Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 I don't care what you think, as long as it's about me... ♫

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Roxane S. SharpeMessages : 465
Date d'inscription : 27/07/2015


MessageSujet: I don't care what you think, as long as it's about me... ♫   Sam 19 Mar - 18:09

Roxane S. Sharpe
NOM : Sharpe
PRÉNOM(S) : Roxane, Swan
SURNOM : Roxy, Rox, La Chieuse, la Catastrophe, l'Emmerdeuse, Oh.
DATE DE NAISSANCE : 23 Avril 1991
ÂGE : 24 ans
SEXE : Féminin
CAMP : Domae
CAPACITÉ : Raton Laveur ♂
SITUATION : Célibataire (bisexuelle)
PERSONNAGE AVATAR : Yona de Akatsuki no Yona

DE QUAND DATE VOTRE ENTRÉE DANS LA FAMILLE ?
A mes 16 ans, j'ai harcelé San tous les jours pendant des semaines pour qu'il accepte de me présenter au Joker de la Famille.

QUELS SONT VOS LIENS AVEC ELLE ?
Euh bah... Je crois que les autres n'aiment pas trop faire de missions avec moi parce que je suis un vrai boulet, on va dire que j'ai réussi à en faire échouer à cause de mes gaffes et de Chips. Mais sinon j'aime tout le monde, surtout quand il s'agit de les embêter (coucou San) mais je ne suis juste pas sûre que ce sentiment soit réciproque.

TATOUAGE/MARQUE ?
Tatouage d'un raton laveur entourant le poignet droit.

POSSÉDEZ-VOUS UNE ARME, SI OUI LAQUELLE ?
Ma meilleure arme est l'arc, je le pratique depuis que je suis toute petite, mais comme je ne me balade pas tout le temps avec, je garde très souvent un kukri caché au niveau de ma ceinture que l'autre adore me piquer dans les moments les plus importants... De temps en temps j'utilise mes petits poings mais c'est moi qui ais tendance à souffrir et je connais les bases du katana ! Sinon je suis une experte dans la fuite.
Physique

Quoi ? T'es en face de moi qu'est-ce que tu as besoin que je me décivre ? Oh ! Tu ne vois pas... Alors je suis une grande blonde avec des formes généreuses et... j'déconne. En vérité j'ai des cheveux aussi rouges qu'une tomate et non ce n'est pas une teinture bordel ! Ils sont courts et m'arrivent au-dessus des épaules pour éviter de les avoir dans les yeux quand je cours ; j'ai un visage en triangle sur lequel se trouvent des yeux aussi violets que des améthystes et là encore je n'ai aucune explication à te fournir mon gars. Je porte très peu de maquillage, je n'ai pas envie d'être exposée dans un musée parce qu'on m'aura confondue avec un tableau alors je suis 100% naturelle. Pour ce qui est de ma taille, je mesure dans les mètres 70 et pèse une soixantaine de kilos à peine ; je suis plate comme une planche à pain donc ce n'est pas là que les gens regardent en premier lieu... L'avantage d'avoir des yeux violets c'est que ça capte l'attention de tout le monde ! Pour mes fringues, je porte un genre de kimino rouge et rose ainsi que des ballerines noires parce que c'est plus pratique quand je dois fuir. J'ai souvent mon arc et mes flèches sur moi, ne vous inquiétez pas je ne suis pas une tarée qui agresse le premier venu c'est juste que ça me donner un air cool et puis c'est toujours important dans une ville comme celle-là d'avoir des armes sur soi.
Bref, j'espère maintenant que tu peux te faire une idée de ma tronche et si non, je ne peux pas t'aider pour y voir plus clair.

