Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

San L. MonsutaMessages : 336
Date d'inscription : 20/05/2015


MessageSujet: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Jeu 29 Sep - 23:05




Laisse Lucy faire.


Enfin le grand jour;

Depuis maintenant un petit moment, San avait proposé à Roxane de l'accompagner pour un grand voyage. Quitte à être ensemble durant un mois, autant que ce soit dans des circonstances agréables. Non pas qu'il regrettait l'été qu'il avait passé avec sa meilleure amie, mais il envisageait quelque chose de plus exotique innovant. Pas de raison particulière non. Il retournait simplement voir ses parents et quitte à voyager, autant faire découvrir à Roxane de nouvelles choses qu'elle pourra raconter à ses élèves et qui lui permettront de crâner à son travail.

Au programme : bateau, jusqu'en France, une semaine à Paris, puis train jusqu'à l'est de l'Asie et re-bateau pour aller au Japon, direction Monsieur et Madame Monsuta.

De l'appréhension, oui c'est ce qu'il ressentait. Il espérait que la rencontre entre ces deux mondes totalement opposés d'énergie à revendre de Roxane et de calme et tempérance des deux japonais allait bien se passer. Et pourvu que Roxane ne fasse pas de gourde ..

Pas seulement Roxane d'ailleurs. Maintenant que les animaux avaient fait leur réapparition, il fallait prendre en compte un nouveau facteur à risques : Chips.
San avait laissé Hanta aux bons soins de Rolins et ne l'invoquera, sauf incident, que lorsqu'il sera chez ses parents. Il savait pertinemment qu'en France comme ailleurs, les panthères n'étaient pas considérées comme des animaux de compagnies et pouvaient causer bien des problèmes de par leur seule présence.

Il avait consciencieusement rempli deux valises de linge ainsi que de petites gâteries pour tenir le raton laveur tranquille, lors des longs voyages : Des chips aux crevettes.

Première mission, arriver à l'heure pour prendre le bateau. San était actuellement en bas de l'immeuble de la Sorcière attendant impatiemment qu'elle bouge ses fesses hors de chez elle et qu'elle entre dans la calèche qui les y conduirait. Il hurla depuis la rue.

- BON ROXANE TU TE BOUGES ?

 
Il avait menti bien sur. Il visait large et avait fait croire à la Princesse, qui prenait plus que le temps qui lui était accordé pour se préparer, que le bateau partirait une heure plus tôt que l'horaire annoncé. On n'est jamais trop prudent.

Ft. Roxane S. Sharpe.


© Halloween







Couleur :
Goldenrod.






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 465
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Ven 30 Sep - 0:30

San L. Monsuta & Roxane S. SharpeJ'vous cause en crimson (#DC143C)


Laisse Lucy Faire

C'EST. LE. GRAND. JOUR.

Enfin ça j'pourrais vraiment le dire et le clamer sur tous les toits une fois que j'aurais bien émergée d'mon long sommeil... J'sautillais partout hier soir, toute contente de partir que j'me suis endormie tard, très tard... Trop tard. Du coup j'rattrape mon retard c'matin. Mon réveil finira bien par sonner t'façon hein ? Mes valises sont prêtes depuis plusieurs semaines maintenant, mes jours ont été posés, l'tonton est déjà au courant, bref j'ai juste à m'lever et descendre les escaliers avec mes valises ; encore faut-il que j'ai la foi d'me lever. J'entends mon réveil s'acharner avec persévérance dans mes oreilles mais j'sais pas... L'envie d'ouvrir les yeux n'est pas là. J'voudrais rester encore dans mon plumard.

- BON ROXANE TU TE BOUGES ?

Levant la tête de l'oreiller d'un seul coup, j'reste bloquée quelques secondes... Est-ce que c'est San que j'viens d'entendre ? J'regarde l'heure. Puis ma fenêtre ouverte. Puis ma valise. Putaiiiin, faut que j'me lève. J'pense que c'est mort pour décaler le voyage maintenant hein ? Glissant hors du lit, j'me jette sur la fenêtre que j'ouvre pour jeter un p'tit coup d'œil en bas où j'remarque San qui m'attend. Les cheveux en pétard, la trace de l'oreiller encore sur la joue ainsi qu'une voix à moitié endormie, j'tente d'être très convaincante histoire de pas trop m'faire engueuler.

- Zui là dans deux minuuuuuutes.

Max. Deux minutes max. Refermant la fenêtre, j'me dépêche d'enfiler les vêtements préparés la veille et jette un coup d'œil à ma piaule en vérifiant que j'n'ai rien oublié ; normalement c'est bon. Aza' dans le salon à côté d'mes valises a décidé de se lever pour me souhaiter un bon voyage, même si il ne me le montre pas j'suis sûre qu'il est triste que j'parte ! Coucou rapide, j'engloutis des céréales rapidement avec un peu d'lait puis cours dans la salle de bain pour me brosser les dents tout en rangeant ma trousse à maquillage dans laquelle s'trouve plein d'trucs de filles... Et des trucs tout simplement utiles comme du gel douche ou du shampoing. J'range ensuite ma brosse à dents dans ma trousse que j'range dans ma valise et enfile rapidement mes chaussures.

Est-ce que je prends mon arc ?
Mmh. On fait un voyage pour s'détendre et rigoler pas pour s'taper sur la gueule des gens et puis on va rencontrer quoi en France à part des gens pressés ? Et puis les parents d'San vont pas m'agresser quand ils vont m'voir. J'ai d'ailleurs pensé à prendre un dico histoire de pouvoir parler avec eux ! J'ai apprit quelques mots aussi, j'suis trop fière de moi ! Bon pas d'arc. Chips sur mes pas est aussi impatient qu'moi et a dormit toute la nuit sur mes valises pour éviter qu'j'l'oublie. Impossible, t'es tellement gros qu'on peut pas te louper. M'enfin, ce n'est que mon avis. Ma valise à roulettes dans les mains dont un sac en plus est posé dessus, j'm'approche d'Aza' afin d'lui dire un dernier au revoir.

- Allez ! T'as pas un truc à dire à ta nièce préférée avant qu'elle s'en aille ?

"Prends soin de toi", "Fais attention à toi là-bas", "Bon d'accord, c'est vrai que tu vas me manquer durant ces deux semaines...", "Amuse-toi bien".

- Évite de te faire arrêter surtout !

...
J'pensais pas vraiment à ça. Ma tête blasée et ma non réaction à l'don d'le faire exploser d'rire ainsi de m'ébouriffer les cheveux comme une enfant, raaah j'ai dis que je n'aimais pas ça ! Bon très bien, puisqu'il ne veut pas m'le dire j'le dirais pas non plus ! Un simple "Tchou" lancé et me voilà dévalisant les escaliers avec ma valise ricochant contre les marches ; LES GEEEEEEEENS JE PAAAAAARS. Au cas où qu'il n'ait pas comprit encore que c'boucan venait de moi hein ! Mais bon, ils ont dû piger. J'regarde ma montre. 20 minutes. Et bah voilà, qu'est-ce que je disais plus tôt ? Pile dans les temps ! J'sors en faisant rouler ma p'tite valise et me dirige vers mon pote qui m'attend pour monter dans la calèche.

- J'suis lààààààà !

J'veux aucune réflexion quant à mon léger retard. Laissant donc ma valise et mon sac dans la rue, j'monte dans la calèche faisant ainsi bosser les muscles des autres ; eh, faut pas oublier que j'ai des p'tits bras d'poulet moi, j'peux pas porter deux valises comme ça. J'ai même pas tenté d'faire l'inventaire de ce que j'ai emmené, j'ai simplement dévalisé ma penderie, des trucs utiles comme les dicos, mes sous mit d'côté histoire de m'acheter des souvenirs et tout pleins d'autres trucs. Chips à mes côtés est tout aussi impatient qu'moi d'aller visiter les autre pays du monde ! J'lui ai pourtant demandé de rester avec Oncle Aza' mais l'raton voulait à tout prix voyage, donc j'ai été obligée de le prendre.

