Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Gaara IshikawaMessages : 800
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Dim 29 Jan - 23:36

Une trace après ma mort


Ces derniers temps, Amy et Gaara se disputent pour tout et n'importe quoi. Une chaussette mal rangée, un retard inexpliqué et voilà que le ton monte entre eux ; L'Homme de Sable n'explique pas ce changement de comportement soudain chez sa petite amie et quand il essaye d'en apprendre plus, elle se renferme aussitôt mettant fin à la conversation. C'est ainsi depuis une semaine et c'est impossible de discuter quand elle est énervée de la sorte.

Aujourd'hui, c'est une nouvelle dispute qui éclate pour un sujet banal ; En vient aussitôt le lot de reproches mais si seulement ça s'était arrêté là ! Les masques tombent et Amy lâche en plein milieu de la dispute qu'elle n'était avec Gaara que pour une mission ; Mission que lui ont confié ses supérieurs pour pouvoir l'arrêter plus facilement. Elle devait donc simplement jouer avec ses sentiments pendant plusieurs mois jusqu'au jour où, suffisamment sûr de son amour, elle pourrait frapper là où ça fait le plus mal.

L'Elementis refuse d'y croire. Il ne peut envisager cette possibilité mais les policiers entrant dans la chambre pour l'encercler ne peuvent qu'affirmer ces révélations, Gaara ne bouge même pas lorsqu'il sent une aiguille s'enfoncer dans sa peau, encore sous le choc de la tournure des événements. Si ce n'est un produit qui le fait dormir, il reconnaît cette sensation de perte et de faiblesse ressenti cet été quand il était dépourvu de son élément ; Ils ont tellement bien préparé leur coup et le voilà désormais sans son sable, dans l'impossibilité de se défendre et de s'enfuir comme il avait prit l'habitude de le faire à chaque fois que le Gouvernement mettait la main sur lui.

Se laissant donc embarquer, menottes aux poignets, il suit sans broncher le groupe de policiers jusqu'au commissariat où il est directement emmené dans une salle d'interrogatoire. Un interrogatoire qui se veut musclé et où les réponses sont sûrement le cadet de leur soucis, comment ne pas en profiter ? L'un des plus grands criminels arrêtés et dépourvu de pouvoir, ce serait louper une occasion en or. Après quelques coups dont il n'a pas prit la peine de rendre, on vient lui annoncer que son exécution aura lieu demain matin ; Elle sera publique. Ils préfèrent ne pas perdre de temps avec un procès dont le verdict sera forcément coupable.

Force et espoir perdu, Gaara se laisse conduire jusque dans sa cellule, les menottes toujours aux poignets même une fois à l'intérieur. Personne d'autre n'est présent en ces lieux et sûrement ont-ils prit le temps de vérifier qu'aucune arme ou aucune clé ne traîne ; On ne veut pas perdre un criminel enfin arrêté. Il s'adosse contre le mur de la cellule au fond, perdu dans l'obscurité, il n'a aucun doute sur sa fin qu'il sent comme proche. Sûrement l'a-t-il mérité, ce n'est que Justice après tout.

Il n'arrive toujours pas à croire qu'il ait pu se faire avoir de la sorte. Il n'a jamais rien remarqué, jamais rien soupçonné ; Sa vie n'est qu'une succession d'échecs et de peines et la mort va sûrement le libérer d'un tel fardeau. Gaara aurait aimé revoir Ace une dernière fois, lui dire à quel point il l'aime ; Espérons qu'il ne garde pas un mauvais souvenir de son père et que sa mère saura présenter un portrait positif de lui. Bloodyne... Il voudrait revoir son visage avant de mourir. Il aura quand même pu l'embrasser une dernière fois à ce fameux repas de Noël. Une dernière soirée où le bonheur et l'amitié semblaient présents.

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bloodyne ChesterMessages : 516
Date d'inscription : 08/08/2014


MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Lun 30 Jan - 4:41


 

 

 


Je ne me suis jamais demandé, ne serait-ce que l'espace d'un instant, comment je pouvais réagir face à une telle nouvelle. Elle est arrivée si vite que je me suis sentie me décomposer en petits morceaux. Est-ce que j'aurais eu suffisamment de force de garder mon sang-froid, ou bien à l'inverse j'aurais préféré me réfugier dans les tréfonds de la colère ? Je me dis que j'aurais eu tendance à prendre la voie de la facilité. De ne pas chercher par quatre chemins et foncer directement dans le tas au coeur du problème. L'arracher et le réduire en bouilli de mes mains. Mais, qu'est-ce qu'on est censé faire quand le doute prend place sur le tout resté ? Quand il est entouré d'une peur viscérale et qu'il met à néant tout espoir ? Qu'importe soit-il. Il nous ronge de l'intérieur, nous paralyse sur place et nous offre la culpabilité de ne pas avoir agi plus tôt....

Peut-être que c'est con d'espérer. De rêver que certaines choses peuvent à un moment donné revenir à la normale. De croire qu'il suffit de laisser un peu de temps au temps, pour tourner une page et écrire la suivante avec moins de rature. Déchirons des livres entiers, pour simplement écrire l'histoire parfaite sur un seul papier. J'ai essayé. Et vous savez où cela m'a mené ? Dans un long couloir en direction de la prison....

J'ai vraiment cru que cette journée serait comme une autre. Une routine mais, qui est agréable. On se lève, on se fait un café, on prépare le petit déjeuner, on réveille le petit, on l'habille pour la crèche. Puis on décolle de la maison. On dépose d'abord l'enfant puis on s'en va travailler jusqu'au soir. Rien de bien extraordinaire en soi et c'est quelque chose qu'on répète inlassablement. Alors, quand ceci est chamboulé brutalement, il est dur de comprendre, de faire la distinction entre cauchemar et réalité. On m'avait demandé de faire un simple tour à l'hôtel de ville pour quelques documents et de revenir à mon poste aussitôt. Je l'aurais fait avec joie, vraiment. Mais les murmures m'ont rendu curieuse. Plus je tendais l'oreille moins j'avais envie de repartir. Les secondes, les minutes s'écoulaient et les paroles furent désagréables à encaisser. Deux mots m'obséder et il était impossible pour moi de les sortir de ma tête, “Mort” et “Ishikawa” tournait sans cesse et s'en était à  devenir dingue. Trop de questions qui se bousculaient et dont je n'avais aucune réponse.

