash. J’ai dit que j’étais tombé au sol à cause des douleurs et que ma tête avait cogné. Ce qui expliquait cette nouvelle blessure. Une parmi tant d’autres.

En parlant d’Haiz, je crois que je l’énerve un peu en ce moment. Depuis que je suis de retour, je ne fais que la coller. Même quand j’ai 5 minutes de pause, je ne reste pas loin. Je dois trop en faire, c’est ce qu’elle se dit. Après tout, il n’attaquerait pas ici. Mais je n’ai pas tiré une croix sur mon frère et ma famille pour laisser un risque qu’elle se fasse tuer par manque de vigilance. J’avais obtenu un pouvoir monstrueux contre mon bien le plus précieux, ce n’était pas pour la frime. Je compte l’utiliser et répandre le sang de ce chien au sol. Rien que de repenser à son visage j’en casse mon crayon que j’avais dans la main. Je soupire, c’est facile à dire, mais depuis que j’ai obtenu cette force, c’est étrange. J’ai fait quelques utilisations avec Aurora et la directrice après la sensation étrange chez mon frère et il semble que mes symptômes aient empiré et que ma limite soit passée à 2 par jours… Puis la mort sinon.

Cela m’importe peu de mourir. A part Haiz, plus grand-chose me retient de toute façon. Mes parents me voient comme un monstre et ça sera pire quand ils apprendront pour Nash. Mon frère ne me reverra plus et ne souhaite sans doute plus me voir. Alors au lieu de m’apitoyer sur ma vie, si je peux la donner pour sauvegarder celle de la personne la plus chère qu’il me reste, je n’hésiterais pas. J’ai tout donné et fait pour gagner. Alors je l’attends. Même si je dois dormir dans une ruelle près de chez elle, je l’attendrais. En ai-je fait une affaire personnelle ? Sûrement, je n’ai pas supporté de perdre aussi, je dois l’avouer. Je soupire longuement en y repensant et regarde le vouloir sombre.

J’attendais à côté de la salle ou Haiz était en conseil. Il voulait me faire rentrer, mais n’en faisant pas partie, j’ai refusé. Je n’ai pas à lire ce qu’il va être dit après tout. Puis je ne me sens pas de sortir toutes les 30 minutes pour me faire des injections. Déjà qu’en cours les profs en ont marre. Je regarde par la vitre le ciel nocturne. Je m’avance devant cette dernière et pose ma main dessus. Il fait froid dehors, normal, on est en hiver. Je repense à quelques souvenirs… Que je ne reverrais sûrement jamais. Mes larmes coulent légèrement sur mes joues. J’avais l’impression de chialer un peu trop souvent en ce moment. Je viens frotter ma manche contre mon œil reniflant un peu.

Pourquoi je pleure encore… Après tout, c’est moi qui ai pris ce choix. Personne ne m’y a forcé. Pourtant, c’est plus fort que moi. Il faudrait que je grandisse, je veux me faire passer pour un grand en quittant la maison et me débrouillant, mais dans le fond, je suis encore qu’un gosse non. Je secoue la tête à cette pensée. Faudra vraiment que je me détende un jour, que je laisse tous mes soucis de côté. J’ai l’impression que la vie me ronge peu à peu. Je passe mon doigt sur la légère buée, faisant un trait droit qui disparaît un peu avec le temps. Je suis un peu comme ce trait fin. Je vais disparaître avec le temps. On le sait tous dans le fond que je ne tiendrais sûrement pas jusqu’aux 21 ans. C’est peut-être pour ça que ma famille n’a pas essayé de m’arrêter. Tout ce que je touche ou fréquente finisse briser par mes soins. Je soupire à cette pensée quand je vois une main apparaître sur la vitre à côté de moi, par réflexe, je bondis légèrement en arrière venant poser une main sur mon ventre à cause de la douleur… Puis je remarque que ce n’est juste que Jason. Je soupire et me détends. Manquait plus que lui, je repasse un coup de manche sur mes yeux humides alors que l’autre blond se moque doucement :

- Haiz a enfin remarqué que tu étais un minable ?

Je soupire longuement en me redressant, j’en ai marre de ses remarques à lui. Je ne sais pas pourquoi j’ai frappé mon frère et que lui, il est toujours vivant. On est dans un couloir sombre, ça pourrait être rapide.

– Écoute, je ne suis pas d’humeur. Si tu n’as pas envie de passer par la fenêtre ce soir ne me les brises pas

Je vois son petit sourire amer, alalala, il n’ose toujours pas approcher le grand con hein ? Il se souvient de cette fin de journée là où il a perdu la face devant tout le monde sûrement. Mais il s’approche de moi et vient poser sa main sur mon bras blessé et serre un peu me faisant plisser les yeux et serrer un peu les dents. J’essaye de ne pas baisser le regard, mais c’est dur, j’avais envie de me baisser tout court :

- J’ai vu en sport quand tu t’es changé ? Ça fait vraiment mal ? Espèce de mollasson trop fragile. Je ne sais pas comment Haizea peut se sentir en sécurité avec toi.

Ses paroles me touchent. Oui se sent-elle en sécurité avec moi ? Au final, je n’ai rien pu faire ce jour-là. Je ne sais pas pourquoi, mais je tombe à genoux pendant qu’il a sa main toujours sur mon épaule. Je sue légèrement en haletant, il me regarde de haut :

- Oh, tu as vraiment mal alors ? Au moins, tu es à ta place maintenant. Je savais que je n’avais rien à craindre de toi. Franchement, il serait tant que ma petite princesse ouvre les yeux.

Je ne sais pas trop quoi dire en vrais. Il a peut-être raison, peut -être qu’elle ne sera pas heureuse à côté d’un monstre comme moi, quand je vois ce que j’ai fait à mon frère je ne peux que me demander ce que je pourrais faire subir à Haiz. Jason semble content, un peu comme s’il avait eu sa revanche :

- Allez va pleurer, je m’occuperais d’elle.

Je redresse la tête alors qu’il me regarde de haut :

– Espèce de ….

La porte de la salle s’ouvre soudainement éclairant le couloir sombre.




