Les groupes "Gouvernement" et "L'Ordre" sont à la recherche de membres.
veuillez les privilégier, si cela vous convient bien sûr !
Ou bien choisir un prédéfini !
Le forum dispose de Discord !
Venez faire un tour ici une fois validé, vous serez bien accueilli !
Nous sommes actuellement à la recherche du Maire de Quederla.
Si ce poste vous intéresse, faites-le nous savoir !

Partagez | 
 

 Oublie pas que tu n'es rien d'autre qu'une merdeuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Harley H. QuinnMessages : 111
Date d'inscription : 06/11/2015


MessageSujet: Oublie pas que tu n'es rien d'autre qu'une merdeuse   Ven 6 Nov - 22:54




T'es le champion poids plume des loser


I N F O

■ NOM : Jo
■ PRÉNOM(S) : Harley H.
■ SURNOM : Dr. Jo / Holly /
■ DATE DE NAISSANCE : 1 Janvier
■ ÂGE : 32 ans
■ SEXE : Tu la trouve jolie ma tenue... Sexy, pas vrai ?
■ CAMP : Domae
■ CAPACITE : Hyène
■ SITUATION : A un amour  inconditionnel pour Eddie ce n’est pas une blague Sinon Bi ~
■ PERSONNAGE AVATAR : Harley Quinn - Suicide Squad

■ DE QUAND DATE VOTRE ENTRE DANS LA FAMILLE ? A 14 ans, persévérance et harcèlement sont les meilleurs clés qui soit !

■ QUELS SONT VOS LIENS AVEC ELLE ? Très franchement ? On ne pourrait pas dire qu’elle est amie avec tout le monde, ou bien même très apprécié au vu de la manière avec laquelle elle se comporte avec les membres. Mais elle les respecte suffisamment – même si c’est un grand mot – pour être loyale en vers eux, et exécuter les ordres. Même si cela l'ennuie. Vous voulez un secret, c’est le nouveau joker. Étonnant hein.

■ POSSÉDEZ-VOUS UNE ARME, SI OUI LAQUELLE ? Une batte de baseball. Enfin plus exactement, il y en a trois différentes. Une en bois, une en métal et une en acier. Chacune est décorée avec l’inscription « Good Night » dessus et plein de petite gravure en plus. Bien évidemment, il n’est pas possible de porter les trois ensemble. À vous de deviner avec quoi vous allez la croiser. À vos risques est péril.

■ TATOUAGE/MARQUE ? La marque est placer au niveau de sa nuque, à moitié visible, elle dépasse de sous le collier.
 



 
Personnalité

    Pour être honnête Harley s'est un peu comme joué à pile ou face. Elle possède plusieurs facettes de sa personnalité, certaines plus à craindre que d’autres. Pouvant être adorable, créative serviable, et enjouée, avec ses amies. Tout comme elle peut regarder quiconque souffrir sous yeux avec un rire aussi hystérique et diaboliquement sadique. Effrayant, non ?

Harley est une personne énergique, qui ne tient pas vraiment en place. Se trouvant être agressive quand elle n’obtient pas ce qu’elle désire. Tentant la séduction si cela a des chances marchées auprès de quelqu’un. Elle a un côté enfantin qu’elle ne cache pas. Son langage rocambolesque en témoigne ! Appelons cela sa « marque de fabrique ».

Elle sait pourtant se montrer sérieuse et indépendante quand il le faut. Redoutable, elle déploie alors tout son véritable potentiel en combinant aussi bien ses connaissances en psychologie que ses expériences passées à collaborer avec les pires criminels de la ville, sans oublier cette pointe de folie toute propre à elle.  Même si elle pouvait être du genre à vouloir chercher la bagarre et qu’elle reste une bonne combattante à force d’entraînement, elle sera plus stratège et vicieuse. Elle n’est pas stupide au point se jeter bêtement dans la gueule du loup. Si elle juge ne pas être suffisamment forte pour vaincre son ennemie, elle n’hésitera pas à jouer les cadavres au sol, la langue pendue sur le côté pour se sortir de ce mauvais pas. Ridicule ? Et alors, chacun sa méthode pour rester en vie.


