Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Histoires d'école [Ft Roxane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Histoires d'école [Ft Roxane]   Mar 17 Jan - 20:10

Histoires d'école
Ft. Roxane

John s’était encore attiré des ennuis avec ses professeurs. Du moins, c’est ce qu’Ethan appris lorsque sa mère était venu le voir dans son bureau de vétérinaire. Depuis le début de l’année que son plus vieux demi-frère accumulait les colles et les retenues à l’école. Devant rester plus tard après les cours, Ethan s’était fait demander par sa mère de raccompagner John jusqu’à la maison. En pleine campagne et plus tard dans la nuit, elle craignait qui lui arrive quelque chose si on l’apercevait seul.

À 13 ans, John n’était pas enchanté à l’idée qu’on le materne. Ethan pouvait comprendre, et même, il était un peu de son avis. Mais il avait fini par comprendre le problème… En pleine crise d’adolescence, John voulait éviter que ses copains le voient avec ses mères et ses petits frères et sœurs. Son grand-frère, Ethan était bien plus «cool», avec son pouvoir sur les plantes. Normal de vouloir être cool à son âge. Sauf que de vouloir épargner la sensibilité de sa mère en faisant le trouble-fête durant les classes n’était pas une bonne idée.

En sortant de l’hôpital pour marcher jusqu’à l’école, Ethan se promit d’en glisser un mot à son petit frère. Le vétérinaire remonta le col de son manteau et cala son bonnet sur son crâne, bravant de son mieux la tempête de neige qui lui glaçait le visage. Satané froid, se dit-il en fourrant ses mains dans ses poches. Les plantes et l’hiver ne collabore pas bien ensemble, il en était la preuve vivante. Son pouvoir le rendait vulnérable au froid, a un point où il ne sortait jamais dans son paquet de papier mouchoir et ses pastilles pour la gorge.

Plus que quelques mois maintenant! Courage, l’été arrive…

Enfin arrivé à l’établissement scolaire, Ethan cessa de grelotter pour se coller près du radiateur, oasis de chaleur dans l’enfer blanc qui était dehors. Retirant son bonnet ainsi que son foulard, il n’aperçut John nulle part. Avançant dans les couloirs de l’école, le vétérinaire, curieux, regardait discrètement dans les classes pour voir si son demi-frère ne s’y trouvait pas. Puis, il entendit quelqu’un approcher, puis qu’il reconnut.


-Roxane! S’écria-t-il en croisant les bras. Comment allez-vous?

Ça devait bien faire quelques mois depuis la dernière fois qu’il lui avait parlée, à l’épicerie. Ça avait été embarrassant au début, mais finalement, il s’en était plutôt bien sortit. Enfin, il espérait.

-Je cherche mon demi-frère, John. Il devrait être en colle, normalement. Vous le connaissez?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 455
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Histoires d'école [Ft Roxane]   Jeu 19 Jan - 0:23

Roxane S. Sharpe et Ethan BradberryJ'vous cause en crimson (#DC143C)
Histoires d'école

- Roxane ! Occupez-vous de ce jeune homme, je n'en peux plus !

Relevant la tête de mes p'tits papiers dans lesquels j'étais concentrée, j'vois le p'tit John que j'ai l'habitude de voir dans mon bureau depuis le début de l'année dont la prof le tient par la manche de son haut. Ah mais elle a cru qu'j'étais assistance sociale ou qu'j'étais assez patiente pour m'occuper d'une tête à claque ? Apparemment oui, puisque la prof en question s'barre en m'laissant le p'tit John dans mon bureau. On s'regarde pendant l'espace de quelques secondes, ni l'un ni l'autre comprenant le rôle qu'on est censé jouer dans cette histoire mais obligés de remplir l'rôle qu'on nous a donné. Samère c bo c'que j'ai dit mais ça n'réponds toujours pas à c'que j'suis censée faire.

- Bon. Et t'as fais quoi cette fois ?


Expliquant assez fièrement qu'il a collé un chewing-gum sur la chaise d'la prof, j'lui chope son cahier de correspondance pour zyeuter c'qu'a mit le prof à son propos de l'incident et j'regarde la sentence : heures de colle après les cours. AH LA SALO... pette. Elle me la refilé pour que j'fasse des heures en plus ! Bawi, j'savais déjà que c'te prof ne m'aimait pas mais franchement, m'faire terminer à 18h au lieu d'17h comme le stipule mon contrat c'est petit. Lançant un regard noir à l'ado qui m'fait terminer plus tard que prévu et lui demande de s'asseoir face à mon bureau en tentant de garder mon calme mais, allez savoir pourquoi, j'ai une folle envie d'lui arracher les yeux.

- Un chewing-gum sur la chaise d'la prof... J'te l'aurais fait bouffer le chewing-gum moi ! Ca m'aurait évité d'te faire une heure de colle après les cours.

Raaah mais c'est quoi ces profs trop gentils qui n'veulent pas avoir un peu d'autorité ?! J'suis censée faire quoi avec ce sale môme ? Le regarder gratter des lignes et lignes pendant que j'me tourne les pouces ? Bordel ! J'avais prévu d'sortir ce soir pour une fois et retrouver les potes au bar mais non, M'sieur me décale tout mon programme et c'te prof n'est pas foutu de rester une heure après pour le surveiller. Grognant dans ma barbe inexistante, j'rature une vieille signature sous l'mot de la prof et lui rends le carnet en lui disant d'aller faire un tour dans l'bureau du proviseur pour discuter d'son comportement. Enfin si il est là l'directeur. D'ailleurs j'lui ai dis de retourner en classe histoire d'emmerder la prof un peu plus longtemps.