Dernière édition par Nemeroff Dreiden le Mar 31 Jan - 14:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Haizea Ariya-SerykMessages : 361
Date d'inscription : 18/11/2015


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mar 31 Jan - 9:23

Destination finale

Feat.... Nemeroff Dreiden

Je sais bien ce qui se dit dans les couloirs, moi aussi je les entend, ces murmures et autres chuchotement. Même si ils ne remontent plus le fait qu'une fois de plus, nous ayons été absents en même temps quelques jours, la plupart tournent autour de Nemeroff. Qui est dans un état encore vraiment inquiétant malgré le temps qui a passé. Ça fait un peu plus de 15 jours maintenant et je n'ai vraiment pas l'impression qu'il aille mieux. Pas du tout.

J'ai du mal à croire que les plaies que je ne lui connaissais pas sont vraiment dues à une chute mais je n'ai pas creusé le sujet. Il est têtu, il ne me dira rien, je le sais. Il est comme ça. Pareil pour le fait qu'il me suive partout dès qu'il peut. Dans un sens, cela me rassure car je sais que durant ces moments, il ne tente pas de folie. Je peux m'assure qu'il fasse attention à lui mais en même temps, je sais pourquoi il fait ça. Et cela m'ennuie. Parce que je ne sais pas combien de temps cela va durer, ni même si cet homme reviendra vraiment. Et je ne veux pas que sa vie se résume à protéger la mienne.

Le Conseil de classe s'éternise un peu et je commence à peiner à rester concentrée. Je n'ai plus que quelques douleurs à l'épaule mais cela me rappelle sans cesse cette menace silencieuse. Enfin, le dernier sujet terminé, les professeurs et les parents nous remerciant de notre participation active avant de finir de mettre au propres leurs notes. Nous sortons donc en première, moi avec les dossiers élèves et Marie avec les autres documents. C'est elle qui ouvre la porte avant de me pousser presque dehors tandis que je saluais les parents présents. Et je ne comprends son empressement qu'une fois la porte refermée derrière nous et moi dans le couloir.

"- Nemeroff !!! Est-ce que ça va ? "


Me dis pas que t'y es pour tiens, je te croirais pas toi. Alors, qu'est-ce que tu as encore fait, grand couillon?

- Marie, comment oses-tu douter ainsi de moi? Je n'ai rien fait pourtant. Je te le jure!

Et ton bras sur son épaule, c'est rien ça? Mais dans le genre crétin, t'en tiens une sacrée couche quand même. Je ne sais pas ce qui me retiens de t'en coller une, sérieux.

Je ne les écoute plus. J'ai déposé les dossiers au sol et je suis venue me mettre à genou, devant Nemeroff. Bon, visiblement, il n'y a pas de saignement ou de plaie nouvelle. Ses vêtements sont entiers et il est juste un peu pâle. La douleur qui aurait encore été trop forte? je me mords la lèvre, revoyant la flèche avant de secouer la tête pour chasser cette image. Arrête, réfléchis intelligemment, Hai'.

"- Tu peux te relever, et marcher? Le Conseil est terminé et ils vont tous sortir alors... Si tu as besoin de souffler, on peut aller se poser un peu dans la salle du Comité. "

De toute façon, il faut qu'on y passe, on a tous les dossiers à y déposer. Alors, t'as pas le choix. Tu viens avec nous.
Toi, tu prends les dossiers pour que Haizea s'occupe de lui. Et si j'entends simplement tes pensées débiles, je te préviens, je t'enferme là-bas et tu y passes la nuit, c'est clair?


- Eh, mais j'ai rien demandé, moi!

T'es là, t'assumes. T'es pas content, c'est pareil. Une autre remarque?

- Non mais pour qui...

Les bruits de chaises et de pas qui résonnent dans la pièce à côté mettent fin à leur dispute. J'ai aidé Nemeroff à se lever et le soutient de mon mieux, sans lui faire mal, et les deux autres nous rejoignent tandis que nous quittons le couloir principal pour celui de notre salle. Marie ne lâche pas Jason, visiblement bien remontée contre lui et ce dernier se contente de ne pas nous lâcher du regard. Ce qu'il peut être fatiguant lui aussi quand il s'y met.

Les ronchonnements de Jason ne cessent qu'une fois que nous sommes arrivés dans la salle du Comité. J'accompagne Nemeroff et m'assure qu'il s'asseye sans tomber ni se faire mal tandis que Marie indique à Jason ou se rangent les divers dossiers, ce qui le fait encore râler. Oui, c'est pas son rôle, on sait.

"- Tu as besoin de quelque chose? On a quelques gâteaux et à boire si cela peut t'aider. La douleur, ça va aller? Il y a quelqu'un qui va venir te chercher? Sinon, je te raccompagnerais."

Hors de question de le laisser rentrer seul dans son état. Mais les autres doivent être très pris à l'orphelinat alors, je ne sais pas. Jason ne nous lâche pas, je sens son regard sur mon dos mais n'y prête aucune attention. Marie par contre, en profite un peu, pour le taquiner. Elle sait depuis longtemps qu'il a un faible pour moi et comme elle est passablement en colère contre lui, elle ne va pas se priver.

Cherche pas, t'as aucune chance. De toute façon, les filles, t'y comprendras jamais rien. T'es trop égoïste pour ça.

- Moi, égoïste? Après tout ce que j'ai fait pour vous à la Fêtes des Ecoles et autre? Tu te moques de moi, là? T'es juste jalouse, en fait. Hein, allez. Avoue!





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Nemeroff DreidenMessages : 259
Date d'inscription : 06/07/2016


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mar 31 Jan - 13:07

Destination Finale
F. Haizea
J'écris en Firebrick

La bête en moi a enfin dévroré mon coeur.

Une douleur si terrible me laissant à genoux devant ce minable blond. Je contente juste de le regarder en silence, n’essayant même pas d’enlever sa main. Dans le fond, j’étais content de subir cette douleur, je la méritais amplement, mais j’aurais préféré que cela soit mon frère qui me l’inflige. Après tout c’est celui qui le mérité le plus, mais je me conterai de ce gros con. C’est étrange non ? Un mal qui procure tant de bien moralement. C’était mon moyen de me punir, laisser cette enflure me faire mal. A défaut de ne pas avoir réussi à couper la main qui à frapper mon frère, ça m’ira parfaitement. Oui peut être que dans le fond j’aime me faire souffrir et que je devrais consulter. Mais ça me donne la certitude que je suis encore humain et pas un monstre comme certains peuvent le prétendre, j’ai encore un cœur et des sentiments, mais pour combien de temps est une question plus sombre.