   
Apparence

    Vous voyez cette fille là-bas. Oui, celle-là, avec ses deux yeux aussi bleus que l’océan, sa chevelure au couleur excentrique, et son sourire si identique à celui d’un ange. Simplement comme ça, peut-on voir une petite emmerdeuse de première, avec si peu de choses ?

Oui, oui, je parle bien d’elle. Vous la voyez bien ? À première vue, elle ne parait si grande, et ce, malgré son jolie un mètre soixante-dix sans talon, pour une soixantaine de kilos environ. Imaginons qu’avec elle prendra surement deux à trois centimètres de plus. Dit comme ça elle ne parait pas bien effrayante. Mais mettons sa taille de côté. Celle-ci comme vous pouvais le voir abord la silhouette d’un corps qui n’a pas oublié les entraînements de gymnastique intensifs, quand bien même ils remonteraient à plusieurs années. En quelque mot, tout ce qu’il faut, là où il le faut. Son corps et remplie de divers tatouage, un peu partout, ce serait bien long de les comptés et de tous les expliquer. Noté que sa main droite porte une cicatrice à l'intérieure, assez bien visible. Mais rapprochons-nous pour voir ce que ça donne de plus près pour le reste.

De base, mademoiselle est blonde, mais aimant l’excentricité, toujours coiffer de belle couette ondulée, l’une est bleue tant dis que l’autre est un mélange de rose et rouge. Pourquoi ? Simplement parce que ce sont des couleurs qu’elle adore et qu’elle porte fièrement. Son visage et son joli teint ce complète parfaite avec son style. Ses yeux sont toujours maquillés, chacun ayant la même couleur que ses cheveux, même ses oncles n’ont pu y échapper. Sur sa joue droite, elle sait fait tatouer un cœur, ainsi que l'inscription « Rotten » juste en-dessous au niveau du menton. Ce n’est pas vraiment pour une raison particulière, simplement pour le plaisir. Elle porte un rouge à lèvre rouge flamboyant, de quoi lui donner un air de femme fatale. Mademoiselle à toujours aimer les bijoux, et ça pour en porter, elle en porte. Ça comme par collier – qui aurait de quoi ressembler à un collier chien soit dit en passant – qui pourrait être en or, ou bien du contreplaqué, on ne le saura jamais. Dessus, il y a écrit « PUDDIN » en grosse lettre. Elle a de multitude de piercings aux oreilles. Elle aime les bracelets à clou et en porte à ses deux poignets, ainsi qu’une bague dans le même genre. Plutôt pratique quand on doit mettre des coups-de-poing, cela fait bien mal.

Vous savez, il est un peu rare, voir même peu probable de la voir porter autre choses que ses habits assez particuliers. Vous ne la verrez jamais en orange, à moins qu’elle ne se soit fait arrêter. La belle blonde porte, une veste qui rappelle les couleurs de ses cheveux. Un teeshirt blanc troué de part et d’autre avec « Daddy’s Lil Monster » écrit dessus. Un mini short toujours dans les mêmes tons, une ceinture en cuir collant troué en dessous. Elle porte bien évidemment des talons, ils auraient de quoi ressembler à une paire de basket, blanche, avec la hauteur en plus. Est-ce qu’il lui arrive de s’habiller de façon plus « classe » ? Et bien, ce fut le cas autre fois, maintenant… C’est une question qui n’a pas encore de réponse.
 


   
Histoire

  Approche-toi nullos, et pose ton royale postérieure au sol, je vais te raconter une histoire, tu m’en diras des nouvelles !

Vous voyez, Harley a toujours eu un grain de folie. Peut-être qu'elle était simplement née comme cela depuis le début – ce qui au final s'avérer bien être le cas. Ou bien peut-être que ceci était à cause de ses parents. Même si elle en avait le physique, elle était loin de ressembler à une princesse qui vivait dans palais. À vrai dire, elle avait passé ses sept premières années dans un orphelinat malgré, qu'elle connaissait l'identité de ses parents. Il n'avait pas vraiment cherché à le cacher, c'était surtout un moyen pour eux d'avoir de l'argent et de se payer un peu de drogue. Ouais, elle est née d'une famille de camer. Dans cet orphelinat, elle avait fait la rencontre d'une jeune fille, elles avaient le même âge et très vite les deux finirent par devenir de grandes amies. S'amusant à martyriser les plus petits en les utilisant comme appât pour voler du chocolat. C'était presque la belle vie. Et puis durant l'année de leurs sept ans chacune fut adoptée. La joie sur le visage d'Harley n'était pas vraiment aussi présent sur son visage que celui de son amie. Mais elle avait une famille maintenant.