- J't'attends devant mon bureau à 17h ! Et sois pas en retard sinon j'te fais venir demain à 8 heures !

Ewi, j'sais qu'il commence pas à 8 heures demain sauf que mon contrat me fait commencer à cette heure-là... Donc bon, autant que j'le fasse chier lui que moi. La journée se passant dans la joie et la bonne humeur, j'm'en plains même pas à mes collègues d'ce coup de pute puisque t'façon ils vont trouver un moyen d'me rabaisser ou dire que c'est bien fait pour ma gueule... Ouais on est assez chacun pour sa pomme dans ce lycée et aussi parce que personne ne m'aime mais balec, j'les aime pas non plus. D'ailleurs j'continue d'me demander pourquoi j'travaille dans ce foutu bahut alors que j'suis mal payée, mal aimée et que les gosses m'sortent par la tête.

Dooooonc. Après avoir rédigé une lettre de démission avec des arguments à la con et des formules de politesse, j'me suis dirigée vers le bureau du proviseur qui m'a gentiment dit d'aller m'faire voir chez les grecques et que j'ferais cette heure de colle du p'tit John que j'le veuilles ou non. J'paries que c'est la prof qui est venu l'voir avant pour le tenir au courant. Bref. Mon cœur et ma lettre de démission froissés, j'retourne dans mon bureau en m'répétant ô combien ma vie c'est d'la merde et m'demande quelle est la meilleure façon d'mettre fin à mes jours. Puis j'me suis rappelée aussitôt que j'pourrais plus faire chier grand monde si je venais à mourir et donc que j'ferais mieux de rester vivante.

Il m'en faut peu pour m'motiver à rester vivante, j'sais.

L'heure fatidique arrivée aussi bien pour lui qu'pour moi, j'vois sa p'tite bouille devant mon bureau un cahier à la main et des lignes à recopier... Boudiou, pourquoi des lignes ? Il va retenir quoi avec ça ? Soupirant, j'me dirige donc en traînant des pieds en direction d'une salle de classe vide et lui indique de s'asseoir au premier rang ; balenc même si il ne veut pas. J'me pose sur le bureau et commence à lire le journal en jetant quelques d'yeux au môme qui recopie les mêmes lignes depuis 5 minutes... Que ce soit pour lui ou pour moi, cette heure est vraiment, vraiment interminable. J'en conclue ça avec ses soupirs d'temps en temps, haussant un sourcil, j'baisse le journal et reprends la parole pour lui faire comprendre la chance qu'il a.

- T'sais, si j'étais ta prof, j'aurais fait arracher les chewing-gum de toutes les tables du Lycée. Alors sois heureux d'être de corvée d'recopiage.

C'est looooooooooooong. Encore 20 minutes à tenir dans cette salle avec pour seul amusement le bruit du stylo griffonnant sur la feuille... Pourquoi monde cruel... Pourquoi est-ce qu'on m'en veut autant ? Puis un bruit. Tournant la tête en même temps qu'le môme en direction d'la porte, j'remarque ma boule de poil ambulante en train d'me chercher partout et qui a l'air plutôt content et surpris d'me voir ; bawi, normalement j'suis à la maison au chaud sous ma couette à cette heure-là. Demandant à la bestiole de venir à ma hauteur, j'lui donne la mission de surveiller ce gosse pendant que j'vais aller me chercher un p'tit chocolat chaud dans mon bureau histoire de pouvoir me réchauffer et m'réveiller pour les dernières minutes.

- Et pas d'bêtises tous les deux ou ça va chauffer.

Les deux étant d'accord avec c'que je dis, je sors de la salle et me dirige dans les couloirs vers mon bureau ; il fait froid, il neige dehors, il fait noir. Bref, le temps parfait pour m'faire agresser par le premier v'nu en manque et m'voilà, demoiselle en détresse que j'serais obligée de prier pour quelqu'un, genre San, vienne à mon secours. Mais bon, stop les scénarios catastrophes, à part une armée d'zombies, j'pense pas croiser grand monde dans ces couloirs ; même le directeur est partit ! Oui ! LUI. Il est partit s'mettre au chaud chez lui au lieu de rester me soutenir. Quel enfoiré.

- Roxane !

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH UN ZOMBIE !!

-  Comment allez-vous ?

Un zombie poli ? Faisant appel au peu d'neurones qui m'restent dans ma caboche pour tenter d'reconnaître la personne qui vient d'm'aborder. Ouf c'pas un zombie. Pour ma défense, j'venais à peine de tourner dans le couloir que j'me suis faite avoir par mon prénom lancé sauvagement sans avoir eu l'temps de remettre tout en ordre. OH MAIS QUI VOILA !! C'est Ewan ! Euh non... J'ai son prénom sur l'bout de la langue... ETHAN !! Voilà. Kékifélà ?

- Je cherche mon demi-frère, John. Il devrait être en colle, normalement. Vous le connaissez ?

- Votre demi... Oh.


J'comprends le caractère maintenant. J'ferais aucune réflexion quant au fait qu'il prend la même voie qu'son grand frère et j'me ferais un malin plaisir d'le remettre dans l'droit chemin avant qu'il s'mette à attaquer la première fille venue. M'enfin, on évite d'être rancunière et on laisse le passer derrière, on s'est suffisamment expliqués entre les fruits et légumes !