Mon bras balance légèrement dans le vide, le bracelet à mon bras fais un léger bruit métallique que je ne peux entendre. Je reste les yeux fermés respirant légèrement avec difficulté, la douleur me faisant contracter mon ventre par réflexe, puis je sais de la lumière nous éclairer. En voyant ça Jason lâche mon épaule et je chute légèrement mettant ma main qui ne me faisait pas encore trop mal devant pour rester à genoux. Je vois Haizea apparaître devant moi, sûrement inquiète. Je peux comprendre son inquiétude, en même temps on ne peut pas affirmer que je vais « bien ». Je souris un peu quand même pour la rassurer légèrement. Même là je l’inquiète encore, peut être que Jason a raison dans le fond. Cette dernière me demande si ça va, la seule chose que je peux lui rétorquer c’est :

– Désolé j’ai eu un moment de faiblesse, mais rien de grave … Je dois juste prendre l’anesthésiant.  

Marie et Jason se prennent un peu la tête sur le pourquoi du comment. Sacré bout de femme la marie, elle ne laisse pas Jason placé la moindre explication. Je repose mon regard sur Haiz toujours un peu haletant et fait un hochement de tête pour lui assurer que tout va bien de ne pas s’inquiéter. Mais à l’expression de son visage et de son regard je vois qu’elle ne me croit pas. En même temps je ne suis pas très convaincant. Je viens doucement essuyer mon front puis Haiz vient me relever doucement et m’aide à avancer. Ce que je fais trainant un peu, je me demande vraiment quand j’arrive à venir en cours, même si j’ai de quoi m’aider à pouvoir bouger … C’est limite quand même, c’est peut-être pour ça que je fais gronder par mon entourage. « Tu ne peux pas faire comme la plupart des gosses et rester au lit pour pas aller en cours ? » drôle de reproche quand même. Une fois arrivé dans la classe, Haizea m’aide à aller jusqu’à la chaise ou je m’assois sans broncher, de toute façon je n’en ai pas la force ou le courage.

– Merci

Haizea me demande si j’ai besoin de quelque chose. Ça m’embête un peu un peu de lui demander d’aller me chercher ça, mais bon.

– Tu peux prendre la boîte métallique dans le sac et me l’apporter s’il te plait ?

Pour la deuxième question, je ne sais pas trop quoi lui répondre. Je regarde les 2 autres se battre et soupire un peu quand même. Je souris un peu, au moins je ne suis pas seul déjà plus agréable que rester dans le lit de ma chambre. Puis je regarde Haiz qui va sûrement me redemander comment je rentre :

– T’en fais pas pour moi, rentre rapidement chez toi c’est tout. Je connais le chemin pour ma part

Connaître le chemin c’est bien, y arriver entier c’est mieux. Mais bon pas besoin de le souligner sinon elle va s’énerver. Je regarde toujours les 2 autres se chamailler un peu et je me retiens de rire quand même en voyant l’autre couillon perdre pied :

– Le conseil s’est passé correctement ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Haizea Ariya-SerykMessages : 361
Date d'inscription : 18/11/2015


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mar 31 Jan - 21:28

Destination finale

Feat.... Nemeroff Dreiden

– Désolé j’ai eu un moment de faiblesse, mais rien de grave … Je dois juste prendre l’anesthésiant.  

Je préfère ne rien dire et me contente de le soutenir pour l'emmener avec nous jusque dans la salle. Il fait plutôt froid dans la pièce par rapport aux couloirs mais au moins, nous sommes enfin au calme. Les professeurs vont raccompagner les parents et puis, un des pions passera sans doute nous dire qu'il est temps de rentrer, comme d'habitude.

– Merci.
Tu peux prendre la boîte métallique dans le sac et me l’apporter s’il te plait ? 


- Tu peux vraiment pas le faire toi-même ?... Aie !

La prochaine fois, tu réfléchiras avant de dire une connerie.

Le dossier que Marie vient de claquer bien fort contre le crâne de Jason le fait taire pour le coup. Je remercie ma camarade avant de récupérer la boite en question et de la ramener à Nemeroff, avec un verre d'eau. Cela ne pourra que lui faire du bien et l'aider à récupérer.

– T’en fais pas pour moi, rentre rapidement chez toi c’est tout. Je connais le chemin pour ma part 
Le conseil s’est passé correctement ? 


"- Oui, ça va. Le retour de la Fête des écoles est vraiment positif, les professeurs sont plutôt satisfaits des notes de chacun sur ce trimestre et même si ils déplorent plus d'absences, il y a des efforts de fournis pour rattraper les cours alors, pour le moment, il n'y aura pas de retours négatifs à ce sujet. "

Pour les absences, il doit bien se douter que son nom a été mentionné. Même s'il n'est pas dans notre classe, il n'est pas rare que les professeurs partagent entre eux au sujet de tous les élèves d'un même niveau. Et comme ça au moins, il sera aussi rassuré. Il n'aura pas de soucis à ce sujet. Maigre consolation mais comme son état actuel est en partie de ma faute, moi cela me soulage un peu.

Ils seraient prêt à nous laisser organiser une seconde fête pour la fin d'année. Dans un thème différent, bien évident. Plutôt avec des vrais spectacles, des défilés ou des épreuves mêlant tous les niveaux et même les familles.

- Vous aurez encore forcément besoin d'une mascotte, alors? Ça tombe bien, je suis là. Et entier qui plus est.

"- Pour le moment, on a pas encore accepter, on voudrait en parler à tout le monde d'abord. Toi, tu es penserais quoi, Nemeroff? Tu y participerais avec nous?"