Sa nouvelle vie était moyenne, sa situation moyenne et sa maison moyenne. Et les géniteurs, moyens aussi. Pour le peu qu'elle voyait son « père », elle ne saurait dire si elle l'aimait vraiment ou non. Elle savait, elle avait toujours su, qu'il préférait charmer les jeunes femmes et les vidés de leurs comptes en banque au moment approprié que de passer un tant soit peu de temps avec sa propre fille. Avec tout ce qu'il trouvait, il aurait pu lui offrir une vie meilleure, mais aller savoir, l'envie ne devait pas être là. Quant à sa mère, c'était littéralement autre chose. Elle était stricte, froide, manipulatrice. Violente de temps à autre et montrer aucun signe de compassion ou bien ne serait-ce qu'une légère touche d'amour envers elle. C'en été à regretter le temps où elle vivait à l'orphelinat. Elle femme qui s'occupait d'elle avait tout de même plus de délicatesse et d'amour – même si c'est vite dit – à donner qu'elle. Harley été comme la petite Cendrillon, sa petite boniche personnelle, le genre qu'on n'a pas vraiment envie d'en prendre soin. C'était peut-être le fait de travailler comme prostituée qui la rendait ainsi. Et encore, quand elle posait ses yeux sur Harley, son expression disait clairement qu'elle avait envie de la laisser au bord d'une route, ou d'une ruelle, c'est selon. Charmant, hein ?

Mais bon, sans eux, elle ne serait malheureusement pas jamais sortie de l'orphelinat et pour cela, elle leur en était reconnaissante, mais ça s'arrêtait là. Vivre avec sa mère, c'était comme être en colocation, certainement pas suffisante pour qu'elle s'y attache. Et vice-versa. Elle formait un beau couple avec ses compagnons du soir qui changeait sans cesse, mais elle ne faisait pas partie de la famille. Elle ne voulait pas en faire partie de toute façon. Pas de cette manière-là.

Hormis, ces détails de sa vie familiale, sa scolarité la présenta comme une élève modèle et sérieuse, mais aussi très athlétique, elle avait toujours aimé la gymnastique. Il faut le dire, elle avait une certaine grâce dans le domaine. Mais plus le temps passé et plus la petite fille avaient de plus en plus de mal à l'école. Sa relation avec sa mère empirée de mal en pis, mentalement, physiquement, au point qu'elle en tente d'en venir à bout à plusieurs reprises. Est-ce que sa mère s'en soucier ? Absolument pas. Une bonne claque dans le visage pour le remettre dans le soit disant droit chemin et les choses reprenaient son cours, là où elle les avait laissées ~

**

Pendant l’âge de ses 14 ans, la belle Harley prit surement la plus grande décision de sa vie. Enfin, grande, c’était vite dit. Elle voulait rejoindre une famille. En particulier les Domae. Malgré qu’elle n’ait jamais eu de problème avec l’une des familles avec toute cette guerre qui hantait les rues, elle trouvait fascinant. Ils avaient de la classe, de l’allure avec leurs animaux. Et ils étaient imposants. Ça forcer le respect. Et ce qu’elle voulait. À force de persévérance – et surtout d'harcèlement – auprès d’un homme de cette famille, quitte à directement l’attendre devant sa porte, jour et nuit, elle finit par réussir à rejoindre les rangs. En même temps, il en avait tellement marre de voir sa tronche sans cesse qu’il était bien obligé d’accepter au bout d’un moment, ou dans le pire des cas se débarrasser d’elle. Ce qui fort heureusement ne fut pas le cas. En parallèle, elle continua ses cours. La psychiatrie était une voie qui la fasciner, notamment pour comprendre son père et aider les personnes en proie à leurs démons intérieurs. Elle bosser dure pour pouvoir obtenir les premiers diplômes pour aller dans cette direction et en même temps, elle voulait prouver à la famille qu’elle n’était pas prête de les lâcher de sitôt. Qu’ils allaient devoir la supporter, et ce, pendant longtemps. Très longtemps. Mal barrée, cette propre famille.