- Euh ouais... C'est moi qui doit l'surveiller. La colle termine d'ici 15 minutes et j'étais partie m'chercher un chocolat histoire d'me réveiller un peu.

Parce que c'est long et chiant les colles. 'tain mais maintenant qu'il le dit, y'a une certaine ressemblance entre ces deux-là ! J'pourrais pas dire en quoi mais j'préfère me dire qu'il y a une ressemblance. Entre frères, y'en a forcément une quelque part non ? Regardant mon bureau d'un air larmoyant, j'me vois mal l'abandonner là en lui disant d'attendre le retour d'son frère pendant que j'vais me taper un bon chocolat ; en plus il vient de dehors, il doit avoir grave froid. Azy, j'vais faire ma gentille pour une fois.

- Hum... Vous voulez p't'être un chocolat ou un café pour vous réchauffer ? Mon bureau est là-bas. On ira chercher votre frère après.

T'façon il terminera son heure de colle la salopiaud, il m'a fait rester 40 minutes de plus ici, c'pas pour le voir partir plus tôt sous prétexte qu'un parent responsable est venu l'chercher. Nop nop nop. Me dirigeant donc vers mon bureau, j'm'occupe de toutes les préparations nécessaires en jetant un coup d'oeil au temps dehors ; y fait mooooooche. C'est mort pour sortir ce soir, il fait trop froid, j'vais me faire agresser c'tout ce que je vais gagner moi avec cette histoire. M'enfin, faut déjà que la colle se termine. Lui tendant la boisson chaude, j'profite de la mienne entre les mains en remerciant le ciel de la chaleur existante. Mes mains ne sont plus gelée.

- Alors c'est votre... demi-frère. Sacré caractère ! Il n'arrête pas d'puis le début de l'année. Aujourd'hui, la prof me l'a emmené dans mon bureau parce qu'il a collé un chewing-gum sur sa chaise... Du coup... Eh beh, heure de colle !






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Histoires d'école [Ft Roxane]   Lun 23 Jan - 3:41

Histoires d'école
Ft. Roxane

- Votre demi... Oh.

Oui? En même temps, comment l’empêcher de ne pas trouver ça bizarre? Avec l’écart d’âge, Ethan aurait presque été assez vieux pour être le père de John. Après tout, sa propre mère l’avait eu très jeune. Même si l’on ne voit pas ce genre de cas très souvent, c’est tout à fait possible. Roxane travaillait dans une école, elle devait rencontrer un tas de parents différent tous les jours. Surtout si c’était elle qui devait surveiller les heures de colle après les cours.

- Euh ouais... C'est moi qui doit l'surveiller. La colle termine d'ici 15 minutes et j'étais partie m'chercher un chocolat histoire d'me réveiller un peu.

Ethan hocha la tête, et renifla une nouvelle fois. Il n’avait aucune objection à rester plus longtemps que prévu. Au chaud, à l’intérieur, et surtout à l’abri du froid. De sa poche de manteau, le vétérinaire sortit une liasse de papier mouchoirs. L’hiver étant bien entamé, il ne pouvait sortir de chez lui sans en traîner une boite complète.

-Bon, d’accord. Je vais l’attendre ici.

Il était sur le point de s’asseoir sur une chaise en bois collée au mur…

- Hum... Vous voulez p't'être un chocolat ou un café pour vous réchauffer ? Mon bureau est là-bas. On ira chercher votre frère après.

Arrêtant son mouvement, Ethan regarda Roxane d’un air perplexe. Est-ce qu’un membre de la famille d’un élève avait le droit d’être dans le bureau du personnel de l’école? Après tout, pourquoi pas, se dit-il en souriant à Roxane. Elle l’invitait bien, alors forcément il avait le droit!

-Avec joie.

C’était sans doute la meilleure idée de la journée. Le vétérinaire suivit donc la pionne jusque dans son bureau, et se décida finalement à retirer ses gants. Il frotta ses mains l’une contre l’autre, cherchant encore un peu de chaleur. Ses doigts étaient  particulièrement frigorifiés, mais aussitôt qu’il reçue la tasse de chocolat, il eut envie de pleurer de soulagement. Rien ne pouvait combler le manque, le trou qu’il avait dans la poitrine lorsque l’hiver faisait mourir toutes les plantes qui étaient dans son sillage. Mais ce chocolat était beaucoup mieux que rien.

- Alors c'est votre... demi-frère. Sacré caractère ! Il n'arrête pas d'puis le début de l'année. Aujourd'hui, la prof me l'a emmené dans mon bureau parce qu'il a collé un chewing-gum sur sa chaise... Du coup... Eh beh, heure de colle !

Ethan prit une gorgée de sa boisson chaude, ce qui lui laissait du temps pour penser. Gentil comme il était, il ne pouvait ni complètement blâmer son frère pour ses actions, ni complètement blâmer l’école pour les conséquences qu’il considérait trop sévères. Il soupira, sachant que Roxane attendait une réponse de sa part.

-Oui, c’est bien mon petit frère. Disons qu’il… il se cherche beaucoup ces derniers temps, il ne sait pas qui il est. Mais à son âge, j’étais exactement pareil. Moi aussi j’en ai vu des heures de colles. J’étais encore plus perdu que lui, vous le savez de toute façon.