J'ai tiré une autre chaise pour venir m'asseoir à côté de lui. Marie a fini de remettre les différents dossiers à leur place et Jason est simplement adossé au mur, près du radiateur. Lui aussi aurait un peu froid? Enfin, on ne va rester des heures non plus. Juste le temps que Nemeroff aille mieux et puis, nous rentrerons tranquillement chez nous.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Nemeroff DreidenMessages : 259
Date d'inscription : 06/07/2016


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mar 31 Jan - 22:26

Destination Finale
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Je récupère le verre et la boîte contenant les différents seringues pré-remplies. Je remercie Haizea d’un hochement de tête en la regardant. Je n’entends pas le dossier claquer sur la tête de l’autre crétin. Je pose la boîte sur le bureau à côté de moi ainsi que le verre. Pendant ce temps Haiz répond au sujet du conseil. Effectivement je me sens touché par les absences, mais moi elles sont justifiées donc j’assume totalement. Les professeurs m’ont même conseillé de ne pas venir à l’école au vu de mon état. Donc ce qui prouve que j’ai une bonne volonté tout de même. Je suis aussi content pour la fête même si je n’ai pas vraiment aidé à l’activité à part faire la vaisselle. Ce qui n’est pas une chose glorieuse ou spectaculaire.

Mais au moins j’aurais été utile. J’ouvre la boîte dévoilant encore 3 doses injectables. J’ai déjà vidé la boîte … Je soupire et je note dans ma tête que je vais encore devoir embêter Lenka qu’il me redonne une boîte de 20. On se croirait dans un trafic de drogue. Je viens prendre la seringue et la purge doucement … Puis je vois Marie et Jason me regarder étrangement. Elle avait mal à la vue de l’aiguille, l’autre ricanait. Je soupire longuement et essaye de piquer mais je tremble vraiment trop. Je remets le capuchon sur l’aiguille et regarde Marie nous dire pour l’annonce d’une probable nouvelle fête. Haiz me demande ensuite si je compte participer avec eux. Je regarde Jason en silence … Bah …

Tant que je fais pas la vaisselle ou un truc du genre ça me va

Je souris doucement à Haizea. Puis Marie et l’autre ami d’Haizea sont sympa. Alors que je souris je me tourne vers Jason :

- Pourtant ça te va…

Toi tais-toi !

Ouai, j’avais déjà prévu sa phrase. Blondinet trop prévisible. Ça a dû le surprendre d’ailleurs car il reste bloqué la main en l’air. Je soupire longuement tout de même. Ma main n’arrête pas de trembler et c’est même de pire en pire. Sûrement car l’ancien effet de dissipe et j’ai tellement mal que je ne peux pas mon concentrer. Je ferme mon poing et regarde Haiz. J’hésite mais je suis obligé de lui demander ça :

Tu peux …Me faire l’injection s’il te plait ?

Je vois Jason outré par ma demande à ma copine, mais je n’ai pas le choix, je peux pas me piquer sinon je vais m’exploser le bras et si je ne me l’injecte pas je pourrais jamais rentrer chez moi. Je vois Haiz qui accepte à contre cœur. Mais bon :

Désolé de t’imposer ça …

Je baisse un peu la tête la laissant faire. Je suis un peu honteux du spectacle mais bon, que voulez-vous. Après l’injection je me relève doucement, le produit ne fait pas encore effet, mais je m’en fiche. Je ferme la boite et la range dans la poche intérieure de ma veste. Jason s’avance devant moi et me fixe :

- Tu n’as pas honte de demander une chose pareille à une fille si sensible et douce qu’Haiz ?

Je fronce mon regard et le fixe serrant les dents. Mais il me les casse ce grand con. Je vais me le faire. Je vois le regard d’Haiz me dire d’arrêter ça tout de suite et au lieu de lui rentrer dans le lard et lui fracasser la gueule sur le carrelage de la classe, je me tourne vers Haizea que je colle contre moi me faisant couiner de douleur légèrement et je prends une de ses mains dans la mienne et l’embrasse sans retenue devant Jason. C’était ma vengeance à moi ! En même temps j’aimais ça donc mélangeons plaisir et utilité. Je ferme les yeux et continue de façon assez provocante. Je rougis un peu tout de même trouvant mon acte pas juste pour Haizea, car d’habitude je suis plus réservé et doux pour ce genre de chose et je l’utilisai un peu pour faire chier Jason, mais mon dieu qu’est-ce que c’était bon de faire ça. Je me redresse légèrement et la fixe :

Désolé d’être un boulet et une source de problème pour toi …Mon

Je rougis doucement et ai du mal à le dire trouvant ça un peu gênant tout de même :

Mon coeur!

C’était gênant … Un peu, mais j’étais content, je marquai mon territoire. Haiz m’appartenait à moi et personne d’autre. Oui j’ai essayé mais je suis trop jaloux et possessif avec elle et fallait que je lui montre à ce blondinet. Tu ne l’auras pas je la laisserai pas partir. C’est ma copine à moi !

- Et toi blondinet ? T’as copine va bien ? Ah non n’en as pas !

Paf, ca c’était pour la faiblesse dont tu as profité tout à l’heure !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Haizea Ariya-SerykMessages : 361
Date d'inscription : 18/11/2015


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mer 1 Fév - 9:46

Destination finale

Feat.... Nemeroff Dreiden

Tant que je fais pas la vaisselle ou un truc du genre ça me va

"- Promis. S'il y en a, c'est moi qui la ferais cette fois. chacun son tour."

- Pourtant ça te va…

Toi tais-toi !

Oh, attention. C'est qu'il mordrait, le Nemeroff.

Marie est plutôt amusée par la scène et son ton le traduit bien; Au fond, j'ai l'impression qu'elle aime bien les voir s'affronter, cs deux-là. personnellement, je préférerais savoir Nemeroff chez lui, en train de se reposer et de récupérer correctement mais au moins, comme il est avec moi, je peux le surveiller. Et m'assurer qu'il ne risque pas de se encore plus mal.

Tu peux …Me faire l’injection s’il te plait ?

"- Je... Oui, bien sûr. "

Désolé de t’imposer ça …

"- Ce n'est rien, vraiment. "

Je tente de sourire mais j'avoue que le fait de voir la seringue et de la tenir dans ma main, je ne me sens pas vraiment à l'aise. Marie m'encourage à sa façon, d'un simple signe de tête, tandis que je viens le piquer dans le bras. Il en a besoin, il tremble comme pas possible et serre les poings et les dents. Même Jason pour le coup ne dit rien. Il a d'autres traces de piqûres dans le bras. combien devra t'il encore en faire? Oui, je m'inquiète. Enfin, pour celle-ci, c'est terminé. J'espère que le produit le soulagera rapidement.

