Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Fête des écoles, Chapitre final ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Ven 13 Jan - 9:39

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

Oh, blanche neige protège sa brebis égarée. C'est meugnon !!! 

- Alala ... Et ça se dit gentleman alors, tu me déçois Jason.

Je voudrais remercier Nemeroff de son geste mais visiblement, entre lui et Jason, l'ambiance est à couteau tiré. Il ne faudrait pas que ça dégénère, surtout que Victor et Marie sont là aussi, hésitants visiblement sur la conduite à tenir. Victor reste près à intervenir alors que Marie semble intéressée par la réaction de Nemeroff, comme si elle espérait le voir avoir le dessus.

C'est quoi ton problème? C'est pas ta copine que je sache 

- Certes ... Mais Haizea est bien plus importante pour moi que tu ne pourras jamais le comprendre. Donc je te conseil de ne pas lui faire de mal et de ne pas l'embêter.

A ces mots, je sens une espèce de sourire un peu idiot monter sur mon visage alors que le regard de Marie me fixe avec une certaine malice. Je sens que je vais avoir droit à un interrogatoire en règle lors de notre prochaine rencontre mais pour le moment, je ne bouge pas. Lorsqu'il relâche la main de Jason, je suis soulagée. Avec un peu de chance, ce dernier aura compris et va nous laisser tranquille maintenant. Enfin, pourquoi j'en doute ? Moi, je n'ai pas toujours pas bougé en attendant.

Tu vas faire quoi l'handicapé? T'es qu'un moustique que je peux écraser entre mes doigts. Je pourrais te massacrer et te foutre dans un fauteuil roulant, c'est ce que tu veux en plus d'être sourd ?

Sur le coup, je suis outrée d'entendre de telles paroles sortir de sa bouche. C'est honteux  de son prendre ainsi aux gens. Je savais qu'il était imbu de lui-même et arrogant mais pas détestable à ce point. Je vais pour prendre la défense de Nemeroff mais une main se pose doucement sur mon épaule. Victor est arrivé derrière moi et me fais signe de me taire et de regarder. Oui, d'accord, j'ai compris. C'est une histoire d'ego et ils doivent régler ça entre eux.

- Je serais vraiment content de voir ça. Suis-je la seule personne que tu penses assez faible pour m'insulter ouvertement et me menacer? Tu risques d'avoir un retour de flamme irréversible mon pauvre.

S'il savait. S'il avait la moindre idée d'à quel point Nemeroff a raison. Même moi, je ne peux rien contre lui, j'en ai eu la preuve la semaine dernière. Uns seconde, j'en frissonne un peu alors que je sens la plaie de ma cuisse pulser un peu. Ce n'était pas sa faute mais si Jason le poussait à bout, est-ce que le même scénario se reproduirait? Non, il ne faut pas que cela arrive. Heureusement Nemeroff reste très calme pour le moment. pourvu qu'il tienne encore un peu le temps que l'autre blond se lasse.

Tu ne seras jamais plus qu'un moins que rien. Un petit sourd, un pauvre handicapé. Ta couleur de cheveu ne changera pas ce que tu es réellement, mon pote

- Crois moi, tu ne veux pas voir qui je suis réellement. Si c'était le cas, ma surdité m'empêcherait de te laisser la vie sauve quand tu me suppliera comme l'enfant que tu es. Mais si tu veux continuer sur cette voie, vient me voir. Je me ferais un plaisir de te voir ce qui réside au plus profond de moi blondinet. Je pense que ça te ne fera pas rire cependant. 

Pour le coup, Jason est un peu mouché et semble perplexe. Que Nemeroff lui tienne tête, de son air aussi assuré, de son sourire, de son calme et de la force de sa poigne. Les autres aussi s'inquiètent un peu et Marie commence à se rapprocher pour venir les séparer si besoin. Mais déjà, Nemeroff l'a relâché et se retourne vers moi. Pour le coup, c'est Victor, toujours près de moi, qui passe un peu sur la défensive. Entendre et voir Nemeroff agir ainsi, c'est nouveau pour tout le monde.

Et puis, sa main vient chercher la mienne, que je lui offre sans réfléchir, avant de me sentir plus franchement attirée contre lui. Un brin surprise une seconde, je ne réalise pas tout de suite ce qu'il se passe. Pourtant, ma seule pensée à cet instant, c'est que je suis bien là. Avec lui. Avant que tout ne se remette en place et qu'avec la fin du baiser, je me rende vraiment compte qu'il m'a bel et bien embrassée. J'en ai les joues en feu.

- Désolé on est plus vraiment à égalité maintenant ... Et cette fois je n'ai pas du tout glissé 

"- Je sais..."

Oui, c'est tout ce que j'arrive à dire. Par contre, je pense que mon sourire en dit lus long que tous les discours que je pourrais bien sortir. Et pour le coup, je ne suis pas la seule à en avoir le souffle coupé. Jason est tellement surpris que cela lui a cloué le bec, littéralement. Victor dans mon dos applaudit doucement, avec un regard amusé. Il semble ravi du petit effet mis par Nemeroff pour calmer toute cette histoire. Quand à Marie...

Nan mais alors ça !!! C'est juste fantastique. Et puis vous êtes trop mignons tous les deux. Déjà que les rôles d'éternels meilleurs amis vous allait bien mais là, c'est génial ! Je suis tellement contente pour vous.

Ouais, super.... Ils nous font un remake de la Belle et du Bête. Il ne manquait plus que ça.

Jaloux, va ! 

Moi, jaloux ? De ça ? Et puis quoi encore ?

Mister Quederla n'est plus aussi au top qu'il le croyait. Remarque, ça fera du bien à tes chevilles, elles devaient commencer à être sérieusement enflées depuis le temps.

Vas-y, crache ton venin si ça t'amuse. Il n'empêche que moi, je suis attendu alors, je vous laisse le rangement. Après tout, c'est le rôle des larbins, non ?

Et le voilà qui sort de la salle, bien droit et aussi fier que possible mais sans reprendre sa veste ni nous adressé un regard supplémentaire. Et une fois dans le couloir, il n'est pas dur d'entendre le brui de ses pas accélérer.

Bon débarras. Qu'est-ce qu'il nous a fait perdre comme temps inutile avec ses conneries, lui? La prochaine fois, il restera avec sa classe, j'en veux plus moi. 

Mais je ne suis pas d'accord avec toi. C'était loin d'avoir été inutile. N'est-ce pas, miss la petite cachottière?

"- Hein? Euh... Eh bien..."

Je serre toujours la main de Nemeroff, que je n'ai visiblement pas envie de lâcher. J'ai bien suivi la fin de la discussion mais en même temps, je suis un peu ailleurs et ça, Marie l'a parfaitement noté. Victor ne dit plus rien et se contente de siffloter en ce mettant au travail, comme il fait toujours. Moi, avec mon sourire un peu idiot collé sur le visage et mes joues colorées, je peine à vraiment revenir sur terre.