Ça, il n’osa pas le dire, mais Ethan soupçonnait que la jeune femme avait, elle aussi, eu son lot de troubles à l’adolescence.

-Il devrait trouver un autre moyen de se chercher que d’embêter ses professeurs, ça je l’avoue. Mais c’est un bon garçon au fond. Je vais essayer de lui parler. S’il n’écoute pas ses parents, il voudrait peut-être m’écouter, moi.

Quant à Ethan, il était peut-être naïf de le croire, mais pourquoi ne pas au moins tenter sa chance? Il se débrouillait assez bien pour rassurer les gens. Même s’il n’était pas au meilleur de sa forme en ce moment, il arrivait toujours à sourire.

Le vétérinaire fit alors un tour rapide de la pièce avec ses yeux bleus. Ça manque de vie ici, se dit-il, et de rangement. Ethan remarqua bien le cadavre d’une plante repliée sur elle-même, mais hésita à la ramener à la vie. Une fois parti, Roxane oublierai probablement de l’arroser de tout façon, et la pauvre plante fanerai une nouvelle fois. Ethan eu un nouveau soupir, chagriné, puis se retourna vers la jeune femme.

-Dites, vous n’êtes pas prof ici, non? Comment ça se fait que ce soit vous qui restez pour les heures de retenues?  J’aurai eu deux ou trois mots avec sa maitresse… Quelle idée de faire faire de la copie durant une heure, pour une chose aussi stupide!

Qu’il soit puni, d’accord. Mais ce n’était pas nécessaire d’en faire autant. Il aurait pu seulement… s’excuser?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 455
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Histoires d'école [Ft Roxane]   Jeu 26 Jan - 21:31

Roxane S. Sharpe et Ethan BradberryJ'vous cause en crimson (#DC143C)
Histoires d'école

J'dois avouer qu'il y a une p'tite ressemblance entre les deux maintenant mais bon, j'n'aurais jamais fait le rapprochement si on ne me l'avait pas dit... N'empêche, j'pensais pas le revoir un jour le Ethan ; en dehors du fait qu'il devra un jour soigner ma bestiole, mais dans un cadre autre que son professionnel à lui. Rare que j'croise des personnes de plus de 20 pijes dans l'établissement ; enfin si mais ils sont souvent du personnel ou bien des rageux d'parents.

- Oui, c’est bien mon petit frère. Disons qu’il… il se cherche beaucoup ces derniers temps, il ne sait pas qui il est. Mais à son âge, j’étais exactement pareil. Moi aussi j’en ai vu des heures de colles. J’étais encore plus perdu que lui, vous le savez de toute façon.

Bien sûr que j'le sais, il m'a confondu avec un p'tit légume le soir de notre rencontre et peut-être était-il ronchon d'ailleurs puisque j'me suis transformée en victime qui n'avait rien d'mandé mais c'est d'l'histoire ancienne et on a pu régler ce p'tit différent il y a quelques mois autour d'une bonne courgette ; mais il n'empêche que j'vois ce qu'il veut dire pas "j'étais encore plus perdu que lui". Tu m'étonnes... Très duper en effet, espérons simplement pour les demoiselles en détresse que le p'tit John ne prendra pas exemple sur son frère pour cette période de sa vie. Sinon j'lui botterais l'cul moi même.

- Il devrait trouver un autre moyen de se chercher que d’embêter ses professeurs, ça je l’avoue. Mais c’est un bon garçon au fond. Je vais essayer de lui parler. S’il n’écoute pas ses parents, il voudrait peut-être m’écouter, moi.

J'hausse les épaules. J'sais pas trop comment il est en dehors des cours et j'ose espérer pour ses parents qu'il n'est pas trop casse burnes à la maison même si à en croire le grand frère, c'est limite. T'façon, j'suis rien pour lui à part une pionne chiante qui l'empêche de rentrer chez lui donc c'n'est pas moi qu'il va écouter ; et en plus j'risquerai de lui crier d'ssus pour lui faire rentrer une bonne fois pour toute dans le p'tit crâne qu'il faut rester sage pour éviter d'rester après les cours. Parce que ça l'emmerde lui mais surtout moi ! Bewi, faut bien quelqu'un pour le surveiller et c'n'est pas la prof qui va rester ici avec son gros derch.

Me laissant tomber sur mon fauteuil, le chocolat chaud en main pendant qu'Ethan fait le tour du propriétaire des yeux, j'me balance doucement tout en regardant le temps qu'il y a dehors. Il a l'air de faire telleeeeeement froid. Et j'ai encore telleeeement d'taff. Bon ça au pire j'le ferais demain, comme d'hab mais il n'empêche que le chemin jusqu'à chez moi va me paraître tellement long... J'devrais penser à amener une tante histoire que j'la balance dans le couloir et qu'elle se déplie toute seule ; une bonne grosse couette et un oreiller et v'la que je pourrais pioncer au Lycée.

- Dites, vous n’êtes pas prof ici, non ? Comment ça se fait que ce soit vous qui restez pour les heures de retenues ? J’aurai eu deux ou trois mots avec sa maitresse… Quelle idée de faire faire de la copie durant une heure, pour une chose aussi stupide !

- Si ça n'tenait qu'à moi, j'lui aurais fait retirer tous les chewing-gum collés sous les tables.