Calèche chargée, nous avançons jusqu'au port. Durant ce court voyage, nous parlons un peu d'tout et de rien et surtout du déroulement de tout ceci ; c'est la première fois que j'vais prendre le bateau ! C'est la première fois que j'vais quitter Quederla ! Est-ce que j'flippe ? Ouais un peu quand même, j'sais pas comment c'est à l'autre bout du monde moi. En ce qui concerne le mal du pays, ça va, pas comme si je laissais beaucoup de choses intéressantes derrière moi ; à part mon oncle et mon frère, personne ne va réellement m'manquer ! Ok ok, Blood' va p't'être un peu me manquer maiiis... J'lui enverrai des pigeons voyageurs pour discuter et voilà.

Arrivés au port, j'saute partout pour pouvoir embarquer sur le bateau... Mais faut montrer les billets, les passeports, les trucs chiants histoire de pouvoir quitter l'pays ; laissez moi partireuuuuuh. Et après plusieurs heures dizaine de minutes d'attente, nous voilà enfin sur le bateau ! J'rejoins l'attroupement au bord afin d'faire coucou aux gens restés sur le port. J'connais personne et personne ne me connait mais j'aime bien faire coucou... Voilà, c'est tout con en fait. Ma BA faite, j'me dirige vers San en sautillant... C'est le grand jour, on est enfin parti !! On va enfin quitter Quederla pour deux semaines ! Deux semaines loin des emmerdes ! Faisant ma p'tite danse de la joie autour de San, j'montre ainsi à tout le monde que j'suis contente d'être là.

- On part en vacances ! On part en vacances ! On part en vacances ! On part en voya...

Puis d'un coup les paroles de Boa m'reviennent en tête... Elle m'avait dit que l'histoire avec mon homme exotique commencerait par un voyage spirituel ou j'sais plus quoi... Naaaaaaaaaaaaan, elle a sûrement tort. C'rien ça. T'façon j'ai prévu de mener ma p'tite enquête durant ces deux semaines, histoire d'en savoir plus et savoir si il est vraiment l'homme de la tasse de thé ou d'café ; arrêtant d'sautillant au moment où un employé du bateau s'approche d'nous, j'me demande si il va me reprocher ma joie d'vivre... P't'être que j'fais tanguer le bateau à force de sauter ?

- Bienvenue à bord de notre navire, nous vous souhaitons un agréable voyage. Je suis Ivan, voulez-vous que je vous conduise jusqu'à vos cabines ?

- Un peu mon n'veu !


Dis-je en donnant un p'tit coup de poing amical dans l'épaule de ce fameux Ivan, mais ce dernier préfère m'ignorer et continuer sa route comme si de rien n'était.

- Très bien suivez-moi, c'est par là.

Gros veeeeent.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

San L. MonsutaMessages : 336
Date d'inscription : 20/05/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Jeu 20 Oct - 11:16




Laisse Lucy faire.


Bon .. En retard comme d’habitude, mais en avance sur l’horaire initial. Décidément, San pouvait se féliciter, pour une fois, de connaître si bien son amie. Toutes ces années passées à ses côtés lui permettaient de prévoir exactement ou presque les problèmes qu’elle allait poser. C’était comme s’il était Domae et que Roxane était son pouvoir en fait. Aussi emmerdante que Chips quand elle s’y met, et aussi adorable quand elle veut obtenir quelque chose.

San et son pouvoir roux arrivèrent au port. Il donna les billets qu’il avait acheté plusieurs semaines auparavant, à une hôtesse qui leur souhaita un bon voyage avant de les laisser grimper sur le pont. La plupart des personnes étaient des gens de bonne fortune. Alors que tous deux visitaient les lieux des yeux, Roxane prit l’initiative de s’approcher du bord du bateau et fit de grands signes à quelqu’un. S’approchant d’elle, San essaya de voir qui elle saluait. Kesselfé ? Y avait personne du moins, en avait-il l’impression qui lui faisait signe. Personne qui hurlait son prénom en larmes. Bon ça doit encore être un de ses délires à elles. Il avait envie de lui demander à qui elle faisait signe mais .. il savait pertinemment qu’elle faisait semblant. Il lui avait menti sur l’horaire du bateau il n’y avait donc aucune foutue chance pour que quelqu’un sache qu’elle était sur le bateau là, maintenant, tout de suite. San l’abandonna à ses salutations de ses fans histoire de visiter un peu le bateau mais .. à peine avait-il fait une dizaine de pas, que Roxane revint à la charge, faisant la danse moisie d’une pluie moisie autour de San en invoquant un démon moisi.

- On part en vacances ! On part en vacances ! On part en vacances ! On part en voya...


Elle lui donnait déjà mal à la tête. La voyant s’arrêter d’un coup, San leva simplement un sourcil se demandant ce qu’il lui arrivait, bien que cette question n’avait ni queue ni tête. C’est Roxane. Ca se pose pas comme question ça. Par contre, celle qui était plus que légitime était celle qui consistait en se demander ce que toutes ces personnes qui regardaient le couple pouvaient bien penser. Peu importe. Un homme en costume bleu marine s’approcha du groupe.

- Bienvenue à bord de notre navire, nous vous souhaitons un agréable voyage. Je suis Ivan, voulez-vous que je vous conduise jusqu'à vos cabines ?


- Un peu mon n'veu !


. . . San baissa la tête, leva les sourcils, et soupira.

- Nous en serions bien aise en effet.  


- Très bien suivez-moi, c'est par là.


Ivan conduisit les deux voyageurs jusqu’à leur cabine. San en avait réservé une assez spacieuse. On lui avait présentée comme telle : Un grand lit ainsi qu’un bureau en ébène, un tapis oriental, une petite table ronde, deux chaises, des rideaux en lin pour la pièce principale. Un petite salle de bain attenante à la chambre-salon.

- Voici vos quartiers. En espérant que vous vous plairez à bord de notre navire. Le repas sera servi à partir de midi, jusqu’à 14 heures. Nous avons une carte assez variée, qui je l’espère vous conviendra. Nous nous y retrouverons, c’est moi qui vous servirai.


- Nous vous remercions pour votre impecable service Ivan. A tout à l’heure alors.


Bon ben .. Voila. Le bateau était maintenant parti depuis quelques minutes et San emmenait Roxane se perdre en haute mer, direction la France. San défit ses valises, rangea ce qu’il pouvait dans une armoire bien moins spacieuse que celle dont il disposait chez lui, devant se battre avec Roxane pour avoir des cintres. Il emmena ensuite sa valise dans la salle de bain et s’y enferma. Il se déshabilla, sortit de ses affaires un paquet de chips aux crevettes… C’est vrai qu’il avait ça. Il entrouvrit la porte, y passa le bras par lequel il tenait le paquet et le jeta au milieu de la chambre.

- Tiens c’est pour ta belette.


Il referma la porte avec suspicion puis hurla.

- Pas pour toi Roxane ! Tu attends le repas toi !


De sa valise, il sortit à présent un kimono en soie, bleu nuit, aux motifs de feuilles couleur or cousues, qu’il enfila, terminant sa tenue avec un pendentif d’un croissant de lune en faux cristal. Pas très précieux mais joli. Il était pas là pour étaler sa richesse de toute façon. Juste paraitre bien habillé.
Il en sortit un autre en soie rouge, aux motifs floraux en or eux aussi, qu’il posa sur le dossier d’une chaise. Sur l’assise, il y déposa une barrette ornée d’une rose postiche mais qui réaliste à laquelle pendaient quelques pierres de peu de valeurs mais brillantes et claires. Il y ajouta un collier fait des mêmes pierres puis ressortit de la salle de bains en priant de ne pas voir son amie la tête plongée dans le paquet de chips de Chips.