Et si vous y alliez, maintenant?

"- Mais, il y a encore toute la salle à ranger, et..."

Ah non, ça suffit maintenant ! Tu en as fait assez. Tu files un point c'est tout. On va s'occuper du reste.

En plus, Nemeroff va attraper froid si ça continue. le pauvre, il est encore trempé.

Sur le coup, je ne sais pas si je dois les remercier ou me sentir gênée. parce que oui, je crois que j'ai du mal à vraiment redescendre sur terre mais en même temps, leurs remarques me font un eu bizarre. pas qu'elles me mettent mal à l'aise mais... je n'ai pas l'habitude. Alors, Marie prend les devant et me recolle littéralement dans les bras de Nemeroff avant de nous pousser tous les deux hors de la salle.

Ce n’est pas que votre compagnie nous ennuie, mais on a encore du boulot. Alors, vous deux, disparaissez! Exécution.

Et déjà, elle referme la porte derrière nous. Bon, nous voilà mis dehors comme il le faut. Je reste une seconde trop surprise pour réagir avant de finir par revenir croiser le regard de Nemeroff. Je rougis de nouveau, avant de rigoler doucement. Bon, au moins cette fois, il n'y a pas eu de combat ni rien. C'est un bon point non.

"- Tu...tu as des affaires de rechange? Victor à raison, il ne faudrait pas que tombes malade. Si tu as besoin, on en a quelques vêtements d'avance dans la réserve du comité des élèves. "

Ma main toujours dans la sienne profite de sa chaleur alors que les couloirs se rafraîchissent avec la fin de journée et la tombée de la nuit. Il n'y a plus un bruit dans les couloirs, juste les échos du rangement dans quelques salles, comme la notre. Je suis toujours en grande partie appuyée contre Nemeroff et finalement, je viens un peu maladroitement le prendre dans mes bras avant d'articuler sans trop oser le regarder malgré tout.

"- Au fait... Merci... D'avoir pris ma défense et... de rester avec moi..."

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Ven 13 Jan - 12:24

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

Dans le fond, j'aimerais éviter d'en arriver la. Je ne veux pas spécialement lui faire de mal. Mais s'il salit, s'en prend à Haiz, je n'hésiterais pas la moindre seconde pour lui montrer un avant goût de l'enfer sur terre. Je serre ma main a celle d'Haizea evitant de lui faire mal. Je ne sais pas pourquoi mais je me sentais poussé à la défendre aussi sauvagement. Je me demande pourquoi, d'habitude j'aurais passé mon chemin en silence. Peut être car c'est Haiz au final. Je ne vois que ça comme réponse, mais pas le temps de penser à tout cela. Je continue de lui tenir tête en gardant mon regard contre le siens, chose qui commence à marcher apparemment:

Nan mais alors ça !!! C'est juste fantastique. Et puis vous êtes trop mignons tous les deux. Déjà que les rôles d'éternels meilleurs amis vous allait bien mais là, c'est génial ! Je suis tellement contente pour vous.

Ouais, super.... Ils nous font un remake de la Belle et du Bête. Il ne manquait plus que ça.

Jaloux, va !

Moi, jaloux ? De ça ? Et puis quoi encore ?

Mister Quederla n'est plus aussi au top qu'il le croyait. Remarque, ça fera du bien à tes chevilles, elles devaient commencer à être sérieusement enflées depuis le temps.

Vas-y, crache ton venin si ça t'amuse. Il n'empêche que moi, je suis attendu alors, je vous laisse le rangement. Après tout, c'est le rôle des larbins, non ?

Il préfère donc partir. Tant mieux, l'autre solution m'aurait quand même déplu finalement et pour une fois que tout semble ok avec Haiz, je ne voudrais plus qu'elle me regarde comme un monstre. Je n'en suis pas venu aux  mains aussi ce qui est vraiment pas mal. Ca aurait été il y a une semaine, je lui aurais fais bouffer les tables et le carrelage de la classe je crois. Mais de façon très violente qu'il n'aurait plus jamais dragué aucune fille avec sa gueule que j'aurais ruiné en quelques instants. Je ne regarde pas vraiment le discours entre le reste de la classe et me contente de garder la main d'Haiz dans la mienne, ce contact me rassure et me fait du bien je ne sais vraiment pas pourquoi. Plus ça avance, plus je me dis que je suis peut être amoureux d'Haiz ... Cette envie de l'embrasser, de la défendre, de la protéger... Ca me rappel. Mon coeur se serre un peu je ne comprenais plus vraiment mes sentiments. C'était un grand bordel dans cette tête qu'était la mienne. Faudrait que j'en parle avec quelqu'un ... Bah mon maître ou Lenka, sinon ma vie est terminée. Peut être Nash quand je le reverrais. Je me tourne vers les autres quand je prend la conversation en cours:

Et si vous y alliez, maintenant?

"- Mais, il y a encore toute la salle à ranger, et..."

Ah non, ça suffit maintenant ! Tu en as fait assez. Tu files un point c'est tout. On va s'occuper du reste.

En plus, Nemeroff va attraper froid si ça continue. le pauvre, il est encore trempé.

- Euh ... ça va pour ma part  

Alors que je réponds ça, on pousse Haiz dans mes bras avant de nous attraper et de nous emmener vers la sortie de cette classe. Je marche doucement avec cette impression d'être éjecté de la classe en fait. La forme se ferme vachement vite derrière nous et on est dans le couloir comme ça. C'est assez barbare comme sortie mais bon. J'ai toujours Haiz contre moi qui me dit:

"- Tu...tu as des affaires de rechange? Victor à raison, il ne faudrait pas que tombes malade. Si tu as besoin, on en a quelques vêtements d'avance dans la réserve du comité des élèves. "

- Oui je veux bien. Au moins un haut que je puisses rentrer.

Je souris un peu et garde ma main avec celle d'Haizea, je n'ai vraiment pas envie de la lâcher et je me demande ce qu'on fait maintenant. Je rougis un peu en repensant à la façon dont j'ai embrassé haiz pour mettre fin à se conflit et je souris un peu quand la demoiselle vient me prendre dans ses bras. Je rougis légèrement et viens enlacer cette dernière posant mes mains dans son dos. Je suis un peu gênée mais ce contact la me réchauffe bien plus et me semble vraiment agréable:

"- Au fait... Merci... D'avoir pris ma défense et... de rester avec moi..."