M'arrêtant finalement dans ma phrase en m'rendant compte que ce n'était pas vraiment ça qu'il voulait entendre... J'ai vraiment l'impression que les parents ou en l'occurrence les membres d'la famille ne kiff pas trop le principe de punition et recopiage. Moi non plus mais il n'empêche que si une simple engueulade n'suffit pas, faut passer au punition.

- Hum... M'enfin, comme vous l'avez dit j'suis pas prof donc j'fais qu'appliquer les punitions. Disons que mes collègues, profs ou pions, m'n'aiment pas trop et du coup dès que y'a un truc chiant à faire genre surveiller un élève après les cours, ranger les dossiers et autres ben c'est pour ma pomme.

C'pas glorieux je sais... Roxane, la pauvre fille aimée de personne. En soit, ça m'fait ni chaud ni froid, au contraire j'suis pas obligée de ramener quelque chose pour les pots de départ et les sorties dans les bars les week-end entre "collègues BFF" me sont évités ; mais il se trouve que les inconvénients dans tout ça, c'est qu'on me refile les trucs qu'on veut pas faire. Et v'la comment j'me sens conne dans ce bureau, 18 heures passé à attendre que le temps passe pour pouvoir enfin relâcher mon prisonnier.

- Mmh... Et j'peux vous demander pourquoi c'est vous qui v'nez le chercher ? Enfin j'veux dire en général on envoie les parents.

Simple curiosité t'façon. Et puis j'préfère avoir affaire à quelqu'un que j'connais un minimum plutôt que des parents chiants qui m'répéteront encore et encore que leur fils est le meilleur et qu'il ne mérite pas de telles punitions... A s'demander des fois si les parents n'ont pas d'la merde dans les yeux, m'enfin j'suis là pour surveiller leur môme la journée pas pour les éduquer ; j'suis pas payée pour ça.

- J'sais que ça ne me regarde pas mais... Il est pareil à la maison ?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Histoires d'école [Ft Roxane]   Mer 1 Fév - 15:55

Histoires d'école
Ft. Roxane

- Si ça n'tenait qu'à moi, j'lui aurais fait retirer tous les chewing-gum collés sous les tables.

Ethan ne préféra pas répondre,  très attaché à son principe de non-punition. Peut-être qu’en lui faisait décoller tous les chewing-gum dans les classe, John s’abstiendrait de recommencer à en mettre partout. En tout cas, s’aurait été plus productif pour l’école que de lui faire recopier le dictionnaire… Quoiqu’il en soit, ce n’était ni Ethan ni Roxane qui choisissait le châtiment. Donc, il était anormal pour le vétérinaire de devoir discuter de ça avec une pionne, qui n’avait pas son mot à dire là-dessus, plutôt que la professeur de John.

- Hum... M'enfin, comme vous l'avez dit j'suis pas prof donc j'fais qu'appliquer les punitions. Disons que mes collègues, profs ou pions, m'n'aiment pas trop et du coup dès que y'a un truc chiant à faire genre surveiller un élève après les cours, ranger les dossiers et autres ben c'est pour ma pomme.

Dommage pour elle, se dit-il en secouant la tête, que ses collègues soient si inconscients de ce qu’elle fait pour eux. À leur place, Ethan aurait été plus reconnaissant. Au moins, ils n’avaient pas à rester après les cours pour veiller sur les petits garnements. Compatissant, Ethan hocha la tête et lui sourit. Peut-être devrait-elle chercher un travail plus valorisant, plus stimulant? Roxane n’avait pas dit qu’elle détestait ce qu’elle faisait, elle n’avait pas non plus parlé de son métier avec passion, comme le vétérinaire le faisait souvent avec le sien.

La jeune femme aux cheveux rouges changea alors de sujet.

- Mmh... Et j'peux vous demander pourquoi c'est vous qui v'nez le chercher ? Enfin j'veux dire en général on envoie les parents.

-Sa mère… ma mère travaille dans une fruiterie durant l’hiver, et après sa journée elle vient chercher les enfants pour les ramener chez eux, en charrette. Leur maison est à l’extérieur de la ville, à la campagne. Mais quand John se faire punir, elle veut que je le raccompagne, si je peux. Même s’il connait le chemin, elle a peur qu’il lui arrive quelque chose.

C’était sans doute déraisonnable de sa part, puisqu’il n’y avait aucun raison que quelqu’un de l’une ou l’autre des familles s’en prennent à eux. Selon elle, valait mieux être prudent, et Ethan n’était pas en désaccord avec elle.

- J'sais que ça ne me regarde pas mais... Il est pareil à la maison ?

S’apprêtant à répondre, Ethan cru entendre quelque chose venant du couloir. Comme le bruit ne revint pas, il continua.

-Je n’en suis pas sûr, je ne vis pas avec eux. Quand je m’y rends, il est de bonne humeur. C’est avec ses parents et ses frères et sœurs qu’il s’entend moins bien. Sa petite sœur étant très intelligente et les jumeaux étant plus petits encore ont toute l’attention de leurs parents, John a comme un complexe de…

Ethan sursauta lorsque son petit frère apparu dans l’encadrement de la porte du bureau de Roxane, sautant à pied joint contre le sol pour s’écarter du mur où il s’était caché pour mieux espionné la fin de la conversation. John regardait son demi-frère d’un œil noir et blessé, se sentant trahit qu’Ethan raconte ce qui se passait chez lui à la pionne de l’école, qu’il détestait.

-Vas te faire foutre Ethan! Lança-t-il en tournant les talons, hors de question de faire la route avec lui maintenant.