- Va te changer Roxane, c’est l’heure d’aller manger. Je t’ai mis tout ce dont tu avais besoin sur une chaise.


Une fois Roxane transformée (San la trouva magnifique mais n'en dit rien), tous deux se dirigèrent vers le compartiment restaurant. Les tables aux nappes blanches étaient attribuées à des groupes et les deux personnes avec qui Roxane et San partageaient la table n’étaient pas encore arrivées. Ivan les conduisit à leur table et leur donna une carte, revenant cinq minutes plus tard.

- Nous vous servirons une entrée commune à tous composée d’amuse-bouches, d’une soupe qui mettra vos papilles en éveil pour vous permettre de mieux apprécier votre repas. Savez-vous ce que vous prendrez en plat principal ?


- Pour ma part, je vais prendre le homard avec du riz pour accompagnement s’il vous plait. Et toi Roxane ?

 

Ft. Roxane S. Sharpe.


© Halloween







Couleur :
Goldenrod.






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 465
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Sam 22 Oct - 20:40

San L. Monsuta & Roxane S. SharpeJ'vous cause en crimson (#DC143C)


Laisse Lucy Faire

Ayant été calmée par le Ivan et le San, j'décide de les suivre avec une p'tite boudeuse pour l'vent que j'me suis prise de la part du premier... C'était si compliqué qu'ça d'me taper dans la main ? Finalement, j'arrête de bouder en voyant la merveilleuse chambre que San avait réservé... Elle est tellement parfaite, est-ce que ça va m'donner envie d'la quitter ? Non, j'pense que j'vais passer mes vacances là-dedans, à moins que les chambres d'hôtel à Paris soient aussi classes ? Et qu'elles tanguent moins aussi. Laissant tomber ma valise à l'entrée, j'me jette sur le lit afin de faire quelques rebonds d'ssus... Il est parfait.

- Voici vos quartiers. En espérant que vous vous plairez à bord de notre navire. Le repas sera servi à partir de midi, jusqu’à 14 heures. Nous avons une carte assez variée, qui je l’espère vous conviendra. Nous nous y retrouverons, c’est moi qui vous servirai.

- Nous vous remercions pour votre impecable service Ivan. A tout à l’heure alors.

- Ouais, t'chou !


J'continue de faire quelques rebonds jusqu'au moment où j'remarque que San défait ses affaires d'sa valise... Un coup d'oeil vers la p'tite armoire me fait comprendre que ça va être la loi du plus fort pour obtenir des cintres, alors telle une furie j'me dépêche de m'emparer d'ma valise et prends les premières affaires qui m'passent sous la main simplement pour chopper les quelques cintres restant. Clairement, c'est lui qui a gagné mais j'n'ai pas dit non plus mon dernier mot... Héhéhéhé. Le voyant partir dans la salle de bain avec sa valise, j'me dépêche de m'emparer de ses cintres afin de retirer ses affaires et les jeter par dessus mon épaule pour mettre mes fringues et replacer les siennes par dessus mais j'me stoppe lorsque j'vois un bras dépasser de la salle de bain... Grillée.

- Tiens c’est pour ta belette.

Voyant un sac de chips voler, j'comprends que finalement non j'suis pas si grillée que ça. OWI DE LA BOUFFE !!! J'vais pour me jeter dessus mais j'suis aussitôt rappelée à l'ordre par monsieur qui souligne le fait qu'on mange dans peu d'temps... Mais c'est pas un soucis ça, dès qu'il s'agit d'la bouffe, j'trouve toujours un moyen de caler ça dans mon corps parfait. Une fois la porte fermée de nouveau, j'ouvre le paquet discrètement pour chopper une petite chips et une deuxième... Puis une troisième... Puis une quatrième puis j'me stoppe lorsque j'me rappelle que je dois ranger mes affaires. Frottant mes mains contre mon jean pour retirer les p'tites traces de chips, j'range mes vêtements sur les cintres et celles de San par dessus... Ni vu, ni connu, j't'embrouille.

La porte s'ouvre de nouveau sur un San complètement changé. Eh il est pas mal ! Le kimono hein. Enfin l'mec dedans aussi. Mais euh. Bref, j'm'embrouille j'vais fermer ma gueule avant d'dire des conneries et donner raison à Boa. Je place rapidement le cintre que j'avais dans la main à sa place tandis que j'me place devant le cadavre du paquet d'chips... Bon bon, il en reste encore quelques unes pour "la belette" mais il se trouve que la belette est perdue quelque part dans l'bateau, et que j'sais toujours pas invoquer mon animal. Et oui c'est problématique ! Bon au pire pas grave, j'le perdrais et demanderai au Conclave de m'en donner un autre. J'dis ça, mais j'sais très bien qu'à la minute où j'vais sortir de la cabine j'vais hurler un énorme CHIIIIPS RAMENE TON DERCH.

- Va te changer Roxane, c’est l’heure d’aller manger. Je t’ai mis tout ce dont tu avais besoin sur une chaise.

- J'peux pas y aller comme ça ?

Ils ont quoi mon jean et ma chemise ? 'sont pas beaux c'est ça ? C'est parce que j'suis rousse ? Bon finalement, j'vais pas me battre très longtemps parce que j'ai la dalle mais aussi parce que j'ai la flemme de débattre sur si j'dois porter ou non une certaine tenue pour manger. J'vais plaisir à San comme ça on s'disputera pas pour une connerie. J'entre donc dans la salle de bain et verrouille la porte derrière moi. Alors il est vrai que je m'attendais à des tenues assez bizarres ou moches mais j'me rends compte finalement qu'il s'agit d'un magnifique kimono en soie rouge... C'est vraiment pour moi ? J'le prends dans les mains pour le regarder et me le pose par-dessus afin de me regarder dans la glace, j'trouve que ça m'va bien.

Puis mes yeux se portent vers la barrette ornée d'une rose ainsi que le collier... J'hésite quand même à les mettre, j'me demande si c'est réellement pour moi tout ça en fait. Est-ce qu'il les a acheté pour pas avoir la honte quand j'traînerai avec lui ou simplement pour m'faire plaisir ? Plissant les yeux de manière suspecte, mon regard passe de la tenue à la porte... Hum... C'est suspect. Boa a p't'être raison. Raaah mais non Boa n'a pas raison, pourquoi elle aurait raison hein ? Il veut juste pas que j'ressemble à un sac un patate et vala, fin des explications. Bon avant de partir dans un débat intérieur qui va m'prendre des plombes, j'enfile le kimono et accroche la barrette dans mes ch'veux et passe le collier autour de mon cou ; ça n'me ressemble vraiment pas mais j'aime bien.

J'sors donc de la salle de bain et suis San en direction d'la bouffe (oui j'ai graave la dalle) où l'on retrouve Ivan qui nous indique d'le suivre pour s'asseoir à une certaine table et nous donner les menus. Cartes en main, j'lève de temps en temps la tête pour regarder San en m'demandant si j'ferais bien de mener ma p'tite enquête... En même temps elle m'a retournée l'cerveau avec ses prédictions là. P't'être que je devrais lui poser des trucs discretos ? Faire en sorte qu'il ne s'doute de rien et qu'il ne voit pas où j'ai envie d'en venir avec mes questions... Alors pendant qu'il était en train d'choisir le menu, j'me permets de lui poser la question la plus importante.

- Dis-moi. Est-ce que tu te décrirais comme un homme exotique ?

Ah ouais, ça c'est bien ça pour qu'il ne se doute de rien. Bon évidemment j'ai dû le perdre avec ma question au vu d'sa tête et il doit sûrement s'demander quel est mon nouveau délire, heureusement Ivan vient l'sauver en expliquant ses trucs de serveur demandant les plats qu'on doit commander. Merde j'ai oublié d'regarder. J'écoute donc attentivement la commande de mon ami : du homard et du riz.