Je souris doucement et lui caresse le dos. Elle n'a pas besoin de me remercier ça me semble normal. Si ça n'avait pas été moi, ça aurait surement été Viktor qui semble faire le plaisantin mais qui à l'air d'en porter des grosses. J'aurais peut être plus peur de lui que Jason, les vrais prédateurs cachent leur nature aux autres. Il semble parfaitement maîtriser ça. Mais bref passons:

- J'ai agis sans réfléchir quand j'ai vu ça ahah... Je t'avoue que j'ai faillis perdre le contrôle aussi. Ce qui m'as fais mal ce n'est même pas les insultes, c'est le fait qu'il veuille te toucher

Je rougis un peu et continue de la câliner contre moi. Je ne sais pas trop quoi dire du coup. Donc je préfère me taire et profiter de ce moment câlin qui s'offre à nous. Ca fait longtemps que je n'en ai pas eu et avec Haizea c'est vraiment, mais alors vraiment agréable. Son odeur, sa peau tout me semble agréable. Je ferme les yeux et profite quelques minutes, puis je la lâche un peu en souriant pour prendre la directement la réserve du comité des élèves. Je suis vraiment content de tout ça finalement et je viens reprendre la main d'Haiz timidement:

- Alors comme ça on a déjà quelqu'un ?

Je rigole un peu la taquinant sur ce qu'elle avait dit pour se défendre plutôt. Rien de méchant mais ça me faisait un peu rire en continuant d'avancer. Ou peut être que j'avais un doute, mais elle m'avait dit que non une fois. A moins qu'elle est trouvé quelqu'un entre temps, mais du coup je me sens un peu mal d'avoir prit tant de plaisir à embrasser Haizea, mais dans le fond je suis persuadé qu'il n'y a personne ... Enfin j'espère surtout.  Je souris un peu et arrive devant la réserve et j'entre avec elle en silence. Je soupire un peu et vient défaire le haut du costume que Viktor m'avait fait mettre pour le poser sur un endroit propre, bon faut que je trouve un truc qui me va.

- Tu peux m'aider à trouver un truc correct Haiz s'il te plait ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Ven 13 Jan - 22:25

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

- Oui je veux bien. Au moins un haut que je puisses rentrer. 

En effet, ce sera un minimum vu que son t-shirt est resté dans la salle, sur le radiateur. Je ne m'inquiète pas, Marie ou Victor le récupérera et le mettra de côté mais en attendant, il sera mieux vêtu d'autre chose que de la veste de costume de l'autre enquiquineur.

Mais pour le moment, je reste simplement blottie contre Nemeroff. Il est vraiment classe dans cette tenue mais c'est surtout sa présence qui me rassure. Son souffle calme, ses mains dans mon dos, sa poigne forte et douce à la fois, sa voix agréable et profonde.

- J'ai agis sans réfléchir quand j'ai vu ça ahah... Je t'avoue que j'ai faillis perdre le contrôle aussi. Ce qui m'as fais mal ce n'est même pas les insultes, c'est le fait qu'il veuille te toucher 

Vraiment? Pourtant, je n'avais pas eu la sensation qu'il était vraiment sur le point de lâcher à ce point. Après, c'est vrai que Jason sait se montrer particulièrement désagréable et collant mais quand même. Après, dans un sens, je suis touchée par ses mots. Pour lui, il s'en fichait mais mon cas le préoccupait.

C'est finalement lui qui met fin à notre étreinte, me ramenant un peu sur terre. Oui, c'est vrai, nous sommes dans les couloirs de l'école et en plus, il est toujours trempé. Je le guide en direction de la réserve, avant de sentir sa main revenir chercher la mienne. La salle n'est plus très loin et pour le coup, cela ne m'aurais pas gêné d'avoir encore de la distance à parcourir.

- Alors comme ça on a déjà quelqu'un ?

"- Eh bien... Oui, en effet... Je pensais que... tu étais au courant...."

Après tout, il est quand même le principal concerné. Même si rien n'était officiel il y a encore 2 heures. Mais bon, dans le fond, je crois bien qu'on le savait tous les deux. Ou du moins, on s'en doutait. Je me contente de lui sourire en répondant à son rire par un du même style avant d'entrer dans la réserve suivit par Nemeroff.

- Tu peux m'aider à trouver un truc correct Haiz s'il te plait ?

"- Bien sur. Bon, c'est pas non plus un magasin de haute couture mais bon, on devrait trouver au moins de quoi te laisser au chaud."

Je fouille quelques minutes dans un des placards avant d'en sortir un t-shirt, une chemise et un polo ainsi qu'un pull, certes un peu passé en couleur mais encore en très bon état. Je ramène le tout que je dépose sur la petite table près de l'entrée. Je connais à peu près sa taille mais bon, je ne sais pas non plus ce qu'il préfère vraiment.

"- Voilà, ce que je peux te proposer. On a pas des tonnes de choses à ta taille mais bon, pour patienter, ça devrait faire l'affaire. Si tu as besoin d'aide... Hésite pas."

Euh enfin, il est assez grand pour s'habiller tout seul, je n'en doute pas. Et puis, même si maintenant nous sommes ensemble, je me sens encore un peu gênée malgré tout. Enfin, je le laisse choisir ce qui lui plaira le mieux, profitant de ce temps là pour ranger quelques autres affaires qui traînaient encore, pour lui permettre de se changer tranquillement.  

"- Tu sais, quand j'ai dis que j'avais quelqu'un tout à l'heure... C'était vraiment à toi... que je pensais..."

Bon, c'est idiot d'avoir sorti ça comme ça mais il fallait que je mette les choses au clair moi aussi. Avec mes propres sentiments et avec lui aussi. Parce que je me le suis promis, d'être honnête. Et aussi de faire des efforts pour ne plus tout garder pour moi et montrer ou dire aux gens ce que je pense vraiment. Comme avec Kira.

"- Enfin, j’espérais que... même si on avait accumulé pleins de malentendus et pas mal de... blessures chacun eh bien... on avait aussi partagé des bons moments et que... on pourrait en avoir d'autres encore... de nouveaux..."

Non, tais-toi maintenant. C'est complètement idiot ce que tu raconte, il s'en fiche forcément. Enfin, peut-être pas mais lui, il doit sans doute encore penser à Yona. Moi, c'est la première fois que je ressens tout ça. Je n'ai jamais été amoureuse avant. Et puis en plus, si ça se trouve, je me trompe. Ou lui. Enfin, j'en sais rien...

"- Désolée... je sais pas trop... J'ai pas l'habitude... je.."

Je suis vraiment pas douée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Sam 14 Jan - 2:08

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

"- Voilà, ce que je peux te proposer. On a pas des tonnes de choses à ta taille mais bon, pour patienter, ça devrait faire l'affaire. Si tu as besoin d'aide... Hésite pas."

