Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Un premier rendez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Jeu 19 Jan - 21:34

Un premier rendez-vous

Feat.... Nemeroff Dreiden

Ce sommeil là fut lourd mais réparateur. Je ne me souviens de rien après les paroles réconfortantes et rassurantes, semblable à celle de maman quand j'étais petite. Je sens cependant que j'émerge car le calme profond et serein est lentement remplacé par un retour à la réalité.

Je commence par grimacer en ressentant le réveil de la douleur dans mon épaule. Ce n'est pas insupportable mais bien présent quand même. J'ai aussi l'impression d'avoir le bas du visage un peu ankylosé, sans doute du fait de la gifle et des chutes. Ma gorge ne me fait presque plus mal, c'est déjà ça. Ma cuisse un peu mais ça devrait aller.

Saï a du sentir que je me réveillais car je le sens se relever du tour de mon cou pour venir poser ses pattes sur mes yeux. Il fait pareil à la maison et quelque part, cela me rassure. Mais l'odeur des lieux ne m'est pas familière alors, je grogne un peu en finissant par ouvrir difficilement les yeux. Une autre sensation attire mon attention. Un poids et une certaine chaleur sur ma main.

"- Nemeroff ? Ou sommes-nous ?... Et le tueur ?"

Oui, sur le coup, je panique un peu et me redresse presque violemment, gémissant sous le poids que je fais supporter à mon épaule. Oui, il ne m'a pas raté. Mais je suis en vie. Et Nemeroff aussi. Mais je ne souviens de rien clairement après qu'il ait tenté de m'étrangler. Ma main indemne vient passer sur ma gorge avant de l'observer plus attentivement. Il est pâle, les yeux humides mais il semble aller bien. Tant mieux.

"- Comment... ça va, toi ? Tes cris... Tu as encore mal ?..."

Evidemment, il ne peut pas s'être encore remis d'avoir reçu un carreau en plein ventre à bout portant. Je me mets à trembler rien que d'y repenser. Je m’assois sur le bord du lit, Saï restant tout près de moi. Je sais que je vais devoir rentrer mais pour le moment, je préfère ne pas y penser. Car ils verront bien à la maison que je suis blessée. Et je devrais leur raconter tout ça...

"- Et maintenant ? Qu'est-ce... je dois faire ?... "

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Jeu 19 Jan - 22:40

Un premier rendez-vous
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

 Cette douleur me lacère le ventre violemment mais le fait d'être à côté d'Haiz rend cela supportable. On ne sait jamais le mec pourrait revenir finir le travail. J'avais peur, je ne savais pas trop quoi dire ou penser. Les mots qu'il a lancé sur le fait qu'il reviendrait ne me rassure pas vraiment. Qu'est ce que je dois faire. Je garde les yeux fermés cela me permet de réfléchir un peu plus clairement. Comment ferais-je s'il revient ? Enfin je dis ça mais il se représentera à Haizea, pour venir la tuer sans aucune pitié. Rien que d'y penser je me sens mal. Pourtant je pourrais fuir et la laisser comme ça, c'est son problème, pas le mien. Oui je serais un salopard si je le faisais. Pourtant cette idée ne me traverse pas la tête. Je sens les draps bouger doucement et relève légèrement la tête ouvrant les yeux pour voir Haizea se réveiller:

"- Nemeroff ? Ou sommes-nous ?... Et le tueur ?"

Je la regarde en souriant légèrement, un sourire vraiment léger et pas vraiment joyeux. Mais j'essaye d'au moins apporté un petit peu gaieté dans tout cela. Quoi que y a rien de joyeux à fêter. On c'est fait éclater merdiquement donc non rien à sourire.

"- Il est partie, Yabuza et Aurora l'ont blessé gravement et nous sommes à l'orphelinat."

Je souris doucement et essaye de tendre ma main pour caresser sa joue, mais cette dernière ne veut pas se lever d'un pouce. Je suis un peu triste quand même, on se retrouve dans un sale état. Je soupire légèrement et baisse la tête avant de la redresser :

"- Comment... ça va, toi ? Tes cris... Tu as encore mal ?..."

Je … je souffre comme pas possible, mais j'ai pas envie de lui dire donc je reprend mon faux sourire et fait non de la tête. Non j'ai po menti j'ai rien dis ! J'ai juste bougé la tête. Comme ça elle interprète comme elle le verra.

"- Toi ça va aller ? Il t'as biens blessé à l'épaule."

J'essaye de bouger pour venir m'asseoir sur la chaise à côté pour ne pas trop embêter Haiz sur son lit, mais mon corps ne répond pas. J'ai réussis à venir ici dans la souffrance et la difficulté, mais simplement car mon envie d'être près d'elle était forte. Maintenant que j'y suis, je n'ai plus la force de me lever triste, mais bon pas besoin de l'inquiéter plus, elle semble encore plus sous le choc que moi. Moi j'ai juste honte de moi et mon manque de puissance.

"- Et maintenant ? Qu'est-ce... je dois faire ?... "

Je la regarde et prend ma main dans la sienne en restant silencieux un moment. Je ne sais pas trop quoi dire, sauf qu'elle ne rentrera pas chez elle seule. Ca c'est clair. J'essaye de nouveau de me redresser mais ma jambe tremble et ne bouge toujours pas.

"- Tu peux rester ici pour la nuit et Aurora, ainsi que Yabuza pourrait t'escorter chez toi. Ou même la si tu as envie de rentrer."