- Tu n’as pas honte de demander une chose pareille à une fille si sensible et douce qu’Haiz ?

Mais t'es vraiment lourd quand tu t'y mets, toi. Elle a accepté, qu'est-ce qu'il te faut de plus? Tu veux le soigner toi-même, peut-être?

Je peux voir que Nemeroff n'apprécie pas son comportement et alors qu'il se relève, je fais de même, restant presque entre eux pour m'assurer qu'il ne fera pas de bêtises. Tu n'es pas en état, repose-toi, s'il te plait. Tout mon corps le crie alors qu'aucun son ne sort de ma bouche. Et finalement, le voilà qui vient me serre contre lui, un peu trop brusquement puisque je l'entend gémir de douleur.

"- Ne...."

Je n'ai pas le temps de m'en faire davantage, ni même de parler. Le voilà qui vient m'embrasser. Sa main venue chercher la mienne voit déjà nos doigts s'entrelacer, sans que je ne le réalise vraiment, c’est juste parfaitement naturel comme geste à présent. Mais son baiser, lui, est un peu différent. Prise au dépourvu, j'ai les rouges qui sont devenues brûlantes et malgré la présence des deux autres, je ne tente même pas de reculer.

Au fond, je suis bien là, avec lui. Et il a une expression si douce, comme apaisée quand il ferme les yeux. Pour le coup, mon coeur s'emballe franchement alors que j'en viens à oublier la présence des autres. Ses lèvres finissent par quitter les miennes et je reste là, toujours aussi surprise mais un léger sourire un peu idiot sur le visage, les joues toujours assez colorées, alors que son regard revient se planter dans le mien.

Désolé d’être un boulet et une source de problème pour toi …Mon
Mon coeur!


Mon coeur? J'ai bien entendu? Alors là, je vire au pivoine, littéralement, en l'espace d'un dixième seconde. Je n'ai pas bougé et j'en suis incapable. J'ai le coeur qui bat à 200 à l'heure et le souffle peut-être un brin court mais mes doigts n'ont pas lâchés les siens, bien au contraire. Ils s'y sont agrippés davantage, comme pour m'assurer que je ne suis pas en train de rêver tout ça.

- Et toi blondinet ? T’as copine va bien ? Ah non n’en as pas ! 

Et paf ! Ça, c'est fait.

Le grand éclat de rire joyeux et musical de Marie me fait soudain reprendre conscience de la réalité. Oui, nous ne sommes pas seuls ici. Ils ont tout vu. Et pour le coup, la gêne revient me prendre, ne me colorant que davantage le visage. Si ça continue, je vais finir par ne plus pourvoir retrouver un teint normal. Jason serre les dents, visiblement atteint dans sa fierté alors que Marie semble aux anges.

Nan mais tu verrais ta tête, Mister Quederla. Ahahaha! Voilà qui mériterait une photo. Celle-là, elle ferait sensation, je te l'assure!

- Ça va. T'en as pas marre de glousser comme une dinde, toi aussi?  

Franchement, non. En plus, ça aidera peut-être tes chevilles à dégonfler et ça, ça sera pas un mal. Comment je rêvais de voir ça, le jour ou tu te ferais moucher comme il faut. Sérieux, Nemeroff, tu m'as vendu du rêve, là.

- T'as qu'à lui tomber dans les bras, toi aussi. Je suis certain qu'il attend que ça. En plus, il a bien étalé ses talents, profites-en.

Désolée de te décevoir, il n'est pas du tout mon type. Je les préfère entier et de préférence, un peu moins baraqué. Je suis une petite chose fragile moi. Et puis, il est avec Hai', pourquoi je le lui piquerais?

La conversation prend une tournure complètement hallucinante à mes yeux. je ne sais vraiment pas où me mettre et du coup, je me contente de les écouter en jouant cette joute verbale, légèrement dépassée. Au moins, je parviens à reprendre on souffle et un certain calme. Ce sera toujours ça de pris. Et une seconde, je me dis que si ces deux-là terminaient ensemble, ce serait assez drôle, nan?

Toi, tu te retires ça de la tête tout de suite, c'est compris?

"- Oui, Marie. Pourtant, tu sais..."

Marie est venue se placer devant moi, me défiant du regard avec un faux air autoritaire, profondément amusé malgré tout. Je crois qu'elle est soulagée de me voir sourire et plus avec l'air inquiet qui ne me quitte plus ces derniers temps. Alors, elle en profite et en rajoute même un peu. C'est une véritable amie. D'ailleurs, je retiens un léger rire alors qu'elle me répond avec une attitude un brin théâtrale.

Oui, qui aime bien châtie bien. Et tout le tralala. Mais lui, c'est juste un crétin. Irrécupérable en plus. Qu'est-ce que tu voudrais que j'en fasse?

- Comment ça, que tu fasses de moi? Toutes les filles seraient ravies de m'avoir comme copain. J'ai la classe et tout, moi. Et puis, c'est moi qui veut pas de toi d'abord, mélange pas les rôles, mégère.

Vraiment? Alors, c'est qui l'heureuse Élue, maintenant que t'as compris qu'avec Hai', c'était fichu?

- RHA!!! Mais est-ce que je te demande la couleur de tes sous-vêtements moi? Tu vas me lâcher un peu, oui?