Je regarde en silence ce qui m'est proposé. C'est pas la plus grande couture du monde, mais je n'ai pas demandé à la porter cette grande couture donc ça devrait aller. Y a plusieurs trucs, je regarde en silence, j'hésite entre le pull même s'il fait un peu la tête et la chemise noire qui est ma couleur est qui a l'air pas trop mal. J'hausse doucement les épaules et prend la chemise en silence, je viens l'enfiler en la faisant voler dans mon dos en même temps que j'enfile un bras dans une manche. Je reste silencieux et vient insérer le 2ème bras dans la manche pour finir par fermer les boutons de la chemise. Ca faisait un bail que j'en avais pas enfilé ce genre de chose. La dernière fois, je crois que maman m'en avais forcé à en mettre une quand on avait été chez des invités pour être présentables. J'avais l'air un peu ridicule car je n'avais pas la carrure d'aujourd'hui. Mon frère lui, avait beaucoup plus de classe dans ce genre de fringue. Ouai il gérait grandement on ne pouvait pas dire le contraire. J'en ris légèrement rien que d'y penser, c'est vraiment lui qui a hérité de tout le bon côté. Parfaite santé, un corps super beau, il a tout ce qu'il veut et tout le monde ne voit que lui. Tiens, je ne ferais pas un début de jalousie? Non je ne pense pas, je ne lui en veux pas et c'est peut être une des personnes avec qui je ne voudrais jamais me battre ou être en froid. Je déboutonne les manches et redresse ses dernière sur mes bras pour avoir les avants bras dégagés, puis je viens me tourner vers Haiz:

- Tadaaaaaa

Je tourne légèrement sur moi pour lui montrer la chemise, bon c'était pas la mienne mais je pouvais en rire un peu. Je  regarde Haizea ranger un peu l'endroit. C'est vrais que c'était un peu le bordel ici, je me demande comment ça se fait. le bureau des élèves et si soigneux habituellement. Bwarf on a tous notre part de désordre je suppose. Que ça soit matériel, psychologique ou sentimental. Belle pensée tiens, faudra que je la ressorte un jour. Je souris un peu puis je vois Haiz me dire, sortie de nul part:

"- Tu sais, quand j'ai dis que j'avais quelqu'un tout à l'heure... C'était vraiment à toi... que je pensais..."

La phrase met un temps avant d'être analysée, interprété, traduit par mon cerveau pour qu'il envoie l'ordre à mes joues de rougir petit à petit au fil du temps. C'est donc à moi qu'elle pensait en lui disant ça. En réalité, je ne m'en suis pas douté sur le coup, mais ça collerait avec les derniers évènements entre nous quand même. En effet, on c'est quand même embrassés 3 fois et personnes ne  s'est plaint. J'aurais du le capter avant de me torturer pour être seule et finalement faire ma crise de colère. Je pose l'objet que j'avais ramassé sur la table:

- Je dois avouer ... que ça me rend heureux alors.

Oui, ça veut dire que le sentiment que je ressentais qui n'était pas de l'amitié ni de la fraternité est peut être ce que je pensais ne jamais retrouver dans mon monde si obscure. Pourtant pourquoi aucun de nous deux n'arrivent à le dire clairement ? Je pense que c'est parce que nous sommes comme ça et qu'il nous faut du temps ou l'assurance de ne pas être blessé quand on se le dira. On est comme ça, on a pas besoin de le crier partout ou autre, si notre relation devait vraiment commencer la, je suis sur qu'elle serait calme et discrète. Mais ce sont les plus belles relations je trouve. Je n'ai pas besoin de m'afficher publiquement pour montrer que j'aime quelqu'un.

"- Enfin, j’espérais que... même si on avait accumulé pleins de malentendus et pas mal de... blessures chacun eh bien... on avait aussi partagé des bons moments et que... on pourrait en avoir d'autres encore... de nouveaux..."

Je baisse légèrement, j'aimerais que ça soit le cas. Mais est ce que je peux lui apporter ça en tant que Nemeroff Dreiden, enfant maudit des Dreiden et futur monstre de cette terre selon notre chère ancêtre Mavis. Je serre légèrement les dents, puis je offrir des bons moments à quelqu'un. Moi qui pensait avoir tranché cette question en voulant changer durant ses 2 derniers, je m'aperçois que ce n'est pas facile du tout. Je m'avance doucement vers Haizea en silence tête baissé. Que dois-je dire? J'aimerais tellement être avec Haizea, mais si je viens encore à la blessé est ce que je m'en remettrais cette fois, je ne pense pas. La mort de Yona ne passe pas, je m'en sens responsable à cause de ma faiblesse, mais dans la réalité je ne suis pas responsable. Je viens coller haiz contre le mur la bloquant, posant une main sur le côté:

"- Désolée... je sais pas trop... J'ai pas l'habitude... je.."

Non tu n'as pas à t'excuser ... Je suis vraiment heureux dans le fond. Mais c'est moi, est ce que je peux me lancer la dedans dans mon état actuel. Si jamais je meurs aussi car mon corps lâche avant mes 21 ans, je laisserai Haizea dans la même douleur que celle que je vis actuellement aussi. Il y a plein de paramètre à prendre en compte, mais bien que je trouve tous les points négatifs que je veux, la seule chose que je veux c'est mon bonheur avec celui d'Haiz pour l'instant, je redresse doucement ma tête et fixe Haizea:

- Avant que je te dises ce que je ressens vraiment ... J'aimerais que tu me promettes une chose alors ...

Bien qu'il était facile de devenir ce que je ressentais pour elle depuis ses derniers temps ... Je veux qu'elle me promette une chose. J'ai du mal à lui demander car c'est une chose horrible, terrible et surtout ... Je ne devrais pas demander à elle. Mais si jamais ce que je pense ce réalise, je préfère que ça se finisse comme ça que d'une autre façon. Je continue tout de même à garder le silence un moment en la fixant dans les yeux. Nos visages sont proches et je ne souris pas mais ne fait pas la tête non plus. Quoi qu'on peut lire une légère grimace:

- J'ai vraiment envie de vivre des moments et jours heureux avec toi, mais tu sais ce que je suis au fond ... Si jamais je devais devenir un monstre, te mettre en danger ou autre ... Je veux que tu n'hésite pas à m'arrêter. Que ça soit simplement me rappeler à l'ordre ou de façon plus extrême .... me tuer.

Oui j'étais sérieux. Je sais c'était moche de dire ça en plein milieu de la déclaration d'Haiza, mais je ne voulais pas entendre la suite avant qu'elle ne me promette ça. Sinon je ne serais jamais rassuré. Je veux juste la protéger en lui faisant promettre ça. Je ne sais pas de quoi demain sera fait, si mon frère venait à mourir, si un proche venait à disparaître, rien ne me dit que cette chose que devient ne prendra pas totalement le dessus. Si c'est le cas, je veux que la personne en qui j'aurais le plus confiance et que j'aime le plus m'arrête. Malheureusement, je ne peux pas demander ça à mon frère, il est trop gentil et essayerait de me raisonner et si je lui en parle maintenant de ça, je sais que ça va être lourd entre nous deux. Il va me faire faire le tour des psy de la ville.