Complètement scandalisé par ce qu’il venait d’entendre, le vétérinaire resta muet de stupeur. Il n’osa pas lui répondre, ni le suivre. Il n’en croyait toujours pas ses oreilles lorsqu’il s’assit dans la chaise face à Roxane, une main sur le front. La réalité de la situation venait enfin de le rattraper.

-Je suis désolé, il n’est jamais comme ça avec moi d’habitude!

Son frère avait seulement besoin d’aide et Ethan voulait en faire autant que possible pour ça. Révéler tous ce qu’il faisait à une pionne n’étant cependant pas du tout une bonne idée, et Ethan se trouva profondément idiot de ne pas y avoir penser plus tôt. Les questions de Roxane étaient assez légitimes pourtant! Pris de remords, il baissa les yeux.

-…J’ai merdé. Il ne me parlera plus jamais de ses problèmes maintenant. Qu’est-ce que je peux être une nullité sur pattes avec les gens! Pas étonnant que je sois vétérinaire. Promettez-moi Roxane, que vous n’allez pas parler de ce que je vous aie dit.

Le comble serait bien que Roxane en parle à son prof, qui en parle avec un autre prof, qu’un élève entende tout ça et que John lui en veulent pour le reste de ses jours.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 455
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Histoires d'école [Ft Roxane]   Sam 4 Fév - 17:39

Roxane S. Sharpe et Ethan BradberryJ'vous cause en crimson (#DC143C)
Histoires d'école

J'suis bien loin d'être la psychologue d'service, y'a une personne pour ça dans l'établissement mais bon, j'voudrais bien savoir si nous sommes les seuls à supporter son mauvais caractère ou si il a le même à la maison. La période de l'adolescence est la plus merdique pour tout le monde et encore, certains deviennent pas des p'tits cons et sont des gamins adorables mais y'en a pas beaucoup...

- Je n’en suis pas sûr, je ne vis pas avec eux. Quand je m’y rends, il est de bonne humeur. C’est avec ses parents et ses frères et sœurs qu’il s’entend moins bien. Sa petite sœur étant très intelligente et les jumeaux étant plus petits encore ont toute l’attention de leurs parents, John a comme un complexe de…

- Vas te faire foutre Ethan !


Alors là.. J'dois bien avouer que j'l'avais pas vu v'nir et p't'être que si mon odorat était un peu plus développé que pour sentir l'chocolat qu'on a dans les mains j'aurais fait un signe au grand frère d'se taire au risque de provoquer une nouvelle guerre des familles. A place d'Ethan, j'lui aurais très certainement cassé la gueule mais plutôt choqué de cette réaction il préfère s'enfermer dans un mutisme tandis que l'ptit frangin tournait aussitôt les talons pour fuir on n'savait où. Fais iech, j'vais sûrement devoir faire l'intermédiaire pour réunir ces deux-là maintenant.

- Je suis désolé, il n’est jamais comme ça avec moi d’habitude !

J'sais pas trop quoi répondre. Perso', il l'est toujours comme ça avec moi donc bon ça n'm'étonne pas d'sa part mais pour une personne comme Ethan ça doit sûrement l'choquer. Puis bon, l'mien est assez bien élevé et n'sait même pas le lien de parenté qui nous uni, du coup on n'a jamais eu de disputes frères/sœurs à c'point parce que comme dit plus tôt, j'lui en aurais sûrement mis une. L'respect, c'pas pour les clébards non plus.

- …J’ai merdé. Il ne me parlera plus jamais de ses problèmes maintenant. Qu’est-ce que je peux être une nullité sur pattes avec les gens ! Pas étonnant que je sois vétérinaire. Promettez-moi Roxane, que vous n’allez pas parler de ce que je vous aie dit.

BON j'ai compris. Lui demandant d'attendre dans mon bureau, j'me mets à courir pour rattraper le p'tit garnement que j'vois au loin avancer d'un pas rapide, énervé d'une telle situation ; l'appelant une première fois pour lui sommer de s'arrêter, il n'a même pas daigné se retourner c'qui fait que j'suis obligée d'accélérer le pas pour l'attraper par le bras et le forcer à s'retourner. Son regard me donnerait presque envie d'lui dire de se démerder et d'rentrer chez lui en espérant qu'il se fasse agresser mais ma limite à ma connerie s'arrête là où l'âge est jeune... Pas les enfants.

- J'sais très bien que tu m'aimes pas et j'te demande pas de m'aimer t'façon. Mais n'en veux pas à ton frère pour c'qu'il a dit, il veut simplement t'aider et n'pensait pas à mal en s'confiant à moi ; j'vais pas m'amuser à l'répéter à tout l'monde mais j'voudrais bien t'aider aussi. T'sais, t'es pas le seul que ça fait chier de rester après les cours... J'ai une vie moi aussi en dehors du Lycée et j'voudrais bien en profiter.

Oui, l'est pas le seul à vouloir terminer plus tôt et n'pas rester en dehors des cours simplement pour gratter ou surveiller un élève. Mes quelques mots ont l'air de lui faire effet et heureusement il accepte d'me suivre jusque dans dans mon bureau ; j'sais pas si l'envie de présenter des excuses est là mais j'peux au moins m'vanter d'avoir fait une bonne action me rapprochant p'tit à p'tit du paradis que l'Enfer promis à chaque fois. J'arrive dans dans mon bureau, accompagné du p'tit John ; j'm'avance vers ma cafetière et lui donne un chocolat chaud à lui aussi histoire d'oublier un peu tout l'bordel d'ce que soir et de repartir sur de bonnes bases.