Je préférerais quel soit en sécurité au plus vite. Moi … Je dois trouver que faire, je n'en ai pas assez finalement. Je pensais que je pourrais me reposer un peu, mais si je ne suis pas le danger pour mes proches, c'est le monde entier le danger. Je dois pouvoir défier le monde et pour ça j'ai besoin d'encore plus de pouvoir et de force bien plus. :

"- Je suis désolé de n'avoir pu te protéger correctement. Je suis vraiment un copain nul ..."

Je baisse la tête doucement, ah ca y est… Le moral est tombé bien bas d'un coup. C'était peut être pas la meilleure chose à dire la. Elle a besoin de réconfort. Moi aussi d'ailleurs j'en ai vraiment be soin :

"- Je … Je ..."

Je ne savais pas quoi lui dire, j'avais honte de moi et me sentais vraiment mal. J'avais envie de m'excuser encore et encore. Pourtant je n'y arrive pas, la seule chose que j'avais envie de lui dire c'est «  Je l'aurais la prochaine fois ce fils de … Je l'aurais un jour ! Je l'auraisss ! » mais je suis sur que ce n'est pas le moment de dire ça.

"- Je vais voir s'il reste de quoi manger ..."

Je me relève assez difficilement, espérant pouvoir fuir cette honte que j'ai d'avoir laissé un connard touché Haizea, pourtant quand j'essaye de bouger je tombe sur mes fesse en couinant un peu.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Ven 20 Jan - 9:09

Un premier rendez-vous

Feat.... Nemeroff Dreiden

"- Il est partie, Yabuza et Aurora l'ont blessé gravement et nous sommes à l'orphelinat."

L'orphelinat. Oui, je crois que je me souviens d'avoir entendu Lenka qui me parlait. Pour les autres, je ne sais pas trop, on aurait dit qu'il y avait bien plus de monde que ça autour de nous mais l'important, c'est que tout le monde soit rentré. Et vivant.

"- Toi ça va aller ? Il t'as biens blessé à l'épaule."

"- Je vais éviter de trop bouger mon bras, ça devrait aller. "

J'esquisse un début de sourire mais il ne tient pas. Il ne se relève pas, cela veut dire qu'il a encore plus mal que ce que je croyais. Et je ne peux rien faire pour l'aider. Je suis tellement désolée. Encore une fois, c'est de ma faute si nous finissons dans cet état tous les deux. J'étais la cible, il n'aurait pas dû être là. Et maintenant...

"- Tu peux rester ici pour la nuit et Aurora, ainsi que Yabuza pourrait t'escorter chez toi. Ou même la si tu as envie de rentrer."

"- Il faut que je rentre. Kira... Il faut que je la prévienne mais... Ewan et Thalia... Je ne veux pas qu'ils... me voient comme ça..."

Je ne dois pas les inquiéter. Il ne faut pas qu'ils sachent ce qui s'est passé. mais si je ne rentre pas ce soir, Kira et Vilmos vont m'en vouloir. Je n'ai jamais prévu d'être absente tard le soir et je les préviens dans ce cas. En plus, Kira est enceinte alors, je devrais la ménager mais là, je ne sais pas comment je vais faire.

"- Je suis désolé de n'avoir pu te protéger correctement. Je suis vraiment un copain nul ...
Je … Je ..."


"- Tu m'as sauvé la vie. Sans toi et les autres, il aurait accompli sa mission et moi je... Je serais... C'est pas ta faute, Nemeroff..."

Mais je sens bien que mes paroles ne l'atteignent pas vraiment. Je le voudrais pourtant, vraiment. Ma main n'a pas lâché la sienne alors que Saï est venu quelques instants sur la tête de Nemeroff, semblant comprendre que lui aussi était mal sans savoir quoi faire pou l'aider, avant de revenir contre moi.

"- Je vais voir s'il reste de quoi manger ..."

Je ne sais même pas l'heure qu'il est et franchement, je n'ai pas faim. Mais je le laisse faire. Par contre, quand il retombe au sol en gémissant, je viens me lever à mon tour. Ça fait mal aussi, ça tire dans le bras et dans ma cuisse mais ce n'est rien par rapport à lui. Je viens le soutenir pour l'aider à se lever, avant de venir l'aider à s'asseoir sur le lit.

"- Pour commencer, tu vas te reposer un peu. Je suis sure que tes amis vont penser à nous. Tu préfère être assis ou allongé ? qu'est-ce qui... te fais le moins mal ?"

S'il s'allonge, je prendrais la chaise pour rester près de lui sinon, je m'assoirais à côté de lui. Mon sac est toujours là alors je le récupère et en sort mes affaires de dessin. C'est idiot, sans aucun doute mais c'est la seule chose qui me passe par la tête.

"- Maintenant qu'on est là... Tu veux qu'on voit pour ta chambre ? Je peux faire un croquis rapide de l'espace déjà et comme ça, ça pourra peut-être nous donner des idées ?"

Je viens d'apprendre qu'un tueur est à mes trousses, j'ai manqué d'y rester ainsi que Nemeroff et me voilà en train de discuter dessin et déco d'intérieur. C'est lamentable. Mais si je ne fais pas ça, je vais continuer à paniquer. Je le sens bien que je tremble encore malgré tout, je veux juste que cela ne se voit pas. Si je pense assez fort à autre chose, parviendrais-je à me persuader que tout cela n'est qu'un mauvais rêve?