- J'ai vraiment envie ... de partager encore plus de chose avec toi, crois moi. Mais comme je te disais, je ne sais pas si je vivrais avec l'idée de pouvoir te blesser toi. Si jamais ça arrive, je veux que tu me promettes juste ça. C'est la seule chose égoïste que je te demanderais ...

Je baisse de nouveau le regard et me redresse légèrement en silence. Puis relève pour regarder haiz dans les yeux:

- Parce que je t'aime Haizea et je ne veux êtres sur que je ne serais jamais la source de ton malheur ou ta douleur.

Je rougis un peu, la dernière phrase fait un peu nyanyan oui, mais je le pense vraiment donc autant que ça sorte.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Sam 14 Jan - 15:25

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

- Je dois avouer ... que ça me rend heureux alors. 

Bon, ce n'était pas si compliqué que ça finalement, de simplement dire la vérité. Même si j'avais craint qu'il ne le prenne mal ou autre. Maintenant, je me sens soulagée. Je l'ai dit, il sait et au final, tout le monde est content. J'en sourirais presque mais d'abord, je dois aussi arriver exprimer tout ce qui me reste sur le coeur. Ça parait facile mais je n'ai jamais été très forte pour dire les choses, les ayant toujours dessinées.

Bon, j'ai réussi à tout dire mais maintenant, je me sens encore un peu nerveuse. Oui, je ne suis vraiment pas douée avec les mots, je n'en ai pas l'habitude. Mais au moins, je l'ai fait. Il n'empêche que j'ai du mal à déchiffrer son expression et lorsque je me retrouve bloquée contre le mur, son regard me surplombant d'une bonne 15aine de centimètres, je sens mon coeur s'emballer de nouveau. Pourtant, il n'y a aucune raison pour.

- Avant que je te dises ce que je ressens vraiment ... J'aimerais que tu me promettes une chose alors ... 

"- ... Quoi donc ?"

- J'ai vraiment envie de vivre des moments et jours heureux avec toi, mais tu sais ce que je suis au fond ... Si jamais je devais devenir un monstre, te mettre en danger ou autre ... Je veux que tu n'hésite pas à m'arrêter. Que ça soit simplement me rappeler à l'ordre ou de façon plus extrême .... me tuer.

Hein? Comment? Mais, il n'est pas sérieux, là? Il ne peux pas me demander ça. Et puis, je suis censée répondre quoi? Comme si je pourrais me décider à le tuer sans la moindre hésitation. C'est tout simplement impossible. Et puis, de toute façon, cette situation n'arrivera pas. Jamais. C'est impossible. Oui, voilà. Pourtant, j'en ai arrêté de respirer et mal dans la poitrine. Parce que je sais qu'il ne m'aurait pas demandé ça si il n'y avait vraiment aucun risque.

Mais je n'arrive pas à lui répondre. Je me force à déglutir, malgré tout inquiète de l'entendre parler de ça avant de finir par hocher la tête. Je ne le ferais pas de gaieté de coeur, je ne sais même pas si j'en aurais vraiment la force mais s'il me le demande, je n'ai pas le droit de refuser. Même si cela me fait mal, c'est aussi son choix et il ne prendrait pas la peine de ramener ce sujet douloureux sur le tapis juste pour le plaisir.

- J'ai vraiment envie ... de partager encore plus de chose avec toi, crois moi. Mais comme je te disais, je ne sais pas si je vivrais avec l'idée de pouvoir te blesser toi. Si jamais ça arrive, je veux que tu me promettes juste ça. C'est la seule chose égoïste que je te demanderais ...
Parce que je t'aime Haizea et je veux être sur que je ne serais jamais la source de ton malheur ou ta douleur.


Pour le coup, je n'arrive pas à réagir. Trop de choses se mélangent dans ma tête. Oui sa demande est égoïste mais elle est tellement compréhensible aussi. Je sens les larmes monter à mes yeux même si je les retiens de mon mieux. Pourtant, en même temps, j'ai envie de sourire. Parce que ces derniers mots, je les ai très bien entendu et à eux seuls, ils parviendraient à gommer tout ce qu'il a évoqué plus tôt.

"- C'est... promis... Je le ferais..."

J'ai vraiment du mal à articuler ça et une fois ces mots parvenus à m'échapper, je viens refermer mes bras autour de son torse, collant ma tête contre son épaule, comme pour m'assurer que ourle moment, il n'y avait pas de risque. Il était bel et bien là et toutes ces inquiétudes, j'avais aussi le droit de les oublier, de les enfouir loin pour ne plus penser qu'au sourire et à ce qui l'a fait naître.

"- Par contre, je veux aussi que... Tu me promettes quelque chose...
Que même si on est... pas de la même famille... Cela ne changera rien... "


Oui, je ne peux pas faire comme si je ne savais pas. Nos camps sont ennemis même si nous, nous nous aimons. Et pour avoir vu déjà 2 fois comment ont terminés des couples inter-factions, je ne peux pas nier mon angoisse. Même si Kira a des amies elementis, que même mon maître en est un, si la guerre se faisait plus dure, nous n'aurions peut-être pas le choix. Oui, je suis une idiote et je sens mes larmes commencer à couler alors que je tente de les effacer avant qu'il ne les remarque.

"- Je.. Moi aussi... Je crois que..."

Je t'aime. Mais je n'arrive pas à le dire. Je ne suis pas aussi forte que lui, je ne connais pas vraiment tout ça et même si je me sens bien là, avec lui, j'ai encore un peu peur. De devoir faire ce que j'ai promis. D'être obligé un jour de tenir ma parole. Je finis par lâcher un léger soupir avant de desserrer un peu mon étreinte sans reculer pour autant. De toute façon, avec le mur, je ne peux pas aller bien loin.

"- Ça te va bien... la chemise..."

Oui, je change de sujet, aussi pour essayer de ne pas rester focalisée sur ce qui me fait peur. Je sourie, un peu maladroitement, les joues toujours colorées. Maintenant qu'il est habillé, il va falloir penser aussi à rentrer.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Sam 14 Jan - 16:12

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

Oui ma demande est purement égoïste mais je ne veux pas que si ça arrive elle me laisse faire c'est tout. Ca me fait vraiment ça de lui demander ça pendant ce moment mais j'ai besoin de savoir. J'ai besoin de le lire sur ses lèvres car je ne sais pas si je pourrais avancer pleinement dans cette situation si elle ne peut pas me le promettre. Blesser un être chère n'est pas une blessure qui fait mal physiquement mais c'est une blessure qui ne se refermera pas qui vient déchirer l'âme de l'auteur et est plus douloureuse que n'importe laquelle des souffrances physiques que j'ai connu pour ma part.