- Bon j'te propose un deal John. Tu t'tiens à carreau au Lycée, comme ça toi et moi on arrête de terminer à des heures tard et en échange j'ferais en sorte que les profs et les pions soient moins sur ton dos.

On va pas s'mentir, ils l'ont un peu dans le collimateur et dès que y'a une connerie c'est forcément d'sa faute, c'qui en soit ne doit pas franchement arranger l'tout. J'les regarde un instant, prenant mon temps d'les observer tous les deux et m'rends compte que finalement ils ont effectivement un p'tit air de famille... J'pourrais plus jamais regarder John d'la même manière maintenant, il s'ra toujours le frère d'Ethan maintenant ; c'pas une mauvaise chose en soit maintenant que tout s'est arrangée entre nous.

- C'est vrai que vous vous ressemblez.

Encore heureux dirons-nous puisqu'ils sont effectivement d'la même famille ! M'enfin, seulement un p'tit air parce que si j'ai bien compris ils sont que demi-frère, rien bien foufou quoi. Perso', j'ressemble plutôt bien à mon frère mais personne n'a jamais fait le rapprochement ; 'sont cons les gens hein. Prenant une gorgée d'mon chocolat chaud, j'suis bien contente de pouvoir boire un truc chaud puisque j'ai dû mettre mon nez hors de ce bureau pour rattraper le gosse et donc, aller dans le froid.. Oui parce que j'ai tendance à faire exploser la facture électrice à force de faire chauffer cette pièce pour pas mourir de froid.

- Z'avez combien d'écart tous les deux ?

Ô curiosité quand tu nous tiens.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Histoires d'école [Ft Roxane]   Dim 12 Fév - 3:28

Histoires d'école
Ft. Roxane

Trop occupé à continuer de s’en vouloir, Ethan remarqua à peine le départ de Roxane de son bureau. Il avait maintenant tout le loisir de se morfondre de l’erreur qu’il venait de commettre et sur sa capacité à vivre en société. Le soupir qu’il poussa fut si profond qu’il semblait y contenir toute son énergie restante et il s’enfonça encore plus sur sa chaise tel un ballon qui dégonflait. Voir son demi-frère prendre un chemin similaire au sien le fit secouer la tête.

Lorsqu’il entendit une voix dans le couloir, il se redressa lentement et lourdement sur son siège. Roxane, déduit-il en reconnaissant le timbre décontracté et familier de la jeune femme. D’ici, impossible d’entendre ce qu’elle disait. Ethan se leva finalement, après s’être dit que plus rien ne le retenait ici, et qu’il ne voulait pas déranger Roxane plus longtemps que nécessaire. Il lui souhaiterait une bonne soirée avant de rentrer chez lui.

Un miracle se produisit alors. John apparu sur le seuil, la jeune femme aux cheveux rouges sur ses talons. Celle-ci eu droit au regard éberlué du vétérinaire, puis a un sourire débordant de reconnaissance. Si elle n’aimait pas son travail, elle avait tout de même un don pour convaincre les petits garnements de l’écouter. Surtout si elle leur donnait tous un chocolat chaud. Roxane s’assit ensuite derrière son bureau, l’air sérieux. Ethan n’osait pas tout de suite demander ce qu’elle avait bien pu lui dire pour convaincre John de la suivre, et n’osait pas implorer John de le pardonner pour avoir trahit sa confiance. Il resta muet et, avouons, nerveux de savoir ce qui allait suivre.

- Bon j'te propose un deal John. Tu t'tiens à carreau au Lycée, comme ça toi et moi on arrête de terminer à des heures tard et en échange j'ferais en sorte que les profs et les pions soient moins sur ton dos.

Ça me semble assez raisonnable, se dit-il en hochant la tête, soulager de voir que son marché n’était pas trop drastique. John fit de même et Ethan sourit en le voyant faire. Voilà le bon p’tit gars qu’il connaissait! Ça lui ferait sans doute beaucoup de bien de savoir que tous les adultes ne sont pas tous des mécréants, et qu’il peut aussi leur faire confiance. Ethan ne doutait pas que Roxane tienne sa promesse, alors il veillerait personnellement à ce que son petit frère ne brise pas leur contrat.

- C'est vrai que vous vous ressemblez.

Les deux frères se regardèrent et se mit à rire en même temps.

-Ça s’appelle avoir un air de famille.

Ils n’avaient pas le même père, mais ils partageaient la même mère, aussi étrange que ça pouvait l’être. Les cheveux bruns, la peau légèrement halé par exemple ou encore certains traits de caractère. Cependant, Ethan se distinguait de sa belle-famille par ses yeux bleu-vert, exceptionnel à son paternel.

- Z'avez combien d'écart tous les deux ?

Ethan n’eut même pas besoin de calculer, il savait la réponse par cœur, tandis que son frère continuait de compter sur ses doigts.

-Quinze ans de différence. Quand j’ai connu John, il n’avait que deux ans! Dans ce temps-là, il était mignon au moins! Dit-il en assenant à son frère une tape bien fraternelle sur l’épaule.

En sa qualité de (très) grand-frère, Ethan en avait été un parfaitement exemplaire jusqu’à présent. Les imbéciles qui osaient embêter ses frères et sœurs pouvaient être certain d’être poursuivit par des champignons enragés, contrôlés par les soins d’Ethan et de son pouvoir. À tous les coups, ça foutait la trouille à tous les villageois de la campagne.