Mais, c'est qu'on dirait presque qu'il serait gêné. Pour le coup, je rigole de nouveau, plutôt discrètement parce que bon, ça ne fais pas très sérieux que je m'amuse alors qu'eux se fâchent. Au moins, l'ambiance est légère et plutôt agréable. Ça fait du bien des fois aussi. Moi, je n'ai toujours pas bougé pour ma part et je peux sentir que les tremblements de Nemeroff se sont calmés. C'est bon signe, ça aussi.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Nemeroff DreidenMessages : 259
Date d'inscription : 06/07/2016


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mer 1 Fév - 13:29

Destination Finale
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Je souris … Enormément en voyant que mon petit pic passe totalement contre ce grand couillon. Faut dire que c’était simple et un peu bas, mais bon lui aussi m’en fais des coups bas donc c’est juste donnant donnant.  En tout cas je semble gagner ce combat-là. Car un nouveau commence entre Marie et Jason, j’ai un peu du mal à suivre car ils parlent tous deux assez vite d’un bout de pièce à l’autre. J’ai à peine le temps de lire sur les lèvres. Mais le peu que je lis me fait sourire doucement tout de même. Sacré caractère la demoiselle. Je ris très légèrement quand sa parle de moi aussi … Et je suis là hein. Au moins je sais que je ne suis pas le type de Marie. Je ne comptais pas changer de toute façon, je préfère Haiz aussi. Mais je regarde en silence mon reflet dans la vitre … Je suis baraque …Et je ne suis pas entier ? J’avoue que je ne comprends cette raison mais je souris un peu. La seule personne à qui je veux plaire de toute façon, elle est à côté de moi.

Sa main toujours dans la mienne, je vois qu’elle est un peu amusée par le spectacle. Tant mieux ça fait un petit moment qu’on a pas pu rire comme ça. Puis au final, je dois avouer que Jason bien qu’il se la joue n’est peut-être pas si méchant que ça. Marie est super cool comme fille, je comprends pourquoi Haiz l’adore. Je viens poser ma tête sur son épaule en silence, regardant la scène toujours amusée. Je demande ensuite à ma copine à voix basse :

Tu ne crois pas que Marie serait amoureuse ?

Ça sautait un peu aux yeux je trouve. Enfin je ne vais pas juger. J’ai déjà eu du mal à sortir avec Haiz alors je ne vais pas jouer les docteurs de l’amour. Mouai ça saute un peu aux yeux quand même. Enfin par contre l’argument est-ce que je te demande la couleur de mes sous-vêtements … Je ne suis pas sûr qu’il soit invocable pour se défendre celui-là. Alors que je m’amusai un peu, je n’ai pas remarqué que mes tremblements c’étaient arrêté. Mes douleurs aussi semblent se calmer. Ma respiration est encore un peu étrange mais ça c’est normal. Je dois l’avouer je suis vraiment bien là. Alors que je regarde les  2 amis d’Haiz. Marie semble se précipiter vers la fenêtre et Jason tourne la tête vers elle, puis elle se retourne vers nous pointant son doigt dehors :

- OH IL NEIGE !

Je redresse ma tête de l’épaule d’Haiz et regarde dehors en silence. C’est vrai, étrange il faisait plutôt bon. Mais je ne déteste pas la neige. Elle est vraiment belle et légère. Je m’approche de la vitre en silence et pose ma main sur cette dernière, elle est vraiment froide et je souris un peu tout de même. Elle est pleine de souvenirs douloureux mais joyeux aussi pour moi. C’est le temps quand j’ai perdu une personne chère mais aussi quand je suis tombé amoureux de la plus importante pour moi. Je penche légèrement la tête et me tourne vers eux :

La neige tient déjà. Y en a partout dehors c’est cool !

Marie semble plutôt contente et Jason semble s’en ficher. Je regarde Haiz en silence … Mais je secoue doucement la tête puis revient près d’elle.

- On va rentrer ! Le professeur a dû nous oublier.

C’est vrai qu’il serait l’heure avant que je n’aie plus d’anesthésiant ça va être juste mais ça devrait le faire. Je viens prendre mon sac en silence et remmène celui d’Haiz. Je viens reprendre la main d’Haiz doucement. Je lui souris un peu, j’étais content de cette fin de soirée, j’avais bien ris quand même, bien qu’il y ait eu un petit accrochage au début avec Jason encore. Mais la fin était cool. On commence à aller dans le couloir se dirigeant vers la porte de sortie. Jason va ouvrir pendant qu’une chose attire mon regard. Une flaque … Je lâche la main d’Haizea et m’approche de la porte me baissant doucement pour regarder. Jason semble s’exciter sur la porte … Il n’est vraiment pas doué quand même. Je pose mes doigts dans la flaque, je n’arrive pas à voir ce que c’est mais cette texture et cette odeur … J’ouvre la porte et découvre un cadavre, celui d'un de nos professeurs. J’ouvre grand les yeux et me tourne vers mes camarades, Marie s’approchait de la fenêtre

RECULEZ DES FENETRES ET AINSI QUE DE LA PORTE !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Haizea Ariya-SerykMessages : 361
Date d'inscription : 18/11/2015


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mer 1 Fév - 16:15

Destination finale

Feat.... Nemeroff Dreiden

Tu ne crois pas que Marie serait amoureuse ?

"- C'est possible..."

Je ne lui poserais pas la question maintenant mais il est probable que ce sujet reviendra sur le tapis entre nous. Quand on sera seules. A moins que je demande à Victor, après tout c'est lui qui la connait le mieux. Nemeroff est venu posé sa tête sur mon épaule et je me contente de sourire doucement, écoutant la bataille entre Jason et Marie sans m'en mêler. ma foi, c'ets vrai que c’est drôle.

OH IL NEIGE ! 

"- Ah, ça explique pourquoi je trouvais qu'il faisait un peu frais alors."

Pourtant, il faisait vraiment clair tout à l'heure, pas un temps à neige. Nemeroff s'est redressé avant d'aller à la fenêtre regarder dehors. Oui, je me souviens de ce qu'il a dit. Les cheveux blancs, c'est comme la neige, la couleur de la pureté. Celle de Yona. Une seconde, une pointe de jalousie me traverse mais cela ne dure pas. Yona n'est plus là, même si je suis certaine que son souvenir lui est toujours bien présent.

La neige tient déjà. Y en a partout dehors c’est cool !

On va rentrer ! Le professeur a dû nous oublier. 

Marie est vraiment ravie de la neige. Jason se contente de prendre ses affaires pour nous suivre alors que Nemeroff me ramène les miennes. ensemble, nous quittons la salle avant de nous engager dans les couloirs en direction de la sortie du lycée. Mais Jason semble avoir des difficultés avec la porte. Sans doute que le froid à un peu fait travaillé les gonds, cela arrive.