Moi aussi, je dois être forte mais contrairement à lui, je ne sais pas faire semblant. Alors, je fais ce que je peux avec ce que j'ai. Avec moi, ses sourires sont si rares, toujours voués à disparaître. Il n'y avait qu'avec elle qu'il était heureux. C'es injuste qu'on la lui ai prise. J'ai mon carnet sur les genoux mais je le laisse fermé, lâchant un profond soupir.

"- Désolée... c'est idiot, je sais... comme proposition... Tu as besoin... d'un médicament pour la douleur ?... Ou quelque chose ? "

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Ven 20 Jan - 13:00

Un premier rendez-vous
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

Mon corps ne répond toujours pas finalement, j'ai l'impression que mes nerfs ont totalement lâché ce qui n'est pas la chose la plus agréable à ressentir. Je serre légèrement les dents et regarde Haizea qui se lève pour venir m'aider. Je voudrais qu'elle ne le fasse pas mais je n'ai pas le choix. Je ne peux pas bouger et pour le coup je ne peux que compter sur elle. Cette dernière vient m'aider à me relever doucement, ce que je fais bien difficilement. Mes jambes tremblent doucement comme si tout allait s’écrouler. Je garde mon soupire pour moi et regarde Haiz :

"- Pour commencer, tu vas te reposer un peu. Je suis sure que tes amis vont penser à nous. Tu préfère être assis ou allongé ? qu'est-ce qui... te fais le moins mal ?"

Je réfléchis et je dirais les 2 me font mal, mais j'ai pas envie de m'allonger. C'est ce que je risque de faire encore les prochains jours … Encore une fois. J'ai l'impression de ne faire que ça c'est dernier temsp c'est frustrant quand même. J'ai l'impression de toujours être allongé à me reposer sans rien faire. J'ai besoin de m'occuper :

"- Je préfère assis s'il te plait"

Cette dernière vient m'asseoir sur le lit puis s'asseoir à côté de moi. Je la vois sortir ses affaires de dessins et ne dis rien. Je contemple juste en silence voir ce qu'elle voulait faire. Je reste tout de même pensif de certaine chose. Qui pourrait en vouloir autant à des parents pour s'attaquer à leur enfant. Je trouve ça lâche et vraiment horrible mais bon, il faut croire que le monde dans lequel on vit n'est pas gentil :

"- Maintenant qu'on est là... Tu veux qu'on voit pour ta chambre ? Je peux faire un croquis rapide de l'espace déjà et comme ça, ça pourra peut-être nous donner des idées ?"

J'avais oublié qu'on venait pour ça. J'avoue que j'ai du mal à y réfléchir avec tout cela. Je ne sais pas quoi dire. Mais si ça peut lui changer les idées ça me va très bien. Je remarque que cependant le cahier n'est pas ouvert et que quelque chose ne va pas. Je ne sais pas pourquoi mais elle semble pensif et mal mais pour autre chose. Je viens doucement prendre ma main tremblante sur la sienne et lui souris :

"- Allez montre moi comment tu t'es améliorée en dessins ..."

Je souris doucement et viens poser ma tête sur son épaule encore entière. Je sais que mon frère lui avait appris à dessiner à l'époque mais comme on c'était perdue de vue un moment, on n'avait pas eu l’occasion de se montrer ce qu'on avait apprit. Même si j'ai pas appris grand-chose en fait moi. Je souris doucement et viens poser la main d'haiz sur le cahier que j'ai ouvert. Bon ok je suis lent dans mes mouvements mais faut pas trop m'en demander quand même. En voyant son visage entre la tristesse, la fatigue et tous pleins d'autre sentiment, je décide d'essayer de lui rendre un peu le sourire :

"- Tout à l'heure j'ai entendue ta voix, ça faisait longtemps que je ne l'avais pas entendue."

Je souris doucement en y repensant, même si je souffrais énormément à ce moment la, il fut agréable.  J'essaye de graver la voix d'Haiz dans ma mémoire mais je suis déjà entrain de l'oublier, je ne retiens pas beaucoup les voix des gens :

"- Elle est vraiment devenue belle et agréable."

Je continue de caresser sa main doucement, je souris un peu en y repensant. Quand est-ce qu'on sera enfin tranquille et on ne se fera pas charcuter violemment ? J'ai bien peur que c'est notre quotidien tout ça, mais c'est aussi mon rôle d'apporter un peu de lumière à la personne que j'aime. Il ne faut pas que retombe dans cette spirale de la haine et la colère. Pourtant je ne peux m'empêcher d'y penser. J'ai besoin de plus de puissance pour ne plus voir ce genre de chose :

"- Quand on sera en meilleur état, je t’emmènerais dans un petit café super sympa."


Oui je dis un peu tous et n'importe quoi, j'essaye de changer nos idées, je ne sais pas si ça marche mais ça ne coûte rien à tenter.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Sam 21 Jan - 14:38

Un premier rendez-vous

Feat.... Nemeroff Dreiden

"- Je préfère assis s'il te plait"

Je m'empresse de lui venir en aide de mon mieux, sans le brusquer et surtout en faisant attention à ce qu'il ne se fasse pas plus mal qu'il ne peut déjà souffrir. Je ne vois pas ces plaies mais je me souviens parfaitement des armes et et des coups donnés par le tueur. Nous avons de la chance déjà d'être tous les deux encore en vie.