- Mmh, c'est exotique tout ça !

Puis voyant que personne ne comprenait mon délire d'exotisme, j'préfère me taire et commander la même chose avant d'aller me noyer dans mon verre d'eau. Ca m'permettra de fermer ma gueule... De toute façon, j'suis sûre qu'elle a dit ça pour me troller ou alors simplement parce qu'elle m'a vu traîner avec lui ; voilà c'tout.. Pourquoi est-ce que j'devrais me prendre la tête avec toute cette histoire ? Mais j'aimerai bien savoir comment elle a su pour le voyage quand même. Pas comme si on l'avait crié sur tous les toits et en plus elle a su que le bijou appartenait à San... Hum... Y'a un truc louche là-dedans.

Quelques minutes plus tard, Ivan revient avec l'entrée composée d'amuses-bouches et d'la soupe dans laquelle j'décide de me noyer aussitôt pour tenter de revenir les questions qui trottent dans ma p'tite caboche. Bon ok, j'suis peut-être un peu bizarre mais j'mange pas non plus comme un porc, c'est sûrement le seul truc qu'on peut pas me reprocher d'ailleurs. Cachée derrière mon bol, j'continue de jeter quelques d'yeux en direction de San toujours en plein débat intérieur... C'est dingue comme une diseuse de bonne aventure peut vous retourner le cerveau. Alors, après avoir bu deux gorgées qui m'ont finalement brûlées la langue, j'repose le bol décide de continuer ma p'tite enquête.

- Et euh, j'me demandais... Mis à part Hanta, t'aimes bien les félins en général ? Genre les tigres, les lions, les chats, les jaglions... ?

J'vous assure que ça existe. C'est rare mais ça existe. Et en plus ça a des tâches, comme la panthère. D'après la carte de Boa, mon homme est censé aimer tous les félins donc c'est une bonne manière de savoir si c'est réellement lui ou pas hein ? Promis, si c'est pas lui j'arrête mes questions débiles.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

San L. MonsutaMessages : 336
Date d'inscription : 20/05/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Mer 26 Oct - 1:37




Laisse Lucy faire.


Déjà dans la grande salle à manger du bateau, les couples arrivaient au rythme des cordes et des cuirs. Amants, amis, chacun s'installaient à leur table respective guidés par des employés de la compagnie.. Mais personne encore ne venaient combler les deux chaises vides à la table de Roxane et de San. D’un côté, ils devraient tenir une conversation en tête à tête pour combler le vide laisser par les absents mais de l’autre, ils n’avaient pas à faire connaissance avec de parfaits inconnus, pas de pression sociale, rien de tout ça.

Une grand-mère s’arrêta alors à leur hauteur, toisant les deux jeunes gens, frotta l’habit de San reconnaissant la valeur de l’étoffe; Elle lui fit ensuite un grand sourire et marmonna un incompréhensible « gngngng beau couple gngnng beau jeune homme »… Enfin si San avait bien compris. Et à voir le large rictus de Roxane qui paraissait prête à exploser de rire (Alors que bon .. Elle devrait être jalouse), San préféra lui lancer un sourire de remerciement et ne pas s’attarder sur ce qu’il venait de vivre.


Alors qu’Ivan s’apprêtait à prendre la commande, Roxane posa une question.

- Dis-moi. Est-ce que tu te décrirais comme un homme exotique ?


Etrange qu’au bout de 9 ans elle lui pose cette question, comme ça, de but en blanc .. Et très sincèrement, vue sa tenue, son origine et son animal, oui, les personnes qui le connaissaient pouvaient facilement le définir comme quelqu’un d’exotique en effet.

- Euh bien .. Je sais pas. Je suis Japonais donc d’un point de vue Quederlien .. Je suppose oui.


Ivan prit les commandes sous les commentaires perdus de Roxane, et ni lui, ni San ne comprenait vraiment où elle voulait en venir. Déjà que San avait du mal à la suivre, il s’imaginait combien le garçon devait être perdu, lui qui ne la connaissait que depuis quelques dizaines minutes et qui avait déjà fait les frais de sa naturelle spontanéité. Une fois la commande prise, Roxane revint à la charge avec une autre question.

- Et euh, j'me demandais... Mis à part Hanta, t'aimes bien les félins en général ? Genre les tigres, les lions, les chats, les jaglions... ?


Mais kesseldi ? San ne bougea plus, leva un sourcil puis ferma les yeux. Qu’est-ce qu’il lui avait pris de l’emmener ? Il aurait du emmener Rolins tiens.

- Euh bien .. Déjà j’ai Hanta oui .. Puis je m’entends bien avec une Quederlienne qui possède des chats .. Ma tante qui y habite a comme pouvoir le chat; Mes parents .. Ah mes parents oui ils ont des chats mais ils ont aussi des chiens .. Des ptits dobermans donc je sais pas trop là dessus .. Mais en fonction de mon entourage et de ma vie personnelle, je dirais que oui, j’aime bien les félins.  





Tous deux, arrivèrent en France dès le lendemain, en Bretagne, et NON DE DIEU qu’est-ce qu’il faisait moche !! C’était pas l’hiver pourtant !! Faisait gris, il s’apprêtait à pleuvoir.. En espérant qu’il fasse meilleur dans la capitale. Ils allaient y passer une nuit avant de prendre le train pour Paris le lendemain matin. Non loin du quai, un petit magasin de souvenirs devant lequel étaient assises trois bigoudènes qui paraissaient juger quiconque passait à portée de leur regard.

- On entre dans la boutique ? J’suis sur qu'on pourra trouver la même coiffe qu’elles pour toi !  



Ft. Roxane S. Sharpe.


© Halloween







Couleur :
Goldenrod.






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 465
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Mer 26 Oct - 23:59

San L. Monsuta & Roxane S. SharpeJ'vous cause en crimson (#DC143C)


Laisse Lucy Faire

- Euh bien .. Je sais pas. Je suis Japonais donc d’un point de vue Quederlien .. Je suppose oui.

Fuck. Ca sent commence à sentir mauvais pour moi là. Bon en même temps c'était facile, il vient d'un autre pays donc il est forcément exotique, faut pas qu'je panique tout est logique pour l'instant, PAR CONTRE, la question des félins est un peu ciblée donc y'a p't'être moyen qu'elle s'trompe hein ! Forcément il aime Hanta mais il est p't'être pas obligé d'aimer les autres félins hein, les chats, les tigres, les pumas toussa toussa pas obligé d'les aimer de manière générale. AH ! Et tu dis quoi maintenant Boa ?!

- Euh bien .. Déjà j’ai Hanta oui .. Puis je m’entends bien avec une Quederlienne qui possède des chats .. Ma tante qui y habite a comme pouvoir le chat; Mes parents .. Ah mes parents oui ils ont des chats mais ils ont aussi des chiens .. Des ptits dobermans donc je sais pas trop là dessus .. Mais en fonction de mon entourage et de ma vie personnelle, je dirais que oui, j’aime bien les félins.

- Oh merde... Elle a raison.


Oups... Ca m'a légèrement échappé. J'lui fais un signe de la main pour qu'il oublie c'que j'viens de dire et aussi pour pas lui expliquer que j'ai été voir une voyante qui m'a raconté tout pleins d'trucs qui commencent à devenir vrai... Non mais c'est une blague ? Un canular ? J'suis pas faite pour la vie d'couple moi... Ca m'fait grave flipper. Pourquoi ? C'est simple, j'deviens une vraie huître dès qu'on s'rapproche trop d'moi, la preuve avec Aza' ! J'pars du principe qu'on va forcément m'abandonner. J'me suis accrochée à Swan et Karma et les voilà dans un autre monde, j'fais que porter la poisse et dès qu'j'ouvre mon cœur à quelqu'un, il disparaît.