Alors, j'ai craqué.
J'ai pris la première personne qui avait l'audace de passer devant moi et un peu à part j'ai demandé des explications. Pourquoi seuls les membres du gouvernement parler de ça, pourquoi est-ce qu'ils semblaient tous ravis. C'était pourtant évident non ? Bien sûr que oui, néanmoins je préférais me dire que ce n'était qu'une erreur. Bien plus simple que d'accepter qu'ils puissent avoir raison. Comment le pourrait-il d'ailleurs ? C'était un havre de paix durant des années et d'un seul coup tout venait de basculer en une fraction de seconde. Je n'ai pas cherché à réfléchir davantage, il fallait que je le voie de mes propres yeux pour y croire, bien qu'une grande partie de moi fût déjà convaincue. J'ai donc tracé en premier lieu chez Roxane, sans donner de réelles explications, j'ai simplement demandé qu'elle s'occupe d'Ace à la fin de la journée. Une simple précaution. Et j'ai couru comme jamais en direction du commissariat. J'avais la gorge et les poumons en feu mais, cela m'était égal. Je me suis dirigée avec hâte vers un responsable et j'ai demandé l'autorisation de le voir. La réponse fut sans appel, on m'a ri au nez. “Qui aurait envie de voir un type comme lui” qui disait. “Qui aurait de la pitié pour sa personne” en rajouta un autre.

Moi ?
Pour des multiples raisons que je n'avais guère envie de partager avec eux. Il avait était un fiancé, un amant, un ami, un rival, un ennemi. Il restait le père d'un enfant, bien que ce n'était pas un endroit fait pour lui, il avait le droit de lui laisser un dernier message.
Cette simple idée m'avait donné la nausée.
Ça ne pouvait se finir ainsi.

Pour mon plus grand déplaisir, cette décision fut accordée par une voix que malheureusement je connaissais que trop bien. La voir, ici, était comme des pièces d'un gigantesque puzzle qui s'emboîtait doucement. La rage était là, palpable, au point que je pouvais sentir mes muscles me faire mal. Je l'aurais tué avec une exaltation sans nom, néanmoins seul mon poing n'eut le temps d'atteindre que son visage avant qu'on n'exige de moi que je me calme. Dire que j'en rêvais depuis la première fois que je l'avais vu à son bras. Là, c'était sa tête au bout d'une pique qu'il me fallait.

Après quoi, dix bonnes minutes sont passés avant qu'on ne me laisse entrer dans la prison.

Et voilà où nous en sommes.
Assise sur une chaise face à sa cellule, les genoux repliés contre moi-même à les enserrer fermement, deux bonnes minutes se sont échappés sur les vingt qu'on m'a offertes. Un garde est posté non loin au niveau de l'entrée nous laissant la faible intimité possible en observant. Je ne sais, s'il dort, s'il est réveillé, sa simple silhouette ne me permet pas de savoir. Cependant, maintenant que tout cela est sous mes yeux, maintenant que je ne peux plus fuir la réalité, un bordel se créer à l'intérieur de moi. Et pour la première fois, l'angoisse, la frayeur de le voir partir ne m'a jamais rendu aussi calme, ce qui a le don de m’effrayer.

Je ne sais pas si tu dors, ou non. À vrai dire ça me passe au-dessus. Mais si tu m'entends, sache que tu n'es qu'un crétin. Un crétin sans cervelle, égoïste, qui ne réfléchit jamais à ce qu'il fait. Je pourrais blâmer ta chère petite amie, la voir comme étant la seule coupable de tout ce bazar… Mais bizarrement j'en suis pas capable. C'est drôle, moi qui aie toujours dit que je finirais par t'achever de mes propres mains si tu devais mourir… Ah… Même ça, elle a réussi à me le prendre.


© B I G B Y


darC.png






 


Dernière édition par Bloodyne Chester le Lun 30 Jan - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 800
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Lun 30 Jan - 10:09

Une trace après ma mort


Assit dans le fond de sa cellule, Gaara bouge à peine en entendant des pas se rapprocher de lui. Quelle n'est pas sa surprise quand il remarque que c'est Bloodyne qui s'approche, à croire que l'on a entendu sa dernière volonté, l'aurait-il prnoncé à voix haute ? Cependant, il ne bouge toujours pas et reste dans la même position à l'observer, recroquevillée sur sa chaise. Encore une fois, il lui brise le cœur et peut-être que sa mort empêchera que ce genre de choses se reproduisent ; Même si proche de la mort il est encore coupable d'une peine. Aucun des Elementis ne parlent pendant plusieurs minutes, c'est comme un moment privilégier entre eux.

- Je ne sais pas si tu dors, ou non. À vrai dire ça me passe au-dessus. Mais si tu m'entends, sache que tu n'es qu'un crétin. Un crétin sans cervelle, égoïste, qui ne réfléchit jamais à ce qu'il fait. Je pourrais blâmer ta chère petite amie, la voir comme étant la seule coupable de tout ce bazar… Mais bizarrement j'en suis pas capable. C'est drôle, moi qui aie toujours dit que je finirais par t'achever de mes propres mains si tu devais mourir… Ah… Même ça, elle a réussi à me le prendre.

Lâchant un sourire, il n'arrive pas à croire qu'il se prend tous ces reproches en pleine figure. Mais sûrement a-t-elle besoin de lui dire ses derniers mots, ses derniers reproches avant de passer de l'autre côté et regretter de ne pas lui avoir tout ce qu'elle avait sur le cœur ; Franchement, ce n'est pas ce qu'il espérait mais entendre sa voix et ses reproches étaient peut-être ce qui lui avait le plus manqué.

- Serait-ce de la jalousie ?

Cela fait bien longtemps qu'il a remarqué une certaine forme de jalousie envers Amy, que ce soit par rapport à leur fils qui aimait raconter ces jours passés auprès d'Amy ou bien la réussite qu'elle aimait lui balancer au visage de manière plus ou moins détournée. Comment lui en vouloir ? Et puis, savoir qu'elle est à l'origine de l'arrestation de Gaara ne doit certainement pas arranger leur relation, se sont-elles revus d'ailleurs ? Si oui, comment s'est déroulée cette rencontre ? Il n'aimerait manquer ça pour rien au monde. Même si il est contre les violences gratuites envers les femmes, il doit bien reconnaître qu'Amy mérite bien des claques et ça ne le dérangerait pas d'en être l'auteur.

- Que veux-tu que je dise ? Que je te supplie de me pardonner pour toutes les erreurs et dire que je regrette tout ce que j'ai fait ? Me traiter de crétin a été la première chose que tu m'ais dite, et  ironiquement c'est la dernière que tu comptes me dire. A croire que toute ma vie, je n'ai été qu'un crétin sans cervelle.