Caractère

Mon caractère ? Mais vous voulez me coller aux basques ou quoi ? Ok ok, pas la peine de s'énerver je vais parler. Faut savoir que je ne m'accroche à personne, si tu veux me parler de tes problèmes, de ta vie, je suis toujours là pour t'écouter mais ce n'est pas pour autant qu'on est meilleurs amis pour la vie et qu'on va se marier dans 10 ans ; ma liberté je l'aime et je veux la garder. Le plus important à retenir de moi est que je prends la vie comme elle vient, je ne cherche pas à la contrôler et je profite de chaque jour sans exception... Je m'amuse tout simplement ! Alors ça va peut-être vous choquer ou vous énerver, mais j'adore voler. Et pas comme les piafs hein. Voler les gens aux marchés quand ils sont concentrés dans leurs commissions, piquer le porte-monnaie des petites vieilles qui regardent ailleurs ; bref si je passe dans le coin faut pas s'étonner après si votre porte-monnaie disparaît mystérieusement. Je n'ai pas la langue dans la poche, si je dois dire quelque chose je n'hésite pas même si cela doit blesser la personne ou lui donner l'envie de me coller un poing entre les deux yeux. L'avis des autres ? Ça me passe au-dessus et j'ai tendance à faire l'inverse de ce qu'ils veulent, je suis une paria et j'ai comme qui dirait un caractère déviant, je n'accorde ma confiance à personne alors les « fais-moi confiance » ou « je ne suis pas comme les autres » sont à garder sous peine de se recevoir un poing dans la tronche de ma part.


Histoire

Comme vous avez une bonne tête je veux bien vous raconter mon histoire mais je ne le répèterais pas alors on ouvre bien ses oreilles et on ne fait rien à côté capiche ?

Déjà faut savoir que j'ai toujours vécu à l'orphelinat, je ne devais pas être assez bien pour mes parents alors ils ont eu assez de gentillesse de me déposer là-bas sans même prendre la peine de me donner de nom. Mon Prénom vient de la pièce d'Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, d'après la directrice j'ai souris en entendant le nom de sa couine (à Cyrano hein, pas la directrice) alors ils ont trouvé logique de me le filer ; et franchement il est pas mal. Quant au Swan, ça viendra plus tard. Je crois que j'étais l'une des petites préférées de l'orphelinat, je souriais tout le temps, je faisais rire les gens avec des blagues aussi débiles qu'elles soient et même si j'adorais embêter les autres enfants je ne leur faisais jamais de mal. Turbulente et fainéante, j'étais toujours la dernière à aller au lit et la dernière à en sortir ce qui décourageait beaucoup le personnel qui ont finit par me laisser vivre ma petite vie de mon côté... Comprenez, ils n'avaient pas vraiment d'autorité sur moi, c'est peut-être pour ça que je ne me faisais jamais adopter aussi ?

Comme vous l'avez comprit, je suis restée là-bas jusqu'à ma majorité et je ne vais pas spécialement m'en plaindre, les parents qui venaient n'étaient pas les miens et je préférais me débrouiller seule plutôt que d'appeler des inconnus papa et maman alors qu'ils ont décidé de me prendre pour remplacer leur mioche disparu ou parce qu'ils n'arrivaient pas à un avoir. Déjà que je ne suis pas désirée, je n'avais pas envie d'être de substitution non plus. Alors les jours où les parents venaient dans l'orphelinat pour voir les enfants, je restais dans mon coin avec Swan... Raaah je vous avais bien dit qu'elle allait arriver plus tard. Swan, c'est ma pote. Attention, ce n'est pas une peluche ou une connerie de doudou hein, c'est une vraie fille avec deux bras, deux jambes, un tronc et une tête... Une jolie petite tête blonde d'ailleurs. On traînait tout le temps ensemble, nous étions inséparable et dès qu'il y avait une connerie à faire vous pouvez être sûrs qu'on la faisait ensemble ; un soir, caché sous les couvertures qui nous faisaient un château nous nous sommes promis de ne jamais nous séparer. Si une famille voulait adopter l'une d'entre nous, il fallait prendre la deuxième et si on ne se faisait jamais adopter on habitera ensemble dans la même villa avec nos deux piscines et un champ à en perte de vue. C'est con hein ? Et pourtant c'était notre rêve de gosse ; on voyait la vie en grand, on voulait voyager et le lendemain on voulait un château... On s'imaginait partir sur un bateau pirate pour trouver des trésors alors que la veille on disait vouloir escalader le Mont Everest.