Une fois assurée qu'il soit bien installé, je viens m'asseoir à côte de lui, en sortant mes affaires de dessin. Oui, c’est idiot mais je n'ai rien d'autre à proposer. J'ai encore peur alors je tente de penser à autre chose, pour me calmer et aussi dédramatiser. Il n'est que parti donc, il risque de revenir...

"- Allez montre moi comment tu t'es améliorée en dessins ..."

Sa main sur la mienne me rassure un peu. D'ailleurs, c'est lui qui a ouvert mon cahier, sur des pages blanches. Celui-ci est quasiment neuf alors je n'ai presque pas de croquis encore à l'intérieur. Les mouvements de Nemeroff sont lents, signe qu'il est encore très fatigué. Et sa tête sur mon épaule est un peu lourde. Je suis certaine qu'il serait mieux allongé, à dormir pour récupérer mais en même temps, je suis contente de ne pas être toute seule à présent. Et j'apprécie son contact. Énormément.

"- Tout à l'heure j'ai entendue ta voix, ça faisait longtemps que je ne l'avais pas entendue.
Elle est vraiment devenue belle et agréable."


"- C'est vrai ? Eh bien... Merci, c’est gentil.
Toi aussi, ta voix a un peu changé. Elle est plus grave maintenant. Plus profonde aussi. "


Plus douce et chaleureuse aussi à sa façon. Mais tellement plus poignante également lorsque ce sont tes cris qui s'échappent de ta gorge. Je chasse rapidement cette pensée de mon esprit, les joues redevenues rouges tandis que Saï revient s'installer sur nos mains jointes, en nous observant calmement, comme amusé. avant de se déplacer doucement pour laisser Nemeroff caresser ma main, mon singe venant se caler sur l'épaule de Neme, sa tête doucement poser contre la sienne, copiant la position qu'il a sur moi.

"- Quand on sera en meilleur état, je t’emmènerais dans un petit café super sympa."

"- Ce sera avec plaisir. Tu ne m'en avais pas déjà parlé, d'ailleurs? "

Je ne sais pas mais c'est l'impression que j'ai. Dans tous les cas, sa proposition me fait vraiment plaisir. Je viens doucement récupérer ma main valide pour sortir mes crayons de mon sac avant de les déposer à côté de moi. Et je commence à simplement croquer sa chambre, en suivant les indications qu'il me donne. Comme toutes les chambres sont toutes sur le même modèle, je peux aussi me baser sur celle ou nous sommes alors, c'est plus facile.

Une fois ces meubles intégrer au dessin, de façon à bien voir la place, je commence à proposer des idées de motifs et de couleurs pour les murs et le plafond. Je reste avec les couleurs qu'il a demandé, noir et rouge en priorité, et des idées de style un peu japonais. En tout cas, à force de réfléchir dessus, j'ai fini par ne plus trembler, parvenant presque à oublier ce qu'il s'était. presque seulement.

Car lorsque l'on frappa à la porte, je me tends instantanément. Le crayon dans ma main crisse alors que Saï bondit aussitôt devant nous, comme pour venir nous protéger. Et je réalise que je retiens mon souffle. Combien de temps s'est écoulé depuis que je suis là, d'ailleurs? Non, cet homme ne peux pas être déjà de retour, n'est-ce pas?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Sam 21 Jan - 16:08

Un premier rendez-vous
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

"- Ce sera avec plaisir. Tu ne m'en avais pas déjà parlé, d'ailleurs ? "

Je souris doucement, oui, je lui en ai déjà parlé. Il me semble que c'était le jour où elle était tombée gravement malade et j'ai dû la remmener chez elle. Je souris un peu et regarde Haiz sortir ses crayons.

"- Si mais j'ai toujours pas eu le temps de te le montrer, donc faudra que je me rattrape."

Sai monte sur moi doucement et pose sa tête contre moi. Je l'aime bien, il est adorable. Haiz commence à dessiner, je regarde doucement. Pourtant, bien qu'au début, je lui dis ce que j'aimerais, une sensation bizarre m'envahit. Je me sens… Bien comme ça. Ma tête sur l'épaule d'Haizea est agréable. J'ai l'impression de retrouver une chose que j'avais perdue depuis bien longtemps, un véritable calme et une sensation de bien-être. Bien que mes blessures me fassent et que ses nouveaux stigmates que je garderais sûrement à vie sûrement à vie me rappelleront toujours que je suis faible, je les oublie un moment. J'ai l'impression de retrouver une sérénité dans mon esprit entre le calme dans la pièce et la chaleur de celle que j'aime.

Mes yeux veulent se fermer. Je lutte contre cet appel au repos, ce n'est pas très poli pour Haiz et j'ai un peu peur de dormir à vrai dire. Pourtant, je n'arrive pas à lutter, je me sens tellement bien malgré le fait que j'ai failli mourir, qu'Haiz aussi… Que ça me rend légèrement coupable d'être bien. Pourtant, je finis par craquer et fermer les yeux. Sans m'en rendre compte, je dis :

"- Désolé… Juste un petit peu..."

Me voilà en train de m'endormir en me reposant sur Haizea. Je suis un peu désolé, ça ne doit pas être agréable pour elle, mais je n'arrive pas à lutter. Peut-être que je passerai enfin un sommeil sans être hanté par mes démons et mes cauchemars. De toute façon, je le serais bien assez tôt puisque c'est bon, je me suis enfin endormi. Pourtant, c'est étrange, j'ai plus l'impression de tomber dans une eau sombre et calme, dans les profondeurs de mes pensées. Je respire doucement. Ça doit se percevoir dans la réalité, je suis quelqu'un qui ne ronfle pas, je le sais mon frère me l'a déjà dit, mais je me demande comment je suis quand je dors. Est-ce que je suis paisible ? Triste ou simplement impassible ? 