Finalement, le vétérinaire repris son sérieux, et expliqua la cause de cette si grande différence d’âge. John était déjà parfaitement au courant de cette histoire.

-Ma mère est tombée amoureuse de mon père alors qu’elle était très jeune. Je crois que mon père n’a pas eu le courage de la suivre pour vivre à ses côtés, il préférait une vie confortable à la perte de sa réputation et de son héritage. Quand elle m’a eu, elle a supplié qu’il me garde afin que j’ai aussi une enfance confortable. Alors… je n’ai connu ma mère que lorsque j’eu dix-sept ans. Je n’avais aucune idée de son existence avant cela.

Autrement, il se serait probablement enfuit de chez lui bien avant ça. Son père l’aimait, mais ça ne l’empêchait pas d’être un mauvais père, aussi riche était-il. Il s’était assuré que son fils soit instruit, plutôt qu’aimé. L’amour était pour Ethan toujours  un sujet douloureux.

Maintenant, qu’il s’était expliqué, le vétérinaire demanda gentiment à son frère de l’attendre près de la sortit. Il avait quelque chose à dire à Roxane. Le garçon sortit, Ethan sourit à Roxane de nouveau.

-Je ne sais pas ce que vous lui avez dit pour qu’il revienne, mais merci. Contrairement à moi, vous savez comment parler à un ado en pleine puberté on dirait. J’ai une dette envers vous Roxane. Ça vous dirait que je vous paie le déjeuner un de ses quatre? Je fais de très bons sandwiches à l’hummus et aux tomates. Elles viennent de mon jardin!

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 455
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Histoires d'école [Ft Roxane]   Dim 12 Fév - 20:13

Roxane S. Sharpe et Ethan BradberryJ'vous cause en crimson (#DC143C)
Histoires d'école

- Quinze ans de différence. Quand j’ai connu John, il n’avait que deux ans ! Dans ce temps-là, il était mignon au moins !

Tiens j'aimerai bien voir ça... John mignon, c'est à s'demander si c'est seulement possible. Oubliant sûrement les moments où il a pleuré pour avoir son biberon et tout l'bordel parce qu'en soit, ça fait pas grand chose un bébé. Par contre, j'voudrais bien savoir pourquoi avoir attendu 15 ans pour faire un autre môme ; Lucille et Thomas ont seulement attendu 2 ans après m'avoir abandonné mais là, c'pas vraiment le même cas d'figure hein ? Nan c'n'est pas possible, je ne l'ai jamais croisé à l'orphelinat.

- Ma mère est tombée amoureuse de mon père alors qu’elle était très jeune. Je crois que mon père n’a pas eu le courage de la suivre pour vivre à ses côtés, il préférait une vie confortable à la perte de sa réputation et de son héritage. Quand elle m’a eu, elle a supplié qu’il me garde afin que j’ai aussi une enfance confortable. Alors… je n’ai connu ma mère que lorsque j’eu dix-sept ans. Je n’avais aucune idée de son existence avant cela.

C'est chaud. Mais bon, j'comprends qu'on veuille que son enfant ait une bonne éducation, c'est sûrement l'plus important avec l'amour ; j'espère au moins qu'il en a eu. J'sais à quel point c'est compliqué d'vivre sans amour, on devient un vrai cœur de pierre à moins qu'mon cas ne soit pas une généralité et que c'est parce que j'suis une p'tite conne ? J'suis étonnée quand j'entends qu'il demande à son frère de l'attendre devant la porte ; oh conversation de grands... Perso', j'suis pas prête.

- Je ne sais pas ce que vous lui avez dit pour qu’il revienne, mais merci. Contrairement à moi, vous savez comment parler à un ado en pleine puberté on dirait. J’ai une dette envers vous Roxane. Ça vous dirait que je vous paie le déjeuner un de ses quatre ? Je fais de très bons sandwiches à l’hummus et aux tomates. Elles viennent de mon jardin !

Oh ! En fait ça va comme conversation, j'suis même étonnée d'être invitée à manger chez lui. Sérieusement, combien d'personne sympathisent avec leur agresseur ? Pas grande monde j'pense. Et ben j'ai envie d'dire pourquoi pas ? J'n'ai jamais mangé d'hummus mais ça va pas m'tuer j'pense ; si il est encore en vie c'est que j'n'risque pas grand chose.

- Oh ! Avec plaisir ! Et n'vous sentez pas obligé d'me devoir quelque chose, c'n'est pas grand chose.

C'est même mon taff de devoir gérer les sales mômes mais au moins il sait être plus reconnaissant que mes supérieurs. Posant ma tasse sur l'bureau, il faudrait que j'aille lui passer un p'tit coup d'eau mais j'ferais ça plus tard tant pis ; puis j'lui proposer de l'accompagner hors d'mon bureau où John attend devant la porte, prêt à rentrer chez lui. J'comprends, c'est pas fun de rester ici.

- Bon, j'vous dis à une prochaine fois Ethan... Et à demain John ! Et n'vous transformez pas en bonhomme de neige !

Bon okay, ça vaut surtout pour moi grande frileuse que j'suis mais j'n'aurai qu'à me taper un sprint jusqu'à l'appart, ça me réchauffera.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Histoires d'école [Ft Roxane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoires d'école [Ft Roxane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-