Aucune évolution. Aucun changement depuis toutes ces années. Ayant perdu tout espoir de revoir la lumière du jour, autre que pour son exécution, il préfère rester dans le noir à attendre que le temps passe pour qu'on vienne le réveiller au matin, une dernière fois. Va-t-il réellement dormir ? Ce n'est pas sûr, quitte à profiter des dernières minutes de vie, autant ne pas dormir.

- Que diras-tu à Ace ?

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bloodyne ChesterMessages : 516
Date d'inscription : 08/08/2014


MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Lun 30 Jan - 20:44


 

 

 


Je me suis toujours persuadée que s’il devait mourir, ce serait de mes mains. Que je pourrais le supporter et vivre avec suffisamment longtemps pour que cela ne me hante pas. Un beau mensonge, alors qu’au fond, j’avais seulement peur d’accepter qu’il puisse partir. Qu’il soit face à quelqu’un de bien trop fort pour avoir la possibilité de fuir au point d’en arriver à l’inévitable. C’était donc rassurant d’imaginer que j’étais la seule à avoir une telle emprise.
Mais, soyons réaliste ce fut stupide.

Ma haine envers Amy est grande. Justifié. Elle a eu ce qu'elle voulait, même si cela n'a en rien détruit une histoire, c'est tout de même une famille qui se retrouve brisée en deux. Jubilant avec joie d'avoir capturé l'une des personnes les plus recherchées de la ville. Ai-je étais jalouse ces derniers mois ? Je hausse les épaules en guise de réponses. Je n'avais clairement pas envie d'avouer que ce fut le cas. Elle était tout ce que je n'étais pas et avait en sa possession tout ce que je n'avais plus. Ironique non alors que c'est moi qui ai refermé la porte aux secondes chances postées devant moi.

Que veux-tu que je dise ? Que je te supplie de me pardonner pour toutes les erreurs et dire que je regrette tout ce que j'ai fait ? Me traiter de crétin a été la première chose que tu m'ais dite, et  ironiquement c'est la dernière que tu comptes me dire. A croire que toute ma vie, je n'ai été qu'un crétin sans cervelle.
C’est bien au bout de vingt-quatre ans, il serait temps de s’en rendre compte. Peut-être pas aussi stupide au final.

Qu’on me pardonne mais si c’est bien la dernière fois que j’ai l’occasion d’être aussi sarcastique envers lui, je ne compte pas m’en priver.

Que diras-tu à Ace ?

Ace… Comment est-ce qu’on annonce ce genre de nouvelle à un enfant de moins de dix ans ? Il ne comprendrait pas. Ou à l’inverse il comprendrait que trop bien et pourra jamais retirer cette image de sa tête.

Il a quatre ans… lui avouait de but en blanc que son père est mort n'est pas la meilleure chose qui soit. Qu'est-ce que je pourrais bien lui dire mis à part que tu t'en es allé pour une durée indéterminée ?

Qu'est-ce que j'ai d'autres comme option de toute manière ? Je ne tiens pas à le faire souffrir. Et ce serait ignoble qu'il en oublie la figure paternelle qui a toujours été là pour lui. Qu'importe l'homme qui partagera ma vie, il ne le remplacera pas. L'amour qu'il lui a offert ne sera jamais. Le simple mot “papa” ne sortira pas de ses lèvres. Et je ne tiens pas qu'un inconnu a ce titre à ses yeux. C'est bien la dernière chose que je pensais vivre un jour. Qu'est-ce que je vais dire une fois qu'il commencera à poser des questions ? Qu'est-ce que je vais faire quand il sera en âge de chercher les réponses ? Même s'il pouvait comprendre que ce ne fut pas un choix, est-ce qu'il pourrait seulement vivre avec ? L'idée d'avoir à affronter tout ça m'angoisse. Je me retrouve seule à devoir gérer toute la merde qu'il laisse si gentiment derrière lui.
Pour ça je ne peux que l'en remercier.

Je ne te demande pas d'excuse. Qu'est-ce que cela changerait de toute façon ? On ne t'épargnera pas parce que tu reconnais tes fautes. Et oui tu es un crétin, tu resteras toujours un crétin à mes yeux, parce que c'est comme ça je t'aie connu et comme ça que je vais devoir te dire au revoir. Et crois l'ou non je n'en ais aucune envie.

Qui aime voir les personnes qu'on aime, qu'on aimait auparavant, disparaître ? Un fou sans cœur pourrait largement apprécier ça. Dépliant les jambes, je finis par me lever et marche en direction des barreaux en croisant les bras. J'ai beau fixer sa silhouette d'un air dur, c'est ma voix triste qui me trahis alors que je souhaite des réponses :

J'aimerais simplement comprendre pourquoi. Pourquoi tu n'as rien fait ? Avant que le sérum ne soit administrer pour quelle raison tu t'es laissais faire ? Tu aurais pu réagir un au minimum ! Tu aurais pu éviter de finir là. Non pas pour moi, mais tu as pensé à Ace ? Que tu aies envie de me faire souffrir pour tout ce que j'ai pu te faire c'est une chose que je peux encaisser. Que tu me haïsses je peux vivre avec. Mais pourquoi lui ?

Je peux supporter toutes les crasses du monde. Je peux vivre avec toute la rancœur qu'il peut avoir à mon égard. Je ne lui en voudrais même pas. Je sais que je lui ait brisé le cœur plus d'une fois. Aussi involontairement, qu'intentionnellement. Et je l'assume, le nier ne servirait plus à grand-chose de toute façon. J'avais besoin qu'il souffre autant que moi pour pouvoir avancer. Il m'était inconcevable d'être la seule à avoir aussi mal. Néanmoins, ça ne m'a jamais rendu fière pour autant. Au vu d'où nous en sommes aujourd'hui, si j'avais la possibilité de remonter le temps et d'effacer tant de peine, je le ferais. Seulement, ça me tue de voir que ce n'est que de l'indifférence face à ce que pourrait ressentir Ace. C'est un enfant, pourquoi devrait-il vivre cela une deuxième fois ?

Tu tiens vraiment à ce qu'il te rende visite tous les jours au cimetière ? Qu'il s'exprime face à une tombe vide en espérant vivre un cauchemar… Je serais là à faire de mon mieux pour que ton souvenir ne s'effacer jamais de sa mémoire, cependant, il vivra toujours avec un vide. Un manque que je ne pourrais jamais combler. On était censé faire de notre mieux pour lui. Lui offrir ce qu'ont nous n'avons pu avoir malgré les dangers de cette vie. Tu l'as dis toi-même. Il ne méritait pas de mourir entre les mains de Larxene. Il ne mérite pas non plus de perdre ce qui lui reste comme parent. Ne fait-il donc pas partie de ces raisons suffisante pour s'accrocher ? C'est à se demander ce qui importe pour toi... Tu choisis l'option de la facilité, toujours plus simple que de se battre, n'est-ce pas ?