Pourtant, je n'ai pas l'impression de vraiment dormir. J'ai l'impression de me retrouver comme le jour ou j'ai reçu mon élément. Dans un endroit face à une personne qui semble être mon frère mais qui ne l'est pas. Pourtant cette fois je n'ai pas peur. Je pense savoir ou je suis. Ce n'est pas forcément un endroit ou je devrais avoir peur. Même si la personne qui se dresse devant moi me faisait peur. Bien que cela soit étrange, on échange quelques mots, des mots qui vont dans un futur proche me faire énormément réfléchir et prendre un choix. Mais pour l'instant tout redevient noir et je peux enfin me reposer. Ma respiration et calme. Je me sens enfin bien, j'ai arrêté de penser totalement et je profite pour me reposer. Ca n'arrive pas souvent, pourtant c'est si agréable.

Mais mon repos est de courte durée car je sens soudainement qu'on me tire la joue. Je bave légèrement quand la personne tire un peu plus et j'ouvre les yeux doucement en couinant un peu, c'est pas agréable. En ouvrant les yeux et le temps que mes yeux s'habitue à la lumière, je vois Sonya avec un grand sourire. Je sens ma joue toujours déformé et ne comprend pas ce que j'ai fais pour mériter ça :

"- Aie...cha fait mol ...arrete ch'teu plait... »

Je n'arrive pas à parler correctement. Mais je pense savoir pourquoi j'ai le droit à ce tirage de joue en punition. C'est pas difficile à comprendre que je pourrais presque singer sa prochaine phrase :

- Qu'est ce que tu fous ici ! Tu devrais te reposer dans ta chambre ! Tu devrais même pas marcher !

Difficile de nier, j'avais pas traversé le couloir en volant. Je tourne mon regard vers Haiz cherchant de l'aide quand soudainement ma joue vient reprendre sa forme normale. Je viens frotter cette dernière et vois Sonya croiser les bras :

- Qu'est ce qu'on va faire de toi … Sale môme.

Je ne sais pas trop quoi dire pour le coup, puis Sonya nous demande :

- Je voulais savoir si vous vouliez manger quelque chose, il est un peu tard. Vous devez sûrement avoir faim et soif. Du coup je voulais savoir si vous voulez qu'on vous montes quelques choses, car oui vous ne bougez pas de vos chambres pour l'instant !

C'était la plus teigneuse après la directrice, maman poule comme jamais avec les enfants, c'était aussi un peu comme ma 2ème mère … Vraiment comme ma mère, « Fait tes devoirs, lave toi les dents » Je suis plus un gosse ! Ah bah si en fait.

"- Oui j'ai faim pour ma part … Et toi Haiz ?»

Je tourne ma tête vers elle en souriant un peu :

"- Ca te dit de la pizza du coup ?»

Oui j'avais presque zapper que c'était l'atelier du jour.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Sam 21 Jan - 17:04

Un premier rendez-vous

Feat.... Nemeroff Dreiden

"- Désolé… Juste un petit peu..."

alors que je dessinais, je sens sa tête s'affaler un peu plus et son souffle se régulariser. Il s'endort. Je le savais, qu'il était fatigué. D'ailleurs j'en souris un petit peu. Je le laisse se reposer tranquillement, continuant à dessiner de mon côté. En fait, cela me détend aussi alors, tout en profitant de la présence rassurante de Nemeroff, je fais plusieurs essais de décorations différentes. Je lui ferais choisir après, où me dire si il y a des choses qu'il veut retirer ou ajouter.

La porte qui s'ouvre me fait terriblement peur mais en apercevant la femme entrer, je me détend. Ce n'est pas le tueur. Et elle s'approche doucement, visiblement amusée avant de soupirer et de se mettre un peu à faire la tête. Je rougis un peu, gênée et vais pour réveiller doucement Nemeroff mais déjà, la voilà qui vient lui tirer les joues. Sans grande gentillesse.

"- Aie...cha fait mol ...arrete ch'teu plait... » 

- Qu'est ce que tu fous ici ! Tu devrais te reposer dans ta chambre ! Tu devrais même pas marcher !
Qu'est ce qu'on va faire de toi … Sale môme.


A ce point-là? Pour le coup, je me sens un peu coupable. Il est venu me voir, c'est pour moi qu'il est là alors c'est un peu ma faute. En même temps, je trouve cela rassurant. Les gens d'ici s'inquiètent pour lui et le surveillent. Il est entre de bonnes mains ici et c'est une bonne chose. Au moins, il se sera reposé un minimum. Et depuis qu'il est là, il n'a rien tenté de dangereux. C'est déjà ça, non?

- Je voulais savoir si vous vouliez manger quelque chose, il est un peu tard. Vous devez sûrement avoir faim et soif. Du coup je voulais savoir si vous voulez qu'on vous montes quelques choses, car oui vous ne bougez pas de vos chambres pour l'instant !

"- Oui j'ai faim pour ma part … Et toi Haiz ?
Ca te dit de la pizza du coup ?»
 