**

L’année de ses 17 ans, la petite Harley qui commencer à devenir une belle jeune femme, reçu son pouvoir après plusieurs loyaux et bons services donné. Le jour de la fameuse cérémonie, elle avait revêtu ses plus beaux vêtements et aborder une coiffure des plus classes. En ce jour si particulier, elle voulait être le centre de l’attention, la reine d’un jour et ce fut le cas. Dans cette salle où il n’y avait qu’elle et les deux membres du conclave, elle suivit les règles comme ces prédécesseurs et se plaça devant ce fameux miroir où il allait changer une grande partie de sa vie. Les yeux qui ne lâcher pas celui-ci, elle était plongée dans un endroit qu’elle ne trouvait pas si désagréable que ça, remplit de couleur tel un arc-ciel, ou elle voyait défiler les animaux un par un. L’attente fut longue, mais le résultat fini par être prononcé. Une hyène avait fini par faire son apparition. La marque fut tatouée dans sa nuque et rapidement, elle l’invoqua pour la première fois. Harley trouvé ce bébé tellement mignon qu’elle ne perdit pas de temps à lui trouver un nom ; « Joky » Mignon, n’est-ce pas pour une femelle ? Elle savait pertinemment que s’en occuper et créer les liens n’aller pas être une tâche facile, mais elle se sentait prête à relever le défi. Le tout allait être marrant, ou bien très chiant…

**

Les années s’écouler petit à petite et elle continuer ses études tout en servant les Domae. Mais au bout d’un certain temps, elle se lassa bien vite d’écouter de pauvres petites âmes ennuyeuses. Elle avait une théorie sur l’amour, qui serait selon elle, semblable à être criminel. Voulant voir jusqu’à qu’elle point elle pouvait approfondir ce sujet, Harley décida de faire un test sur son petit ami du monde. Guy. Un jour, elle lui raconta qu’elle avait tué un professeur, les raisons étant qu’il avait tenté d’aller plus loin qu’une simple relation « enseignant, élève ». Le pauvre garçon était bien surpris d’une telle attitude venant d’elle, même si cela était de la légitime défense. Mais ce qu’il le perturba encore plus quelque jours plus tard, c’était de croiser, ce soit disant professeur qui devrait être enterré six pieds sous terre. Pris de panique, il l’avait planté d’un couteau qui lui était, cette fois-ci, réellement fatal. Croulant sous la culpabilité peu de temps après, il demanda à sa petite-amie de le tuer, avant de faire passer cet acte pour un suicide. La jeune femme exécuta ses dernières volontés. Cet évènement la marqua longtemps. Néanmoins, après cette remis de sa perte, cela lui donna envie de viser plus haut. Plus loin. Quoi de plus intéressant que des mentalités complexes et délicates qu’on ne peut trouver que dans des hôpitaux ?

À cette époque-là elle travailler comme stagiaire auprès d’un petit docteur sans de très grande réputation et à qui on envoya de temps à temps des dossiers de patient interner pour les étudiés et approfondir ses cherche. L’aidant, la petite Harley fut vite passionner par trois dossier qui retenait son attention ; le patient Albret Ghor. Eddie Gluskin et Edward Chopin. Elle voulait les étudier plus en profondeur, elle voulait les voir de ses propres yeux. Malheureusement, malgré ses 25 ans et ses quelques petits diplômes ceci était loin d’être suffisant pour avoir la possibilité de travailler dans un tel endroit. Mais étant assez maline et avec de bonne relation sous la main, elle décida d’accélérer un peu les choses. Comment ? Simplement en se créant une fausse identité. Harley devenait ainsi le Dr. Holly Jo. Diplômé de Harvard, et qui avait désormais une place au près du fameux et renommer Dr. Kröger.