Alors qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Elle a été adoptée et pas moi. Ça paraît rien dit comme ça, mais pour une gamine de 10 ans c'est la pire chose qui puisse arriver... Voir sa meilleure amie, sa sœur de cœur partir sans possibilité d'aller avec elle parce que les parents ne voulaient pas de deux filles à la maison. Alors docilement elle a les suivit et m'a laissée là dans cet orphelinat, toute seule... Ma réaction a été immédiate. Je me suis renfermée sur moi-même et j'ai refusé de sympathiser avec les autres enfants, même les nouveaux arrivants ; je pensais qu'elle allait revenir me voir de temps en temps mais non Madame était trop bien dans sa petite famille. Et bah tant pis, j'en profiterais pour me perfectionner au tir à l'arc, comme ça je ne serais dérangée par personne !

Les années passèrent et je n'ai plus eu de nouvelles d'elle jusqu'à l'âge de mes 15 ans où j'entendis qu'une maison était en train de brûler, ça me serait sûrement passé au-dessus si seulement le nom de Swan n'avait pas été prononcé. Mon cœur rata un battement et je me suis écroulée dans le salon de l'orphelinat ; Swan... Ma Swan était en danger et je n'avais pas été là pour l'aider. D'un bond, je me suis relevée pour m'emparer de ma veste et courir dans les Quartiers Domae, rien à faire d'heurter les gens, tant pis pour les petites vieilles que je bousculais mais je devais me rendre à cette maison ! Pas difficile de la repérer lorsque la fumée s'en échappait mais les pompiers m'empêchèrent de passer. Fronçant les sourcils, je n'ai pas hésité à m'emparer d'une pierre pour la lancer sur l'un d'eux pour foncer dans la maison en feu ; suivis de près par un sapeur-pompier, je suis entrée à l'intérieur où je suis tombée directement sur le corps inerte de la mère de famille, j'ai toussé plusieurs fois mais refusé de faire demi-tour malgré les appels du professionnel. Si elle n'était pas en bas, elle ddevait être à l'étage. Grimpant les escaliers, je suis passée à côté du corps du père et entrai dans toutes les pièces en évitant de me faire intoxiquer ; trop tard... Je commençais à voir flou et ma gorge me brûle, il ne me restait qu'une dernière pièce à fouiller et ça devait être celle de Swan.

Lorsque j'ai ouvert les yeux, j'étais allongée dehors sur un brancard avec un masque à oxygène autour de la bouche, je me suis débattue comme une furie malgré les bras musclés qui tentaient de me retenir et je ne me suis calmée que quand ils m'ont annoncés qu'ils n'ont pu sauver personne dans la maison ; j'avais envie de hurler mais seules des larmes coulaient le long de mes joues. C'est seulement à ce moment-là que je remarquais la marque de brûlure au niveau de mon avant-bras droit, en plus d'avoir perdu ma meilleure amie j'allais garder à jamais une trace de cet échec.

J'ai eu besoin de sortir, mais pas la journée quand il y avait du monde dans la rue... Je voulais de la tranquillité et du vent frais pour me changer les idées sur ce qu'il s'était passé ; j'ai dû passer deux jours à l'hôpital le temps de me remettre du choc, on a même tenté de me faire parler avec psy mais je l'ai ignorée. Alors que j'avançais, mains dans les poches en pensant à ce que j'allais bien faire maintenant, j'entendis des pas se rapprocher de moi ; en jetant un coup d'œil derrière moi j'ai remarqué que trois gars me suivaient. Ils puaient l'alcool et l'un d'eux a osé m'aborder d'une manière qui laissait à désirer... J'étais tout sauf d'humeur alors je l'ai envoyé sur les roses, ce qui ne lui a pas plus à lui et ses potes. Je garde très peu de souvenirs du moment où ils se sont approchés de moi avec des idées douteuses en tête, j'ai hurlé pour que l'on vienne m'aider et ais tenté de fuir mais comme je suis une gourde, sous la panique j'ai trébuché. Une lame... Une lame a fendu l'air pour se planter dans l'un des gars le plus éloigné de moi sans que je ne sache ce qui est arrivé aux deux autres ; choquée, j'ai juste remarqué juste que mon sauveur devait avoir le même âge que moi.