"- Eh bien, volontiers oui. C'est gentil de penser à nous. je crois bien que j'ai faim moi aussi.
Après, tout à l'heure, il faudra que je rentre quand même. "


Oui, je sais bien que je ne suis pas la plus blessée mais je sais que si actuellement, je me sens vraiment bien, je ne pourrais pas rester ici éternellement. Ce soir, je devrais rentrer. Et pour cela, il faut aussi que je reprenne des forces, donc que je mange. Sonya repars donc en maugréant plus pour la forme qu'autre chose.

"- Ça va ? Tu as pu te reposer correctement? Comment tu te sens? "

Saï revient se caler contre mes genoux, profitant aussi du fait que j'ai refermer un peu mon cahier pour venir ronronner contre moi. Enfin, comme peut le faire un petit singe quoi. Je viens le caresser un peu, pour qu'il ne soit pas trop jaloux quand même, avant de revenir à Nemeroff.

"- C'est gentil d'être venu me voir mais dans ton état, il n'aurait pas été mieux pour toi de rester dans ta chambre, pour te remettre? Je m'en voudrais si tu te surblessais juste pour venir me voir. "

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Sam 21 Jan - 18:19

Un premier rendez-vous
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

Je souris doucement, elle est vraiment gentille Sonya quand même. Bon, elle m'a fait mal à la joue, mais je sais que c'est pour exprimer son inquiétude. C'est ça qui est bien ici, on est tous une grande famille en quelque sorte. Même si nous n'avons aucun lien de sang, mon cœur les considères comme une grande famille que je veux protéger tout autant que mon frère et Haizea. Je souris un peu en baissant la tête. Oui, c'est pour ça que je dois me battre et devenir plus fort, peut être que je reste faible, car je suis la colère et la vengeance. Je soupire un peu, difficile de discerner tout ça, mais bon.

"- Ça va ? Tu as pu te reposer correctement? Comment tu te sens? "

J'ai encore l'esprit encore un peu engourdi en vérité. Le réveil brutal et le sommeil profond qui m'avait gagné m'avait vraiment engourdi l'esprit. Je suppose que c'est aussi le fait d'être autant fatigué. Je viens poser ma main sur mon visage me laissant le temps de redémarrer les moteurs du cerveau. Je souris quand même un peu et me redresse enfin :

"- O..Ouai juste pas l'habitude de dormir si profondément. J'ai l'impression de dormir encore un peu la. " 

Mais je sais que ce n'est pas le cas, car la douleur vient me rattraper en me dévorant le ventre et l'épaule. J'ai dormis combien de temps au fait ? Pas beaucoup à en croire la pendule. Je me sens un peu plus reposé quand même donc tant mieux, j'évite de me recaler sur Haizea pour ne pas lui faire plus de poids qu'elle en a déjà supporté. Je suis un peu désolé de m'être endormis mais je vais un peu mieux déjà.

"- C'est gentil d'être venu me voir mais dans ton état, il n'aurait pas été mieux pour toi de rester dans ta chambre, pour te remettre? Je m'en voudrais si tu te surblessais juste pour venir me voir. "

Je la regarde et souris un peu. Ce n'est pas vraiment vrais ce qu'elle croit penser. Ce n'est pas pour elle que je suis venu. Mais je sais pas si je peux lui dire comme ça. Même si c'est pas méchant comme raison c'est étrange. Je ne sais pas pourquoi je suis venu en fait, ou du moins pas vraiment bien pourquoi.

"- Ce… ce n'est pas pour toi que je suis venu " 

Je baisse le regard doucement, oui c'est uniquement pour moi, car j'en avais besoin. C'est cette envie qui m'a fait avancer jusqu'à cette chambre et me relever quand je chutais. J'ai l'impression que je ne supporterais pas d'être loin d'elle sans savoir comment elle allait. C'est peut être pour ça que j'ai pu fermer les yeux quelques minutes, car je savais qu'elle était avec moi et toujours vivante. Mon âme était un peu plus apaisée quand dans cette chambre seul dans l'ignorance. Sans comprendre pourquoi je mets haiz sur le dos doucement et me mets dessus ignorant la douleur de mon bras et mon flanc en mettant mes mains dans celle d'Haiz, une fois au-dessus je la fixe :

"- C'était purement égoïste, j'avais besoin d'être près de toi …  J'arrivais pas à me calmer. J'avais besoin de te voir. C'est un peu la seule façon que j'avais de ma calmer et je voulais juste être près de toi" 

Oui ça n'avait pas forcément de chance, mais de toute façon je suis une personne étrange et égoïste. Donc je ne veux pas être compris, je veux seulement être avec celle que j'aime quand je le peux c'est tout. C'est le seul moment ou je me sens encore vivant et humain au final. Cette chaleur dans mon corps se répand comme une sorte de drogue qui me fait me sentir mieux. C'est peut être pour ça que je suis venu j'avais besoin d’aller mieux.  Je baisse doucement ma tête et viens embrasser Haizea. Je ferme les yeux un moment puis les rouvres pour découvrir qu'elle était rouge, mais pas un rougissement habituel, la …C'était vraiment fort, je ne comprends pas tout de suite et me redresse regardant légèrement derrière et vois les enfants en criant :

- UN BISOU UN BISOU !

Il était content d'avoir vu ça et je me mets à rougir violemment aussi me remettant rapidement sur le côté en me faisant mal, je me laisse tomber dos contre le lit. Si on avait été dans un manga, j'aurais sûrement de la fumée qui sortirait de la tête … Trop gênant … Vraiment beaucoup, puis Lenka entre dans la chambre et s'approche de nous :

- Bien joué Neme ! Loverrrrr ! J'en étais sur qu'on avait bien vu avec Aurora !