"- C'est... promis... Je le ferais..."

Je viens doucement lever la main et la pose sur la joue d'Haizea. Je lui caresse doucement, je vois qu'elle a du mal à le dire et même le penser et je suis content qu'elle ce surpasse pour me le promette. Je souris légèrement, c'est stupide d'être heureux de savoir que ma mort est peut être proche, mais je sais pas ça me va parfaitement. Si on devait écrire une histoire avec moi comme héros, ça devrait être une tragédie. C'est ce que j'ai toujours pensé et je le pense encore, mais il faut croire que dans ma tragédie j'ai le droit à une grande par de bonheur, et ce bonheur est simplement Haizea en ce moment même.

"- Par contre, je veux aussi que... Tu me promettes quelque chose...
Que même si on est... pas de la même famille... Cela ne changera rien... "


Les familles, ai je envie de briser ce qu'on s'apprête à construire entre nous, pour elles. Je n'ai jamais voulu en faire partie. Je l'ai seulement fait pour voir mon père me complimenter une fois dans sa vie. Au final ça n'a fait qu'empirer et je suis devenu ce que j'étais. Je me demande si jamais la guerre entre les 2 familles éclataient de nouveau de façon violente, si je pourrais m'en prendre à Haiz et sa famille. Sûrement pas. Je préfèrerais encore retourner ma veste et trahir les élémentis plutôt que de toucher à Haiz et ses proches. Mais on y est pas et j'espère qu'on en arrivera pas la du moins.

- Je n'hésiterais pas un seul instant à retourner ma veste si ça éviterais un conflit entre nous deux.

Je pose ma main dans son dos pour la caresser doucement pendant qu'elle se colle contre moi. Oh non, je n'hésiterais pas une seule seconde à tourner ma veste contre eux. Je ne ferais pas les mêmes erreurs, je protégerais totalement les personnes que j'aime car c'est la seule chose que je veux. Je pense que j'en suis capable, il va juste que je devienne plus fort pour cela.

"- Je.. Moi aussi... Je crois que..."

Je rougis doucement, je pense deviner la suite dans mon esprit et je suis pressé de lire la suite. Je la regarde se décoller de moi doucement et....

"- Ça te va bien... la chemise..."

Ah ... Non c'est à ça que je m'attendais en fait. Mais je ne suis pas pour autant déçu, je souris doucement et la regarde, j'ai envie de quitter ses discutions sombres, encore un acte égoïste de ma part qui fuis ce que j'ai commencé, mais enfin je ne pense pas que ça la dérange:

-  Tu trouves ? Je devrais en porter un peu plus souvent alors.

Je souris doucement me reculant un peu pour enfin la laisser libre de bouger comme elle veut je viens mettre mes mains dans mes poches et regarde l'endroit, y avait encore toujours du bordel mais bon. On peut pas dire que ça soit l'heure de ranger, il doit vraiment être tard, il fait même nuit je peux le voir car la pièce c'est encore assombris alors qu'on est la que depuis quelques minutes.

- On devrait rentrer, il se fait tard, je te raccompagne ?

Je souris doucement à Haizea et sors de la pièce avec elle. Je suis vraiment content d'être venu aujourd'hui, au final ça a été une très bonne journée et le fait d'avoir fait la vaisselle passe beaucoup mieux en fait. Je tends doucement ma main à Haiz rougissant un peu. Je tourne légèrement la tête vers les fenêtre extérieur et oui il fait déjà bien nuit en fait.

- On va essayer de ne pas trop s'attarder quand même, je sens qu'il va faire vraiment froid cette nuit

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Sam 14 Jan - 17:30

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

- Je n'hésiterais pas un seul instant à retourner ma veste si ça éviterais un conflit entre nous deux.

Non, ce n'est pas ce que je te demande. Tu ne devrais juste pas avoir à choisir entre les Elementis et moi. Tout comme je ne veux pas avoir à faire ce choix. Sa réponse me rassure malgré tout parce que je la sais sincère. Mais même s'il n'est pas proche des Elementis, son frère et son père en font partie. Les liens du sang restent toujours très puissant, je le sais bien. Enfin, je n'ai pas envie d'y penser davantage.

Je n'ai pas réussi à lui dire ce que je voulais et pour le coup, je suis un peu déçue mais bon, j'ai encore du temps. J'y arriverais, un jour. Mais pas encore aujourd'hui. A la place, je viens remplacer ce que je voulais dire par une simple banalité. Mais c'est vrai que ça lui va bien. Je suis certaine qu'en costume de majordome, il aurait fait sensation.

- Tu trouves ? Je devrais en porter un peu plus souvent alors.
On devrait rentrer, il se fait tard, je te raccompagne ? 


"- C'est gentil, merci."

Sur le coup, je serais presque déçue qu'il recule. Finalement, j'étais vraiment bien là. Mais en effet, la nuit est déjà bien tombée et bientôt, tout l'établissement sera fermé. Je suis Nemeroff qui est déjà en route et quitte la pièce. Je verrouille la salle avant de le rejoindre, venant glisser mes doigts entre les siens lorsqu'il vient tendre sa main vers moi. Je sourie doucement, les joues toujours un peu colorée mais presque moins que lui, ce qui m'amuse un peu.

- On va essayer de ne pas trop s'attarder quand même, je sens qu'il va faire vraiment froid cette nuit

"- Tu dois rentrer à l'orphelinat? Tu vas faire le trajet tout seul? De nuit, comme cela, tu es sur que c'est prudent?"

Pas que je n'ai pas confiance en lui mais bon, je me souviens encore de la morsure du loup lors de son emménagement alors je m'inquiète un petit peu. je sais qu'il sait se débrouiller seul mais quand même. En plus, en me raccompagnant, il va perdre du temps.

Les couloirs sont vides et nous atteignons la grille de l'entrée sans croiser personne. Il reste quelques fenêtres d'allumer mais vraiment plus grand chose. La fête est bel et bien terminée cette fois. Comme les rues semblent vides également, je laisse sortir Saï, qui commence par venir se coller à mon cou et se frotter contre mon visage avant de venir s'installer sur nos deux mains jointes, en fixant Nemeroff avec un regard curieux.