Mangeant avec une p'tite mine, j'termine à peine mon assiette qui est pourtant pas mauvaise et j'pars faire un tour sur le bateau ressentant le besoin d'être un peu seule pour m'changer les idées. J'suis revenue le soir afin d'dormir un peu, j'ai pas eu trop d'soucis pour m'endormir puisque j'me suis laissée dans les bras d'Morphée, bercée au rythme des vagues ; j'me suis donc levée le lendemain, d'bonne humeur ayant complètement c'qui a pu se passer hier pendant l'repas. On va pas gâcher des vacances pour des conneries comme ça hein ? Depuis l'temps que j'les attends ces vacances !

J'ai rangé en vitesse mes affaires (donc à comprendre que j'ai prit les cintres que j'ai jeté dans la valise avant d'refermer à l'arrache) afin d'aller sur le pont pour nous voir approcher des côtes. Alors c'est ça Paris ? C'est ça la Capitale ? Elle est où la Tour Eiffel ? Mais non, on est à Brest... Hum ? C'pas Paris ça. A moins que ça ait changé entre temps. J'sors ma carte de grosse touriste sur laquelle est représentée la France afin d'trouver cette fameuse ville... Pourtant Paris est en plein milieu du pays. Une petite fille passant par là (et ayant un peu pitié d'moi) me montre la ville où l'on vient d'accoster. MAIS ON EST LOIN D'PARIS !!! EN PLUS IL FAIT MOCHE.

Descendant avec ma valise à roulette en faisant l'bruit d'un troupeau d'éléphants, j'regarde toutes les boutiques et les gens qui nous entourent. J'vois au loin trois dames habillées bizarrement et qui ont l'air d'me juger... Mmh, alors même en France ils ont des commères ! J'comptais bien aller les voir histoire de discuter un peu mais San m'a plutôt proposé d'aller dans une boutique afin d'trouver les mêmes coiffes qu'elles. OWAI !!!! L'empoignant, j'me dirige presque en courant vers la première boutique dans laquelle je rentre avec le sourire aux lèvres en saluant la demoiselle et lâche la main de San pour m'approcher des coiffes.

J'commence à regarder chacune d'entre elles afin d'en essayer une et m'regarder dans le miroir... C'est bizarre et ça fait un léger décalage avec c'que j'suis en train d'porter mais c'est pas moche. Et en plus ça fera un putain d'souvenir ! Toujours avec la coiffe sur la tête, j'me dirige vers ma valise que j'déballe dans le magasin (heureusement y'a pas grand monde) afin d'en sortir l'appareil photo que j'tends à San en lui demandant d'immortaliser le moment (oui, je tiens à immortaliser le moment où j'fais ma gogole dans la boutique ça pose un blem ?).

J'fais un peu le tour de la boutique et trouve le chapeau que portent les hommes pour les défilés traditionnels et le place sur la tête de San afin d'prendre une photo avant qu'il ne le retire ; oui j'crois que j'suis le cliché type de la touriste dans une ville inconnue. J'prends des photos, de la bouffe, des costumes traditionnels, bref leur économie va fonctionner grâce à moi ; puis j'lui demande de garder son chapeau deux minutes de plus le temps d'me diriger vers la caissière avec mon appareil photo tout en essayant de me rappeler de mes cours d'anglais qui remontent à des loin.

- Euh... Hola ! Euh .. Do you... Non.. euh.. Can.. Bref. Take photo ?

Bon elle a comprit puisqu'elle prend mon appareil en mains. J'me place donc à côté d'San et fais un joli sourire le temps de la photo et la remercie pour ce p'tit service rendu ; y'a tellement tout pleins d'trucs à acheter ici... Raaah j'veux tout. Quitte à m'endetter sur des années, j'le ferais. Mais en même temps faut pas qu'j'oublie qu'il y a aussi Paris, du coup, j'vais juste me rabattre sur la coiffe. Allant auprès d'la caissière, j'lui demande dans un anglais approximatif combien coûte cette coiffe.

- 10 euros !

Mon sourire se figeant sur mon visage, j'me rends compte que j'sais pas trop combien ça fait en derlas... Euh... Ca fait 10 derlas du coup ? Héhé... Reculant de quelques pas pour m'mettre à la hauteur d'mon meilleur pote, j'lui demande combien 10 euros fait en derla histoire d'me donner un ordre idée et surtout pouvoir m'acheter cette coiffe... M'enfin, même si elle coûte 200 derlas j'la prendrais. Donc après un long débat intérieur (2 secondes donc) j'me dirige vers la caisse et paye mon nouvel achat que j'mets directement sur la tête tandis qu'j'déambule dans les rues avec. J'ai d'ailleurs fait un p'tit coucou aux trois commères en leur montrant le haut d'ma tête, maintenant on est pareil !!

Le reste de la journée était tout aussi intéressante entre les traditions et surtout... Leurs crêpes !!! Bordel j'n'ai jamais mangé de crêpes aussi bonnes que là-bas. Du coup j'en ai pris plein. J'avais prévenu que j'allais dépenser dans l'la bouffe. Au final, j'ai bien dormis cette nuit, à force de marcher toute la journée ! J'suis arrivée dans la chambre d'hôtel où j'me suis laissée tomber sur le lit après ma douche sans même prendre le temps d'me mettre sous la couette. Réveillée tôt le lendemain afin d'prendre notre train en direction de Paris, j'trouve le voyage plutôt long mais j'en vois enfin l'bout quand on arrive à la gare Montparnasse... Mais notre péripétie ne s'arrête pas là !! Ben non, ce serait bien trop simple, il faut encore prend encore une calèche disponible pour tout le monde qu'on appelle Taxi ici. comme Vilmos

Arrivés à l'hôtel à j'sais pas quelle heure d'l'après-midi, mon ventre commence à faire la gueule et à s'faire remarquer... On peut avoir une clé, monter dans la chambre et après grailler ?! Accompagnant San à l'accueil, j'le laisse expliquer la réservation toussa toussa parce que lui parle mieux français qu'moi et pendant que réceptionniste cherche dans son registre, j'y vois une occasion pour le sujet qui m'intéresse réellement avant les boutiques de fringues.

- S'xcuse-me. Where is... euh... miam miam ?

- Hein ?

- Euh.. Sandwich ! ... Sandwich !!



Spoiler:
 








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

San L. MonsutaMessages : 336
Date d'inscription : 20/05/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Lun 13 Fév - 1:30




Laisse Lucy faire.


Et qu'elle y allait. Des photos, des photos et encore des photos, ridiculisant San au passage. La jeune fille, toute excitée de découvrir un nouveau paysage typique de la France s'était laissée emporter par ses émotions et avait complètement omis que San n'était pas aussi festif qu'elle (Elle n'en a jamais vraiment tenu compte en fait).. C'est dans ces moments là qu'on se rend compte que le raton lui va si bien. Elle ressemblait à un vrai rongeur dans un grenier à grain. Courir partout pour voir si l'étagère suivante est plus intéressante que celle qu'elle est en train de regarder.
Et en effet, à force de fouiller dans chaque recoin, elle dégota un chapeau exotique qui du coup allait super bien à San qu'elle le força à porter le temps d'une photo. C'était peu, mais c'était trop. C'était pas tant de porter ce chapeau qui le gênait, c'était de poser publiquement pour une photo qui sera forcément floue puisque Roxane pouvait pas s'empêcher de zieuter partout en prenant le maudit cliché. Et comme pour confirmer ce que San pensait, Roxane s'approcha de la vendeuse et lui baragouina un truc vaguement compréhensible.

- Euh... Hola ! Euh .. Do you... Non.. euh.. Can.. Bref. Take photo ?