Il semble un peu trop fière à mon goût, pendant que les enfants rentrent avec les pizzas qu'ils avaient fait par groupe de 3, les montrant directement à Haizea :

- Vous voulez goûter m'dame ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Sam 21 Jan - 19:15

Un premier rendez-vous

Feat.... Nemeroff Dreiden

"- O..Ouai juste pas l'habitude de dormir si profondément. J'ai l'impression de dormir encore un peu la. " 

"- Si tu es encore fatigué, repose-toi alors. Tu es sérieusement blessé quand même. Et c'est important le sommeil pour récupérer. "

Il a encore et toujours des cernes sous les yeux. Je ne sais pas si c'est lié à son pouvoir ou à ses mauvais souvenirs qui pourraient venir le hanter et provoquer des cauchemars. Alors, savoir que ce repos-là lui à fait du bien me tire un sourire malgré tout. Même si c'est ma faute qu'il soit dans cet état, au moins je lui aurais permis de se reposer un peu. Ce sera toujours ça de gagné. Et puis, son sourire ainsi, encore presque un peu endormi, est vraiment chouette.

"- Ce… ce n'est pas pour toi que je suis venu " 

Sur e coup, j'avoue que ces paroles me surprennent un peu. Il est venu mais... pas pour moi? Là, je crois que je ne comprends pas tout. Du coup, je reste là, un peu pantoise avant de me sentir doucement descendre. Je fixe toujours Nemeroff mais le monde bouge autour avant que je ne réalise qu'à présent, je suis allongée sur le dos sur le matelas. Et que lui est venu me surplomber, en gardant mes mains dans les siennes.

"- C'était purement égoïste, j'avais besoin d'être près de toi …  J'arrivais pas à me calmer. J'avais besoin de te voir. C'est un peu la seule façon que j'avais de ma calmer et je voulais juste être près de toi" 

Une seconde, le rouge remonte à mes joues alors que doucement, mon sourire revient. Espèce d'imbécile, il m'avait vraiment fait une trouille bleue avec sa première phrase. Saï est venu s'asseoir à hauteur de mon visage, nous observant avec attention en silence, intrigué par la tournure des événements. En tout cas, quand ses lèvres viennent chercher les miennes, je me laisse faire, en profitant aussi un peu.

Était-ce la peur ressentie plus tôt, à nouveau le sang qui avait coulé ou encore ces gestes, plus doux que dans mes souvenirs mais ce baiser là n'a pas la même saveur que les autres. Je crois que j'ai fermé les yeux car du bruit incongru attire mon attention.

Saï applaudi en regardant vers la porte qui a présent est ouverte. Avec plein de monde devant. Pour le coup, je sens mon visage entier se mettre à chauffer méchamment. Mais, ils sont combien là? Et Nemeroff qui n'entend rien ne se rend pas compte que nous sommes observé. Pas tout de suite en tout cas. Mais le retour sur terre est aussi brutal pour lui que pour moi.

- UN BISOU UN BISOU !

Nemeroff se redresse violemment, pris au dépourvu mais je vois sa grimace et m'inquiète un instant. En attendant, j'en profite pour me redresser aussi, me retrouvant de nouveau à côté de lui mais bien plus rouge que je ne l'ai jamais été. Saï semble ravi, lui, imitant les enfants en reprenant leurs gestes et leurs intonations à travers ses petits cris de primate.

- Bien joué Neme ! Loverrrrr ! J'en étais sur qu'on avait bien vu avec Aurora !

- Vous voulez goûter m'dame ?

"- Eh bien... Oui, je veux bien... C'est vous qui avez fait tout ça ?  "

Mon Dieu, pour le coup, je crois que j'aimerais pouvoir disparaître. Enfin, pourquoi fallait-il qu'ils soient tous là? Enfin, si les enfants auront rapidement un autre sujet de conversation, pour Lenka, je pense que cela sera une autre paire de manche.

"- Vous avez drôlement bien travaillé dis donc. Il y a pleins de parfums différents en plus... Ça me donne encore plus faim. Vous me conseillez laquelle?  "

Saï intéresse beaucoup les enfants, qui viennent doucement le caresser. Lui se laisse faire, adorant jouer les vedettes. Et puis, les câlins ça ne se refuse pas. Ce n'est plus mon animal là, c'est une peluche vivante. En tout cas, pendant qu'ils les occupe, eux ne s'intéressent plus à nous. Cela me permet de laisser mes joues essayer de retrouver leur couleur originelle en venant prendre de la pizza pour mon goûter.

"- Hum, c'est bon... Ca change des... gâteaux comme quatre heure."

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   Sam 21 Jan - 20:05

Un premier rendez-vous
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

Pouahh… Gênant, vraiment. Mais je souris tout de même, ce n'est pas bien grave je n'ai pas à m'en cacher non plus. Je suis même heureux d'être avec Haizea. C'est une des meilleurs choses qu'il me soit arriver ses derniers temps, voir la meilleure en fait, j'ai rien de mieux, donc je ne cacherais pas que je suis fière de l'avoir en copine, enfin je le crierais pas sur les toits non plus pour pas me faire remarquer. Je me redresse légèrement une fois que la douleur a disparue venant me rasseoir sur le bord du lit. Je repense à mon action d'il y a quelques minutes … mais qu'est ce que j'allais faire moi alors qu'on est blessé. Les enfants semblent apprécier Haizea puisqu'il leur propose directement leurs pizzas, je suis presque jaloux et moi. Non en réalité je suis content :

"- Eh bien... Oui, je veux bien... C'est vous qui avez fait tout ça ?  "

- Oui nous tous !