© B I G B Y


darC.png






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 800
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Lun 30 Jan - 22:52

Une trace après ma mort


Comment annoncer à un enfant que son père ne reviendra plus ? Que les moments partagés n'auront plus lieu ? Il a déjà vu disparaître Charles de sa vie sauf que cette fois, il s'agit de son propre père et non d'un inconnu ou d'un petit ami de passage. Il devra apprendre à vivre avec cette douleur... Douleur que sa mère fera en sorte d'apaiser.

- Il a quatre ans… lui avouait de but en blanc que son père est mort n'est pas la meilleure chose qui soit. Qu'est-ce que je pourrais bien lui dire mis à part que tu t'en es allé pour une durée indéterminée ?

- Lui dire que papa l'a abandonné pour partir on ne sait où sans jamais revenir ?

Ah quelle vision donnée à un enfant ! Celle d'un père qui part du jour au lendemain sans même un au revoir, sans même prendre le temps de glisser de derniers mots à son fils. Un père qui ne donnera plus de nouvelles dans les prochaines semaines, les prochains mois, les prochaines années ; Un père qui sera détesté par son propre fils avec toujours cette question : Pourquoi est-il parti ? Il préfère encore qu'il apprenne toute l'histoire autour de son père, les meurtres et la raison de son décès plutôt que d'être vu comme celui qui l'a abandonné. Il est, au passage, ravi d'apprendre qu'il est et restera toujours un crétin aux yeux de Bloodyne dans la vie comme dans la mort.

- J'aimerais simplement comprendre pourquoi. Pourquoi tu n'as rien fait ? Avant que le sérum ne soit administrer pour quelle raison tu t'es laissais faire ? Tu aurais pu réagir un au minimum ! Tu aurais pu éviter de finir là. Non pas pour moi, mais tu as pensé à Ace ? Que tu aies envie de me faire souffrir pour tout ce que j'ai pu te faire c'est une chose que je peux encaisser. Que tu me haïsses je peux vivre avec. Mais pourquoi lui ?

Parce qu'elle pense qu'il fait tout ça pour la faire souffrir ? Qu'il est prêt à mettre fin à ses jours simplement pour qu'elle se sente mal et qu'elle comprenne ses sentiments pour lui ? Oh non, ce serait bien trop s'amuser avec les sentiments. Ce serait une chose bien trop cruelle, même de sa part. Ils se sont fait des crasses, ils se sont envoyés des mots en pleine figure mais jamais il n'aurait franchis cette limite.

- Tu tiens vraiment à ce qu'il te rende visite tous les jours au cimetière ? Qu'il s'exprime face à une tombe vide en espérant vivre un cauchemar… Je serais là à faire de mon mieux pour que ton souvenir ne s'effacer jamais de sa mémoire, cependant, il vivra toujours avec un vide. Un manque que je ne pourrais jamais combler. On était censé faire de notre mieux pour lui. Lui offrir ce qu'ont nous n'avons pu avoir malgré les dangers de cette vie. Tu l'as dis toi-même. Il ne méritait pas de mourir entre les mains de Larxene. Il ne mérite pas non plus de perdre ce qui lui reste comme parent. Ne fait-il donc pas partie de ces raisons suffisante pour s'accrocher ? C'est à se demander ce qui importe pour toi... Tu choisis l'option de la facilité, toujours plus simple que de se battre, n'est-ce pas ?

Utiliser l'argument de son fils... Que c'est bas pour lui redonner le goût de vivre et pourtant ce n'est toujours pas ça qui le motive à se battre. Ace apprendra à vivre sans son père, il apprendra à supporter la douleur comme lui a dû supporter les mauvais traitements de ses parents ; Bloodyne est là pour l'aimer, pour prendre soin de lui. Ce n'est qu'un mauvais cap à passer, des souvenirs à oublier et des photos à regarder quand il sera plus vieux ! Se levant finalement d'un seul coup du fond de sa cellule pour se rapprocher des barreaux, on peut remarquer quelques traces de coups une fois son visage dans la lumière.

- Je t'interdis d'utiliser notre fils comme argument contre moi. Il apprendra à vivre sans moi comme la plupart des personnes qui grandissent sans leurs parents, mais moi enfin mort je ne serais plus une menace pour vous. Le Gouvernement ne s'approchera plus de vous, les Domae vous laisseront tranquille et l'Ordre n'aura plus aucune raison de vous approcher, n'est-ce pas bénéfique au final ? On élimine la personne qui n'apporte que des problèmes, c'est un mal pour un bien.

Fini les problèmes. Fini les tentatives de meurtre. Personne n'aura plus aucune raison de s'approcher de son fils ou même de Bloodyne, alors pourquoi aujourd'hui elle est encore là à lui faire des reproches ?

- As-tu seulement une idée de ce qu'a été ma vie ? Je n'aurais jamais dû exister, dès ma naissance on ne voulait pas de moi alors pourquoi est-ce que ça changerait aujourd'hui ? J'ai perdu tellement de gens autour de moi et quoi que je fasse, je ne pourrais jamais les retrouver. Je suis fatigué de me battre pour rien, de ne recevoir que des reproches et des trahisons de la part des personnes que j'aime ou que j'ai aimé. Tu crois que ça m'amuse de te faire souffrir, que je prends du plaisir à être ici en espérant que tu ressentes de la culpabilité ou de la tristesse ? Mais toi qui sais tout et qui a réponse à tout, dis-moi qui va pleurer ma mort ? Hein ? Dis-le moi !

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bloodyne ChesterMessages : 516
Date d'inscription : 08/08/2014


MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Mar 31 Jan - 14:10


 

 

 


On dira que se servir d'un enfant comme prétexte c'est horrible. Et pourtant, ce n'est pas un mensonge. Ce que je vois sous mes yeux, c'est que même ça, ne suffit guère à le réveiller. Ceci devrait pourtant être ce qu'il y a de plus précieux à ses yeux. Quelque chose qu'on n'efface pas d'un claquement de doigts et qu'on ne remplace pas. Il est impossible de changer l'amour qu'on éprouve envers un enfant, tout comme l'inverse. Il a déjà perdu beaucoup à cause de nous, néanmoins, on a tout donné pour qu'il finisse quand même heureux. S'il a eu la chance de ne pas mourir entre les mains d'une psychopathe, ce n'est pas pour le voir grandir envahit de peine. Est-ce qu'il en a seulement conscience ?