Nemeroff m'a lâché la main et s'est écarté un peu tandis que je vais aider Jason. Mais en effet, la porte ne semble pas vouloir bouger. Pourtant, il n'a pas pu y avoir tant de neige que ça. Marie essaye aussi mais toujours rien. Alors, elle décide d'aller ouvrir la fenêtre, pour que nous puissions sortir quand même et à contre coeur, Jason l'approuve.

Moi, je vais prévenir Nemeroff mais je le remarque face au placard ouvert, comme bloqué. Au sol, une flaque étrange et... un corps qui tombe sur lui? Monsieur Boggart? Son visage se tourne vers nous, croise mon regard et aussitôt, le tilt se fait dans ma tête. Un corps, de la neige, cela ne peut vouloir dire qu'une chose. IL est là...

RECULEZ DES FENETRES ET AINSI QUE DE LA PORTE !

"- MARIE !!!"

Sa main a déjà enclenché le mécanisme et je me jette sur elle pour la pousser. Il ne faut surtout pas qu'elle reste. A peine le loquet est-il ouvert que la fenêtre s'ouvre en grand et qu'une grande et violente bourrasque de neige nous surprend. Je me retrouve plaquée contre le mur du couloir, Jason et Marie couchés au sol ne comprenant rien à ce qu'il se passe.

Je suis un peu sonnée par le choc et je ne vois pas bien à cause de la neige qui obstrue ma vue. Je ne sais pas ou est Nemeroff. mais je sais qu'il a compris aussi. On doit sortir d'ici. Non, il faut que Marie et Jason se cachent et que moi, je m'occupe de ce type. Mais comment? La bourrasque s'arrête et je parviens à y voir clair de nouveau. Une lame est fichée à quelques centimètres de mon visage, comme un avertissement.

Je tremble de tout mon corps mais ne bouge pas. Respire Haizea, tu n'auras pas d'autre chance. Ce type est un pro. Et il faut absolument que je protège mes camarades. Même si le temps semble s'éterniser, en réalité, tout se passe très vite dans ma tête. Je n'ai pas une seconde à perdre.

"- Marie, Jason, partez ! Cachez-vous. Vite !!! C'est moi... qu'il veut..."

Autant leur dire la vérité. Eux ne craignent rien, s'ils arrivent à se mettre  à l'abri, ils pourront s'en sortir. Et Nemeroff, ou est-il? Je le connais, il va forcément vouloir m'aider mais dans son état, c'est de la folie. Je dois absolument l'en empêcher. Et je suis persuadée qu'il ne va pas apprécier ce que je vais faire.

"- S'il vous plait... Retenez Nemeroff. Empêchez-le de me suivre. Je compte sur vous !"

Attends, tu vas quand même pas... 

Je ne la laisse pas terminer et me rue sur la fenêtre que je traverse pour me retrouver dehors. C'est de là que venais la neige alors, je suis certaine qu'il est dehors à m'attendre. Alors, c'est moi qui vais venir à sa rencontre. Et cette fois, je ne fuirais pas. Je ne fuirais plus. Il faut que je gagne un maximum de temps pour laisser les autres se cacher ou mieux, rentrer chez eux. Alors je cours, en direction de la grande cour. Si je l'atteins, là-bas, il n'aura quasiment aucune cachette.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Nemeroff DreidenMessages : 259
Date d'inscription : 06/07/2016


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mer 1 Fév - 17:19

Destination Finale
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Le corps du prof me tombe dessus, je me retrouve bloquer dessous et j’ai cette sensation de vent violent et frais sur mon corps. Je serre doucement les dents … Il est enfin de retour cet enfoiré. Je ne peux pas trop bouger avec le cadavre et le vent, mais je n’ai qu’une envie c’est de bloquer en face de moi et tuer cet enfoiré. Je rouvre les yeux et m’aperçois qu’il n’y a pas que le corps qui soit tombé sur moi. Tout le placard et les balais aussi. Le poids du prof sur mon ventre me fait mal et je retiens mon souple un petit moment à cause de la douleur. Il était si lourd que ça le prof. J’ai sa tronche devant la mienne et ce n’est pas une chose agréable à voir des yeux révulsés … Il semble qui est été tué en étant poignarder dans le dos vu le sang que j’ai sur ma main. Après un petit effort de courage, je repousse ce qu’il y a sur moi et respire enfin. Je me redresse légèrement en regardant les quelques vitres cassées avec le vent violent et vois Haizea dire à nos camarades de me retenir pour passer par la fenêtre. Evidemment, je me relève sans réfléchir pour courir vers la fenêtre :

Haiz revient ! N’y va pas

Je m’approche de la fenêtre essayant d’attraper Haiz, mais Marie ordonne :

- Jason attrape le !

Ce dernier surgit dans mon dos et passe ses bras sous les miens et attrape ses mains derrière ma nuque pour me bloquer. Je ne comprends pourquoi il fait ça ! Vous ne voyez pas qu’il y a un truc pas normal merde. Ce dernier met une sacrée force et je suis obligé de relâché et fermer doucement les yeux ….

- Qu’est ce qui se passe Marie ?

- J'en sais rien. Mais tu l'as entendu, non? Alors, on le retient...

Le doute persiste en même temps seul moi et Haiz sommes au courant de ce qui se trame …Haiz … Encore une fois. Je serre doucement les dents mais ne bouge pas, pourquoi a-t-elle encore fait le choix de se battre seule. J’ai sacrifié énormément de chose pour ce moment et ça va servir encore à rien ?

Pendant ce temps-là dans la cours. Une ombre suit Haizea, marchant doucement, elle semble calme et déterminée. Un couteau de bouché à la main, la personne semble vouloir en découdre avec la demoiselle Domae.

- Ça ne sert à rien de courir, tu ne peux pas m’échapper ! Je suis dans mon élément ici. Tu vas payer pour la dernière fois saloperie de gamine.

Ils arrivent enfin dans la grande cours ou l’homme semble avoir soudainement disparu. Seule sa voix résonne.

- Tu crois pouvoir survivre seule ? Cette fois je ne me ferais pas avoir. J’ai vu ton ami, il ne tiendra bientôt plus debout. Tes autres camarades ne sont pas des combattants et le seul adulte restant ici … Je l’ai tué aussi facilement qu’un gosse.