"- Je crois que lui aussi, il t'aime bien. Tu as de la chance parce que mine de rien, il a pas mal de caractère. Il a essayé de tenir tête à Astra, c'est pour dire. "

Bon, il avait vite compris qu'un loup n'était pas aussi facile à amadouer que moi et que lui aussi était un animal sauvage. Il n'empêche, je suis persuadée qu'il tentera la même en croisant Gustave. Après s'être laissé balancé un peu, le voilà qui vient escalader le bras de Nemeroff jusqu'à venir se percher sur son épaule avant de placer son visage juste devant le sien. Et après l'avoir observé minutieusement, le voilà qui vient poser furtivement sa bouche sur la sienne.

"- SAÏ !!!"

Un cri qui ressemble à un rire échappe au petit primate qui revient se oser sur nos mains une seconde avant d'aller se réfugier dans ma poche. Il sait qu'à cet instant, je ne peux pas venir l'en déloger. Mais c'est pas vrai, qu'est-ce qui lui a pris?

"- Je suis désolée... Il est encore tout petit et parfois... il fait des trucs comme ça... Je ne sais pas trop... Ce qui lui passe par là tête... "

Il me l'a déjà fait, à moi aussi. Cette fois où Nemeroff avait prétendu glisser. La première fois. Enfin, pour le coup, je suis un peu gênée malgré tout. C'est mon pouvoir après tout, je suis censée devoir le maîtriser, non? Je suis certaine que Yona savait mieux se débrouiller que moi. Non, je ne dois pas penser à cela. Il n'empêche, je me sens vraiment gênée pour le coup.

"- Enfin... excuse-le, sil te plait... Il n'est pas méchant au fond... juste un peu trop joueur peut-être... A copier bêtement ce qu'il voit..."

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Sam 14 Jan - 18:09

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

Je sens la main d'Haiz se glisser dans la mienne, je suis plutôt content à vrais dire et je serre mes doigts aux siens. Je ne sais pas pourquoi mais je rougis encore et éprouve de la gêne. Peut être le temps de s'y habituer je suppose. Mais enfin ce n'est pas grave, ça me rend peut être plus mignon qu'au naturel je suppose.

"- Tu dois rentrer à l'orphelinat? Tu vas faire le trajet tout seul? De nuit, comme cela, tu es sur que c'est prudent?"

Pas faux, mais il est déjà tard et toute que j'y aille maintenant ou pas je devrais y aller. Donc autant être sur qu'Haiz rentre chez elle sans problème. Puis de toute façon je peux largement faire face aux bêtes de la forêt, enfin je pense, j'ai pas vraiment essayer et l'idée ne me tente pas, elles ne m'ont encore rien fait ses bêtes j'ai pas de raison d'aller leur botter les fesses. Ca serait de la méchanceté purement gratuite et ce n'est pas mon envie pour le moment.

- Ne t'en fais pas ... De toute façon je devrais y aller dans cette forêt que je te raccompagne ou non. Autant rester encore un peu avec toi

Je lui souris et passe la grille de l'école en silence. Cet endroit est vraiment glauque la nuit quand même. Je me demande ce que ça fait de passer toute une nuit ici. Ca ne doit pas être la nuit la plus agréable je pense. Surtout qu'il y a plein de rumeur qui circule ici. Des gens qui rentrent mais ne ressortent jamais. Des espritsssss ... Non je pense que c'est les élémentis qui utilisent le passage et qui ressortent par l'autre simplement. Puis je sais que si c'est un fantôme on a rien à craindre de lui normalement. Je sens quelques choses se glisser sur ma main et descend le regard pour voir le signe d'Haiz, Saï si je me souviens pour le nom. Il est vraiment adorable comme animal. Il me fixe, je le fixe, nous nous fixons je me demande si j'ai fais un truc qui lui déplait ou si j'ai un truc sur le visage:

"- Je crois que lui aussi, il t'aime bien. Tu as de la chance parce que mine de rien, il a pas mal de caractère. Il a essayé de tenir tête à Astra, c'est pour dire. "

Je souris doucement, oh il m'apprécie donc. Tant mieux alors, je dois bien le dire, ça me rassure de le savoir, je sais pas comment ça doit être dans le cas contraire. Je me demande si c'est déjà arrive qu'un animal ne s'entendent pas avec son maître Domae ou un de ses proches. Ca doit être drôle à voir, mais pas à vivre. Je frotte doucement ma nuque avec ma main libre en souriant:

- Je vois, je préfère ça à l'inverse ahah. Mais qui est Astra ?

Je penche la tête doucement, je ne connais pas d'Astra, sûrement une personne qu'Haiz connait. JE souris doucement quand je sens quelques choses monter sur mon bras et se mettre devant mon visage. Je ne bouge plus et me penche légèrement en arrière regardant la petite bête sur moi. Elle me fixe de nouveau puis vient poser ses lèvres sur les miennes et la ...je ne rougis pas mais j'ai un blocage. Attend un singe vient de m'embrasser la .. Beurk, mais ce qui me choque le plus c'est pourquoi il a fait ça?

"- SAÏ !!!"

La petite boule de poil se sauve assez rapidement en redescendant par mon bras et saute dans la poche d'Haizea pour se cacher, je suppose que c'est pour se cacher. Je reste silencieux à se spectacle, c'est ... dégoutant mais soudain je me mets à rire, oui c'était assez drôle malgré tout. Ce n'était pas méchant je suppose, mais j'avoue que je n'aurais jamais pensé ... Me faire voler un baiser pour un singe.

"- Je suis désolée... Il est encore tout petit et parfois... il fait des trucs comme ça... Je ne sais pas trop... Ce qui lui passe par là tête... "
"- Enfin... excuse-le, sil te plait... Il n'est pas méchant au fond... juste un peu trop joueur peut-être... A copier bêtement ce qu'il voit..."

Je ne lui en veux pas. Comme elle vient de le souligner, ce n'est pas méchant comme geste, puis il m'aime bien c'est tout. Je ferais quand même plus attention la prochaine fois, ça me gêne un peu quand meme de me faire embrasser par un singe. Je me remets à avancer doucement avec la main d'Haiz dans la mienne:

- C'est pas grave, je ne m'y attendais juste pas en fait, je suppose que ce n'est pas méchant oui

Je continue d'avancer me souvenant du chemin pour remmener Haizea, on est plus très loin d'ailleurs, on a fait plus vite que quand je la portais. Je me rappel vaguement de ce jour, c'est vraiment la que mes sentiments pour Haiz ont changés je pense. Peut être car c'est une des seules qui était la pour me réconforter, me dire la vérité. Je souris un peu en y repensant puis je la regarde:

- Dis Haiz, je crois que j'ai jamais autant apprécier une journée que celle-ci.