Je t'interdis d'utiliser notre fils comme argument contre moi. Il apprendra à vivre sans moi comme la plupart des personnes qui grandissent sans leurs parents, mais moi enfin mort je ne serais plus une menace pour vous. Le Gouvernement ne s'approchera plus de vous, les Domae vous laisseront tranquille et l'Ordre n'aura plus aucune raison de vous approcher, n'est-ce pas bénéfique au final ? On élimine la personne qui n'apporte que des problèmes, c'est un mal pour un bien.

J'ai la mâchoire qui se crispe entend ses mots, alors qu'il est enfin possible de le voir à la lumière. Les hommes du gouvernement se sont apparemment donné une joie de le remettre à sa place. Néanmoins, ce ne sont pas ses blessures qui me chagrinent, mais la conviction qui se dégage en pensant que sa mort arranger tout. Peut-être que oui, peut-être non, qu'est-ce que j'en sais au fond ? Même un criminel peut appeler à la rédemption si c'est ce qu'il désire. Enfin, là, nous sommes bien loin de son souhait.

As-tu seulement une idée de ce qu'a été ma vie ? Je n'aurais jamais dû exister, dès ma naissance on ne voulait pas de moi alors pourquoi est-ce que ça changerait aujourd'hui ? J'ai perdu tellement de gens autour de moi et quoi que je fasse, je ne pourrais jamais les retrouver. Je suis fatigué de me battre pour rien, de ne recevoir que des reproches et des trahisons de la part des personnes que j'aime ou que j'ai aimé. Tu crois que ça m'amuse de te faire souffrir, que je prends du plaisir à être ici en espérant que tu ressentes de la culpabilité ou de la tristesse ? Mais toi qui sais tout et qui a réponse à tout, dis-moi qui va pleurer ma mort ? Hein ? Dis-moi !
Moi !

Ce fut presque un cri de rage spontanée. Suivi d’un long silence. Ace n’est pas le seul qui allait pleurer sa mort, qui prendrait soin de déposer des fleurs sur sa tombe et qui n'effacera pas son souvenir des mémoires. Pourquoi est-ce que je voudrais le faire d’ailleurs ? Je perds déjà bien trop en sachant qu’il ne sera plus de ce monde.

Je suis toujours-là, qu'importent les choix, les erreurs et la souffrance qui plane au-dessus de nos têtes. J'ai beau m'éloigner de toi, au final j'accours au moindre pépin. Et pourtant j'ai essayé plus d'une fois. Je peux autant te détester et t'en vouloir, j'ai toujours peur de ce qu'il peut t'arriver, parce que cela fait partie de toutes ces choses qu'il m'est impossible de faire disparaître à ton égard. Même avec toute la bonne volonté du monde.

Dans la logique j'aurais dû ne jamais revenir après avoir fait le choix de prendre mes distances. Mais depuis le premier jour où mon cœur a su faire un battement pour lui, l'idée qu'il part était abominable. J'avais autant peur de me retrouver toute seule à nouveau, que devoir enterrer une personne supplémentaire à laquelle je tienne. Est-ce que cela veut dire que je suis égoïste ? À ce niveau-là je pense qu'il n'est pas possible de faire pire que lui. C'est plus simple de condamner les autres à une peine, que de la combler.

C'est le crédo de cette ville de finir orphelin. Sans ami, sans amour et sans rien à porter de main pour se raccrocher. Qu'on le veuille ou non, on finit par être abandonné quelle qu'en soit la manière. Et pourtant, il y a une toute petite poignée qui arrive à survivre et être heureux. Alors, pourquoi ce serait différent ? Pourquoi faut-il le condamné à souffrir pour le restant de ses jours ? La vie est une chienne, on est d'accord. Mais ça ne te donne pas le droit de décider pour les autres ! Tu ne peux pas affirmait que mourir sera la meilleure chose qui soit pour lui. Tu n'as aucune idée de comment il vivra ça. Tu penses que c'est ce qu'il y a de mieux . Et si tu te trompais, si au contraire c'était pire ?! Tu penses que j'ai réponse à tout, mais toi alors hein ? Monsieur prend des décisions sans penser aux conséquences. Tu ne vaux pas mieux sur ce coup-là espèce de crétin !

Ma voix est montée d'une octave et plus en colère que je ne l'aurais voulu. En même temps comment est-ce qu'on peut rester sagement assis face à ça ? J'en viens à oublier que les excès d'émotions ne sont pas bons, alors que le garde posté à l'entrée se met à exiger subitement : “Tenez-vous tranquille, ou sinon je vous fais sortir”. Ouais, je suis aussi sage qu'une image, promis. Je soupire en hochant simplement la tête comme réponse. On m'a accordé bien trop peu de temps pour que je le gaspille aussi facilement en finissant dehors. Je préfère baisser les yeux au sol tristement, pourquoi continuer à me battre contre lui alors que la raison ne semble plus l'atteindre...

Tu ne comprends pas. Que tu sois une menace ou non pour le gouvernement on s'en moque. C'est de ta présence qu'ont à besoin. Les reproches ne sont pas faits pour te blesser, mais pour que tu ouvres les yeux sur ce que tu as. Et ce que tu vas perdre. Mais quelle importance tu as déjà fait le choix d'abandonner. Sache que, je ne prends aucun plaisir à faire ça. J'en ai marre d'avoir le rôle de celle qui passe son temps a devoir te crier dessus parce que tu ne piges rien. Si tu penses que personne ne tient à toi, tu trompes. Je l'ai dit, moi je pleurais à ta mort. Setsuna perdra son meilleur ami. Ace un père. Et les rares personnes qui sont sacrifiées pour que tu vives, seront mortes pour rien.

Spoiler:
 

© B I G B Y


darC.png






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 800
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Mar 31 Jan - 23:32

Une trace après ma mort


- As-tu seulement une idée de ce qu'a été ma vie ? Je n'aurais jamais dû exister, dès ma naissance on ne voulait pas de moi alors pourquoi est-ce que ça changerait aujourd'hui ? J'ai perdu tellement de gens autour de moi et quoi que je fasse, je ne pourrais jamais les retrouver. Je suis fatigué de me battre pour rien, de ne recevoir que des reproches et des trahisons de la part des personnes que j'aime ou que j'ai aimé. Tu crois que ça m'amuse de te faire souffrir, que je prends du plaisir à être ici en espérant que tu ressentes de la culpabilité ou de la tristesse ? Mais toi qui sais tout et qui a réponse à tout, dis-moi qui va pleurer ma mort ? Hein ? Dis-le moi !

- Moi !