Heureusement, elle avait assez eu pitié des deux pour accepter de prendre une photo toujours plus exotique puisque le couple prenait maintenant la pose ensemble, chapeaux bretons. Chapeau dont Roxane s'empressa de demander le prix.

- 10 euros !


Roxane fit la moue quand San lui annonça que ça faisait approximativement 35 derlas. Une petite moue qui ne l’empêcha pas de passer à la caisse. La touriste sortit avec empressement de la boutique, suivie par San qui avait acheté le chapeau que Roxane l'avait obligé à porter et qui avait glissé les 35 derlas dans la valise de son amie. Pas la peine qu'elle paie pour ça. Le reste de la journée se déroula sans encombre, rythmée par les crêpes, les crêpes, et les crêpes. La bonne nouvelle était qu'elle n'aurait pas besoin de manger avant deux trois jours.

Levé assez tôt, ptit dej, valises à préparer, train et les voila arrivés à Paris. Un ptit thé/chocolat chaud, le taxi et l'hôtel en après-midi. La capitale de la France, une très grande et très belle ville, surement une des plus romantiques au monde. L'endroit idéal pour emmener Roxane.
Euh .. Non pas parce que c'était romantique mais parce que le soir même, une chanteuse de renommée mondiale se produisait dans une salle comble. Heureusement, San avait réussi à avoir deux places et profiterait de cette escale en Europe pour faire découvrir la joie de la vraie musique et du vrai talent à Roxane. Une heure et demie de pure plaisir.
Le temps du trajet jusqu'à l’hôtel, San rêvassa mais fut tiré de ses douces rêveries par le devoir. Le devoir de traduire ce que Roxane voulait et ce qu'elle sous-entendait. Alors qu'il s'entretenait avec le garçon de l'accueil, elle le coupa, dictée par son estomac.

- S'xcuse-me. Where is... euh... miam miam ?


. . . San leva les yeux au ciel espéra que ce moment gênant passe rapidement et que l'interlocuteur ait compris que l'estomac de mademoiselle était vide et qu'il fallait à présent le remplir de matière palpable. comme tata shura

- Hein ?


- Euh.. Sandwich ! ... Sandwich !!


San la coupa pour abréger les souffrances de l'employé qui commençait à avoir peur et menaçait d'appeler la sécurité à force de se faire aboyer dessus par une touriste en manque de nourriture.

- Ce que demande mon amie, c'est si elle peut trouver de la nourriture ici.


- Ah .. Elle peut si elle s'adresse à un serveur dans le grand salon sur votre droite.


Dit-il en pointant du doigt la direction. Sans que San n'ait eu besoin de traduire, Roxane s'y dirigea. Elle comprend ce qu'elle veut, quand elle veut. Et quand ça parle de nourriture, elle comprend, pas de soucis à se faire. Laissant ses bagages aux pieds de San, elle le laissa en entendant, avec un peu de chance, que San lui rappelait qu'ils dormiraient dans la chambre numéro 10 (et il espérait que 10 n'était pas le nombre de sandwichs qu'elle allait s'envoyer). Un garçon conduisit San à la chambre où il installa les affaires en attendant que Roxane ne le rejoigne pour lui annoncer ce qu'il avait prévu pour ce soir.
Plusieurs minutes après, la porte s'ouvrit et entra une Roxane énervée, presque essoufflée, une assiette remplie de sandwichs à la main.


- Je ne vais même pas te demander d'où ça vient et pourquoi tu en as tant, mais tu as 30 minutes pour te préparer, ce soir nous sortons.


18h30
En 10 minutes, San était prêt. Il s'était douché, avait enfilé une tenue vraiment décontractée qu'il n'avait pas l'habitude de porter. Un débardeur noir assez large, un jean, des baskets et il avait enfilé des bracelets de la même couleur que ses cheveux.
Ca en laissait 20 pour Roxane. C'était largement suffisant. Normalement.


20 heures.
San et Roxane se dirigèrent vers un taxi et découvrirent les joies de la grande ville. Les gens marchent tellement vite qu'on a l'impression qu'ils courent, ils s'insultent, hurlent de tous les côtés et font tous la tête. Dans ce tableau, la calèche utilisée par le couple aux cheveux rouges et bleus faisait clairement défaut. Ce n'est qu'une dizaine de minutes avant d'être arrivés à destination que San l'informa sur le programme de la soirée.
Il sortit de sa poche deux billets qui témoignaient qu'ils allaient assister à un concert de Rihanna, ce soir, à Paris. Il s'était démené pour avoir les places et avait réussi à en avoir à quelques mètres seulement de la scène. L'enthousiasme de Roxane n'arrivait pas à la cheville de celui de San qui ne tenait plus en place, à sa grande surprise d'ailleurs.

Lui qui était d'habitude si calme passa presque deux heures à danser, à chanter, à hurler pour soutenir celle qu'il admire depuis tant d'années. L'entrée en scène fut fabuleuse. Des lumières tamisées, les pas de la star battus par les applaudissements du public.
Des chansons douces, aux balades en passant par d'autres plus entraînantes, San alla même jusqu'à verser une larme à la fin du concert. C'était son moment et plus rien n'existait autour de lui à part la relation qu'il avait l'impression de tisser avec la chanteuse à chacune des paroles qu'il chantait avec elle. Dommage qu'Hanta ne soit pas là pour partager ce moment si intense.

L'idole du japonais quitta la scène sous un tonnerre d'applaudissement et une ovation comme San n'en avait jamais vu. Le couple monta dans une calèche pour quitter les lieux et peut-être faire une virée nocturne dans les rues de la capitale. Les gens si désagréables en journée paraissaient profiter de la nuit pour s'amuser sauf une personne. Alors que Roxane et San échangeaient leurs impressions sur le moment qu'ils venaient de vivre, la calèche s'arrêta brusquement. Monsuta passa la tête par la vitre et vit une petite vielle qui menaçait le conducteur avec une bouteille de lait.


Ft. Roxane S. Sharpe.


© Halloween







Couleur :
Goldenrod.






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 465
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Lun 13 Fév - 16:22

San L. Monsuta & Roxane S. SharpeJ'vous cause en crimson (#DC143C)

Laisse Lucy Faire

Il n'a pas vraiment l'air d'comprendre c'que je veux... En plus j'ai l'impression qu'il me prend pour une folle. Mmh, il veut mon poing dans sa tronche ? Heureusement, Prince Charmant San en vient à traduire mes recommandations ; allez savoir maintenant si c'est par sympathie ou parce qu'il en a marre d'm'entendre brailler... Mmh, forcément l'premier. Qui en aurait marre de moi franchement ? Il est vrai que j'comprends pas le français mais le doigt pointé en direction de la bouffe n'est jamais réellement un problème.

Laissant tomber mes valises de 10 kg aux pieds d'San, j'cours en direction d'la bouffe et vient à commander plusieurs boîtes de sandwich triangles... Z'ont beau dire que c'est des maxis, y'a rien à manger là d'dans. Encore une fois, j'comprends pas vraiment l'prix demandé et j'donne mon premier billet sans réellement savoir si ça va fonctionner ; j'ai p't'être donné 100 voire 200 derlas mais tant pis... J'ai faim et la nourriture n'attend pas ! Paumée comme j'suis, j'me suis un peu attardée dans la boutique pour regarder les jouets, peluches et figurines et auraient presque fait un caprice pour en avoir... Si seulement San m'avait suivit.

Regardant partout autour d'moi, je ne vois plus le japonais nul part ni même mes valises... Mais... J'suis toute seule... Ne paniquant pas, j'commence à chercher autour d'moi au cas où que mes yeux aient décidé de jouer un sale tour mais en fait non, il a vraiment disparu. C'était donc ça son plan, m'laisser tomber. Allant à l'accueil, j'demande dans un anglais approximatif le numéro d'ma chambre mais apparemment l'nom de Sharpe ne leur dit rien... J'dis donc celui de San et v'la qui m'indique la chambre 10 et aussi que mon ami me l'avait précisé tout à l'heure. Ah il ne m'disait pas d'acheter 10 sandwich ? Ah la boulette...