Le soir où il m'a sauvé, j'ai aussi remarqué qu'il était parti avec un groupe de personnes ayant des animaux alors j'ai décidé de le suivre... Pourquoi ? Parce que j'ai une dette envers lui, si il n'était pas intervenu je serais sûrement morte aujourd'hui alors quand il faisait des missions la nuit je gardais mes distances, grimpais dans les arbres armée de mon arc pour lui rendre la pareil à la moindre occasion. A force de les observer, je me suis presque attachée à eux, j'avais un nouveau but dans la vie : je devais rentrer dans la Famille Domae. Alors un an plus tard j'ai été voir mon sauveur pour lui faire ma requête... La réponse n'était pas vraiment celle que j'attendais vu que je m'étais pris un refus direct dans la tronche. Oh. Et bien puisqu'il ne voulait pas, il ne me restait plus qu'une seule méthode : le harcèlement. Pendant des semaines et des semaines je lui ai posé tous les jours la même question jusqu'à ce qu'il cède finalement pour me présenter au Joker de la Famille, qui lui accepta de me prendre dans les rangs. Héhé, ça avait du bon de persévérer. J'ai été obligée de le prévenir que les missions, ça allait être galère pour moi vu que je ne pouvais pas sortir comme je voulais de l'orphelinat mais que je ferais de mon mieux.

On dit qu'on a besoin de savoir notre passé pour avancer dans le futur, c'est ce que Swan répétait souvent et elle ne comprenait pas pourquoi je ne voulais pas connaître mes parents ; au moins savoir si ils étaient encore en vie ou non. Franchement, je m'étais toujours dit que si j'avais été abandonnée c'était que mes parents ne voulaient pas de moi. Alors en mémoire à mon amie, j'ai été, un beau jour de mes 17 printemps, voir la directrice de l'orphelinat pour lui demander des informations sur mes parents. Réticente au début, elle a finalement cédé à mes yeux de chien battu en sortant le dossier de mon admission ; Lucille et Thomas Shimin étaient venus à l'orphelinat dans la nuit du 25 et 26 Avril. Ils ne sont pas étendus sur le sujet du pourquoi mais ils ne voulaient simplement pas me garder ni même me donner un nom ; sympa les parents. J'ai rendu le dossier à la directrice et je me suis levée pour aller lire un bon livre.

Valise en main, j'ai dis au revoir à tout le monde de l'orphelinat. Non je n'étais pas adoptée par une gentille famille, j'étais majeure ! Je pouvais faire ce que je voulais, quand je voulais et je ne dépendais plus de personne ; il fallait que je me trouve un petit travail pour me payer un petit appartement et faire ma vie de mon côté. J'avais pas mal réfléchis au dossier sur mes parents et je me suis dis que je pourrais peut-être aller leur rendre une petite visite ; alors après avoir été à l'hôtel de ville pour qu'on me refile un nom de famille qui sera "Sharpe" en plus du deuxième prénom que j'ai demandé, j'ai demandé l'adresse des personnes sur le dossier. Quartier Ouest, cinquième maison après être entrée dans la rue. Toujours avec ma valise, je me suis dirigée vers ces fameux Quartiers Ouest où j'ai repéré la maison ; elle était jolie... Trop jolie même. Je me suis approchée de la porte où j'ai toquée quelques coups avec un pincement au cœur ; un petit garçon m'a ouvert quelques secondes plus tard. Il était plus jeune que moi de quelques années à peine et j'ai direct remarqué une légère ressemble avec lui, surtout au niveau des cheveux qui étaient aussi rouges que les miens... Étonnée, j'étais dans l'impossibilité de prononcer quoi que ce soit pendant plusieurs secondes jusqu'au moment où la mère s'est ramenée ; voilà donc d'où je tenais mes cheveux rouges. Comme si elle avait comprit qui j'étais, elle a demandé à son fils de monter dans sa chambre le temps de discuter avec moi ; je n'ai pas pu m'empêcher de la fixer avec un regard d'incompréhension...

- Vous êtes bien Lucille Shimin ?

- Oui, et vous êtes ?

- Votre fille.

Comme si je venais de la poignarder en plein cœur, j'ai vu son visage se décomposer à l'annonce de cette nouvelle... Elle était aussi blanche qu'un linge et je pouvais comprendre que j"étais vraiment la dernière personne qu'elle souhaitait revoir. Ils avaient bien un fils, pourquoi l'avaient-ils gardé lui et pas moi ? Ils avaient une grande maison et puis si c'était un problème d'argent je pouvais toujours leur en donner, j'allais devoir me trouver un travail de toute façon ! Toutes ses questions qui trottaient dans ma tête m'ont fait froncer les sourcils jusqu'à prendre un air agressif lorsque j'ai vu la non-réaction de ma soit-disant mère.