**

Au bout d’un certain temps à travailler avec lui, la petite Harley avait réussi à convaincre le docteur d’assister de temps à autre à des séances. En particulier avec ces trois fameux patients qui avait attiré son attention la première fois. Il commença donc en douceur, d’abord avec le patient Ghor qui avait un trouble de la personnalité, elle savait jamais sur qui elle allait tomber en sa présence, il en avait tellement, sa voix, son attitude changée systématiquement selon qui était en face d’elle. C’était à la fois perturbant, mais fascinant. Puis il y avait Chopin et ses envies morbides de nécromancie. Quand elle le voyait, elle n’arrêter pas de se demander si celui-ci n’était pas en train de rêver de son corps en état de décomposition. Et puis le fameux Gluskin, un cas plus particulier. Le Dr. Kröger était assez peu rassuré de faire intervenir la jeune femme auprès du patient au vu de ses antécédents. Mais d’un autre côté, il était temps de voir si les soins offraient un résultat concluant. Et puis quitte à se jeter dans la gueule du loup, autant faire cela proprement.  

Holly appréhendé particulièrement cette rencontre. Ayant eu le dossier sous les yeux, elle savait à quoi s’attendre et mine de rien, elle la redoutait plus que les autres. C’était donc dans son élégant costume blanc, bien coiffé et portant des lunettes sur les yeux, avec une légère touche d’angoisse bien dissimulée qu’elle attendait cette fameuse et première séance. À sa grande surprise, le patient Gluskin était… Comment dire, étrangement calme ? Elle s’était préparée à mal de réaction de sa part, mais pourtant pas à celle-là. Il était surpris, en même temps, il y avait de quoi, depuis le temps qu’il n’avait pas revu une femme d’aussi près. Il répondait aux questions du docteur sans jamais la quitter des yeux, comme si c’était à elle qui s’adresser. Alors qu’il n’en était rien. Est-ce que c'était Holly qui le rendait aussi mal à l’aise ? Bien évidemment, le fait était lisible sur son visage comme de l’eau de roche. C’était une expérience très étrange, un premier essaye qui ne s’éternisa pas, il était un peu difficile de savoir si le tout était concluant ou non avec si peu.

**

Au fur et à mesure, Holly jonglé plutôt bien entre ses obligations de Domae et son travail à l’hôpital. Participant un peu plus souvent aux séances en compagnie d’Eddie puisque le docteur avait fini par remarquer une amélioration à ce niveau-là. Plus elle était-là, plus il se détendait petit à petit en sa présence. C’était un bon signe pour lui. Il finit même par même lui adresser réellement la parole un jour ; « Mademoiselle Jo, c’est un plaisir de vous revoir, parmi nous. » Avait-il dit d’une manière si charmante, si courtoise, dure à croire que ceci lui-ci lui était adressé…

Plus temps passer et plus la jeune femme, qui se plaisait dans son travail, commença à se sentir mal à l’aise avec l’expérience d’Eddie. Il ne lui avait jamais rien fait, il restait poli, à sa place avec un sourire charmant. Là n’était pas le problème. En réalité, il lui arriver quelque fois de le voir au bout du couloir, de sentir ses yeux qui ne la quitter pas d’un instant du regard. Elle n’aurait su dire, comment ni pourquoi, si cela était une bonne ou une mauvaise chose. Où qu’elle aille, elle savait, elle sentait qu’il n’était pas loin à la surveiller. Bien sûr, elle aurait pu en parler au Dr. Kröger, mais c’était un coup à être pris pour une folle. Mais est-ce qu'elle ne l'était pas déjà ? …

Un jour, alors qu’elle se rendit au laboratoire du Dr. Kröger sans son autorisation par la simple envie de mettre son nez un peu partout, elle ne s’était pas rendu compte que le patient Gluskin l’avait suivi dans la plus grande des discrétions. Il avait soigneusement refermé la porte derrière lui avant de se faire entendre ; « Chérie, si tu savais à quel point tu me rends fou » Pris par surprise, penché au-dessus des tiroirs de bureau, elle s’était cogné la tête contre celui-ci en se relevant d’un bon. Son cœur n’avait fait qu’un tour en le voyant, frôlant la crise cardiaque. Elle ne savait pas quoi faire. Elle aurait pu invoquer son animal pour se défendre, mais il était tellement imposant et effrayant qu’elle avait plus envie de jouer les morts pour s’en sortir que d’être héroïque. Rapidement, il la prit au piège en continuant de déblatérer toute sorte d’avance à son égard. « Chérie, épouse moi, devient ma femme et fondons une famille ensemble. » ; « Nous allons être si heureux. » ; « Chérie pourquoi ? Pourquoi me repousses-tu » Plus elle essayer de fuir, ou bien de crier, et plus cela le rendait fou. À la foi désespérée dans sa voix et en colère, il devint subitement violent. Très violent. L’étranglant, Holly chercha désespérément un moyen de s’en sortir. Une main sur le bureau, elle attrapa plusieurs fioles aux substances diverses, et rapidement, elle l’envoya le tout à son visage pour se défendre. Il hurlait de douleur. Elle ne savait ce qu’il y avait dedans, ni même les effets que le tout pouvait créer, mais il en valait de sa vie, alors la question ne se poser pas plus que ça. Malgré ça, le patient tenta une nouvelle fois de l’atteindre avec un morceau de verre. Elle eut les bons réflexes de se protéger le visage, supportant la douleur d’un morceau s’enfonçant dans sa main. Le repoussant une dernière fois en envoyant son genou dans ses partis intime. Puis la seconde d’après la sécurité arriva enfin pour mettre un terme à tout ça, lui portant secours.  