Puisqu'il y a un certain écart dans les nombres entre Quederla et Paris, j'monte directement dans la chambre numéro 35... Bewi, quand mon chapeau m'a coûté 10 euros, c'était 35 derlas, du coup 10 = 35. J'ai bien r'tenu la leçon ! Grimpant les escaliers, j'toque à la chambre numéro 35 et attends assez patiemment qu'mon pote vienne m'ouvrir la porte ; la galanterie merde ! Mais voyant que personne ne déplaçait son cul, j'ai commencé à toquer assez violemment en lui disant qu'il avait intérêt à s'bouger si il voulait visiter la ville !

Finalement, c'est une dame sévère qui sort de la chambre, me regardant comme si elle comptait faire d'moi son prochain repas... Moi ou les sandwichs ? Ah on doit partager notre chambre ? M'aboyant dessus dans un jargon incompréhensible, je hoche simplement la tête en me demandant comment elle fait pour encore parler... Sérieusement, j'l'ai pas entendu prendre une seule fois sa respiration. Les dames françaises sont toutes aussi désagréables qu'elle ou c'est l'exception ? J'commence à faire quelques p'tits pas sur les côtés histoire de pouvoir m'éloigner doucement d'la bête mais rien n'fait, elle continue d'me poursuivre et d'me gueuler d'ssus.

Tapant donc un sprint pour m'échapper d'elle, j'descends les escaliers pour tester la chambre n°10 et heureusement c'bien la mienne ! Ah bah enfin ! Et ben on n'pouvait pas me prévenir ?! Je hais déjà cet hôtel, il est trop grand, les gens sont tous fous et il y a des pitbulls à l'étage prêt à m'bouffer. Ca, c'est sûrement parce qu'ils savent que j'suis Domae raton laveur, ils en veulent aux plus p'tits, c'est tout. J'suis qu'une incomprise.

- Je ne vais même pas te demander d'où ça vient et pourquoi tu en as tant, mais tu as 30 minutes pour te préparer, ce soir nous sortons.


- Beeeen, ça vient d'l'endroit que le gars a indiqué ! Y'avait des sandwichs paaaaaartout.


Partout, partout, partout. Mais ça, j'ai la grande impression qu'il s'en fou. J'ai compris. Posant ma nourriture sur la table, j'me dépêche d'aller prendre une douche et porter des vêtements décontracter pour suivre ensuite mon ami dans les rues d'Paris ; c'est immense ici... Comment les gens font pour s'repérer et ne jamais se perdre ? Franchement, c'est impossible ! Faudrait être né avec une carte dans l'cerveau. Voyant les billets d'concert, j'm'empare de ceux-ci sautillant sur place comme une gamine, heureuse de pouvoir aller une de mes stars préférées ! Comment il a fait pour avoir les places ? Oh j'sais pas ! Même si il a dû vendre sa maison, ça vaut la peine d'le faire ! Ca c'est l'salaire de Jérem passé dans les billets puisqu'ils ne travaillent plus là-bas.

Arrivés à l'endroit du concert, j'me suis dépêchée de pousser tout l'monde pouvoir être dans les premières ; t'façon ils sont déjà de mauvaises humeurs alors un peu plus ou un peu hein ! Deux heures de pur bonheur et pure folie durant lesquelles nous n'avons fait que danser et hurler, ça s'demander d'ailleurs si il nous restera de la voix pour causer ce soir ! Secouant San dans tous les sens quand je remarque son regard vers nous, j'n'ai jamais passée une aussi bonne soirée et c'n'est pas prêt d'arriver à Quederla ce genre d'ambiance ! C'pas des stars mondialement connus qui vont s'déplacer dans notre p'tit patelin... Si ils le connaissent déjà !

Le concert terminé, nous remontons dans la calèche où nous discutons de nos impressions sans réellement savoir où nous allons... Tant pis, Paris est fait pour s'perdre ! Parler, parler et encore parler sur c'qu'on avait vu jusqu'à c'que la calèche se stoppe brusquement. Échangeant un certain regard, j'vois San regarder par la fenêtre et j'fais de même d'l'autre côté pour remarquer une vieille dame qui menaçait le conducteur avec une bouteille de lait... Étrange comme manière d'dire bonjour... Nous on s'fait la bise à Quederla ou un p'tit salut si on a la flemme. Regardant San, j'lui demande quand même quelques explications en plus sur cette histoire.

- Pssst, c'est une manière d'dire bonjour ici ?

Quoi ? J'vais pas juger les traditions des autres pays ! J'veux simplement m'mettre à la page histoire de pouvoir bien m'intégrer. Hurlant dans le joli jargon français, j'comprends pas vraiment d'quoi elle parle... Donc non, c'sont bien toutes les dames françaises qui ont tendance à crier comme hystérique. C'est papa Freud qui doit être content d'ce genre de cas. Puis d'un seul coup, sans crier gare, voilà qu'la bouteille de lait vole en notre direction aspergeant allègrement le conducteur tandis que j'me reçois quelques gouttes dans les ch'veux. Ierk, j'vais détester le lait maintenant.

Prenant la bouteille d'eau que j'avais acheté au concert, j'retire le bouchon pour faire de même sur la dame... Bah quoi ? Je respecte les traditions. La voilà qui hurle de plus belle avant que l'conducteur ne décide de la contourner pour laisser les policiers s'occuper d'elle ; c'est un immense coucou que j'lui fais en espérant pouvoir re-discuter avec elle plus tard ! La virée dans Paris est magnifique mais j'ai besoin d'me dégourdir les jambes, remarquant alors une immense bâtisse, j'demande au conducteur si nous pouvons descendre de là et force San à m'suivre aussi. J'vais quand même pas faire ça toute seule !

J'entends tout l'monde parler de Sacré Cœur et Montmartre, disant que c'est l'un des quartiers les plus beaux d'Paris. C'est vrai que c'est joli ! Surtout de nuit ! J'ai insisté pour boire un verre dans un bar ainsi que d'demander aux passants d'nous prendre en photo devant le monument. Comment résister ? Puis c'est assez tard que nous sommes rentrés à l'hôtel pour dormir. Mais avec tout ce qu'il s'est passé, je n'ai pas pu ; c'est donc dès les premières lueurs que j'ai commencé à sauté sur le lit, magazine à la main pour lui faire comprendre l'programme d'la journée.

- Debout ! Debout ! Allez viens !! On va visiter la Tour Eiffel !! Apparemment on voit tout Paris d'là-haut !!









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

San L. MonsutaMessages : 336
Date d'inscription : 20/05/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Jeu 11 Mai - 1:34




Laisse Lucy faire.


Interdits, tous deux dans la calèche ne sachant vraiment comment réagir. Roxane elle aussi avait passé la tête hors du taxi pour contempler la scène. Juste à temps pour voir une bouteille de lait voler en direction du conducteur. Amusé, San esquissa un sourire, impatient de voir comment la scène allait se dérouler.

- Pssst, c'est une manière d'dire bonjour ici ?


- Pas que je sache en tout cas. Et si c'est le cas, les choses ont bien changé.


Dans le doute, au cas où il serait poli en France de lancer des bouteilles sur les gens pour leur dire bonjour, Roxane sortit une bouteille d'eau et la lança sur la petite vieille qui redoubla d'énergie pour incendier verbalement les deux touristes. San esquissa un grand sourire. En tant normal, à Quederla il lui aurait fait une réflexion. Mais la .. Personne les connait et faut bien se faire un nom après tout. Elle sait pas à qui elle s'en prenait avec sa bouteille de lait.