Un vent plutôt brutal accompagné de neige fait apparaître l’homme derrière la gamine et qui vient lui donner un coup de couteau puis entaillant légèrement le dos. La partie de son visage visible montrait colère mais aussi plaisir de pouvoir enfin se venger des sales mêmes qui avait osé le blessé et le berner.

- Je vais te torturer et t’éplucher comme une pomme … Puis quand j’aurai finis j’irai chercher l’autre con … Puis je lui ouvrirai le ventre et lui ferais avalé ses propres entrailles ….

L’homme semblait perdre totalement les pédales et essaye d’attaquer de nouveau la jeune demoiselle de façon violente. Il n’hésite pas à utiliser des coups pas avec ses genoux ou ses pieds pour la briser. Le tueur est bien plus violent que la dernière fois et ne semble plus prendre ses cibles pour de simple gamin.

- Alors défend toi non ?! Tu as réussi à me blesser la dernière fois Non ?!

Il essaye de faire mal à Haizea, voulant la détruire physiquement mais aussi mentalement par la douleur.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Haizea Ariya-SerykMessages : 361
Date d'inscription : 18/11/2015


MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   Mer 1 Fév - 18:18

Destination finale

Feat.... Nemeroff Dreiden

Haiz revient ! N’y va pas

Ais-je vraiment entendu ces mots portés par le vent? C'était si lointain, comme s'il disparaissait. Alors que c’est moi qui m'éloigne. La neige tombe toujours, ce qui ne m'aide pas à repérer le tueur. Aussi, je ne m'arrête pas et cours en direction de la cour. Là-bas, l'espace est dégagé et il n'aura que son pouvoir pour se cacher, cela me laissera une plus grande marge de manœuvre. Et en attendant, les autres pourront s'enfuir. Avec Nemeroff.

- Ça ne sert à rien de courir, tu ne peux pas m’échapper ! Je suis dans mon élément ici. Tu vas payer pour la dernière fois saloperie de gamine.

Oui, tu as l'avantage. Mais la dernière fois aussi et malgré tout, tu es reparti. tu n'as pas réussi. Alors pourquoi ne pourrais-je pas te tenir en échec une deuxième fois? Arrivée au centre de la cour, je me stoppe enfin. Mes poumons sifflent un peu mais déjà, j'invoque Saï. Je vais avoir besoin de ses yeux et de son flair pour le repérer.

- Tu crois pouvoir survivre seule ? Cette fois je ne me ferais pas avoir. J’ai vu ton ami, il ne tiendra bientôt plus debout. Tes autres camarades ne sont pas des combattants et le seul adulte restant ici … Je l’ai tué aussi facilement qu’un gosse.

Non, les autres n'ont rien, il n'a pas eu le temps de s'en prendre à eux. Il veut me faire douter, je ne dois pas l'écouter. Et sa voix qui semble venir de partout à la fois. Le vent se lève soudain et un cri de Saï me prévient. Il est là, derrière moi. Je parviens à ne récolter qu'une plaie superficielle dans le dos mais son expression me prend un instant au dépourvu. Il est en colère mais ravi.

- Je vais te torturer et t’éplucher comme une pomme … Puis quand j’aurai finis j’irai chercher l’autre con … Puis je lui ouvrirai le ventre et lui ferais avalé ses propres entrailles ….

"- Je t'en empêcherais..."

Mavoix n'est pas très sure, un peu cassée. Oui, j'ai peur même si je ne veux pas le montrer. Et je ne compte pas le laisser s'en prendre à Nemeroff. JE suis ta proie, alors oublie-le. Déjà, il vient au corps à corps et bien que cela m'arrange puisque les cours du Maître m'ont bien entraînés à ce sujet, il est rapide et précis, fort également. Aussi, je parviens avec grand peine à esquiver et parer ses mouvements.

- Alors défend toi non ?! Tu as réussi à me blesser la dernière fois Non ?! 

"- Cette fois... Je ne me limiterais pas... à une blessure...."

Je veux faire la maline mais n'en mène pas large. Saï est parti pour se cacher dans la neige qui tourbillonne autour de nous. A mon signal, alors qu'il me déséquilibre et me fait lourdement chuté au sol, il lui bondit dessus, venant lui griffer le cou en lui tirant les cheveux. Le tueur le blesse à la patte mais cela m'a laissé le temps de me relever. Et déjà, je viens l'attaquer.

Je n'ai aucune chance de le tuer. Pas dans ces conditions. Mais je l'ai juré, je n'abandonnerais jamais. Je parviens à le frapper au flanc et à la cuisse, puis au nez également. Le poignard dans ma main, je le manipule bien à présent. Mais moi aussi je prends des coups. Au bras, à l'épaule et à la tempe, qui me sonne un peu.

- T'es né bien trop tard pour pouvoir m'affronter gamine.

"- Pourtant, tu es de retour. Donc, tu as déjà échoué. N'oublie pas ça ..."

Ma réponse ne lui plait pas car soudain, le vent se lève violemment. La neige et l'air sont très froid et me brouillent la vue alors qu'il disparaît de nouveau, dans un rire mauvais. Et alors que je le chercher derrière moi, il me frappe à la hanche, avec le couteau. Avant de disparaître de nouveau. Moi qui aimait la neige, je crois que je vais changer d'avis.

J'evite un coup destiné à mon flanc, lui envoie mon coude dans le plexus et mon arme dans le bras mais il me balais les jambes et m'écrase au sol. Je roule pour me relever, ce qui me fait éviter le couteau mais son poing me cueille à l'estomac et me laisse à genou, souffle coupé. Mais son ombre le trahit et je parviens à planter son pied alors qu'il me frappe au visage, m'éclatant l'arcade au passage.

Je me relève grâce au temps que me fais gagner Saï en lui mordant le mollet profondément, encore incertaine sur mes pieds. Je frissonne à cause du froid, je commence à être engourdie et lui ricane. Oui, il ne souffre pas de son froid. Et lorsque je l'aperçois à à peine quelques centimètres de moi, je lève mon bras pour me protéger, hurlant de douleur quand le couteau vient s'enfoncer dans ma main, y restant bloqué. Son sourire est immense et malsain alors qu'il jette un vent de neige contre ma plaie, le froid venant en plus brûler ma peau déjà abîmée.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Destination Finale [F.Haizea]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Destination Finale [F.Haizea]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-