**

Après cet incident, la jeune femme avait eu droit à plusieurs semaines de repos pour se remettre sur pied. Enfermer dans sa chambre d’hôtel, à revivre cette scène, elle finit par lentement disjoncter entièrement. Elle n’avait jamais était très nette au cours de sa vie, mais là, c’était comme si cela avait provoqué un déclic. Comme si elle venait de comprendre pourquoi le patient avait réagi ainsi.  « Il est fou, complétement fou, il ne mérite pas de sortir ! Il a essayé de me tuer, moi ?! Alors que je lui venais en aide… Mais, n’était-ce pas une preuve d’amour ? Qu’est-ce que je raconte-moi, c’est un timbré qui mérite de rester là où il est ! Pourtant, c’était mignon et original non comme méthode ? … Bon assez brutal et douloureux mais mignon quand même… Mais ! Non ! Il voulait ma mort parce que j’ai dit non ! Mais en même temps, je suis la première femme qu’il revoit d’aussi près depuis de lustres… Est-ce que je ne devrais acheter une robe de marié ? Non, non, c’est encore un peu trop tôt, ce n’était que le premier rendez-vous. Oui, le premier… Oh mon Gluti, si tu savais comme ça me rend heureuse ! Ta sexy lady rentre bientôt à la maison mon bichon ! » …

**

Quelque temps après, elle était de retour, et sous un nouveau jour. Elle avait changé. Sa récente agression avait fini par l’emmener dans le vice qui l’entourait depuis toujours. Physiquement on ne voyait rien, elle garder sa classe légendaire et son sérieux pendant le travail. Elle avait pris une décision au sujet de cet incident, elle avait compris que c’était sa manière à lui de lui déclarer son amour, et cela la toucher, elle voulait le revoir, mais le Dr Kröger l’interdisait pour son bien à lui et le sien. Folle de rage de ne pas pouvoir voir son caramel adorer comme elle le voulait, elle se vengea à sa manière, dans le plus grand secret, après tout elle ne voulait pas perdre sa place qui la rapprocher  d’une certainement façon le plus façon de son amant. Passant ses nerfs sur de pauvres patients qui n’avaient rien demandé. Les torturants à un point où elle les ramener dans leurs chambre dans une sorte d’état de zombie…

**

La jeune femme finit par se faire prendre sur le fait, à l’âge de 27 ans. Elle qui avait réussi à se faire discrète entre sa fausse identité et ses expériences on ne peut plus douteuse, le tout avait fini par lui exploser en plein visage. Comprenant que l’incident l’avait atteinte psychologiquement, elle fut rapidement internée, cependant ce n’était pas à Quederla, la garder aussi près du patient Eddie n’était pas une bonne chose, elle fut envoya dans un asile aux États-Unis…