- En plein dans le mille bien joué ! On va peut-être remplacer les entrainements au sabre par des lancers de bouteilles ?.. on y pensera en tout cas.


Le cocher remit la calèche en marche laissant les forces de l'ordre intervenir. Roxane prenait la visite de Paris très à coeur. En plus de s'intégrer à la population découvrant les coutumes locales, Roxane insista pour rencontrer la populace, de nuit. Et par rencontrer, il faut bien évidemment comprendre, demander à se faire prendre en photo et boire avec de parfaits inconnus dans de fameux quartiers de Paris. Un peu détendu par l'alcool et ayant plutôt bien profité de la soirée, San rentra à l'hotel, accompagné par une Roxane qui, pour une fois, ne s'était pas complètement laissée aller à l'alcool, et se coucha immédiatement. S'il aime vivre la nuit, il a quand même besoin de dormir surtout en vacances, ne pouvant bénéficier d'une grasse matinée. Il savait comment ça se passait avec Roxane et il lui avait déjà été assez rare pour lui de pouvoir s'offrir le luxe de se reposer correctement lorsqu'elle était venue passer un mois chez lui.


- Debout ! Debout ! Allez viens !! On va visiter la Tour Eiffel !! Apparemment on voit tout Paris d'là-haut !!


Bingo.

- Raaaaah Bon sang Roxane ! Mais tu peux pas te reposer un peu ?? Ca te ferait du bien et à moi aussi. On a dormi cinq heures à tout casser !  


Evidemment, Roxane n'est pas quelqu'un à qui on dit non si facilement et devant tant d'insistance, les coups d'oreiller, les morsures, les pieds froids dans le dos, San fut forcé se lever et de se préparer. Il se doucha, enfila un kimono gris aux motifs de chaines dorées sur les manches et un croissant de lune d'or dans le dos.

Il prirent un rapide petit-déjeuné, pressés par Roxane avant de partir tout droit pour la Tour Eiffel en calèche, à la demande Mademoiselle.

- Je te previens Roxane, quand on sera chez mes parents, t'auras intérêt à me laisser dormir.


Pas de bouteille de lait, pas de vieille dame désagréable. Tout s'est passé pour le mieux. Arrivé au pied du symbole de la capitale, San fut pris d'un petit vertige. C'était la quatrième fois qu'il la voyait de si près et la seconde qu'il allait y monter. Accompagné par son amie, il se présenta là où commençaient les escaliers et paya donc DEUX tickets pour pouvoir escalader les centaines de marches, à pied, avec plein de touristes qui se bousculent pour arriver en haut en premier, des enfants qui essaient de passer devant en se faufilant entre les jupettes kimonos des gens et Roxane, encore plus impatiente que les gosses, tirant la manche de San à presque chaque marche pour qu'il regarde la vue.
Le prix des tickets augmentant avec l'étage que les visiteurs voulaient visiter, de nombreuses personnes s'arrêtèrent aux deux premiers ce qui laissa le jeune couple (couple comme, groupe de deux) plus tranquille pour la fin de l'ascension.

Arrivés au point culminant de la ville, une vue imprenable se dévoila à leurs yeux. Il pouvaient admirer la sublime capitale de la France qui s'étendait plus loin qu'ils n'auraient pu l'imaginer.

Roxane insista pour prendre d'innombrable photos, défilant sur la plateforme telle une star sous le regard amusé des autres visiteurs, prenant des poses de plus en plus étranges. San s'appliquait pour prendre chaque photo, espérant que chacune soit la dernière. Heureusement, un homme intervint pour stopper le shooting en grommelant, mais pas assez silencieusement pour que Roxane ne l'entende pas :

- PPPPFFFFFRRRR STUPIIDDDDDD



 


Ft. Roxane S. Sharpe.


© Halloween







Couleur :
Goldenrod.






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 465
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    Jeu 11 Mai - 17:39

San L. Monsuta & Roxane S. SharpeJ'vous cause en crimson (#DC143C)

Laisse Lucy Faire

- Debout ! Debout ! Allez viens !! On va visiter la Tour Eiffel !! Apparemment on voit tout Paris d'là-haut !!

- Raaaaah Bon sang Roxane ! Mais tu peux pas te reposer un peu ?? Ca te ferait du bien et à moi aussi. On a dormi cinq heures à tout casser !  


Cinq heures ? Bah des fois j'en dors que deux alors franchement ça gère la fougère, puis bon on n'est pas venu pour souffrir dormir ok ? Ça, on peut l'faire à la maison. Voyant donc que San n'est pas motivé à bouger son gros derch, j'le secoue dans les sens pour le forcer à sortir du lit et cette fois, y'a pas Rolins pour m'empêcher d'le martyriser alors finira bien par céder ! Enfin sortie, il est temps d'aller prendre sa douche, de se préparer pour ensuite aller à la Tour Eiffel. Hihihi, trop bien !!

- Je te previens Roxane, quand on sera chez mes parents, t'auras intérêt à me laisser dormir.

- Ouais ouais, t'inquiète !


Cause toujours tu m'intéresses. J'connais pas le Japon non plus, c'pas pour se tourner les pouces à la maison mais pour faire du bon tourisme et dépenser pleins d'sousous ! Nous avançons donc jusqu'à la Tour Eiffel où arrivés à ses pieds, je suis prise d'une flemme immense. Finalement, elle est jolie vue d'en bas. Bon allez, c'pas tous les jours qu'on vient à Paris alors j'vais faire l'effort de monter... Il faudrait quand même penser à inventer un sans efforceur hein, ce serait pratique pour les gens flemmards comme moi qui n'veulent pas monter les milliers d'étages de la Tour Eiffel.

Secouée entre les gamins, les autres touristes et les habitués, j'me suis retenue de n'pas les jeter par dessus la rambarde pour avoir la paix... J'ai promis à Aza' d'pas faire de conneries, c'est pas pour avoir un casier judiciaire à Paris. Arrivés en haut après avoir perdu nos deux poumons en route, j'peux enfin admirer la vue de Paris qui est juste magnifique... Ah j'ai envie d'pleurer. Pourquoi c'n'est pas aussi beau à Quederla hein ? Posant mon sac de touriste à terre, je sors mon appareil photo que j'donne à San, insistant pour immortaliser le moment.

Photos seule ou à deux, j'tiens à garder de bons souvenirs de cet endroit et j'm'en fou de déranger les autres touristes, j'veux juste pas qu'ils soient sur la photo pour pas avoir leur gueule d'idiots sur les photos à développer. Me pavanant donc comme la star que je suis actuellement, j'ai l'impression de faire quelques jaloux dont l'un qui a décidé d'me parler dans un langage de gogole... Forcément j'l'ai compris et j'ai l'impression que son anglais est aussi approximatif que l'mien. Non mais d'quoi j'me mêle hein ? Faisant un fuck dans un premier temps, la personne n'apprécie pas réellement ce geste déplacer et viens m'engueuler dans un charabia incompréhensible.

- Hein ? Je.. Attendez vous allez trop vite... Ah quoi que même plus lentement j'comprends pas... Putain mais pourquoi j'ai pas appris le français avant de venir...

Commençant donc à trouver l'temps long, j'me dis que la meilleure méthode pour terminer cette dispute à deux derlas est de passer par l'intimidation... On est d'accord, c'n'est pas mon physique de brindille qui va lui faire peur. PAR CONTRE SAN ! Tirant sur la manche du kimono d'mon ami, j'me place légèrement derrière lui et le pousse vers mon agresseur verbal tout en reprenant la parole.

- Alors euh... It's my friend who go to casser gueule if you continue d'emmerde me capiche ?









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Laisse Lucy Faire [Pv. Roxane S. Sharpe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: RPG Ξ Les Alentours :: Le reste du monde-