C'est un cri de rage qui en est sorti de cette révélation. Répondue sur le même ton que l'a lancé Gaara, cette réponse a le don de stopper toute tentative de relance et installe un blanc durant lequel ils s'observent. Combien de temps ? Il ne saurait le dire. Mais il est pesant et il a comme cette impression qu'aucun des deux ne voudra reprendre la parole, que répondre à cela ?

- Je suis toujours-là, qu'importent les choix, les erreurs et la souffrance qui plane au-dessus de nos têtes. J'ai beau m'éloigner de toi, au final j'accours au moindre pépin. Et pourtant j'ai essayé plus d'une fois. Je peux autant te détester et t'en vouloir, j'ai toujours peur de ce qu'il peut t'arriver, parce que cela fait partie de toutes ces choses qu'il m'est impossible de faire disparaître à ton égard. Même avec toute la bonne volonté du monde.

Il faut dire qu'elle a toujours été la première à accourir en cas de problèmes, encore aujourd'hui la voilà devant les barreaux à tenter de le remettre dans le droit chemin et lui redonner goût à la vie ; L'inverse aussi a pu être observé. Pourquoi est-elle venue vers lui quand elle a eu ses problèmes avec Charles ? N'est-ce pas lui qui prend des risques et accepte de se mettre en danger pour la protéger ? Malgré toutes les crasses et les disputes lancées ces dernières années, ils sont toujours là l'un pour l'autre et Ace n'est sûrement pas la seule raison d'une telle dépendance.

- C'est le crédo de cette ville de finir orphelin. Sans ami, sans amour et sans rien à porter de main pour se raccrocher. Qu'on le veuille ou non, on finit par être abandonné quelle qu'en soit la manière. Et pourtant, il y a une toute petite poignée qui arrive à survivre et être heureux. Alors, pourquoi ce serait différent ? Pourquoi faut-il le condamné à souffrir pour le restant de ses jours ? La vie est une chienne, on est d'accord. Mais ça ne te donne pas le droit de décider pour les autres ! Tu ne peux pas affirmait que mourir sera la meilleure chose qui soit pour lui. Tu n'as aucune idée de comment il vivra ça. Tu penses que c'est ce qu'il y a de mieux . Et si tu te trompais, si au contraire c'était pire ?! Tu penses que j'ai réponse à tout, mais toi alors hein ? Monsieur prend des décisions sans penser aux conséquences. Tu ne vaux pas mieux sur ce coup-là espèce de crétin !

- Tenez-vous tranquille, ou sinon je vous fais sortir.

- Oh fermez-là.

En tant que dernière visite de sa vie, il a bien le droit de profiter du peu de temps passé en compagnie de la personne qui a accepté de lui rendre visite et si il ne souhaite pas entendre les jérémiades et les disputes il n'a qu'à aller voir ailleurs au lieu d'écouter ; De toute façon, dépourvu d'élément il ne peut rien et s'enfuir avec tous les policiers qui font le pied-de-grue ce serait tout simplement du suicide et de l'inconscience. Peut-être n'apprécie-t-il pas la remarque, peut-être ne l'a-t-il pas entendu mais ce n'est qu'un simple grognement pour toute réponse tandis que Bloodyne baisse tout simplement les yeux.

- Tu ne comprends pas. Que tu sois une menace ou non pour le gouvernement on s'en moque. C'est de ta présence qu'ont à besoin. Les reproches ne sont pas faits pour te blesser, mais pour que tu ouvres les yeux sur ce que tu as. Et ce que tu vas perdre. Mais quelle importance tu as déjà fait le choix d'abandonner. Sache que, je ne prends aucun plaisir à faire ça. J'en ai marre d'avoir le rôle de celle qui passe son temps a devoir te crier dessus parce que tu ne piges rien. Si tu penses que personne ne tient à toi, tu trompes. Je l'ai dit, moi je pleurais à ta mort. Setsuna perdra son meilleur ami. Ace un père. Et les rares personnes qui sont sacrifiées pour que tu vives, seront mortes pour rien.


Takeshi... Elwyn et bien d'autres ont disparu pour tenter de le protéger. Ainsi, certains y verront un gâchis et c'est peut-être effectivement le cas mais si il parvient à s'enfuir, que lui restera-t-il à la sortie ? Une vie de fugitif, le besoin de se faire oublier pendant bien longtemps avant de pouvoir reprendre une pseudo vie normale avant la prochaine arrestation qui se déroulera encore de la même manière. Si ce n'est Amy, ce sont d'autres gens qui tenteront de se rapprocher de lui voire qui s'en prendront à Bloodyne ou Ace. Il faut que ce cercle infernal cesse, que la roue tourne.

- Tu as sûrement raison... Certaines personnes se seront sacrifiées pour rien. Il est temps pour moi d'accepter mon sort et de partir la tête haute ; Ce n'est qu'une simple vie de fugitif et de danger que tu m'offres avec la possibilité de voir Ace seulement dans l'endroit où je serais caché. Tu sais aussi bien que moi que, si par chance, j'arrive à m'échapper, je ne pourrais reprendre une vie normale... Je ne pourrais plus l'accompagner à l'école ou à son cours de musique, les sorties dans le parc seront quasiment impossibles, est-ce aussi une vie pour lui ? Pour moi ?

Peut-être est-ce égoïste oui mais il s'est rendu compte qu'il souffrait plus qu'autre chose quand il pensait un tant soit peu aux autres ; Il n'a su maintenir la Confrérie en vie, tombée en ruine dont les cadavres hantent encore ses nuits et c'est quand il décide de s'ouvrir aux autres qu'il se prend un couteau en plein cœur. Quelle vie ! Il n'est pas prêt de subir un autre enfermement, de devoir vivre encore avec cette souffrance de voir Bloodyne dans les bras d'un autre. Il veut que tout ceci cesse. Qu'on le laisse tranquille.

- Es-tu heureuse avec Sam ? Est-ce qu'il prend soin de vous ?


Si il y a bien une chose qu'il veut savoir avant de partir c'est bien ça. Il ne voudrait pas qu'ils se retrouvent avec un Charles bis qui pourrait jouer avec leurs sentiments encore une fois, il serait plus rassuré de la savoir auprès de quelqu'un qui peut prendre soin d'eux plutôt que de les savoir totalement seuls.

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Bloodyne ChesterMessages : 516
Date d'inscription : 08/08/2014


MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Mer 1 Fév - 21:51


 

 

 


Voilà où nous en sommes maintenant. à l'abandon. Tant de vie humaine perdue pour qu'il puisse profiter de la sienne. Alors, pourquoi la gâcher ainsi ? Ils ne sont pourtant pas parti par plaisir. Il devrait profiter de celle-ci ; la mordre à pleine dent, faire face au haut et bas, aux obstacles qu'elle place devant… Mais je le conçois, c'est bien plus simple à dire qu'à faire. Il n'empêche, qu'il y aura quand même du monde sur sa tombe, surement bien plus qu'il ne puisse l'imaginer.