Les enfants tendent leurs assiettes intrigués. J'admire cette force qu'Haiz a de se faire adorer par les autres. Surtout les plus petit. Je regarde le spectacle et j'espère que ça changera un peu les idées de ma copine. Je penche doucement la tête pour la regarder en souriant. Je suis sur qu'elle ferait un meilleur boulot que moi ici avec les enfants en tout cas. Eux étaient heureux en tout cas de voir une nouvelle personne ici.

"- Vous avez drôlement bien travaillé dis donc. Il y a pleins de parfums différents en plus... Ça me donne encore plus faim. Vous me conseillez laquelle?  "

Les enfants se regardant ne sachant pas qui commencer et c'est un groupe de 3 petites filles qui s'approchent tendant l'assiette un peu timide :

- Tenez ..madame

Les petites filles sont gênées mais contente qu'Haizea goûte. Les autres enfants semblent eux intéresser par une chose, le petit singe d'haizea Saï. Lui aussi semble aimer se faire câliner et grattouillé, je lui laisse son moment de gloire et de récompense, il a été encore plus courageux que moi comme animal. Je le trouve vraiment courageux et gentil, bien que farceur. Mais il n'y a pas de mal à cela.

"- Hum, c'est bon... Ca change des... gâteaux comme quatre heure."

Les petites filles gagnent un grand sourire heureuse d'entendre qu'elles avaient bien travaillées et vont faire Saï pour le caliner aussi pendant qu'un groupe de garçon cette fois arrive avec leur Pizza fière :

- Nous on a mit beaucoup de viande pour être fort comme Yabuza !

Ouai beaucoup de viande je confirme, mais je peux m'empêcher de continuer à sourire en regardant Haiz manger. Elle sait vraiment y faire, ça serait vraiment une bonne mère je suppose, je deviens rouge et manque de m'étouffer tout seul ...Qu'est ce que je raconte moi. Je souris quand je vois une petite fille s'approcher de moi tâtant un peu la commode puis devant elle comme si elle cherchait quelque chose :

-Nemeroff ?

C'était Alice, une petite fille de 9 ans bien courageuse. Sa particularité est qu'elle est aveugle depuis un accident survenue il y a quelques années. Je viens doucement prendre sa main dans la sienne :

"- Je suis la qu'y a t'il ?" 

C'est un des enfants que je m'occupes en particulier, en effet, un handicap est difficile à vivre et comprendre, non personne ne peut le comprendre. On a tous uen façon de le vivre. Meme 2 sourds ne le vivront pas pareille. Mais je peux m'en approcher en tant que moi même handicapé. Ca n'a pas été facile avec elle, un sourd et un aveugle c'est peut être la relation la plus instable possible. Heureusement que je sais parler et lire sur les lèvres sinon je ne pourrai pas m'occuper d'elle.

- Tu veux bien goûter la mienne ?

Je souris doucement et lui prend la main doucement pour qu'elle puisse venir vers moi :

"- Bien sur" 

Elle me tend son assiette en tremblant et un peu de travers, je viens la prendre pour éviter que tout tombe et la remercie, elle vient s'accrocher doucement un mon T'shirt me faisant légèrement mal au passage mais je ne dis rien. Je viens lui caresser la tête doucement puis goûte la pizza, elle était vraiment bonne, mais je suis étonné de sentir un goût sucré dans ma bouche … On a lui donner le sucre à la place du sel … Mais ce n'est pas mauvais du tout en fait, ça surprend.

"- Elle est surprenante Alice ! Très bonne " 

La petite fille sourit puis demande :

- Ton amie aussi veut goûter ?

Je regarde Haizea et lui tend l'assiette je suis sur qu'elle sera ravie. Puis j'aimerai voir sa tête surpris par le goût. Ca risque d'être drôle. Alice appuie un peu sur mon ventre ce qui a pour effet de me faire serrer les dents et je décide de venir la prendre sur mes genoux, c'est bien moins douloureux comme ça. Puis je vois la directrice arriver dans la chambre :

- Allez les enfants, laissés les manger tranquillement ! Y a de la vaisselle à faire !

Obligation de vaisselle, une vague de soupire et de contestation émerge quand à cette nouvelle, les enfants ne veulent pas faire la vaisselle, mais ils savent que c'est peine perdue devant la directrice donc il sorte, je redépose Alice au sol que Lenka vient prendre par la main pour sortir en nous glissant :

- Pas de bêtise les tourtereau

Oh le voilà son visage taquin et provocateur. Je rougis cependant il pouvait pas se taire j'avais presque oublié cette scène. Je soupire fortement :

"- Tais toi !" 

Alice qui restait à côté de Lenka comme il avançait pas :

-Qu'elle bêtise ?

Lenka éclate de rire à la question emprunt d'innocence de la petite fille, puis il regarde Haiz puis moi :

"- Ils se font des gros calin alors qu'ils sont blessé c'est pour ça. " 

Puis je les vois disparaître, affichant un sourire assez nouveau. J'étais … apaisé ? Ses gosses sont vraiment un rayon de soleil quand même :

"- Ils sont adorable ... " 

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un premier rendez-vous   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un premier rendez-vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-