**

Vous savez, Harley à passer deux ans dans cet hôpital avant de s’échapper. Comment ? C’est très simple, n’étant pas stupide, elle avait très vite remarqué le garde qui pouvait être le plus facile à manipuler. Elle avait aussi retenu le nombre de personnes qui alterner les surveillances et les chemins qui étaient plus gardés que d’autre en direction de la sortie. En échange de quelque petite faveur, tel que des chewing-gums, des bonbons, des cigarettes et autre chose de la sorte, elle lui rendait à son tour des « services » plus particulier. Elle avait pris le temps en deux ans de le mettre en confiance, de faire en sorte qu’il se laisse aller sans crainte. En même temps, elle avait choisi le plus faible, si on peut dire ça comme ça, des gardes. C’était forcément un peu plus facile que de s’attaquer à un gros bourrin. Le moment venu, c’était en pleine nuit. Après avoir fini son affaire avec l’homme en question, elle s’en débarrassa rapidement avant de lui voler les clés. Mine de rien, la demoiselle s’était fait des amis cet endroit, qu’elle ne tarda à libérer par la même occasion. C’est dans le plus grand des silences qu’ils arrivèrent à s’évader. La sirène d’alerte retentissait peu de temps, mais il était déjà bien loin de tout ça. Elle monta abord d’un bateau clandestin, en direction de Quederla. Là où elle savait que son canard l’attendait encore. Au bout de deux ans sans nouvelle, le pauvre devait se faire du souci…

Une fois de retour, avec son petit groupe d’ami, elle dépêcha de reprendre les missions chez les Domae, les enchainant pour accumuler de l’argent, de quoi avoir un toit sur la tête et de quoi se nourrir correctement. Ils lui étaient reconnaissants pour être enfin libres et n’hésitez pas à lui donner un coup de main en volant des gens pour rapporter de l’argent. Des amis fidèles, assez rares  ~

**

Aujourd’hui à 32 ans, Harley n’est plus la peine qu’autres fois. C’est un génie du mal et du crime. Qui a réussi en montant sa petite affaire. Son travail au saint des Domae qu’elle avait accumulé avec brio avait fini par porter ses fruits depuis peu. À la demande du conclave, elle venait de venir le nouveau joker. Un vent de fraîcheur qui était prêt à les réveiller un peu. Elle n’oublier pas son petit biquet dès qu’elle en avait l’occasion, elle adorer lui rendre une petite visite surprise. Au risque de se faire taper sur les doigts.

 


D'où tu viens comme ça:

■ PRÉNOM/SURNOM : Blbl
■ ÂGE : Blbl
■ COMMENT ETES-VOUS ARRIVÉ ICI : Blblbl
■ UN COMMENTAIRE ? UNE IDÉE ? : Blblblbl
■ LE CODE DU RÈGLEMENT : Quelqu'un veut du Bat-Bacon ? MOI J'EN VEUX !! LUCY VALIDE
   


Moi je garde les idées claires, même la tête en bas et les jambes en l’air


Dernière édition par Harley H. Quinn le Mar 29 Mar - 20:39, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Kira SerykMessages : 2723
Date d'inscription : 15/08/2012


MessageSujet: Re: Oublie pas que tu n'es rien d'autre qu'une merdeuse   Ven 6 Nov - 23:00

Et bien, re-bienvenue parmi nous Blblbl Razz




Je vous grogne dessus en darkblue.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

San L. MonsutaMessages : 336
Date d'inscription : 20/05/2015


MessageSujet: Re: Oublie pas que tu n'es rien d'autre qu'une merdeuse   Ven 6 Nov - 23:14

Rebienvenuuuuuuuue o/





Couleur :
Goldenrod.






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Harley H. QuinnMessages : 111
Date d'inscription : 06/11/2015


MessageSujet: Re: Oublie pas que tu n'es rien d'autre qu'une merdeuse   Dim 8 Nov - 17:16

Blblbl Merci, merci, j'annonce que j'ai fini 8D bonne lecture Lucy What a Face











 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

San L. MonsutaMessages : 336
Date d'inscription : 20/05/2015


MessageSujet: Re: Oublie pas que tu n'es rien d'autre qu'une merdeuse   Dim 8 Nov - 18:49

Donc .. J'ai posé mon royal postérieur au sol.

Rien ne me semble trop dérangeant, bienvenue donc madame la nouvelle Joker o/
( Et c'est vrai qu’on a de la classe et de l’allure !! )





Couleur :
Goldenrod.






 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Oublie pas que tu n'es rien d'autre qu'une merdeuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oublie pas que tu n'es rien d'autre qu'une merdeuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quederla :: Pour commencer~ :: Présentations :: Fiches de présentations validées :: Domae Validés-