Tu as sûrement raison... Certaines personnes se seront sacrifiées pour rien. Il est temps pour moi d'accepter mon sort et de partir la tête haute ; Ce n'est qu'une simple vie de fugitif et de danger que tu m'offres avec la possibilité de voir Ace seulement dans l'endroit où je serais caché. Tu sais aussi bien que moi que, si par chance, j'arrive à m'échapper, je ne pourrais reprendre une vie normale... Je ne pourrais plus l'accompagner à l'école ou à son cours de musique, les sorties dans le parc seront quasiment impossibles, est-ce aussi une vie pour lui ? Pour moi ?
Mais tu seras là pour lui. Ceci vaut bien tous les dangers du monde non…

Cela devrait être le cas, mais il faut croire que ce n’est apparemment pas suffisant. Rien ne l’est à vrai dire. J’ai bien du mal à me faire l’idée tout va se terminer ainsi. Aussi simplement. En baissant connement les bras. Mais pourquoi ? La vie est faite d’erreur, mais elle vaut la peine pour qu’on se batte. Pour qu’on reste auprès des personnes qui sont chères. C’est seulement ça qui devrait être le plus important. Et non le reste. Je devrais laisser tomber et cesser de vouloir le faire revenir à la raison. Sauf que cela m’est impossible. J’ai bien trop perdu également pour supporter une supplémentaire dans mon entourage.

Es-tu heureuse avec Sam ? Est-ce qu'il prend soin de vous ?

Je hausse les épaules. Oui, non, peut-être. Y répondre signerait la fin de tout. Puisque nous sommes “heureux” il peut ainsi partir en paix, la tête haute, c'est là ce qu'il compte me dire ? Et moi je suis censé faire quoi ? Dire oui et tourner les talons. Accepter et continuer d'aller de l'avant ? Pourquoi est-ce qu'on serait condamné à faire ça sans lui ! Comme si la souffrance allez finir par s'estomper d'ici quelques jours, tel un pansement qu'on arrache un peu trop brutalement. Il n'y a ni miracle, ni baiser magique pour panser cette plaît. S'il s'agit de là, la dernière fois où je dois être honnête. La dernière volonté de cet imbécile d'égoïste, autant l'exaucer.

Je ne peux pas nier le contraire, il prend soin de nous comme si nous étions la prunelle de ses yeux. Je te devrais dire que ça me ravit. Que je me sens bien et épanouis, protéger. Seulement… Je ne suis pas heureuse à proprement parler.

Je devrais l'être puisqu'il a tout ce qu'une femme souhaite. Mais, si pour une fois depuis des lustres je devrais arrêter de me voiler la face, il n'est pas ce que je désire.

J'ai longtemps cru que m'éloigner de toi était la meilleure chose à faire. Qu'il fallait cesser de se faire du mal et avancer chacun de notre côté. Qu'à force de continuer ainsi, on finirait clairement par s'entretuer. Et puis, je me suis finalement demandée si je n'avais pas tort, néanmoins trop tard puisque le mal avait déjà pris place. Je ne peux pas te demander le pardon, je sais qu'avec ce que je t'ai fait je ne le mériterait pas. Mais… si je dois être sincère envers toi une dernière fois, je voudrais seulement te dire que…… Je t'aime.

Cela me fait mal, autant parce que je me sens au bord des larmes, que le prononcé pour la dernière fois. L’amour est cruel, sadique et pourtant on y tient comme à sa propre vie.

Je t'ai toujours aimé. Mais, c'était bien plus simple de me convaincre du contraire. J'ai laissé un étranger choisir à ma place parce que j'avais trop peur de ce que l'avenir pouvait nous réserver. Si tu en venais à mourir j'en serais morte d'être tant attaché à un fantôme. Alors, ne plus avoir à craindre ça c'était… l'option de la facilité. Stupide en fin de compte puisque tu n'as jamais cessé de quitter mes pensées, malgré le fait que j'ai finis par m'en persuader... J'aurais voulue que cet instant partagée à Noël dur éternellement. Depuis longtemps je ne m'étais jamais senti aussi bien. Rassurer. Aimé comme jamais. Retrouver tout ce que nous avions perdu en quelques instants étaient bien le plus beau cadeau qu'on ne met jamais offert.

J’aurais donné n’importe quoi pour le revivre encore et encore. Mais je sais que je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. C’est moi qui me suis comporté comme la reine des garces au lieu profiter de chances à nouveau a porté de mains. Je préfère me voiler la face que d’accepter la vérité. Mais on ne peut pas tant m’en vouloir si ? Ce n’est pas tout rose de l’aimer. C’est effrayant, perturbant, dangereux. On en a payé le prix plus d’une fois. Cependant, cela valait tout l’or du monde. C’était sincère, unique. Pareil à un coup de foudre, il n’y en a qu’un dans une vie. Il était ma drogue, mon canot de sauvetage… Tout simplement l’homme que j’aimais éperdument. Et je l’ai purement détruit en un millier de morceaux.

Me rapprochant des barreaux, je laisse passer une main au travers à déposer sur sa joue. J'entends au loin l'interdiction et l'ordre formel du policier qui exige que je m'éloigne. Mais je l'ignore littéralement. Laissez-moi seulement le toucher une dernière fois et gravait les traits de son visage. Tandis que les larmes se sont finalement décidé de couler.

Je suis désolée, vraiment. Je n’ai pas été la petite amie rêvée et encore moins la fiancée idéale. J’aurais sûrement fait une piètre épouse. Mais si je pouvais remonter le temps, ne serait-ce qu’une fois, effacer toutes mes erreurs et simplement te rendre heureux… je le ferais sans hésitation. Sans deuxième chance, simplement que la première soit la bonne. Te voir tant souffrir, n’a jamais été mon souhait loin de là. Je n’ai que jamais su être à la hauteur de l’amour que tu me portais. Et je le regrette sincèrement....

Je voudrais lui dire tant de choses et pourtant les mots ne semblent pas venir. Sûrement l'ai-je mérité de n'avoir été qu'une femme incapable de savoir ce qu'elle voulait réellement alors que le tout soit sous ses yeux.