- Pourquoi vous m'avez abandonnée alors que vous vivez dans une belle et grande maison ? Et lui, c'est mon petit frère c'est ça ? Pourquoi lui a eu le droit de rester auprès de vous et pas moi ?! J'ai vécu pendant 18 ans à l'orphelinat sans jamais me faire adopter ! J'ai le droit de savoir pourquoi.

Le père s'est ramené après m'avoir entendue hurler sur sa femme. L'air grave et sévère, j'ai compris tout de suite que je n'aurais pas aimé vivre avec ces deux personnes ; entre le père qui m'avait l'air aussi aimable qu'une porte de prison et la mère aussi soumise qu'un esclave j'ai presque le ciel de m'avoir déposée à l'orphelinat.

- Ecoutez, nous avons prit cette décision il y a 18 ans sans pouvoir faire autrement. Nous étions dans une situation difficile et il était impossible pour nous d'élever un enfant et...

- Ah ouais ?! Alors pourquoi il est là lui ? Pourquoi ne pas être venus me chercher une fois que les choses s'étaient arrangées ? Est-ce qu'il est au courant au moins qu'il a une sœur ?

- Non. Et je vous prie de garder cette information pour vous, vous n'avez jamais fait partie de sa vie et ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer.

Ah ouais ? Puisqu'ils ne voulaient pas de moi autant de faire demi-tour. Tournant les talons, je n'ai pas hésité à shooter dans le nain de jardin pour qu'il aille s'exploser un peu plus loin dans la rue sous les cris du père qui demandait réparations. Bien sûr mon gars, tu me parles comme si j'étais qu'une pauvre merde et tu voudrais que je paye ce truc ? Ah, il pouvait toujours aller se brosser ! C'est moi qui devrait demander réparation.

Après cette expérience catastrophique avec les parents, je suis allée dans les Quartiers Est, faisant partie de la Famille depuis quelques années maintenant sans pour autant faire grand chose à cause du peu de liberté que j'avais ; j'ai réussit à me dégoter un petit appartement pas trop cher dont le gardien a accepté de ne pas me faire payer le premier mois de loyer en échange de missions importantes pour la Famille... Naturellement, j'ai accepté sans réfléchir. La vraie vie allait enfin commencer ! Histoire de me rapprocher de mon frangin sans paraître psychopathe, j'ai postulé comme pionne Collège/Lycée ; de un ça me permettait d'avoir un œil sur lui et de deux ça me permettait d'avoir un taff pour payer mon loyer. Alors me voilà entrée dans la vie active tout en étant obligée de jouer les personnes responsables pour voir si mon frangin n'avait pas de mauvaises fréquentations.

C'est à 20 ans que j'suis devant le miroir qui devait déterminer mon animal... Franchement je m'attendais à avoir un truc trop badass, genre un Lion, un Ours, un Guépard. Le Conclave m'a expliqué que ce miroir allait déterminer l'animal qui me correspondrait grâce à mes capacités physiques et intellectuelles ainsi qu'à mes traits de caractères dominants ; ouais avec ça j'allais bien avoir un félin ou un truc avec du caractère ? Alors j'ai regardé le miroir sans que rien n'apparaisse les premières secondes, mais une fois écoulées je remarque déjà de petits yeux jaunes, fourbes qui me laissaient penser que j'allais avoir un serpent puis d'un coup, le corps de l'animal m'apparaît en entier... Un Raton Laveur. Sortie de ma transe d'un coup, j'ai supplié le Conclave de recommencer le test histoire d'être sûrs mais ils m'ont dit que c'était qu'une seule fois ; tandis qu'il m'appliquait le tatouage autour du poignet, j'ai ronchonné et boudé et surtout gueulé lorsque j'ai invoqué l'animal pour la première fois... Une boule de poil grise, voilà ce que le Conclave m'avait refilé et je ne vois vraiment pas en quoi il allait m'aider dans les missions. Alors après j'ai tenté de l'échanger avec un pote qui avait une panthère noire mais il a refusé, j'ai même voulu l'échanger contre un piaf ! Mais rien n'y faisait personne ne voulait me donner le sien pour prendre le mien alors j'ai été obligée de le garder. Premier jour... Une catastrophe. Cet imbécile à mit mon appart' sans dessus dessous, il a foutu le bordel dans mon frigo et il a chouré mes fringues ! Ah j'peux vous dire que le Conclave a entendu parlé de cette histoire le lendemain quand j'ai voulu leur rendre leur bestiole grise. Dooonc, ils ont blablaté pendant des heures pour me dire qu'un lien entre lui et moi devait se créer afin qu'il y ait une bonne entente... Tss une bonne entente, ben c'était mal parti  ! J'ai croisé les bras, j'ai ronchonné, j'ai boudé et j'ai décidé d'aller le donner à la SPA vu que personne ne le voulait. Et bah vous savez quoi ?! Ce truc m'a suivit ! Après que je sois partie, il a quitté la magasin pour se rendre chez moi et a grimpé à l'arbre qui mène à mon appartement, il a marché sur la branche et est rentré dans ma cuisine sans pression vu que j'avais oublié de fermer la fenêtre... J'crois que j'ai signé pour toute la vie avec cet animal. D'ailleurs j'ai remarqué que l'on avait quelques traits en commun. Mais pas beaucoup non plus hein.