Oh que oui. Cette journée me paraissait plus qu'agréable et y avait pas besoin d'être surdoué pour savoir quelle en était la raison. C'était simplement elle, Haizea. Mon sourire persiste, je crois que j'ai explosé le quota de sourire que je m'étais fixé il y a un moment, mais pas grave, je rattrape ce que j'ai perdu aussi. On arrive dans la rue d'Haizea et je vois sa maison au loin. Le chemin est vraiment passé vite quand même par rapport à la dernière fois. Peut être car c'était plus plaisant que la dernière fois justement, j'avais peur pour Haiz puis je devais la porter doucement donc j'étais bien plus lent ce qui est logique:

- Bon je crois que tu es arrivée ... Ta maison est vraiment cool quand même

Je m'en souvenais mal la dernière fois que j'étais revenu, mais je m'en souviens très bien. Elle est vraiment grande, je me demande ce que font les parents d'Haizea pour avoir ça. Enfin ça me regarde pas et je m'en fiche quand même dans le fond ça ne m'apportera rien de le savoir. Mon regard vient se reposer sur Haiz:

- C'est le moment ou on se sépare non ?

Je souris un peu.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Sam 14 Jan - 18:53

Fête des écoles, Chapitre final ...

Feat.... Nemeroff Dreiden

- Je vois, je préfère ça à l'inverse ahah. Mais qui est Astra ?

"- C'est l'animal de Kira. Le grand méchant des contes pour enfants. "

Oui, il devrait facilement deviné comme cela. Comme Nashoba, il est au courant que Kira est Badwolf alors, son animal ne devrait guère l'étonner. mais je préfère malgré tout ne pas le crier sur les toits. Même s'il n'y a pas grand monde, nous sommes quand même en guerre alors, la sécurité avant tout.

Quand à Saï, j'avoue que pour le coup, je me sens vraiment gênée par son comportement. Je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il fasse une chose pareil. Il allait falloir à la maison que j'arrive à lui expliquer que ce genre de chose ne se fait pas. Sur le coup, nous nous étions arrêté mais Nemeroff se remet en marche et je le suis, ma main toujours au creux de la sienne.

- C'est pas grave, je ne m'y attendais juste pas en fait, je suppose que ce n'est pas méchant oui  

"- Je pense que je vais devoir lui apprendre les bonnes manières. Il ne manquerait plus qu'il fasse ça à tout le monde."

Bon, pas la peine de s'inquiéter inutilement. Si j'y repense vraiment, il ne fait en effet que nous copier. Enfin, j'aimerais autant qu'il ne prenne pas cette habitude. Même si je n'arrive pas vraiment à être en colère contre lui, plus amusée qu'autre chose au final. Mais bon, je ne suis déjà pas douée alors si il se met à me faire ce genre de sale coup, ça ne va pas m'aider, loin de là.

-Dis Haiz, je crois que j'ai jamais autant apprécier une journée que celle-ci.

"- C'est vrai que c'était... particulièrement sympa..."

Saï vient sortir le bout de son nez de la poche, comme pour me demander l'autorisation de revenir avec nous. Je soupir légèrement mais acquiesce de la tête et ce dernier revient se percher sur mon épaule libre, la plus loin de Nemeroff, qu'il observe toujours, avec une sorte de rictus amusé. Oui, tu t'es bien amusé mais maintenant, ça suffit. En plus, nous sommes déjà arrivés bien que je n'ai pas vu le temps passé.

Bon je crois que tu es arrivée ... Ta maison est vraiment cool quand même.
C'est le moment ou on se sépare non ?


"- Oui, il le faut bien... Soit prudent sur la route en rentrant, d'accord ? "

Je ne peux pas lui demander de ne pas rentrer chez lui mais en même temps, je me sentirais plus rassurée si je savais qu'il ne faisait que changer de Quartier. Je lui rend son sourire avant de lâcher sa main, venant chercher mes clefs avant d'ouvrir le portail. Mais au lieu de montre les marches du perron, je me retourne une nouvelle fois avant de venir rapidement, juste brièvement, l'embrasser. Histoire de revenir à égalité.

Le rouge monte furieusement à mes joues la seconde où nos regards se croisent encore avant que cette fois, je ne gravisse les marches peut-être un peu trop vite. Tandis que je déverrouille la porte, Saï sur mon épaule observe Nemeroff en lui faisant un signe d'au-revoir de la main, le temps que nous entrions et que la porte refermée, il ne soit plus dans mon champs de vision.

Je dépose mon manteau en vitesse avant de monter dans ma chambre. Ewan et Thalia sont déjà couchés, épuisés par leur journée et Vilmos travaille ce soir. Kira est sous la douche dont j'entends l'eau couler, ce qui me laissera le temps de retrouver des couleurs normales et d'éviter un trop plein de questions. Et déjà, je viens poser mon front contre la vitre de la fenêtre donnant sur la rue, où je parviens encore à distinguer sa silhouette s'éloigner. Faisant s'éterniser encore quelques instants mon sourire...

Revenir en haut Aller en bas
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   Sam 14 Jan - 19:38

Fête des écoles, Chapitre 2.
F. Haizea
J'écris en Firebrick

Mmhh...

Je souris un peu en voyant Haizea commencer à partir. Je suis vraiment heureux. On est donc ensemble ? Je penche légèrement la tête en y repensant et c'est un "OUI" pour moi. Je souris fièrement, je sens que je vais passer une bonne nuit. Alors que je rêvais un peu sur tout ça, je vois Haiz descendre des marches et venir devant moi et m'embrasser doucement. La aussi je ne m'y attendais pas et je deviens totalement rouge. Je la laisse faire et ferme les yeux, puis je la vois partir assez vite pour rentrer chez elle. Oh mon dieu qu'est ce qui c'est passé. J'ai l'impression d'avoir été frappé par la foudre en quelques instants. Je pose ma main sur mon torse, mon coeur va éclater je crois. Mais un grand sourire vient se dessiner sur mes lèvres puis je passes mes doigts sur ses dernières. Cette fois, elle avait vraiment fait pas envie non? C'était bien meilleur comme ça.

Je penses que je peux mourir heureux, enfin non pas vraiment mourir car ça commence juste, mais je suis content de la tournure des choses. Je me tourne en silence mettant les mains dans mes poches et commence à partir. Directement l'orphelinat, j'espère que j'aurais pas de soucis. Enfin j'y pense pas vraiment car la seule chose à laquelle je pense la, c'est Haizea, je me demande ... Si je dois le confirmer à Lenka et Arora qu'ils avaient raison, bien qu'il n'avait pas raison au moment ou ils ont vu tout ça. Ah je me sens fière de moi, faudrait que j'essaye de voir mon frère pour lui en parler ... Enfin pour l'instant c'est pas trop le moment je suppose. Je sens que tout cela va être bien beau.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fête des écoles, Chapitre final ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fête des écoles, Chapitre final ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Archives~ :: Corbeille :: Les Rps 2017-