Le retour à la réalité est malheureusement plus brutale que je ne le pensais, alors que la présence du garde derrière moi, exige que je m'éloigne pour là, je ne sais combien de fois. Le temps étant de toute manière écouler. Je refuse, j'implore même qu'il me laisse ne serait-ce que cinq minutes supplémentaires. En vain. C'est de force qu'il m'arrache et m'oblige à reculer. Douloureuse souffrance. M'emmenant sans délicatesse en dehors des cellules. Ce sont toutes les larmes de mon corps qui s'expriment en le suppliant, mais il n'en a que faire.

Pour la dernière fois, j'ai vu Gaara.
Le dernier souvenir qu'il me restera.
Lui dire que je l'aime avant que la mort ne l'emporte.



© B I G B Y


darC.png






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Gaara IshikawaMessages : 800
Date d'inscription : 21/04/2014


MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   Ven 3 Fév - 21:48

Une trace après ma mort


Il a besoin de le savoir avant de partir. Il veut savoir son fils et la personne qu'il aime en sécurité auprès d'un homme qui peut les défendre et non entre les mains d'un autre Charles qui n'attendra que la première occasion pour les détruire ; Malgré la réponse qu'elle pourrait donner, cela ne sera jamais assez suffisant pour pouvoir partir la tête vidée de toutes obligations et en paix. Mais que lui reste-t-il à part savoir si son absence pourra être comblée un jour ?

- Je ne peux pas nier le contraire, il prend soin de nous comme si nous étions la prunelle de ses yeux. Je te devrais dire que ça me ravit. Que je me sens bien et épanouis, protéger. Seulement… Je ne suis pas heureuse à proprement parler.

Il écoute attentivement ce qu'elle a à dire sans chercher à l'interrompre, pas maintenant alors qu'ils ouvrent chacun leur cœur et jettent carte sur table les derniers reproches qu'ils pourront s'envoyer à la figure avant de se retrouver de l'autre côté. Gaara est attentif à la suite. Pourquoi n'est-elle pas heureuse ? Elle semblait pourtant bien aux bras de Sam et ravie d'avoir rencontré quelqu'un comme lui.

- J'ai longtemps cru que m'éloigner de toi était la meilleure chose à faire. Qu'il fallait cesser de se faire du mal et avancer chacun de notre côté. Qu'à force de continuer ainsi, on finirait clairement par s'entretuer. Et puis, je me suis finalement demandée si je n'avais pas tort, néanmoins trop tard puisque le mal avait déjà pris place. Je ne peux pas te demander le pardon, je sais qu'avec ce que je t'ai fait je ne le mériterait pas. Mais… si je dois être sincère envers toi une dernière fois, je voudrais seulement te dire que…… Je t'aime.

Ces mots sont comme un choc électrique pour lui et il se contente de baisser simplement les yeux sans trouver les mots à dire... Il l'a toujours aimé, depuis le premier jour où ils se sont rencontrés où ce qu'il prenait pour de la haine était simplement de la peur d'être vulnérable. Même quand elle s'est éloignée, il ne cessait d'espérer de pouvoir la reprendre un jour dans ses bras. Même quand il était avec Amy, ses pensées se tournaient toujours vers une seule et même personne : Bloodyne. Mais pourquoi avoir attendu autant de temps ? Pourquoi ne le dire seulement que maintenant où tout doit se terminer ?

- Je t'ai toujours aimé. Mais, c'était bien plus simple de me convaincre du contraire. J'ai laissé un étranger choisir à ma place parce que j'avais trop peur de ce que l'avenir pouvait nous réserver. Si tu en venais à mourir j'en serais morte d'être tant attaché à un fantôme. Alors, ne plus avoir à craindre ça c'était… l'option de la facilité. Stupide en fin de compte puisque tu n'as jamais cessé de quitter mes pensées, malgré le fait que j'ai finis par m'en persuader... J'aurais voulue que cet instant partagée à Noël dur éternellement. Depuis longtemps je ne m'étais jamais senti aussi bien. Rassurer. Aimé comme jamais. Retrouver tout ce que nous avions perdu en quelques instants étaient bien le plus beau cadeau qu'on ne met jamais offert.

Posant sa main sur celle de Bloodyne, ils ignorent tout deux l'interdiction du garde au loin qui les sommes de s'éloigner. Coupés du monde, ignorant ce qu'il peut bien se passer autour comme ce fameux jour à Noël où ils étaient une fois de plus enfermés dans une bulle bien à eux avant le retour à la réalité brutal ; Il sera brutal encore une fois, il le sait mais profiter des derniers instants avec elle est la seule chose qu'il demande, les dernières volontés qu'on peut lui accorder. Gaara remarque les larmes couler le long de ses jours et, faiblement il passe sa main à travers les barreaux pour venir les essuyer doucement une dernière fois. Le seul geste d'affection qu'il peut encore lui faire.

- Je suis désolée, vraiment. Je n’ai pas été la petite amie rêvée et encore moins la fiancée idéale. J’aurais sûrement fait une piètre épouse. Mais si je pouvais remonter le temps, ne serait-ce qu’une fois, effacer toutes mes erreurs et simplement te rendre heureux… je le ferais sans hésitation. Sans deuxième chance, simplement que la première soit la bonne. Te voir tant souffrir, n’a jamais été mon souhait loin de là. Je n’ai que jamais su être à la hauteur de l’amour que tu me portais. Et je le regrette sincèrement....

A son tour, il veut lui se confier sur ses sentiments et répondre à tout ce qu'il vient de se passer et simplement la rassurer une dernière fois. Mais le garde ne veut en entendre plus et les oblige à s'éloigner malgré l'agitation de la part de Bloodyne et Gaara demandant simplement quelques minutes, simplement cinq minutes de plus ; Et pourtant, il ne souhaite accorder aucune faveur et c'est de force qu'il fait sortir Bloodyne. A son tour, l'Elementis demande à revoir Bloodyne à deux doigts de s'époumoner pour que sa demande soit entendue mais ce n'est que des rires qu'il se reçoit.

S'adossant contre le mur en prenant sa tête dans ses mains, il aurait aimer lui dire tellement de choses avant de la voir partir. Gaara ne voulait pas que cela se termine comme ça, accumulant colère et frustration de ne pouvoir avoir pu mettre les choses au clair une dernière fois. Laissant expulser sa rage, l'Homme de Sable donne un coup de poing dans le mur mais même ça, ce n'est pas suffisant pour le calmer... Le sang goutant sur le sol, il regarde dans le vide en tournant en boucle les paroles de Bloodyne.

Mais qu'a-t-il donc fait ?

(C) Galimybé - Mini BN



Merci à Laelyss pour l'avatar et la signature ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une trace après ma mort [PV Bloodyne Chester]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-