Aujourd'hui... La bestiole répondant au doux nom de Chips est toujours avec moi et me suit partout, on n'a pas le meilleur lien du monde d'après les grosses têtes vu que l'on continue de se chercher des poux mais on sait que l'on peut compter l'un sur l'autre en cas de danger mortel... Sinon pour le reste, on peut se démerder bien comme il faut. Un jour, alors que je m'étais fait chopper après avoir volé une vieille dame, j'ai tenté de l'appeler pour qu'il vienne m'aider ; mais même pas il a bougé son cul ! Il est parti faire son petit tour avec MON butin tandis que je me faisais embarquer au poste de police. J'ai tendance à l’appeler Machin, Truc, ou Boule de poil et il me fait bien comprendre que ça le saoul en me balançant un objet dans la tronche. Bref, outre cette folle histoire d'amour avec lui, je n'ai toujours pas dit à mon frangin la vérité parce que non je ne sais pas comment lui avouer sans lui causer un choc émotionnel et surtout être sûre qu'il garde le secret sinon les parents vont me tomber sur le coin de la gueule. J'ai une vie normale : un Raton Laveur qui me court sur le haricot, un frère qui ne sait pas qu'il a une sœur, un boulot sympa où je peux faire la conne avec les mioches quand le directeur n'est pas dans les parages. Bref, j'adore ma vie.

Un peu de vous

PRÉNOM/SURNOM : J'vais pas tous les recopier donc je pense que le mieux serait d'aller faire un petit tour sur la fiche d'Abby Razz
ÂGE : 19 ans
COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVÉ ICI : On me l'a recommandé Cool
UN COMMENTAIRE ? UNE IDÉE ? : Bonne lecture à celui qui valide ma fiche Razz
LE CODE DU RÈGLEMENT : Lucy/San valide











Dernière édition par Roxane S. Sharpe le Sam 19 Mar - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

InvitéInvité

MessageSujet: Re: I don't care what you think, as long as it's about me... ♫   Sam 19 Mar - 18:22

Re-bienvenuuuue ! :p
Revenir en haut Aller en bas

avatar

San L. MonsutaMessages : 336
Date d'inscription : 20/05/2015


MessageSujet: Re: I don't care what you think, as long as it's about me... ♫   Sam 19 Mar - 18:29

Arrête de me suivre !!!





Couleur :
Goldenrod.






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Laelyss ReissMessages : 831
Date d'inscription : 23/11/2014


MessageSujet: Re: I don't care what you think, as long as it's about me... ♫   Sam 19 Mar - 19:14

Ne jamais faire de pavé Noooooooooon
Même San à su faire moins long !
Après t'avoir cassier les pieds toi aussi sur la box pour les détails, je te valide.
Aller, va. Harcèle le bien o/











 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.the-world-of-lys-08.webself.net/accueil


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I don't care what you think, as long as it's about me... ♫   

Revenir en haut Aller en bas
 
I don't care what you think, as long as it's about me... ♫
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Pour commencer~ :: Présentations :: Fiches de présentations validées :: Domae Validés-